Livres
454 628
Membres
403 009

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sansonnets, un cygne à l'envers.... Cent sonnets insignes allant vers...



Résumé

Ces cent sonnets sont des sourires qui te sont adressés. Ils ont été écrits lorsque j'avais du temps : à l'arrêt d'autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d'attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux, dans mon bureau, dans un magasin de chaussures, en discutant avec ma coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la pluie, en savourant un concert, en rêvant devant un arbre, en écoutant converser les sansonnets au-dessus de l'étang des cygnes... Où mènent-ils? Vers la recette de... ...de quoi? Ouvre, explore et tu verras...

Afficher en entier

Classement en biblio - 22 lecteurs

Extrait

Ah ! Zut ! Hommage à L'Education Nationale

Ah zut ! Un électron très con !

C'est encore raté ! Argh bouille... mite

Le Professeur Windhill-Rabbit

Du collège de Groin-lès-Thon

Rate toutes ses expériences...

Austère dans sa blouse blanche,

Sous son oeil ,on planche, on flanche,

Sa classe est très nulle en science.

Un cours de sciences-physiques

C'est rarement très poétique

Sauf quand on rêve... symphonique...

"Ah zut ! Il est encor' bouillu !"

S'écrie le poète bourru

Sonnet bouillu sonnet foutu !!!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

https://lightandsmell.wordpress.com/2016/09/07/sansonnets-un-cygne-a-lenvers-cent-sonnets-insignes-allant-vers-pierre-thiry/

De la poésie ou des jolis mots à la portée de tous…

La poésie tend à m’intimider bien que plus jeune, je l’appréciais beaucoup. Ayant ce sentiment de ne pas maîtriser tous ses codes ou de ne pas savoir apprécier les beaux mots des poètes à leur juste valeur, j’ai depuis de nombreuses années tendance à ignorer ce genre. Cependant, Sansonnets un cygne à l’envers m’a, dès les toutes premières pages, fait oublier cette crainte.

Pierre Thiry a écrit ses sonnets n’importe quand au gré des occasions et, je le suppose, de son inspiration : » à l’arrêt d’autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d’attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux… ». Cette manière de procéder m’a donné le sentiment d’une certaine « proximité » avec l’auteur puisque les situations évoquées dans les sonnets sont celles de la vie quotidienne. Cela permet d’ancrer dans la réalité des sonnets qui peuvent parfois donner le sentiment d’appartenir à un autre monde, celui des poètes.

Par sa manière d’aborder la poésie, bien que l’auteur ne considère pas forcément que ses sonnets soient des poèmes, Pierre Thiry rend accessible à tous son ouvrage et désacralise un genre presque apparenté au divin. Si je ne qualifierais pas le livre d’universel, nul doute qu’il pourra plaire à tous les amoureux des mots.

Une lecture guidée…

J’ai en outre beaucoup apprécié la manière dont l’écrivain a su guider le lecteur dans sa découverte de l’ouvrage que ce soit par le truchement des notes de bas de pages ou encore sa postface que j’ai d’ailleurs lue en premier afin de mieux appréhender ma lecture.

Mais ce que j’ai le plus aimé ce sont les titres des sonnets que j’ai trouvés extrêmement bien choisis et qui, plus d’une fois, m’ont faite sourire. Si j’ai d’abord lu une première fois l’ouvrage dans l’ordre, j’ai ensuite relu certains des sonnets en me basant uniquement sur les titres en fonction des émotions qu’ils éveillaient en moi.

Une ode au partage

On peut avoir la tentation de garder ce livre dans sa bibliothèque veillant jalousement sur cette pépite ou au contraire, décider de partager avec son entourage ces sonnets en ayant la quasi-certitude que certains résonneront chez l’Autre. C’est pour ma part cette dernière option que j’ai choisie en faisant de Sansonnets, un cygne à l’envers un livre voyageur.

Il va ainsi aller à la rencontre de mon père, grand lecteur mais peu coutumier de la poésie et de sa meilleure amie, elle-même écrivaine auto-éditée de poésie. A son retour, je proposerai ce livre sur le blog pour qu’il puisse découvrir d’autres lecteurs. Puis, à l’issue de ses différents voyages, il prendra un repos bien mérité dans ma bibliothèque.

Un livre à petit prix mais de grande qualité…

Je commente rarement le prix d’un livre la question restant somme toute sensible et très subjective. Néanmoins, je trouve que le prix de cet ouvrage (7€) est vraiment très correct si l’on considère la qualité du travail de l’auteur mais également du livre en lui-même. C’est un bel objet à avoir dans sa bibliothèque d’autant qu’il fait partie de ces ouvrages qui, comme un peu avec le vin, se bonifie au fil du temps et des relectures.

J’ai été ravie de découvrir ce livre et à travers celui-ci, « rencontrer » son auteur puisque la poésie a ce quelque chose d’intimiste qu’un roman ne possède pas forcément. Par ses sonnets, Pierre Thiry nous offre un peu de lui-même… L’expérience a été tellement concluante que je pense acheter un de ses deux romans voire son conte, ayant conservé mon âme d’enfant.

Évidemment, je n’ai pas apprécié tous les sonnets de la même manière certains m’ayant plus touchée, marquée ou amusée que d’autres. Néanmoins, il n’y en a aucun que je n’ai pas aimé ou pire, qui m’a indifférée.

L’AUTEUR

Pierre Thiry a publié deux romans: «Ramsès au pays des points-virgules» (2009) et «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert» (2012), un recueil de sonnets: «Sansonnets, un cygne à l’envers» (2015), un conte pour enfants : «Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines» (illustré par Myriam Saci).

Il travaille actuellement à l’écriture d’un nouveau roman.

Il a été administrateur de théâtre, vendeur de disques, programmateur de concerts. Il aime flâner chez les bouquinistes, jouer du violoncelle, écrire le soir à la lueur d’une chandelle. Il anime régulièrement des ateliers d’écriture.

Afficher en entier
Or

C'est en premier lieu le titre et la couverture qui m'ont tout de suite interpelée. Il y a bien un cygne à l'envers en photo comme il est écrit dans le titre, et le jeu de mot de celui-ci m'a séduite « Sansonnets, un cygne à l'envers = Cents sonnets insignes allant vers », j'ai trouvé cela très recherché ! Pierre Thiry n'a d'ailleurs pas fini de me surprendre puisque ces sonnets sont tous du même acabit, des jeux de mots, de lettres, comme ce premier sonnet qui, en guise de préface, le titre « Le pré face ». Il est vraiment un virtuose dans ces jeux. Pour exemple, j'aime particulièrement le sonnet 5 :

Ici flottaient trois sansonnets..

Comment ? Trois sansonnets qui nagent ?

Vous m'auriez dit 'ils sont en cage !! »

J'aurais gémi dans cent sonnets.

Mais trois étourneaux dans l'étang

Qui se pavanent, jouent au cygne,

Quel augure en tirer?Quel signe ?

C'est étrange, c'est déroutant.

Le sansonnet n'est point canard

Il n'est pas palmé des panards.

Pourquoi nagez-vous sansonnets ?

Ils n'ont pas répondu...Bizarre...

Ils sifflotaient dans l'eau, musards.

J'ai donc pondu ces cent sonnets...

Le recueil comporte effectivement cent sonnets, qu'il a très bien écrits puisqu'ils contiennent tous deux quatrains et deux tercets, il a très bien respecté la forme, le contenu aussi d'ailleurs puisque tous les vers riment et sont de même longueur. Les phrases qu'ils forment, quant à elle, sont parfois drôles, parfois elles racontent une histoire. Comme il le dit lui-même dans le résumé, il s'est inspiré de scènes dont il a pu être témoin dans la vie de tous les jours, donc certains sonnets se passent dans un train ou à l'arrêt d'un bus, ou encore à la caisse d'un supermarché. Certains se racontent sur plusieurs sonnets, les phrases du dernier sont reprises au début du suivant. D'autres encore sont construits avec en première lettre, celle du titre, je m'explique :

Pour le sonnet 35, le titre est «  Léon Bloy, mic mac », et bien, les premières lettres de chaque ligne reprennent chaque lettre du titre :

Le vieux Bloy, maëlstrom braillard

Epuisait sa phrase au gueuloir :

Ouste ! Allez ! Sortez du plumard !

Narrez la vie de Marchenoir !

Ce qui forme bien « Léon »...j'ai vraiment trouvé ça épatant, car il faut de l'inspiration pour pouvoir créer un texte qui ait du sens à partir d'un titre !! Et il a réitéré cela dans d'autres sonnets !

De plus, Pierre Thiry fait preuve d'une culture très riche, il cite beaucoup d'auteurs connus ou moins, Maupassant, Flaubert, mais aussi Léon Bloy, Charles Soullier, etc... Dans la postface, il nous explique avec beaucoup d'exemples et de citations d'auteurs comment sont construits les sonnets et d'où viennent-ils, qui en a écrits. Il nous parle également des siens, comment et pourquoi il les a écrits. Il nous explique aussi comment écrire un roman à partir d'un sonnet, c'est un peu caricatural, mais après tout, pourquoi pas, c'est une idée comme une autre ! Je me demande s'il fera un roman de ces cents sonnets !

Moi qui n'ai plus lu de poésie bien écrite depuis mes études littéraires, cela m'a rappelé de bons souvenirs, et j'ai pris un grand plaisir à me plonger dans ces vers qui sortent de l'ordinaire, drôles ou plus sombres, avec des mots tournés dans tous les sens, certains sont plus « classiques », ce fut en tout cas, pour ma part, un régal de lire ce livre. J'ai hâte de découvrir l'auteur dans un autre registre, puisqu'il est l'auteur d'un roman « Le mystère du Pont Gustave Flaubert » (il en est question d'ailleurs dans un des sonnets), et celui-ci me tente bien aussi !!

Je vous conseille donc la lecture de ce recueil, même si vous n'êtes pas habitués à ce genre de lecture, je suis sûre que vous y prendrez du plaisir tout de même !!

Afficher en entier
Argent

Tout d'abord je remercie l'auteur pour son envoi et sa confiance pour la lecture de son recueil.

Ce qui m'a poussé vers ce livre au préalable c'est le jeu de mots : sansonnets, un cygne à l'envers - cent sonnets insignes allans vers… J'ai adoré cette idée et je me suis que si le livre était dans la même veine que le titre j'étais sûr d'aimer. Et j'ai aimé ! J'ai même adoré. Ici on est dans une thématique se basant sur le sonnet, une apologie du sonnet. Il n’est pas question d’amour comme la plupart des poètes. C’est très frais et très agréable. Les rimes tombent à pic et font mouche. On a parfois l’impression de lire un roman tellement il y a de la suite dans les idées. Et même quand des poèmes semblent changer de sujet on en revient toujours au sonnet. Pour exemple : les loutres n’aiment pas…

Les loutres n’aiment pas quand les lecteurs pressés

Oublient les sonnets par où elles sont passées

C’est peut-être poétique après tout les loutres ?

Je ne peux que vous recommander ce livre si vous aimez la poésie ou même si vous ne l’aimez pas juste histoire de découvrir un autre style de poèmes.

Afficher en entier
Argent

J'ai reçu Sansonnets, un cygne à l'envers en février et je dois dire que je l'avais mis de côté. La poésie est un genre si particulier qu'il ne faut pas en forcer la lecture. Au fil des semaines et des mois, j'ai pioché des sonnets au hasard, jusqu'à les avoir à peu près tous lus. C'est un recueil très particulier que celui-ci. La forme est néoclassique ; comme le titre l'indique, il ne s'agit que de sonnets, ce qui pourrait être à terme lassant si l'auteur ne donnait pas tant d'âme et de personnalité à chaque poème. Tantôt mélancoliques, tantôt fantasques, tantôt rêveurs, les sonnets de Pierre Thiry s'échappent, semble-t-il, de leur carcan de papier pour façonner des paysages, des émotions, des idées. Ce sont des sonnets de l'instant, qui résonnent et racontent le poète, autant que le poète les conte. Car il y a aussi dans Sansonnets une manière de conteur.

Pour en revenir à la forme, les variations dans les rimes et les longueurs de vers permettent d'autant plus de donner corps à chaque poème. Tantôt alexandrins, tantôt octosyllabes, tantôt décasyllabes, si la forme reste relativement classique, parfois un vers tombe un peu à côté, donnant à l'ensemble un aspect brinquebalant charmant. Comme une table dont un des pieds est bancal, certains vers ont les pieds trop courts ou trop longs. Est-ce volontaire ? C'est en tout cas plaisant. Et comme certains sonnets ont davantage retenu mon attention, je citerai notamment "Les loutres n'aiment pas...", "Quel chic art mur", "Voyelles délinquantes" et un vers que j'aime beaucoup :

"Sonnet bouillu sonnet foutu !"

Ah ! et puis, quelle formidable suggestion que l'écriture d'un roman à partir d'un sonnet ! Elle me donne envie de tester ! Et je pense honnêtement me laisser tenter, peut-être avec les loutres...

Afficher en entier
Lu aussi

Une oeuvre sympa assez drole mais tout de meme pas a la hauteur de Rimbaud

Afficher en entier
Lu aussi

J'ai déjà lu un premier livre de Pierre Thiry qui était romancé mais je ne suis pas surprise que ce 2e livre soit fait de poème, je l'attendais tout à fait dans cet univers qui joue avec les mots. Il nous emmène ici dans un univers complexe en toute simplicité, sans prise de tête et avec humour.

http://books-story.wixsite.com/books-story/single-post/2017/04/19/SANSONNET-UN-CYGNE-A-L-ENVERS

Afficher en entier

J'ai eu ce livre par l'auteur qui via Facebook  cherchait des blogueurs pour faire une chronique, je ne raffole pas de poésie pour moi un bon livre c'est avec une histoire et que ça me fasse rêver du coup je me suis dis pourquoi ne pas ouvrir mon horizon vers autre chose. Et finalement, j'ai aimer ce livre.

J'ai fais quelque recherche car l'auteur parle de cent sonnets et ce n'est pas la même chose que de la poésie si j'ai bien compris un sonnet est un poème de quatorze vers composant deux quatrains et deux tercets mais surtout ça doit rimé. Je ne connais pas du tout ce genre de poème mais il y a de très bon site ou c'est bien expliqué.

En tout cas, j'ai trouvé ces sonnets très intéressant  car l'auteur les a écrit en fonction de ce qu'il a vu lors de balade dans la rue ou dans toute sorte d'évènement qu'il a fait donc il parle de la vie de tout les jours c'est donc plus facile de les lires. Pour ma part certains m'ont fais rire, d'autres réfléchir et puis d'autre ou je n'ai pas accroché.

Au final, je garde ce livre sur mon étagère car parfois quand je lis trop de livre prenant ou qu'il m'arrive de ne plus avoir envie de lire et bien je reprendrais ces sonnets pour me détendre et passer à autre chose.

Pour finir, je remercie l'auteur Pierre Thiry de m'avoir fait confiance pour cette lecture et de m'avoir fait découvrir un autre style de lecture que j'aime beaucoup apprécié. 

Afficher en entier
Argent

La toute première fois que j'ai entendu parler de ce livre j'ai eu envie de le lire mais j'ai été freinée par le fait qu'il s'agit d'un livre de sonnets.

Les sonnets, poèmes et autres poésies ce n'est pas vraiment mon truc, c'est genre qui m'as toujours laissée plutôt insensible.

Pour moi la poésie ce n'était jusqu'à présent que de mauvais souvenirs de mes études.

Mais à force d'entendre parler de ce livre par mes amis, j'ai finalement eu envie de me laissé tenter.

Je me suis dis que peut être ce livre me ferait changer d'avis et qu'un petit voyage dans l'univers de Pierre Thiry pourrait être intéressant.

Et je ne suis pas déçue de m'être aventurée vers ces terres inconnues.

J'ai apprécié de découvrir de nouvelles choses et un style d'écriture différent.

L'auteur, Pierre Thiry, nous offre cent sonnets à déguster. Soit en les dégustant un à un soit tel un gourmand des mots en les dégustant tous en une seule fois.

Quelle ne fut pas ma surprise en arrivant à la dernière page, je n'avais pas vu le temps passé.

Certains de ces sonnets sont très différents les uns des autres tandis que d'autres se suivent et s'assemblent pour ne former qu'une seule et même histoire racontée différemment.

Mais tous provoquent une réaction.

Ces instants de vie et de quotidien prennent des allures poétiques où les mots jouent entre eux et avec nous.

L'auteur maîtrise ces mots et jouent avec eux avec facilité.

J'avoue avoir pris un plaisir non dissimulé à lire ces cent sonnets divers et variés mais j'ai une préférence pour deux d'entre eux : " Gustave et Liséflore" et " Là-Haut dans le ciel" .

Je ne sais pas pourquoi mais ce sont ces deux là qui m'ont le plus marqués.

Je ne saurais dire si c'est par leurs thèmes ou leurs mots qu'ils m'ont plût mais le résultat est là.

Tous ceux qui aiment les mots et leur magie seront certainement séduits par ces cent sonnets insensés.

Afficher en entier
Or

Ce que j'aime dans la poésie, c'est que chaque auteur a son propre style. Un style parfois accrocheur, parfois aguicheur, voir même joueur.

Celui de Pierre est "joueur", ce que je veux dire, c'est qu'il sait jouer avec les mots.

En général, je ne lis pas un recueil de poèmes en une seule fois, je fais des pauses par-ci par-là. Ici, ce ne fut pas le cas. Les jeux de mots de Pierre sont parfois étonnant, et je ne pouvais m'empêcher de continuer de les lire, je voulais voir si chacun de ses sonnets m'étonnerait.

C'est avec ses cent sonnets que je découvre la plume de Pierre, je suis ravie et conquise par son écriture. J'aime à penser que la poésie nous montre une partie intime de son auteur (je parle de l'âme au cas où votre esprit penserait à autre chose), si tel est vraiment le but de la poésie, je peux en déduire que Pierre aime jouer avec les mots, avec les émotions, mais qu'il est également rêveur, qu'il a son propre univers, son propre dictionnaire de mots que l'on ne verra nul part ailleurs que dans ce recueil.

Je terminerai en disant que c'est un passionné, et que cette passion transpire de ce livre, le lecteur ne peut qu'être embarqué par cette passion et avoir envie à son tour de jouer avec les mots.

Afficher en entier
Argent

Tout d’abord je remercie l’auteur pour l’envoi de ce Service-Presse. Je pense que cette chronique sera courte mais claire et précise.

Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre de livre mais je dois dire que de temps en temps cela ne fait ps de mal

Il faut dire que ce petit roman sort des sentiers battus Il est très bien écrit, respecte très bien la règle du sonnet, mais l’auteur se permet quelques liberté que j’ai beaucoup aimé

L’auteur, sur beaucoup de ses sonnets joue sur les mots, fait des jeux de mots qui m’ont bien fait rire. C’est un plus pour ce roman de « sansonnet ».

C’est un petit roman qui se lit très rapidement, et qui met de la joie et de la bonne humeur, un petit remède contre les coups de blues. Il fait également référence à certaines autres romans ou auteurs et j’ai bien aimé.

C’est vraiment agréable à lire et une fois le livre en main on ne se rend pas compte que l’on a déjà tourné la dernière page.

Un roman de cent sonnets, très bien écrit, travaillé avec de petites libertés prises qui mettent du baume au coeur.

Je vous conseille donc cette petite lecture.

Afficher en entier

Date de sortie

Sansonnets, un cygne à l'envers.... Cent sonnets insignes allant vers...

  • France : 2015-02-25 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 22
Commentaires 20
Extraits 7
Evaluations 9
Note globale 7.56 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode