Livres
524 160
Membres
542 320

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de SalemaW : Liste d'argent

Écoute le chant du vent / Flipper, 1973 Écoute le chant du vent / Flipper, 1973
Haruki Murakami   
https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2018/01/ecoute-le-chant-du-vent-suivi-de.html

Vous savez que je lis régulièrement des romans de Murakami. Lorsque celui-ci est sorti, je n'ai pu m'empêcher de me jeter dessus puisqu'il s'agit de ses deux premiers romans. J'étais curieuse de voir l'évolution de son écriture entre son dernier roman et ceux-ci. Effectivement il en a fait du chemin.

Déjà la préface est dès plus intéressante. On en apprend beaucoup sur le choix de Murakami pour l'écriture. Il explique la méthode qu'il a employé. elle est admirable mais qu'est-ce que c'est compliqué. Cela nous permet de comprendre le fait que ses premiers écrits soient si simples, sans fioritures et courts. Depuis, il a pris la peine de faire des romans plus complexes parlant de plus en plus de sujets. À nous lecteurs de choisir ce que l'on souhaite retenir.


J'avoue avoir une nette préférence pour "écoute le chant du vent". Il était vraiment addictif. J'avais du mal à poser le roman tant c'était simple, clair, net et précis. Ce que j'ai également apprécié, c'est de voir des références à d'autres de ses romans. Pourtant, il faut se rappeler que c'est son tout premier roman et que "la ballade de l'impossible" ou "kafka sur le rivage" n'existait pas. C'est juste hallucinant. C'est là que je me suis aperçue que je me souvenais de ses romans contrairement à ce que je pensais. C'est comme des tiroirs. Les mots nous renvoient à certains de ses écrits tout en conservant le caractère unique de cet écrit très beau.


Concernant "flipper, 1973", j'ai eu plus de mal. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai ralenti d'un coup ma lecture. Pour preuve, je l'ai terminé le 31 décembre. On suit l'histoire du narrateur et celle d'un personnage appelé "le Rat". J'ai été gêné dans un premier par le passage d'un personnage à un autre dans le point de vue puisqu'ils ne vivent pas du tout la même chose. De plus, il y a des sauts dans le temps sans être précisé. Murakami pousse le lecteur à posséder une excellente mémoire à une gymnastique psychologique de malade sur un roman aussi court dont le style d'écriture est pourtant simple. J'ai également été dérouté par la relation qu'entretien le narrateur. Pourtant, lorsque l'ont connait l'auteur et ses bizarreries régulièrement présentes, j'aurai du m'y attendre.


En bref, ce roman m'a surprise par bien des aspects. J'ai apprécié la lecture du premier, un peu moins le deuxième mais cela m'a permise de comprendre mieux l'art de cet auteur emblématique au Japon.
L'éléphant s'évapore L'éléphant s'évapore
Haruki Murakami   
La lecture de ces 17 nouvelles est un joli chemin vers la banalité des vies et l'absurde des situations : un nain danse et investit un corps, un amour naissant dans près d'une fabrique d'éléphant, la tonte d'une pelouse pour la dernière fois, un homme qui prétend brûler des granges, un gardien et son éléphant qui s'évaporent mystérieusement, un monstre vert qui sort de terre, l'attaque d'un Mc Do pour éradiquer une malédiction...
On guette le passage d'un chat ou la sonnerie d'un téléphone, on entend la musique jazz ou classique qui bercent le quotidien et on s'enfonce doucement dans un monde où tout est possible. Le monde de Haruki Murakami.
Les Amants du Spoutnik Les Amants du Spoutnik
Haruki Murakami   
L'histoire de ce tome est assez envoutante, entre amour contrarié et amitié indefectible. Les personnages de Murakami sont à la fois excessivement étranges et merveilleusement proches de nous. En lisant le livre, j'ai vraiment l'impression que mon coeur fait écho à leur existence. L'écriture de l'auteur m'emporte à milles lieux de chez moi et il est très difficile de revenir.

J'ai particulièrement apprécié le traitement de la solitude et de l'amour par l'auteur qui propose une vision de ses deux sentiments avec beaucoup d'humilité.

Bref, encore une fois, une merveille d'écriture :3
Saules aveugles, femme endormie Saules aveugles, femme endormie
Haruki Murakami   
Une écriture qui oscille entre rêve et réalité... une atmosphère emprunte de magie et de rêverie... Des nouvelles étonnantes, même étranges où s'expriment une douceur et une poésie parfois déroutantes.
L'Annulaire L'Annulaire
Yoko Ogawa   
Une ambiance, hm... Comment définir ça? Les seuls mots qui me viennent sont bizarre, ou, au mieux, étrange.
Une insipide histoire de romance à base de soumission (le mot est peut-être un peu fort, mais c'est bien l'idée: l'héroïne ne veut plus partir, car elle est "captive" de son patron, et ce à cause des chaussures qu'il lui a offert visiblement) et de fétichisme pédestre tout à fait dérangeant.
La fin est ouverte, ce qui m'agace prodigieusement, mais bizarrement, je n'arrive pas à considérer ce livre comme mauvais. Peut-être l'attraction malsaine qu'il exerce, allez savoir. Mais heureusement qu'il était court quand même...

par Spika
Anita Blake, Tome 26 : Serpentine Anita Blake, Tome 26 : Serpentine
Laurell K. Hamilton   
Anita ne me surprend plus. Certes, il lui arrive toujours des aventures à tirer par les cheveux mais je ne la retrouve plus.
Où est donc passer l'Exécutrice ? Ici, il ne reste qu'une femme entouré de son harem qui joue la consultante pour des meurtres surnaturels.
Trop de blabla, trop de dispersion, pas assez de sens. Ce tome manque d'organisation et traîne en longueur. L'idée est bonne, l'intrigue avait du potentiel mais ce tome est mal exploité. J'espère (toujours) que le prochain sera à la hauteur des débuts d'Anita. Redonnez-moi mon Exécutrice badass !

par clem005
Acide sulfurique Acide sulfurique
Amélie Nothomb   
Ce qui m'a le plus plu dans cette oeuvre, c'est la refléxion demandée vis-à-vis de la télé-réalité qui polluent de plus en plus de chaines et de plus en plus de façons. Mais ce n'est pas la question de "jusqu'où va aller la télé" qui m'a frappée. Car au fond, la télé ne fait que suivre l'envie de la majorité des téléspectateurs, mais c'est bien jusqu'où vont aller ces derniers, dans la demande de réalité-sensationnelle et dans l'hypocrisie de critiquer ce genre de programme tout en continuant à les regarder. C'est une fiction qui risque fort d'arriver. Voire pire. Elle a bien compris le déclin que prend notre monde et qu'il risque de sombrer bien bas.
Amélie Nothomb reste une de mes auteures préfèreées. Elle a un style unique et prenant qui touche jusqu'au partie les plus intimes de notre être profond.

par ouva
Antéchrista Antéchrista
Amélie Nothomb   
Lorsque j'ai commencé la lecture de ce roman, je ressentais comme une gêne dont la compréhension m'échappait totalement. Puis, au fil des pages, j'ai ressenti une profonde indignation et vers la fin, de la joie mêlée de mépris. Autant dire que ce roman m'en aura fait voir de toutes les couleurs ! Je l'ai bien aimé, surtout ce côté un peu psychologique, cette étude de l'être humain, de l'adolescent plus particulièrement.
Attentat Attentat
Amélie Nothomb   
Moi aussi il m'a fait songer à la belle et la bête. J'ai remarqué qu'elle se servait de beaucoup d'histoires qui existent déjà et elle les rend laides, mais d'une façon si personnelle que ça en devient savoureux. Amélie Rocks !
Barbe bleue Barbe bleue
Amélie Nothomb   
Ce livre est un chef d'oeuvre... ! Franchement j'ai retrouvé tout ce que j'aimais chez Amélie : Des personnages mystérieux, des dialogues sublimes, son humour noir et le champagne. Franchement je l'ai dévoré et je ne regrette pas d'avoir attendu un an pour le lire. Vivement la sortie du prochain. L'idée des couleurs est géniale, et comme d'habitude la fin est inattendue. J'ai adoré.

par MFHPT

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode