Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sabine21 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le voyage dans le passé Le voyage dans le passé
Stefan Zweig   
Comme toujours Stefan Zweig nous livre un roman (ici plutôt une nouvelle) dans lequel on se jette sans jamais pouvoir s'en échapper. Toujours avec le bon ton, les mots adéquats, qui nous font toucher du doigt toute la sensibilité et le talent de l'auteur.

par Carolilas
Fragments d'un discours amoureux Fragments d'un discours amoureux
Roland Barthes   
L'année dernière, j'avais des cours de philo' sur l'amour et nous avons souvent évoqué ce livre ce qui m'a donné envie de le lire dans son intégralité. Et c'était vraiment une expérience intéressante et enrichissante !

Ce livre est un peu un dictionnaire sur l'amour, mais, on voit clairement que l'auteur utilise énormément son expérience personnelle, et donc on peut se demander si c'est vraiment objectif. Cela nous apprend tout de même beaucoup de choses, et on se reconnaît très souvent dans les situations qu'il décrit, je me souviens notamment de celle de l'attente et du chapitre consacré à "Je t'aime". En réalité, j'ai eu l'impression de me lire, de me redécouvrir. Bien sûr, on peut penser que certaines situations ne seront jamais vécues par quelques personnes, mais on sent quand même que ce sont des expériences que tout le monde vit.

L'auteur s'appuie sur des exemples précis, tirés d’œuvres littéraires mais aussi de sa propre vie. Ce livre est vraiment complet, et l'on sent que l'auteur a fait des recherches sur le sujet.

Et si vous voulez appréhender le livre avant de le lire dans son intégralité, vous pouvez écouter le début de Le point sur Robert de Luchini. C'est en partie ce qui m'a donné envie de lire le livre !

Je le conseille à tous les amoureux, et même à ceux qui ne le sont pas !
Natacha Natacha
Vladimir Nabokov   
Très sympathique recueil de nouvelles de la part de Nabokov, surtout 2 : Natacha et Vengeance, pour lesquelles j'ai eu un coup de cœur particulier les personnages sont attachants et pour les deux le dénouement est excellent.
J'ai un peu moins accroché aux autres nouvelles, mais elle se lise avec plaisir tout de même !

par Maks
Appelle-moi par ton nom Appelle-moi par ton nom
André Aciman   
Un coup au cœur, à l’âme......deux êtres , deux entités tellement attirée l’une par l’autre qu’elles en ont peur. S’appartenir et en même temps maintenir une telle distance . Le style de l’auteur est une merveille , une revue , une palette des sentiments décortiqués, doutés, rêvés et pour certains vécus......un livre qui comptera dans ma vie de lecteur et d’homme
Les Hauts de Hurle-Vent Les Hauts de Hurle-Vent
Emily Brontë   
Un livre poignant, dur, noir mais avec des sentiments tellement intenses. L'écriture est fluide, on se plonge au coeur de ces évenements et de ces personnages torturés et on en ressort pas indemne. Une grand moment de littérature.

par mickaele
Splendeurs et misères des courtisanes Splendeurs et misères des courtisanes
Honoré De Balzac   
Un roman qui ne répond pas entièrement aux promesses de son titre : l'héroïne n'est pas Esther la courtisane - mot élégant pour une prostituée du grand monde, mais Trompe-la-Mort le forçat et ses machinations et son duel dans le monde judiciaire. Esther est un croisement entre une Nana qui séduit et manipule les hommes, une Manon Lescault qui souhaite être vertueuse et qui n'aime que son amant de coeur, et une jeune vierge religieuse - qui ne l'est plus - telle une Virginie. Lucien, lui, n'a aucune personnalité, trop effacé, larmoyant et geignard pour être intéressant. Je ne connais pas bien l'oeuvre de Balzac, je ne connais donc pas les autres romans où il intervient qui auraient pu me donner une meilleure image de lui.
La partie la plus intéressante est donc la dernière, celle du duel entre Trompe-la-Mort et l'institution judiciaire et ses compromissions aux ambitions et aux orgueils du grand monde, avec ce forçat aux tendresses de père pour un poète, ce colosse fascinateur, croisement d'Aramis et de Jean Valjean.

par Laurien
La Femme abandonnée La Femme abandonnée
Honoré De Balzac   
La Femme abandonnée est une nouvelle d' Honoré de Balzac, parue en 1832 dans la Revue de Paris, publiée en volume en 1833 dans le tome II des Scènes de la vie de province des Études de moeurs au éditions de Madame Béchet. Rééditée en 1839 aux éditions Charpentier, puis en 1842 dans l'édition Furne avec une dédicace à la duchesse d'Abrantès. Elle figure alors dans les Scènes de la vie privée. La vicomtesse de Beauséant, après une aventure malheureuse avec le marquis d'Ajuda-Pinto qui l'a abandonnée, s'est réfugiée dans un château de Basse-Normandie, à Courcelles où elle vit en solitaire.Pour comprendre son importance dans La Comédie humaine, il faut l'avoir vue évoluer dans le monde parisien. Ce personnage était, dans Le Père Goriot, LA référence parisienne, LE Salon où il fallait être invité pour faire partie du beau linge. C'est elle qui a initié son parent Eugène de Rastignac aux subtilités de la vie parisienne, lui présentant Delphine de Nucingen, fille cadette du vieux Goriot qu'elle finit par inviter, après bien des refus, le soir même de son bal d'adieu à Paris.Ce bal où elle brille malgré son chagrin sera le dernier avant son exil car son abandon par le marquis est une humiliation insupportable.

par Orchydea
Illusions perdues Illusions perdues
Honoré De Balzac   
C’est important de le dire et de l’écrire de nouveau même si des générations et des générations de lecteurs de Balzac l’ont éprouvé. Mais ce roman est une pur merveille... Et je ne risque d’étonner personne en disant que j’ai adoré le lire. Il est d’une incroyable richesse ! J’en reste presque sans pouvoir à exprimer l’extrême réalisme et la vitalité qu’a mis Balzac dans ses personnages et cette histoire.
Ce roman est découpé en trois parties qui pourraient presque se lire indépendamment les unes des autres. Mais qui mises bout à bout,semblent esquisser nos propres désillusions et nos propres expériences.
L’intrigue est magistralement menée du début à la fin et c’est impossible de s’ennuyer à cette lecture. Cette « comédie humaine » est un des chef d’œuvre de la littérature française tant par l’universalité des thèmes sociétaux abordés que par la complexité de ses personnages véritablement représentatif de la nature humaine ; aucun n’est tout blanc, ou tout noir. On les voit changer, évoluer, se comporter différemment en fonction des événements auxquels ils sont confrontés.
Alors comment commenter ce roman sans en dévoiler les grandes lignes. Qu’écrire de plus qui vous donnera envie de vous plonger dans ce livre. Vous parler de Lucien et de Madame de Bargeton de laquelle il se croit aimer. Vous décrire Angoulême et ces rivalités entre petits nobles et bourgeoisie. Paris et la façon dont cette ville et ses gens ont brûlé les ailes du jeune de Rubempré… Inutile, Balzac le fera avec plus de talent et de vie que moi.
Quelques fragments restent à ma mémoire. Comme la façon qu’à Balzac de dépeindre l’univers impitoyable et même peu flatteur du monde de l’édition et du journalisme. C’est même corrosif par moment ; à tel point que ça sent le vécu ! Finalement être talentueux n’est pas sans risque et ne suffit malheureusement pas dans notre société. Et les requins, les fourbes d’aujourd’hui ne sont guère différents de ceux d’hier.
J’ai également été impressionné par la façon dont Balzac déploie la savante machinerie de l'extorsion de l'invention de David par le biais des lois, le concours des créanciers et l'entremise d’hommes sensés être les garants de l'équité sociale… jusqu’à la ruine total. C’est évident, Balzac règle ici ses comptes avec les usuriers, banquiers, notaires, avocats et autres juges.

Et la fin… La fin est sublime ! ET pour ceux qui se seront accroché, fait l'effort de dépasser les premières pages, quelle récompense... Je me suis même étonné d'arriver si vite au point final. Sur, vous n'aurez pas envie de vous en arrêter là. Tout comme à moi, plongez-vous dans la suite : Splendeurs et misères des courtisanes.


par RMarMat
Adieu Adieu
Honoré De Balzac   
Sympa, le contraste entre la partie de chasse et l'épisode de la Bérésina est saisissant. Une fin finalement attendue qui nous révèle l'ampleur du combat de la raison contre la folie (dont je ne vous révelerai pas la fin). Finalement un très bon moment.
Je conseille!

par Joyce
Rompre Rompre
Yann Moix   
Je remettais de l'ordre dans les rayons de la librairie où je travaille lorsque je suis tombée sur cet ouvrage que ma collègue venait tout juste de recevoir. Puisque je sors moi-même d'une rupture douloureuse, le titre bien évidemment m'a attirée. Et il m'a suffi de lire un paragraphe pour que je décide de faire une chose que je ne fais jamais d'ordinaire, à savoir interrompre une lecture en cours pour dévorer ce roman. Il fallait que je le lise, c'était presque vital. Dans l'extrait que j'avais lu, l'auteur décrivait tellement bien ce que je ressentais...Je me suis dis que ce petit livre pourrait être une bonne thérapie.
Au final, j'ai été un peu déçue...Je pense que le paragraphe que j'avais lu m'avait tant touchée que je m'attendais à quelque chose de bouleversant, d'extraordinaire. "Rompre" est remarquable mais il ne m'a pas apporté "l'aide" que j'espérais. On y parle de la rupture, certes mais d'une manière un peu particulière car l'homme interrogé est lui même un peu particulier. Effectivement il y a quelques extraits qui m'ont parlée, dans lesquels je me suis reconnue et qui donc m'ont fait du bien mais dans les trois quarts de l'oeuvre, il est difficile de s'identifier à ce protagoniste aux moeurs parfois étranges, qui provoque des fois volontairement ses malheurs. Petit à petit, on comprend que cet ouvrage ne parle pas seulement de la rupture mais de biens d'autres choses...Je crois que j'aurais préféré que l'auteur n'aille pas chercher compliqué. Qu'il donne la parole à un personnage lambda plutôt qu'à ce type...
L'écriture de Yann Moix est sensationnelle. Ça par contre il est important de le préciser. Il a vraiment une très belle plume.
En fait je pense que "Rompre" est un superbe livre mais j'en attendais trop...

par Saturna
  • aller en page :
  • 1
  • 2