Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sana-Kuja : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 14 Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 14
Masami Kurumada    Shiori Teshirogi   
Cette histoire est la conclusion à la fois du tome XIII et de TLC et s'achève sur la résurrection de Shion et des Golds sous forme de spectres, tout simplement ! De la densité en perspective. Et, aussi surprenant que ça puisse paraître, l'ensemble se lit bien, sans cette confusion que j'ai si souvent déplorée. A croire qu'un si riche programme a obligé Teshirogi à aller à l'essentiel pour ne pas se perdre elle-même, ce qui l'a rendue plus efficace dans sa narration. Tant mieux.

Le livre s'ouvre donc comme la suite immédiate du tome précédent et voit le nouveau chevalier du Bélier régler son compte - du moins le croit-il - à Kairos. Sauf que Kairos s'est juste esquivé et promet de revenir pour lui en faire baver.

On fait un bond dans le temps et on se retrouve 20 ans après, soit 14 ans après la guerre sainte. Kairos a réussi à se libérer du sort que lui avait réservé Aspros et revient se venger de Shion, avec aussi la prétention de retrouver Tenma pour attaquer l'Olympe avec lui et l'armure divine de Pégase. Sauf que le Shion de 1757 n'est plus celui qu'il avait affronté autrefois : le môme de 12 ans est devenu un homme expérimenté, dont les connaissances ont considérablement accru et il l'apprendra à ses dépens. Le bouclier de la Justice met un terme à son délire et Kairos disparaît définitivement. On aurait pu croire que Tenma et Sasha étaient là en chair et en os, mais il n'y avait que leurs armures. Teshirogi laisse planer le doute sur le devenir des deux amis.

Et, après un bonus sur l'origine du tatouage de Yuzuriha, voici. L'assassinat de Shion et sa résurrection. Il est au Cocyte, où il salue ses maîtres, ses amis, tous ceux qu'il a connus. Il sont tous là : Aldébaran, Cardia, Dégel, Sisyphe, Albafica, Manigoldo... on reconnaît aussi la silhouette de Yuzuriha. Il prononce peu de mots, juste des mots d'espoirs à l'adresse, on le comprend, de la génération 1990. Il croit en la victoire en cette ère. Cette scène, très émouvante, s'achève alors qu'il rejoint Saga, Camus et les autres. 6 petites pages seulement. Mais un condensé d'émotions, qui donne à ce XIVè tome des "Chronicles" puissance et relief.

par NathAries
Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 2 Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 2
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Un excellent tome bourré d'humour sur Kardia. On voit l'amitié le liant à Sasha, la réincarnation d'Athéna.
L'histoire se passe en Amérique du Sud, dans un village où vit Calvera, propriétaire d'un bar qui tient tête à Kardia. Tout les deux m'ont fait bien rire. On en apprend aussi plus sur la personnalité de Kardia qui garde son côté déjanté.

par Lolautte
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 25 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 25
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Après avoir lu ce dernier tome de The Lost Canvas, voici le moment de donner un avis général sur la série. Hé bien, je suis mitigée. J'adore cette série, mais en même temps, certaines choses ne me plaisent pas. Certains personnages n'ont servi à rien, alors que certains n'étaient pas assez exploités, certains moments traînaient trop en longueur, ou ne faisaient pas du tout avancer l'histoire...
Fort heureusement, malgré quelques similitudes, même univers oblige, The Lost Canvas a innové par rapport à la série originale. J'entends par là que l'on a pas eu droit à un bête copier-coller de l'original transposé 200 ans en arrière... Même les personnages ont changé! Bien sûr, ils gardent certaines caractéristiques propres à leur constellations/rôles/... mais dans l'ensemble leurs psychologies sont différentes des protagonistes de Saint Seiya. Aussi, certains chevaliers qui ne sortaient pas vraiment du lot dans l'original sont plus mis en avant, on a droit à leurs histoires (Régulus par exemple, qui compte parmi mes chevaliers d'or préférés alors qu'Aiolia, bien que je l'aime beaucoup, n'a pas ce privilège :p)
Ensuite, les dessins... Là, il n'y a rien à redire, on retrouve des traits familiers et innovants à la fois par rapport à ceux de la première série. Le tout plus fins, plus harmonieux et élégants.
Pour ce qui est du tome en lui même, bien, je dirais qu'il offre un dénouement auquel je ne m'attendais pas... Les évènements s'enchaînent très vite et je crois qu'à un certain moment, j'ai perdu le fil o.o Bref, je suis assez contente de la fin ^^
Bon, en fait, je crois bien que je n'ai pas tant de négatif que ça sur cette série :)
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 21 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 21
Shiori Teshirogi   
Pandore est tout simplement odieuse et détestable dans ce tome!! [Même si elle joue la pauvre petite victime sur la fin]

C'est aussi un tome super triste pour les fans de Kagaho, dont je fais partie... Un petit clin d'oeil à Shiryu et Shura? [spoiler]Quant à la mort de Valentine, n'en parlons pas... Pathétique pour un personnage pareil, si important! Il ose se dresser contre Pandore pour protéger Rhadamanthe, j'estime qu'il méritait mieux...[/spoiler] Jusqu'où la puissance de Rhada ira-t-elle?
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 18 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 18
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Une magnifique couverture, super dessin :)
J'aime beaucoup, comme les précédents :D
Je recommande !

par Isawien
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 10 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 10
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Encore un excellent tome, comme les précédents de la série :)
Je suis fan, je recommande !
A lire et à relire !

par Isawien
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 6 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 6
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Même si l'histoire est super triste, elle reste super belle c'est donc pour cette raison que je continu de la lire et que je la recommande.

par Diprianni
Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 5 Saint Seiya - The Lost Canvas, Tome 5
Masami Kurumada    Shiori Teshirogi   
Ces livres sont de plus en plus accrochant, je n'arrive pas à m'arréter de les lire.

par Diprianni
Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 1 Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 1
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
Un très bon tome. Etant très fan de Saint Seiya, et en particulier de The Lost Canvas, je n'ai pas été déçu de ce volume. Les chevaliers d'Or sont vraiment intéressants, alors lire une histoire centré sur chacun d'eux, ça m'a vraiment plu.

Albafica est un personnage assez mystérieux donc en apprendre plus sur lui est vraiment super. Sachant que dans la série il meurt assez rapidement, le voir en action est un vrai plaisir. Et puis, Albafica est un chevalier qui donne envie d'en apprendre plus sur lui. Entre sa malédiction de sang, son passé, et ses capacités, il y a de quoi exploiter. Après, c'est peut-être dommage de s'arrêter à un tome, mais peut-être que je me trompe. En réalité, j'ai très envie d'en apprendre encore plus sur ce personnage, sur ses relations avec les autres chevaliers d'Or, avec les autres du sanctuaire aussi, et pourquoi pas commencer à avoir une petite idée de son futur disciple, celui qui prendre la relève et qui empoisonnera à son tour son propre sang ? Ça serait sympa je trouve.

En ce qui concerne l'histoire, je la trouve bien. Elle bouge, et même si étalé sur un deuxième tome aurait été idéal à mes yeux, je l'aime bien ! Il y a de l'action, des combats, des révélations et du sang !! Du sang empoisonné, et ça c'est cool~ Le personnage de Pefko m'était d'abord difficilement supportable, surtout dans sa façon de parler et sur la fin... bah je me dis qu'il est mignon mais que je n'aimerais pas l'avoir dans les pattes comme Albafica l'a. Quant à Shion, j'aimerais beaucoup savoir qu'elle relation il a avec le chevalier du poisson, et pourquoi le poison ne le touche pas. C'est un mystère qui me fascine énormément !

Personnellement, j'adore les graphismes ! Ce sont ceux typiques d'un shonen. Ils sont très détaillés, fins, précis ! Un régale pour les yeux~ Sans parler de la complexité de certaines pages, notamment avec les armures et les surplis, ou encore quand un champ de roses ou autres fleurs fait son apparition. C'est surprenant et j'aime m'y perdre.

En outres, un très bon volume, qui m'a mis du baume au coeur. Ç'a été un réel plaisir de le lire et j'ai hâte de lire les suivants.
Je le conseille vivement !

par Kanon
Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 3 Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles, Tome 3
Shiori Teshirogi    Masami Kurumada   
J'avais acheté ce titre à sa sortie et je viens de le relire.
Ce qu'il y a de bien avec Teshirogi, c'est que ses chevaliers d'Or sont finalement, comme tout le monde, avec leurs ennuis de santé (Cardia et son coeur, Ilias et ses poumons etc.) et leurs tracas. Ici, donc, on a un sage, un homme quasi légendaire, Krest, 500 ans au compteur et maître de Dégel. Or, malgré son expérience, Krest a tout simplement peur de la vieillesse et de la mort et souffre de solitude. C'est pourquoi il s'acoquine avec Mme Grenat, qui a trouvé le moyen de rester éternellement jeune et belle, mais au détriment d'hommes innocents.
Cependant, l'auteure va plus loin dans sa psychologie, car Krest n'a pas pour autant trouvé la paix de l'âme : tel un héros cornélien, il se débat dans un cas de conscience et appelle à l'aide son disciple pour l'aider à trancher sur le bienfondé de leur attitude à lui et à sa belle.
Dégel se rend donc en France, là où réside Mme Grenat et petit à petit, découvre la vérité. L'ensemble tourne alors à une confrontation maître-élève, qui n'est pas sans rappeler les combats entre Camus et Hyôga, dans la mesure où Krest cherche à pousser Dégel sans ses derniers retranchements. C'est d'ailleurs curieux comme les reproches qu'il adresse au jeune chevalier sont les mêmes que ceux que Camus adressera plus de 200 ans après à Hyôga : trop de sentimentalisme, pas assez de sang-froid etc., à ceci près que malgré ses défauts, Dégel est déjà chevalier d'Or, quand Hyôga ne l'est que de bronze...
Bien sûr, Dégel triomphe et Krest et Mme Grenat se rendent compte de leur erreur. Toutefois, le Verseau ne sort pas indemne de cette épreuve : si sa sensibilité est loin d'être morte (il aime toujours les livres et reste, comme on le voit dans TLC, assez impulsif), il est blessé aux yeux et devra désormais porter des verres en dehors des combats. Cette blessure, due à l'éclat insoutenable de l'attaque de Krest explique ainsi pourquoi dans TLC on voit Dégel avec des lunettes.
A noter, enfin, que malgré ce qu'ils peuvent professer/afficher comme attitude, les chevaliers du Verseau, qu'ils s'appellent Krest, Dégel ou Camus sont bien des hommes comme les autres, avec leurs émotions et leurs sentiments. Leur calme absolu n'est qu'apparence, fruit d'un gros travail de maîtrise de soi et personne, parmi les fans, n'a oublié les larmes de Camus contemplant le cercueil de glace enfermant Hyôga.
Ce volume tient donc ses promesses, au point que je pardonne à Teshirogi les anachronismes vestimentaires (Fluorite est habillée comme une femme de chambre de la Belle Epoque, et encore, la robe est trop courte !).

par NathAries