Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par tekyla le 14-02-2016 Editer
Sainte Marie des Ombres, Tome 2 : L'enfant des ténèbres
Les lèvres moites de Dave m’effleurent la joue, ratant ma bouche de justesse, et je réprime la pulsion subite de fracasser ma pinte sur son crâne. Pas envie de me brouiller avec un collègue que j’apprécie et respecte. Enfin, d’habitude, parce que là, de seconde en seconde, ces deux notions dégringolent en flèche.
C’est fou, ça : depuis trois jours que je bosse en guest dans son studio, tout se passe à merveille. On est totalement pros en journée, super potes le soir, je dors dans sa chambre d’amis, pas le moindre problème. Sauf que vlan, première murge de week-end ensemble, et voilà le mec plus collant qu’un PQ usagé. Je ne comprends pas. Je lui ai expliqué, pourtant, hein, mais on dirait que l’alcool a noyé son neurone.
Je recule un peu plus et, ayant atteint le bout du canapé, finis par repousser Dave d’une bourrade plus énergique. D’un coup, les brumes de la tequila semblent se dissiper autour de son cerveau. Il cligne des yeux et me regarde d’un air quasi lucide – ou plutôt ahuri.
— Mais enfin, qu’est-ce qui te prend ? T’es célibataire !
Je manque m’en étrangler d’indignation.
— Quel rapport ? Je suis seule, donc je suis censée te sauter dessus comme si je pouvais pas tenir trois jours sans baiser ? C’est bon, je suis pas nympho !
Il en reste baba.
— Ben ça, alors ! Quand tu m’as appelé pour me dire que Thomas et toi faisiez une pause et que tu en profitais pour faire une tournée, j’étais persuadé que tu cherchais un plan cul, en fait…
À mon tour de le fixer d’un air stupéfait.
— Heu… t’es au courant que je suis une professionnelle, quand même ? Et que quand j’annonce que je compte voyager pour le boulot, ça ne signifie pas que j’envisage de tapiner aux quatre coins du pays ?
— Mais je parle pas de tapin ! se met à gueuler Dave, comme si je l’avais offensé. (Franchement, son indignation me semble même un peu outrée, là. Je vais peut-être finir par retourner dormir dans mon camion…) Je te parle juste de se faire plaisir tous les deux, sans arrière-pensées, sans engagement… C’est bon, tu vas pas me la jouer mère-la-pudeur, quand même ! Ton trou est pas plaqué or, non plus !
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.