Livres
469 819
Membres
437 651

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2014-06-28T12:14:39+02:00

- Ça m'est absolument égal, dis-je. Du moment que quelqu'un m'aime, peu importe qui je suis ou à quoi je ressemble.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-13T16:46:11+02:00

Absolument, répondit Grand-mère. Je connaissais bien sa mère. Elle me raconta que Lief, le marsouin, resta tout l’après-midi avec sa famille, et qu’il promena ses sœurs et ses frères à cheval sur son dos. Ce fut un merveilleux moment. Puis Lief fit au revoir en agitant la nageoire, et s’éloigna. On ne l’a plus jamais revu

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-13T16:46:01+02:00

 Le cinquième… marmonna-t-elle, en mâchonnant le bout de son cigare, comme si elle grignotait une délicieuse asperge. Ce fut un cas très intéressant. Un enfant de neuf ans, nommé Leif, passait ses grandes vacances avec toute sa famille, dans un fjord. Après avoir pique-niqué, ses parents se mirent à nager entre les rochers, et le jeune Lief plongea. Son père, qui l’observait, remarqua qu’il restait sous l’eau plus longtemps que d’habitude. Quand, enfin, il revint à la surface, Lief était devenu un marsouin

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-13T16:45:04+02:00

À huit ans, j’avais déjà rencontré deux fois des sorcières. La première fois, je m’en étais tiré sain et sauf. J’eus moins de chance la deuxième fois. Lorsque vous lirez ce qui m’arriva, vous pousserez, sans doute, des cris d’effroi. Mais il faut dire toute la vérité, même si elle est horrible. Enfin, je vis toujours, et je peux vous parler (même si je ne suis plus… ce que j’étais !), et cela, je le dois à ma merveilleuse grand-mère

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adélaïde 2010-09-07T17:23:57+02:00

[...] -Ensouite, continua la Grandissime Sorcière, chacoune de vous irra acheter...

Elle s'arrêta.

-Quoi donc ? demandèrent les sorcières. Dites-nous, Ô magnanissime, ce que nous devons acheter.

-Des magasins de bonbons !

-Des magasins de bonbons ! répéta le choeur. Nous achèterons des confiseries. Quelle idée géniale ! [...]

Afficher en entier
Extrait ajouté par Claranonyme 2018-01-21T12:57:15+01:00

Après les vacances de Pâques, le dernier trimestre commença. Grand-mère et moi, nous avions décidé de passer les grandes vacances en Norvège. Nous en parlions tous les jours. Grand-mère avait loué deux cabines sur le premier bateau partant pour Oslo. Puis d'Oslo, elle m'emmènerait sur la côte sud, près d'Arendal. Elle connaissait très bien le coin car elle y avait passé des vacances, dans son enfance, quatre-vingts ans auparavant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mimomee 2017-10-11T11:42:34+02:00

- Les enfants ne devraient jamais prendre de bain, opina Grand-mère. C'est une habitude dangereuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par NikyLivre 2014-02-02T03:52:27+01:00

Tu ne sembles pas très bien comprendre que les sorcières ne sont pas de vraies femmes ! Elles ressemblent à des femmes. Elles parlent comme des femmes. Elles agissent comme des femmes. Mais ce ne sont pas des femmes ! En réalité, ce sont des créatures d’une autre espèce, ce sont des démons déguisés en femmes. Voilà pourquoi elles ont des griffes, des crânes chauves, des grandes narines et des yeux de glace et de feu. Elles doivent cacher tout cela, pour se faire passer pour des femmes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par NikyLivre 2014-02-02T03:52:03+01:00

- les zenfants pouent le caca de chien! brailla la Grandissime Sorcière.

- Pouah! Pouah! Pouah! hurla le public.

- Et pirre encorre, grinça la Grandissime Sorcière. Le caca de chien sent la violette et la prrimevèrre à côté de l'odeurr des zenfants!

Afficher en entier
Extrait ajouté par NikyLivre 2014-02-02T03:51:11+01:00

ne vraie sorcière déteste les enfants. Elle les fait disparaître un par un, en jubilant. Elle ne pense qu’à ça, du matin jusqu’au soir. Qu’elle soit caissière dans un supermarché, secrétaire dans un bureau ou conductrice d’autobus.

Son esprit est toujours occupé à comploter et conspirer, mijoter et mitonner, finasser et fignoler des projets sanglants.

« Quel enfant, oui, quel enfant vais-je passer à la moulinette ? » pense-t-elle, à longueur de journée.

Une vraie sorcière éprouve le même plaisir à passer un enfant à la moulinette qu’on a du plaisir à manger des fraises à la crème. Elle estime qu’il faut faire disparaître un enfant par semaine ! Si elle ne tient pas ce rythme, elle est de méchante humeur. Un enfant par semaine, cela représente cinquante-deux enfants par an !

Un tour, deux tours de moulinette, et hop !… plus d’enfant !

Telle est la devise des sorcières.

Mais la victime est souvent choisie avec soin. Voilà pourquoi une sorcière traque un enfant comme un chasseur traque un petit oiseau dans la forêt. La sorcière marche à pas feutrés… elle bouge lentement, au ralenti… de plus en plus près… puis enfin, elle est prête et pfroutt !… elle fonce sur sa victime comme un faucon. Des étincelles crépitent, des flammes jaillissent, des rats rugissent, des lions fulminent… Et l’enfant disparaît !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode