Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sandryne : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La mort est une garce La mort est une garce
Baptiste Beaulieu   
Je n'ai pas beaucoup aimé cette nouvelle. Je rejoins mistinguette60 sur le terme 'bizarre'. Je n'ai pas aimé le vocabulaire non plus.

par gnes
Alors vous ne serez plus jamais triste Alors vous ne serez plus jamais triste
Baptiste Beaulieu   
https://lamouchequilouche.wordpress.com/2015/08/28/alors-vous-ne-serez-plus-jamais-triste-baptiste-beaulieu/

J’ai connu cet auteur avec son roman Alors Voilà, qui a été un véritable coup de coeur pour moi. J’étais donc à la fois confiante et inquiète à l’idée de lire son second ouvrage, Alors vous ne serez plus jamais triste.

En effet, j’étais confiante sur l’écriture de l’auteur, écriture qui m’avait tant fait vibrée dans son précédent roman. Baptiste Beaulieu, avec Alors vous ne serez plus jamais triste, a su une fois de plus me toucher au coeur. Encore une fois, nous rions, nous pleurons. Pourtant, ce livre m’a paru trop lent,trop long. Il n’a pas une bonne dynamique. Si nous faisons une pause dans notre lecture, il y a de forts risques de ne jamais reprendre le bouquin entre nos mains, il serait très difficile de se remettre dans l’oeuvre. C’est dommage, ce livre n’est pas addictif, malgré la merveilleuse écriture de son auteur. Une écriture légère malgré les thèmes abordés, une écriture douce, poétique. J’aime d’amour cette plume.

Mais Alors vous ne serez plus jamais triste n’est pas addictif, malgré ses personnages hauts en couleur, notamment la Vieille, à moitié mythomane, mais surtout grande rêveuse, grande romantique qui semble avoir vécu de nombreuses vies. Je me suis beaucoup attachée à elle, contrairement à Mark, le personnage principal, le fameux médecin dépressif suicidaire. Il est très touchant, c’est vrai, avec son histoires d’amour et ses regrets. Mais ce qui m’a le plus touché, dans son histoire, ce sont ses anecdotes sur son métier, sur la médecine.
L’intrigue du roman est elle-même un peu plate, sans trop de surprise. Elle suit toujours le même schéma, le seul véritable rebondissement est en toute fin de roman, lors des révélations de la Vieille, dans sa lettre terriblement touchante.

Ce roman est donc pour moi une grosse déception, c’est un livre que l’on lit qu’une seule fois, que l’on apprécie moyennement et qui finit par jaunir sur une bibliothèque. J’en suis extrêmement déçue.
Carambol'ange Carambol'ange
Clémentine Beauvais   
j'ai bien aimé se livre. C'étais une lecture agréable cependant je pense qu'elle convient plus un publique jeune, je l'ai personnellement lue en 6ème et je ne le relier pas a l'heure d'aujourd'hui même si j'en garde un bon souvenir. C'étais drôle, simple...
Les Petites Reines Les Petites Reines
Clémentine Beauvais   
Ce roman fait partit de ceux qui ont une apparence trompeuse. Avec un titre et une couverture pareille, on pourrait s'attendre pratiquement à un livre pour enfant de 8 ans mais en réalité, c'est un roman pour les adolescents.

Et ce roman, est drôle, frais, rythmé, bouleversant et surtout une sorte d'entorse à la société. Je pense qu'avec un livre pareil, la société c'est prit une bonne claque mais bien évidemment le genre de claque où l'on tend la joue pour être sûr de se la prendre parce qu'elle peut faire du bien.

Clémentine Beauvais nous fait ici rire grâce au sarcasme de Mireille dont l'histoire n'est pas forcément banale. Puis, Mireille est touchante tout comme les autres personnages de ce récit. Hakima, Mireille et Astrid sont toutes les trois des adolescentes d'un âge différent qui démontrent bien que l'amitié n'a pas d'âge et que dans les bas de la vie, on peut continuer à rire de soi et à avoir du soutient.

Puis l'histoire de Kader est touchante elle aussi. Un soldat qui refuse un titre, qui a perdu ses jambes durant la guerre et qui mène cette expédition en veillant coûte que coûte sur sa petite sœur Hakima et ses deux amies.

Ce roman est un voyage dans le sarcasme de Mireille à travers une épopée qui amène à se demander comment un tel engouement peut réellement se produire autour d'une telle histoire mais aussi, les relations que nous avons les uns les autres de nos jours. Bonne lecture pour l'été, sur un transat au soleil ou à l'ombre !
Si c'est ma femme, je ne suis pas là Si c'est ma femme, je ne suis pas là
Hervé Bellec   
Quelques mots sur le livre

Sept nouvelles salées, pimentées, savoureuses sur l'amour, sur les femmes, sur les hommes.
Résumé

Appelons-la Claire, Moune ou bien alors Bénédicte. Elle est prof de lettres, agent immobilier ou agricultrice bio. Elle corrige des copies, fait du sport ou essuie des verres derrière un comptoir. Elle porte des bottes en caoutchouc, des talons hauts, des sandales. Elle a trente ans et attend un enfant. Elle en a cinquante et n'attend plus grand-chose. Elle a de l'ambition, des exigences et de l'autorité sauf quand elle a renoncé à tout. Elle est naïve. Elle est souvent cruelle. Elle est à moitié dingue ou peut-être trop raisonnable. Elle est fragile comme le verre et aussi tranchante que l'arête d'un silex. Elle peut se faire tuer. Mais elle est aussi capable de tuer. Donnons-lui un joli prénom. Clotilde ou Juliette. Lui ne sait plus comment il s'appelle. Il court. Il court après elle, après ce qu'il pense être sa proie, il court après des ombres, il ne cesse de courir, courir jusqu'à plus soif, jusqu'à bout de souffle, jusqu'au précipice. Il n'a pas encore compris, comme dit la chanson, que les histoires d'amour finissent mal... en général. Elles vont se charger de le lui faire bien comprendre.

[http://www.editions-dialogues.fr/livre/femme-pas-l%C3%A0/]

par dadotiste
Mon pire ennemi est sous mon chapeau Mon pire ennemi est sous mon chapeau
Laurent Bénégui   
On peut dire sans aucun doute que "Mon pire ennemi se cache sous mon chapeau", est un livre ancré dans la société actuelle. L'histoire que Laurent Bénégui nous conte, s'inspire de la crise économique qui engendre perte d’emplois et hausse du taux d'hypertendus en Europe. Dans ce contexte, le rire et l'humour semblent être préconisés, donc je vous prescris la lecture de ce livre pour égayer la grisaille qui nous entoure !

par Arsenic95
183 jours dans la barbarie ordinaire, en CDD chez Pôle emploi 183 jours dans la barbarie ordinaire, en CDD chez Pôle emploi
Marion Bergeron   
Témoignage intéressent qui nous permet de mieux comprendre le système qui nous entoure.

par rosemary
Les Diaboliques (Celle qui n'était plus) Les Diaboliques (Celle qui n'était plus)
Pierre Boileau    Thomas Narcejac   
Très bon livre dont les personnages sont deux femmes, comme le titre l'indique, diaboliques...
J'Aime ton mari J'Aime ton mari
Sylvie Bourgeois   
Ce livre est un véritable coup de foudre littéraire !
Une énorme bouffée d'oxygène.
De l'amour il y en a.
De l'humour, tellement !
Un peu de sexe aussi.
Enfin des parties de rigolades waouh ! Et des situations cocasses avec Emma à n'en plus finir que du bonheur.
Une sublime fin.
J'en ressors complètement heureuse de l'avoir lu.
Excellente patte de l'écrivain.
A LIRE...

Laisse-moi te raconter... les chemins de la vie Laisse-moi te raconter... les chemins de la vie
Jorge Bucay   
Busqué y siguo buscando a quién me da a pensar este autor. ¿Vuelvo a encontrar un "La Bruyère" contemporáneo con sus cortos cuentos? ¿O quizá sea un "La Fontaine" sin rimas con sus poemas moralizadores? Es posible que la mejor equivalencia se halle en los textos cortos de Philippe Delern. Bucay tiene algo que es la mezcla del talento de los otros.
Al final, mis cuentos preferidos son sea "El elefante encadenado" ya visto en una clase de castellano es el cual que me incitó a comprar este libro, sea "Las ranitas en la nata", sea "¡No mezclar!", sea "Los diez mandanientos"
A veces burlescos, a veces filosóficos y muy seriosos, siempre son diálogos entre Demían, el chaval, y su terapeuta, Jorge, que tiene el apodo de gordo.
Como Demía, a veces tengo problema en encontrar la moraleja de unos cuentos. No pude leerlo del tirón. Se debe leerlo a trompicones para gozar de todo su jugo.


par Biquet