Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de sandrapalau : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Rigante, Tome 3 : Le Coeur de Corbeau Rigante, Tome 3 : Le Coeur de Corbeau
David Gemmell   
Superbe. Je viens de le terminer et je ne sais quoi dire à part : Superbe.
800 ans ont passés, mais j'ai encore plus préféré ce tome aux deux précédents ! Au début j'avais l'appréhension je voulais continuer sur la lignée Connavar/Bane/Bran, mais au final c'est fait et j'ai été loin d'être déçue !
J'ai vraiment lu ce tome d'une traite, impossible de m'en détacher ! Tous les personnages sont excellents et nous emmènent petit à petit vers l'issue inévitable... Les personnages sont géniaux, la fin est... Pfiouh émouvante au possible. Bref du grand Gemmell.
Une chose que j'ai adoré c'est de voir comment les actes du passé peuvent être transformés etc. Persis Albitane devient un Saint, la religion de l'Arbre qui voulait se démarquer par la paix devient comme les autres : corrompue, Connavar était Varlish... Bref un régal de voir les petits clins d'oeils dispersés.
Le seul point négatif qui n'en est pas un c'est que j'aurai aimé plus voir le "fils" du Moïdart, sauf que je viens de voir que le 4ème tome lui sera quasi dédié donc je m'y lance de ce pas !!
Amateurs de fantasy surtout n'hésitez pas si vous désirez de belles batailles, des psychologies approfondies, un rythme soutenu, et une histoire superbe !

par Tarso
Elantris - Intégrale Elantris - Intégrale
Brandon Sanderson   
Elantris est le premier roman de Brandon Sanderson à qui l'on doit notamment l'excellente trilogie de Fils-des-Brumes.

Elantris est le nom de l'ancienne capitale de l'Arléon dont les habitants étaient considérés comme des dieux. Ces Elantriens d'une beautés argentés savaient utilisés la magies sous formes d'aons (symboles dessinés en l'air) et chacun d'entre eux devenaient Elantriens de manière aléatoire sans que l'on sache pourquoi.
Tout cela a pris fin il y a 10 ans quand chaque Elantriens a vu son apparence devenir subitement ignoble et leurs magies devenue inefficace, entrainant alors une profonde révolte en Arléon.
Le récit est écrit à la 3éme personne et nous fait suivre trois point de vue :
- Raoden est le prince adoré du peuple d'Arléon. Alors qu'il attend la venu de sa future promise, il se retrouve subitement maudit et se transforme en Elantrien. Prenant une peau ridée noire, perdant ses cheveux, on le considère alors comme mort et on l'envoi en exile dans la cité maudite d'Elantris. La-bas, chaque souffrance est perpétuelle et la sauvagerie règne. Raoden va alors entreprendre de faire d'Elantris un endroit civilisé tout en apprenant les aons (qui sont inefficaces) et en cherchant la cause de la déchéance d'Elantris.
- La princesse Sarène viens en Arléon dans le but de se marier avec le Prince et contracter une alliance entre Arléon et le Téod. A peine arrivée, on lui annonce que le prince est mort mais que les clauses du contrat sont toujours valables. La voila donc défunte d'un mari qu'elle n'a connu que par lettre. Mais Sarène aura fort à faire pour maintenir le pays entre le roi qui est un incompétent et le Fjorden qui menace de les envahir. Le destin d'Arléon et de Téod pourrait bien être entre ses mains et de son esprit affuté.
- Hrathen est Gyorn, un des 20 Grands Prêtres du Shu-Korath et ne doit des comptes qu'au Wyrn. Ce dernier l'envoi en Arléon dans le but de convertir la population dans un délais de 3 mois. Si il échoue, le Wyrn prévoit de convertir l'Arléon et le Téod par la force en lançant les armées du Fjorden sur leurs peuples.

Sorti en premier lieu cher Orbit, je m'étais abstenu de son achat, ne cautionnant pas le fait de scinder un roman en deux. Il semble que depuis, l'éditeur soit revenu sur son choix premier et l'édition poche va elle aussi dans ce sens en nous proposant l'intégral en 1 tome tel qu'il aurait toujours du être.

Fort de ces 800 pages en format poche, on a du mal à croire qu'il s'agit de son premier roman et l'auteur fait déjà preuve de sa créativité sans bornes que l'on a pu voir dans Fils-des-Brumes. Il créé un univers complexe ou la religion joue une prédominance. Pour autant, pas d'intervention divine mais uniquement des actions d'hommes qui agissent selon leurs convictions (cela a le mérité d'éviter quelques facilités trop récurrentes dans la Fantasy en général)
Le lecteur en mal d'action risque toutefois d'être un peu rebuté par l'ouvrage, car si il est vrai que nous en avons un peu, c'est très loin d'être une dominance du récit qui s'axera surtout sur des intrigues politiques et le mystère de la chute d'Elantris. J'ai moi même eu quelques doutes en commençant le récit mais au final, j'ai lu le livre comme on boit du petit lait (malgré un début pas toujours facile de par son vocabulaire). Le fait de limiter les points de vue à seulement 3 personnages est un point fort du récit puisqu'il permet pleinement de s'attacher à chacun d'entre eux et évite des protagonistes trop impersonnels. Même Hrathen qui à première vu n'est pas un "gentil" nous est sympathique et dégage une certaine noblesse dans le fait que les coups "bas" qu'il fait, c'est avant tout afin de prévenir d'un massacre brutale.
Hrathen aura toutefois les passages les moins longs de l'alternance Raoden/Sarène/Hrathen et on se concentrera avant tout sur les péripéties de nos tourtereaux en devenir. Car on s'en doute, une petite histoire d'amour se trame dans le récit même si je trouve la romance assez mal traité et je n'ai pas ressenti autant d'émotion dans la relation Raoden-Sarène que durant les moment ou l'auteur nous mettait face à la solitude de Sarène.
Autre déception, les éléments finaux qui semblent pour le moins précipités et qui jurent un peu face à la certaine lenteur du début de récit. C'est d'autant plus vrai que si fin nous avons, l'auteur conserve beaucoup trop de cartouche en réserve pour ne pas donner l'espoir au lecteur d'une suite aux aventures d'Elantris (et qui n'existe malheureusement pas pour le moment).

Je n'irais pas jusqu'à prétendre que j'ai autant aimé Elantris que Fils-des-Brumes mais l'on voit tout de suite que Brandon Sanderson fait déjà montre d'un certain tallent et s'inscrit avec déjà comme une figure incontournable de la Fantasy. Un excellent tome que je conseil et qui, de part son unique tome n'engage à rien par la suite même si, ironiquement, on se met ardemment à en espérer une lorsque l'on tourne la dernière page du récit.

par Caly
Never Tear Us Apart, Tome 1 : Never Forget Never Tear Us Apart, Tome 1 : Never Forget
Monica Murphy   
Je serais passée à côté de ce livre sans vraiment lui accorder la moindre attention si une amie (coucou!!) ne me l'avait pas conseillé et fait promettre de le lire. ;)

C'est très rare mais j'avais envie de me plonger dans ce roman en sachant le moins de choses possibles dessus. Et c'est ainsi que je me suis lancée dans cette lecture. Comme l'a très bien dit True-Book-Fan (qui est l'amie en question, haha) ce roman est sûrement à éviter pour ceux qui ne sont pas à l'aise à l'idée d'une romance comme celle-ci -qui met en scène une victime de kidnapping et son sauveur qui est le fils de son agresseur-. Et aussi, je pense tout comme elle (puisque c'est elle qui m'a donné ce conseil en premier lieu) qu'il est préférable de lire la note de l'auteure au début. Celle-ci vous met justement en garde quant au sujet dont traite son roman, etc.

Maintenant, passons aux choses sérieuses. Mon avis sur ce roman? Je ne vais pas tourner autour du pot, j'ai vraiment apprécié ma lecture mais ce roman est tout-de-même passé assez loin du coup de cœur. (Sorry.)

Je vais peut-être en étonner ou peut-être pas mais je ne suis pas particulièrement fan de la plume de Monica Murphy. Je ne sais pas si c'est juste moi (et de toute façon c'est pour ça que ça n'est que mon avis) mais je l'ai trouvé sans charme, un peu trop... simple.
(Sorry #2.)

En revanche, comme elle a écrit une histoire qui vaut tout-de-même la découverte, j'ai trouvé Never Forget assez addictif et je n'ai donc pas eu besoin d'une éternité pour lire ce roman.
En fait, une fois que j'étais plongée dans l'histoire, la plume n'avait plus vraiment d'importance pour le coup, je voulais juste connaître la suite.

En parlant de se plonger dans l'histoire, ça a été un peu difficile. Je ne sais pas spécialement pourquoi (peut-être à cause de la plume) mais il m'a fallu un peu de temps pour vraiment me perdre dans le récit.

Pour revenir sur l'histoire, comme dit plus haut, l'histoire se base sur un sujet délicat et que je considère comme «casse-gueule». Au moindre faux pas le roman peut perdre toute sa crédibilité et selon comment les choses sont mises en place, c'est le genre de sujet qui peut blesser certaines personnes.
Mais heureusement, j'ai trouvé que Monica Murphy s'en est bien sortie, ce que je considère sincèrement comme étant un très bon point. Elle a bien su «doser» les choses, rendre cet aspect de la lecture réaliste et impactant (ça se dit?). Elle ne nous a absolument pas donné une impression de «le nouvel homme idéal est le fils du gars qui a brisé une part de vous à vie...». Justement, dans la note qu'elle laisse au lecteur au début, elle nous dit à quel point elle a toujours été fascinée par ces Hommes qui commettent des actes aussi monstrueux et qu'elle ne les minimise pas dans son roman... J'ai apprécié le fait qu'elle précise bien qu'elle n'essaie pas de rendre ce sujet «glamour» car je trouve que mine-de-rien beaucoup de personnes auraient penser le contraire pour telle ou telle raison.
Bref, je m'arrête là concernant ce point (je crois que vous avez compris là où je veux en venir) et je passe toute-de-suites aux personnages.

Je les ai vraiment apprécié, ils sont attachants et ils ont réussi à me toucher. Comment aurait-il pu en être autrement? Je n'ai rien de plus à dire (oui, vraiment rien) mais ils valent vraiment la découverte.

Je ne suis pas la plus grande fan de dark romance. Mais la relation entre Katherine et Ethan/Will a été intéressante à découvrir (et addictive, j'avoue). [spoiler]Ça doit être horriblement difficile d'aimer le fils de son bourreau. Mais l'aimer sans le savoir dans un premier temps doit être pire.[/spoiler]

Je recommande cette romance à ceux qui ont apprécié celle de Ten Tiny Breaths de K.A. Tucker puisque le concept est le même.

Honnêtement, je ne sais pas si je lirais la suite rapidement mais un de ces quatre, je le ferai c'est certain. Parce que vu comment ça se termine, je ne peux pas imaginée une seule seconde de ne jamais connaître la suite de cette histoire.

En parlant de la fin, celle-ci est en tout point ce que j'attendais qu'elle soit, même si c'était assez prévisible [spoiler]mais en même temps, ce n'est pas comme si on pouvait s'attendre à une autre réaction de la part du personnage. J'aurais sûrement été déçue si Katherine avait réagi autrement; sa réaction fasse à la découverte du fait qu'Ethan et Will sont la même personne convient à son personnage et n'importe qui saint d'esprit réagirait ainsi, je pense.[/spoiler]

En conclusion, Never Forget est un roman qui mérite la découverte et qui plaira très sûrement aux fans de dark romance. Le sujet très sérieux aurait pu être une faiblesse pour ce roman mais l'auteure a su en faire sa force.
Je serais curieuse de découvrir la suite (un de ces jours).

par Sheo
Les enfants de la conquête, tome 1 Les enfants de la conquête, tome 1
Celia S Friedman   
Un livre intéressant mais d'après le résumé, je ne m'attendais pas du tout à ça. Je pensais que ça se déroulerait plus comme la fin.
June, Tome 1 : Le Souffle June, Tome 1 : Le Souffle
Manon Fargetton   
"June" est une déception. J’ai eu du mal à le terminer mais je suis quand même parvenue à mes fins !

L’histoire aurait pu être intéressante si l’auteur avait su dès le début poser les bonnes bases.

Et pourtant, le début du livre semblait démarrer sur de bonnes positions et promettait des aventures enrichissantes et palpitantes… que nenni ! Malgré une écriture fluide, l’intrigue ne tient pas la route. Je n’ai absolument rien retenu des Sylphes, de leur monde et leur agissement sur le commun des mortels. On en sait peu sur le pouvoir de June : à vrai dire ça traîne trop en longueur, c’est au dernier moment qu’on obtient un peu plus d’information. Je sais que l’auteur voulait mettre au parfum le lecteur pour mieux entretenir le suspens, mais le charme n’a pas opéré chez moi.

Les personnages sont plutôt fades, c’est bien dommage que Manon Fargetton n’ait pas davantage mieux travaillé leur personnalité car ils méritaient qu’on leur attribue toute notre attention sur eux.

Autre défaut : l’auteur jongle mal entre la rapidité et la lenteur. Je m’explique : durant le premier quart de l’ouvrage, June essaye de comprendre, de se familiariser avec son pouvoir mais n’arrive à rien. Un ennui total, il ne se passe rien, on tourne autour d’un pot de chambre quand pouf ! d’un chapitre à l’autre deux ans se sont écoulés. Comme ci de rien n’était. Là je n’ai pas compris Manon Fargetton. Pourquoi faire écouler deux ans pour qu’enfin les choses se mettent un p’tit peu à bouger ? J’étais confuse et je le demeure toujours autant. Sinon, certaines scènes m’ont aussi paru bâclées.

En conclusion : une histoire et une intrigue maladroite, bancale qui aurait pu être mieux remédier.

Les enfants de la conquête, tome 2 Les enfants de la conquête, tome 2
Celia S Friedman   
Un tome dans la continuité du précédent, je suis ravie de ma lecture!
C'était le tout premier space opéra que j'ai lu, et je suis très contente, car il est davantage axé sur le côté humain et psychologique plutôt que le côté militaire et combats auquel on peut s'attendre. On poursuit donc l'aventure chez les Braxanà et les Azéens, aux côtés de Zatar et Anzha, mais surtout de Zatar. La question de la sexualité est beaucoup évoquée dans ce second tome, puisque les deux civilisations n'ont pas le même avis dessus, ainsi que le danger ou non du don télépathique, et je trouve que cela apporte des réflexions intéressantes sur les deux sujets. Chaque chapitre est précédé d'une citation d'un des monarques de Braxi, ce qui mène la réflexion un peu plus loin.
Je suis personnellement agréablement surprise, c'était une lecture très enrichissante! Je le recommande à tous, même si vous n'avez jamais lu de space opéra comme moi!
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
June, Tome 2 : Le Choix June, Tome 2 : Le Choix
Manon Fargetton   
Autant j'ai dû m'accrocher pour finir le tome 1 alors que pour le deux je suis tout de suite rentrée dans l'univers de Manon Fargetton.
Le tome 2 à beaucoup plus d'actions, June ne passe pas la moitié du livre au port de la Lune à attendre quelque chose que l'on ne connait même pas.
Là, c'est différents, elle a un vrai but et elle sait à peu près où elle doit se rendre.
J'ai adoré l'histoire des tours, les riches d'un côté, les pauvres de l'autre.
Locki tombe amoureux, je suis tellement contente et tout mais du côté de June elle est toujours à penser à ce c** de Jonsi qui ne sert à rien et qui n'a aucune personnalité.
J'espere que le trois aura autant d'actions que dans le deux et que Nathanaël ne deviendra pas Veilleur, rencontrera June et vous imaginez la suite.^^
Bref, j'attends avec impatience le tome 3!!

par Jaade
Éternité Éternité
Jess Rothenberg   
Quand on lie le résumé on s'attend à un truc assez cul-cul, une fille morte le coeur brisé, franchement je croyais que sa aller être un roman assez simple, cul cul quoi. C'est la couverture qui m'a donner envie de l'acheter. Mais whaou ! Ne vous fiait pas au résumé, lisait le livre. Ce livre est tout simplement excellent, on en apprend énormément. On apprend beaucoup sur le fait que de se venger n'est pas le meilleur moyen de tourner la page. Ce roman parle surtout de deuil, d'amitié, de vengeance, de famille et d'amour. Bref mon avis n'est pas géniale mais je ne trouve pas les bons mots. En tout cas, ce livre est magnifique, passionnant et je l'ai lue en une journée, je n'ai pas pu le lâcher. C'est un coup de coeur.

par Megane84
Nés à minuit, Tome 3 : Illusions Nés à minuit, Tome 3 : Illusions
C.C. Hunter   
Un troisième absolument MAGNIFIQUE !!
Impossible de le relâcher une fois qu'on l'a commencé.
Ce tome enchaîne les révélations, et l'auteure réussit à nous surprendre à chaque nouvelle page, chaque nouveau chapitre.
L'"espèce" à laquelle Kylie appartient est juste...choquante. On ne s'y attend absolument pas.
On apprend également à connaître les personnages un peu mieux, ils évoluent, ils grandissent.
Le meilleur tome, sans aucun doute !!

par lina69