Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sabine29200 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Jeeves Jeeves
P.G. Wodehouse   
Amoureux de l'humour anglais et des élucubrations et situations improbables ceci est pour vous.

Comment vous dire ? Bertie, d'une situation passablement anodine, arrive à en faire une catastrophe et quand il veut tout gérer seul et sa manière, c'est... pire. Genre cataclysme. Jeune oisif un peu benêt, il est incapable de prendre une décision intelligente sans avoir consulté au préalable le sagace Jeeves. Sauf pour ce qui fut d'engager ce dernier, et encore faut-il voir les circonstances...

Jeeves est devenu l'archétype même du majordome stylé et indispensable à son employeur, que l'on retrouve dans tout livre, film ou série ayant pour personnage un majordome. English, of course.
D'une situation on ne peut plus désespérée, il réussit comme par magie à le remettre dans une parfaite normalité. Et étonnamment, le brio de l'auteur fait que la solution tient impeccablement la route.
Neverhome Neverhome
Laird Hunt   
J'ai adoré suivre les péripéties de Constance (même si le postulat de départ m'a paru aussi intéressant que tiré par les cheveux vu l'époque).
Du début à la fin l'histoire est prenante et riche en rebondissements, et la narration à la première personne du singulier nous rend d'autant plus proches de Constance et de son introspection.
Ce n'est pas juste l'histoire d'une femme partant en guerre, qui sera finalement la toile de fond, c'est avant tout une histoire humaine.
J'ai aimé ses dialogues avec sa mère décédée, ses interrogations sur la vie et sa vie en particulier, ses rencontres, les différents personnages avec chacun leur part d'ombre ou de bizarreries (la guerre, encore).
Une de mes lectures préférées de 2017.
Au nom de tous les miens Au nom de tous les miens
Martin Gray   
Un sublime témoignage de la Seconde Guerre Mondiale, par un auteur qui a traversé tant d'épreuves qu'on ne peut qu'admirer sa volonté de vivre.
Un livre bouleversant, qui nous plonge aux côtés de Martin GRAY, et qui nous permet de tout ressentir de cette époque: peur, tristesse, anéantissement, horreur, épouvante, mais également espoir. Oui, de l'espoir, comme une lumière au bout de la nuit, une lueur vacillante, incertaine, à laquelle Martin s'est accroché, qui lui a permi de survivre au camp, de trouver la force nécessaire pour ne pas succomber au désespoir.
A lire absolument. Et préparez-vous à pleurer...

par Ophie
Mille femmes blanches Mille femmes blanches
Jim Fergus   
Excellent livre, riche en émotions et original.
Immersion dans une tribu Indienne et en cours de lecture, on se rend bien compte que les " sauvages " ne sont pas forcément le peuple auquel on s'attend.
Histoire touchante.

par ccmars
Passage du désir Passage du désir
Dominique Sylvain   
Si mon choix de cette série de roman a été initialement assez subjectif ("oh, la jolie, mignonne, croquignolette et originale charmante petite couverture"), elle n'était néanmoins pas dénuée d'objectivité : lecture des premières lignes qui m'ont tout de suite accrochée, puis des deux premières pages, qui m'ont fait oublier que j'étais debout dans un magasin l'espace d'une minute, me confirmant par là que ça me plairait bien. D'où l'achat de toute la série en poche en une seule fois. Et je n'ai pas été déçue.

Bref, le premier opus de cette série de polar m'a bien plu. C'est un bon polar, bien construit, les personnages sont attachants mais ce qui m'a plu le plus, c'est qu'il se déroule dans un quartier de Paris et autour de ses habitants, ses boutiques, les liens entre voisins.
Que deux enquêtes sont menées en parallèle, l'une par nos deux protagonistes, l'autre par des braqueurs. Une approche originale, et jusqu'au bout on ne s'attend pas au dénouement.
Et parlant des enquêtes, Lola Jost est une commissaire en (pré?)retraite, mais applique pour ces enquêtes amateurs les méthodes professionnelles de ses ex-confrères, en faisant ainsi un polar plus "classique".
Méthodes utilisées au grand dam d'Ingrid Diesel, qui ne raffole pas des nuits de planques. Et ajoute systématiquement sa touche personnelle, soit une certaine spontanéité qui n'est parfois pas sans conséquence...
Un duo sympathique et efficace, comme l'écriture de l'auteure. Et un duo pas si improbable que cela, leurs antagonismes les complète et nous amuse : le côté ours mal léché de Lola, l'enthousiasme d'Ingrid, leur différence d'âge, l'incapacité chronique d'Ingrid à comprendre ou retenir les expressions françaises au grand agacement de Lola qui en plus d'être ex-commissaire est aussi ex-prof de français.
Et elles ont surtout deux points communs : un caractère bien trempé, une pugnacité à toute épreuve.

Un très bon moment de lecture.
Mon Amérique Mon Amérique
Jim Fergus   
Autant je ne suis pas fana de chasse et pêche, autant j'ai j'ai adoré ce livre ! Je dois avouer que j'avais lu (encore) un peu (trop) rapidement le résumé de ce livre, pour n'en retenir que le côté balades dans les espaces sauvages américains, et je n'ai pas été déçue du tout.
Car non seulement ce livre m'a permis de m'ouvrir l'esprit sur la réalité de la chasse, qui lorsqu'elle est pratiquée par des gens responsables recèle un fort potentiel écologique, bien plus en accord avec le milieu naturel que ce dont je préjugeais, mais il a répondu et dépassé mes attentes sur ce livre.

Car elle est finalement bien secondaire, cette chasse. J'en retiens surtout la nature, grandiose, admirablement décrite par Jim Fergus et si bien partagée avec ses lecteurs qu'on en respire les mêmes odeurs, ressent le froid ou la chaleur selon les saisons évoquées (avec en plus le confort de notre fauteuil ou canapé), admirant les mêmes paysages et animaux.
Un auteur sans concessions sur les sujets ou personnes abordées, avec une grande tendresse pour ses compagnons de chasse humains comme canins, une passion pour cette activité sans compter une belle touche d'humour.
Le Dernier Testament Le Dernier Testament
Philip Le Roy   
Acheté un peu par hasard, ce livre est pour moi une bonne surprise.

J’aime assez le découpage du livre, dont chaque partie n’a absolument pas la même longueur que les autres.
La psychologie des personnages est plutôt pas mal et celle du personnage central, Nathan Love, peut sembler particulière de prime abord mais s’explique très bien par son vécu que l’on découvre au fil du livre.

Les atouts de ce livre, qui pour ses détracteurs sont aussi les points faibles :
- la philosophie za-zen à laquelle se réfère Nathan Love : elle prend une grande place dans le livre, en particulier la deuxième partie et c’est vrai qu’à un moment donné on se dit demande si ça va être comme ça encore les 400 pages suivantes. Et non. Et pour au moins deux bonnes raisons.
Je conseille donc à ceux qui n’ont pas aimé cet aspect là du livre de le relire en réfléchissant au sujet central du livre. Je le conseille en particulier à ceux qui trouve que la fin ne dévoile rien de plus.
- le récit par moment cinématographique du récit, en particulier les scènes de batailles où les héros s’en sortent on ne sait pas trop comment mais dans la vraie vie on sait que c’est impossible. Mais il ne s’agit que de quelques passages du livre.
En plus, je ne suis pas objective, j’ai horreur des romanciers qui construisent leurs livres comme des scénarios. Sauf que ce n’est pas le cas ici. Ce ne sont que certaines scènes qui font penser à du cinéma et en plus elles sont bien faites. L’auteur aime les films d’action et on sent leur influence, mais ce n’est qu’une influence, pas une ligne de conduite dans l’écriture. Donc j’aime bien.

Pour ce qui est du style de l’écriture et de la construction du roman, ça tient parfaitement bien (ça fait plaisir de voir qu’on peut faire confiance à un auteur qui retombe adroitement sur ses pattes et non de suivre un auteur qui se raccroche maladroitement aux branches – plus ou moins pourries - comme c’est malheureusement trop souvent le cas dans certains polars).
Le style d’écriture est efficace et prenant, ce livre vaut largement le prix qu’il a reçu !
Bilal, sur la route des clandestins Bilal, sur la route des clandestins
Fabrizio Gatti   
Le fait que l'auteur se soit lancé dans cette aventure en tentant de s'infiltrer, d'abord dans un groupe de clandestins rejoignant la Lybie pour atteindre l'Italie (première partie du livre) puis dans un centre de détention (seconde partie) rend ce récit d'autant plus intéressant. Infiltration pas évidente car le fait qu'il soit italien, blanc, et qu'il pose des questions sans dévoiler qu'il est journaliste va attirer l'attention et la suspicion.
L'auteur va bien plus au fond des choses que la plupart des reportages vus à la télé ou publiés dans la presse. La plupart se contentent de relater le trajet des clandestins et les conditions dans lesquelles il s'effectue. Ici on va bien au delà et Fabrizio Gatti recherche les causes de cette immigration. Pas seulement le classique "ils vivent dans des pays pauvres et ils veulent améliorer leurs conditions de vie et celle de leur famille". Non. Il est allé voir ce qui se cache derrière ce trafic, tout derrière.
Le théâtre des rêves Le théâtre des rêves
Bernard Foglino   
J’ai beaucoup aimé ce roman très bien écrit, drôle, délirant. Tout à fait pour moi qui adore les anti-héros. J’ai souvent éclaté de rire en le lisant. Je ne sais pas si c’est un premier roman, mais j’en lirai très certainement d’autres du même auteur.

La fin, ou plutôt le dénouement, est un peu loufoque (d’aucuns diront « tiré par les cheveux »), mais elle est très bien amenée. On suit le personnage dans ses multiples maladresses et bourdes et on tombe des nues avec lui quand les révélations tombent.

Vraiment, même si, comme moi, on n’est pas fan de foot, on aime !
Le croque-mort a la vie dure Le croque-mort a la vie dure
Tim Cockey   
Il s'agit d'une série de livres policiers dont le personnage central est un croque-mort qui, bien malgré lui, se retrouve à mener des enquêtes.
Personnage sympathique à l'humour aussi déjanté que son entourage, doté d'un nom aussi improbable que sa capacité à résoudre les énigmes (du moins est-ce l'impression donnée de prime abord), on s'attache vite à ce grand beau gars et même à son univers, qui n'est pas limité à son seul travail.

Donc, si vous êtes adepte de l'humour "à la con" et que, une fois n'est pas coutume, vous avez envie de vous poiler d'un bout à l'autre d'un polar, tentez cette série de livres.