Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sarah-356 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
GLAM' blog d'une stagiaire GLAM' blog d'une stagiaire
Virginie Platel   
https://ivredemots.weebly.com/chroniques/glam-blog-dune-stagiaire-virginie-platel

Merci aux éditions MXM Bookmark pour leur confiance en ce service presse ainsi qu'au site netgalley.

Alyson, âgée de 28 ans, est en possession de beaucoup de diplôme accompagnée de son doctorat, mais elle est aussi chômeuse. Depuis qu'elle s'est fait largué le jour même de son mariage, elle vit chez ses parents, étant donné que son peu de revenu l'en oblige. Quand un stage lui est proposé après qu'elle ai effectué un entretien dans un webzine du nom de Glam, elle accepte dans l'espoir d'avoir une possibilité d'emploi une fois qu'il sera fini. De là, toute une aventure s'offre à elle auprès des personnes qui y travaille. Entre rigolade et engueulade, Alyson aura de quoi s'occuper, d'autant plus qu'en tant que stagiaire, on va lui donner beaucoup de travail à faire en peu de temps. Dans un blog, l'héroïne racontera ses journées, manière à elle de se défouler, mais aussi de se confier.

Dans Glam, nous rencontrons donc Alyson, une jeune femme proche de la trentaine qui vit chez ses parents, sans emplois et sans homme à ses côtés. Après avoir recherché un job et sous les remontrances de son père et sa mère, elle trouve enfin quelque chose, un stage dans la rédaction d'un webzine féminin qui se nomme Glam, tout un univers dans lequel la beauté a une place toute particulière. Elle va devoir supporter la jalousie de sa patronne qui va lui en faire voire de toutes les couleurs et s'adapter à tous les caractères différents des employés qui l'entourent. Alyson a aussi un cœur d'artichaut qui va balancer entres deux hommes jusqu'à enfin se poser sur un en particulier. Tout le long, elle reste elle même, ne se décourage pas, montre le meilleur d'elle afin de se rendre indispensable et utile au sein de l'équipe dans laquelle elle est. Les autres protagonistes sont tous différents, mais ont un caractère excessif et poussé. La « mamie » des employés par exemple est complètement délurée et a le sens de la répartie. La patronne pour sa part, c'est le genre pas rigolote du tout qui est snob et coincée, toujours à réprimander les personnes qui travaillent pour elle et surtout SURTOUT sa stagiaire qui fait pourtant beaucoup pour elle, jusqu'à lui piquer même ses idées.

Je n'ai malheureusement pas été convaincu par ce livre que j'ai trouvé trop exagéré et stéréotypés, c'est certes le but du roman, mais trop c'est trop. Plusieurs scènes m'ont fait lever les yeux au ciel, rien que les premiers chapitres et le jour où Alyson arrive dans les locaux de la rédaction, ça m'a donné cette impression d'excès. En revanche, j'apprécie la construction du récit avec des articles de son blog sous forme de flash-back accompagné de commentaires et de mails reçus, d'autant plus que la blogosphère, c'est un sujet que je connais, ça ! À l'intérieur, pour garder l'anonymat de son entourage, elle changera leur noms. Après, je pense que j'aurai préféré en série qu'en livre, les scènes en visuelles auraient eu plus de sens à mes yeux. Aussi, la relation qu'elle entretien avec un des employés de la webzine m'a plu, mais j'ai été déçu de quand ils se sont enfin mis ensemble et dit leur sentiments. J'ai trouvé ça trop expéditif et je m'attendais à mieux. Quand j'ai commencé ma lecture, j'ai cru que le personnage était tombé dans un terrier de lapin, comme « Alice aux pays des merveilles » étant donné que tout ce qui lui arrivait me surprenait beaucoup. Certains moments étaient aussi sympathiques et marrants, c'est un roman sans prise de tête qui pourrait plaire à beaucoup.

En ce qui concerne la plume de l'auteure, je la trouve agréable à lire. Le tout est fluide, humoristique et on est bien dans le genre chicklit. Le sujet abordé sur ce que c'est que d'être une stagiaire dans ce milieu représente une vérité sur la difficulté de l'être dans un webzine réputé, surtout en présence de personne comme Lou. L'originalité des articles, des mails et des messages sont le point fort du récit et me l'ont fait apprécier.

En conclusion, bien que je n'ai pas adoré ce livre, ils pourraient plaire à ceux dont ça ne dérangent pas les scènes si farfelues qu'elles en paraissent irréelle. La construction est originale (Alyson écrit des articles qu'elle nous partage avec une bonne dose d'humour et on peut lire les commentaires en réaction ainsi que les messages qu'elle reçoit de sa meilleure amie).
Juste avant le bonheur Juste avant le bonheur
Agnès Ledig   
Poignant

J'ai adoré la 1ère moitié du roman, la rencontre de 3 personnes que tout oppose, une jeune caissière mère d'un petit garçon de 3 ans qu'elle élève seule avec difficulté, un quinquagénaire fortuné et son fils veuf. Des vacances en Bretagne où chacun va apprendre à découvrir l'autre à son rythme, avec beaucoup d'émotion, en affrontant ses propres démons. La connexion entre les personnages est magnifique, l'écriture est belle, très belle, on savoure chaque page avec délectation. Ensuite un évènement fait que le roman prend un virage à 180°. J'avoue que je m'attendais à quelque chose de triste, mais alors vraiment pas à ça. Au delà du côté dramatique de l'histoire, j'ai beaucoup plus apprécié la première partie que la 2ème. Sans doute un peu trop pour moi.

Argent : 7,5/10
Il est grand temps de rallumer les étoiles Il est grand temps de rallumer les étoiles
Virginie Grimaldi   
Un an que j’attendais la sortie de ce livre et voilà qu’en moins de 24h, je l’ai fini. J’ai tenté de faire durer le plaisir, de prolonger ces instants de magie en compagnie d’Anna, Chloé et Lily mais j’ai lamentablement échoué dans mon entreprise. Je n’ai tout simplement pas pu lâcher cette histoire avant la fin. Et même maintenant que je l’ai fini, je pourrais la recommencer au début pour ne pas quitter l’univers de Virginie Grimaldi.

A 37 ans, Anna élève seule ses deux filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans. Obligée de cumuler les heures de travail, elle ne les voit que trop rarement. Alors quand la vie devient trop difficile entre les dettes qui s’accumulent, les relances des huissiers, la perte de son job et ses filles qui vont mal, Anna prend une grande décision : emmener ses filles en road trip en camping-car en Scandinavie. Certes, cela ne règlera pas tous ses problèmes mais elle espère que ce long périple sera le moyen de renouer avec ses filles, de rétablir le dialogue avec elles.
Anna, Chloé et Lily s’engagent donc dans ce voyage sur un coup de tête. Mais un road trip mal préparé peut aussi devenir synonyme de cauchemar. Heureusement, elles vont trouver sur leur chemin un convoi de camping caristes qui se rend lui aussi en Scandinavie et vont se joindre à eux. Même si le but est avant tout de se retrouver entre mère et filles, ne pas être complètement isolé ne peut pas être une mauvaise idée. Et qui sait peut-être qu’elles trouveront plus que ce qu’elles sont venues chercher ?!

Comme pour chacun des romans de Virginie Grimaldi, j’ai eu un immense coup de cœur pour cette nouvelle histoire. Je ne me lasse pas de sa plume simple, envoûtante, douce, émouvante, pétillante et drôle. C’est tout simplement magique. Elle réussit à nous faire rire, pleurer, douter, réfléchir, envier, regretter…avec la délicatesse de son style mais aussi le côté très humain de chacun de ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on se prend d’affection pour chacun d’eux.
J’ai aimé découvrir chacune des trois femmes de la famille Moulineau : Anna est une mère de famille forte et fragile à la fois. Si elle porte son foyer sur ses seules épaules, elle est aussi dévorée par le doute et l’angoisse. Elle a un besoin constant de se sentir en sécurité et pour ça, elle s’est créé une petite bulle de confort de laquelle elle ne sort jamais. Mais quand la réalité la rattrape, elle n’a d’autres choix que de l’affronter. Et c’est en ça qu’elle prouve sa force car même si sa décision de partir en road trip peut sembler être un coup de folie, elle a surtout pour but de sauver sa famille et de prouver à ses filles qu’elle est là pour elles quoi qu’il se passe.
Chloé, la fille ainée, est une adolescente en pleine crise d’identité. Même si elle ne l’avouera jamais, les absences de sa mère lui pèsent. Elle a besoin d’affection permanente. Ne la trouvant pas auprès de sa mère qu’elle ne fait que croiser ni auprès de son père qui habite loin, elle se réfugie dans les bras des garçons. Sauf qu’une fois qu’ils ont obtenu ce qu’ils attendaient d’elle, ils se détournent eux aussi, la laissant seule. Du coup, elle a créé un blog dans lequel elle raconte son quotidien, ses blessures, ses baisses de moral…Ses confidences et les commentaires de ses followers lui permettent de se sentir un peu mieux. Mais sans que cela suffise. Chloé est une jeune fille hypersensible, intelligente et surtout très attachante. Son mal être nous blesse autant qu’il nous émeut. On a envie de le soutenir, de l’aider, de trouver le moyen de lui dire que ça s’arrangera.
J’ai adoré les personnages d’Anna et Chloé mais ma préférée c’est Lily. Elle est drôle et impertinente. Sa façon d’écorcher les expressions françaises et de s’adresser à son journal intime Marcel m’ont beaucoup fait rire. Du haut de ses douze ans, elle est très mature. Elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds même si au collège, ce n’est pas facile tous les jours. Les autres enfants la trouvent différente et forcément à cet âge-là, la différence c’est dérangeant. Mais cette gamine est juste géniale. J’ai fondu devant son attitude avec Noé, le fils autiste de Julien avec qui elle, sa mère et sa sœur voyagent. Elle m’a touché, attendri, bouleversé.
J’ai aussi beaucoup aimé recroiser la route de Greg et Marine, les personnages secondaires de Tu comprendras quand tu seras plus grande. Je les adore. Le franc parlé de Marine et la réserve de Greg sont rafraichissants. Je ne serai pas contre les retrouver dans une histoire où ils ne seraient plus des personnages secondaires mais les héros…
J’avais peu de doutes avant de commencer cette lecture mais la talent de Virginie Grimaldi se confirme. En tout cas, moi j’adore. Chaque livre me transporte dans un monde de féérie, de magie et de bonheur. Je viens de refermer ce livre il y a une heure à peine et je suis déjà impatiente d’être à l’année prochaine pour découvrir sa prochaine histoire. Vivement 2019 !
Nuit blanche à Manhattan Nuit blanche à Manhattan
Sarah Morgan   
J'ai découvert Sarah Morgan l'année dernière grâce à sa série "Snow Crystal", que j'avais adoré. J'ai donc voulu continuer l'aventure au côté de l'auteure avec une série dont j'entendais beaucoup parler, "Coup de foudre à Manhattan".

Avec ce premier tome on retombe dans l'écriture addictive de l'auteure, même si on sait comme tout va se finir, le chemin n'est jamais le même et c'est ce qui rend les livres de Sarah Morgan si prenants. J'ai donc encore une fois été embarquée par l'histoire, la romance, la vie de Manhattan qui ne dort jamais.
J'ai aimé découvrir la petite bande qui va nous accompagner durant le livre et la série entière. Comme toujours j'ai très envie de découvrir les histoires des autres personnages qui gravites autour de Paige et Jake.
Jake n'est pas du tout le type d'homme que j'apprécie à la base, mais découvrir petit à petit son passé torturé m'a rapprocher de lui et m'a fait l'apprécier peu à peu. Et finalement j'ai craqué pour lui.
Paige m'a surprise à de nombreuse reprise, je pensai que c'était une femme rangé et simple, mais elle m'a étonné par ses paroles et ses actes. Ce qui est un très bon point, car comme pour Jake je ne pensai pas me sentir proche d'elle et finalement je me suis tachée et je suis contente de pouvoir la retrouver dans la suite de la série.
J'ai donc passé un excellent moment, drôle, surprenant, remplit d'amour et de bienveillance.

par JinJie
Rendez-vous à Central Park Rendez-vous à Central Park
Sarah Morgan   
Chronique : http://www.my-bo0ks.com/2017/10/coup-de-foudre-a-manhattan-tome-2-rendez-vous-a-central-park-sarah-morgan.html

Après avoir mis plusieurs mois avant de lire Nuit blanche à Manhattan, il ne m’a fallu que quarante-huit heures pour enchaîner avec Rendez-vous à Central Park, le second tome sur Frankie et Matt.

Frankie c’est la fille qui ne croit pas en l’amour, au mariage et encore moins à un couple durable. Après un divorce compliqué de ses parents et les multiples frasques de sa mère, Frankie s’est créée une carapace sous laquelle elle est persuadée de passer inaperçue et apparaître quelconque aux yeux de tous. Pourtant, elle brille dans ce qu’elle entreprend et n’est pas invisible aux yeux de Matt, le frère de Paige, sa meilleure amie. Alors qu’ils ont toujours eu cette relation platonique, tout vol en éclats et Frankie n’est pas certaine de vouloir briser sa bulle.

J’avais vraiment hâte de connaitre l’histoire de Frankie . Il faut dire que son personnage est à l’exact opposé de ses amies. Se cachant derrière ses lunettes depuis toujours, elle ne se montre que rarement sous son véritable jour. Ce n’est que lorsqu’elle parle plantes, fleurs et aménagement qu’elle brille comme jamais. Une passionnée de botanique, de livres et de films d’horreurs, elle ne sait absolument pas qui elle est vraiment et encore moins gérer un compliment ou une relation amoureuse. Ses traits de caractère m’ont de suite donné envie de la prendre dans mes bras et remplie de compassion. Son parcours est loin d’avoir été facile et elle prouve qu’elle peut s’en sortir malgré tout.

De son côté, Matt est fidèle à lui-même. Déjà dans le premier tome (Nuit blanche à Manhattan) on voyait son côté protecteur, fidèle et prêt à tout pour ses amis et proches. Dans Rendez-vous à Central Park, on ne retrouve exactement pareil. Attentionné, drôle et à l’écoute. Des qualités qui font de lui un personnage masculin plein de charme.

Rendez-vous à Central Park nous plonge dans leur histoire d’amour et d’amitié avec délicatesse. Si le beau Matt est prêt à sauter le pas et transformer leur relation en autre chose que des amis, de son côté Frankie à de nombreuses craintes, doutes et aura bien du mal à faire confiance à Matt et à elle-même.

Comme toujours, j’ai aimé les décors et les balades dans Central Park en compagnie de nos deux héros. Sarah Morgan m’a une nouvelle fois séduite avec ces cadres romantiques à souhait. Je m’y suis crue et c’est vraiment le principal !

En conclusion, une « suite » comme je les aime, bien que j’ai préféré l’histoire de Paige et Jack. Rendez-vous à Central Park m’a aussi rendue encore plus pressée à l’idée de découvrir l’histoire d’Eva, l’éternelle romantique en quête du prince charmant. Un tome trois que je vais attendre de pieds fermes si vous voulez mon avis.

par Carole94P
Les Derniers Jours de nos pères Les Derniers Jours de nos pères
Joël Dicker   
La façon dont Joël Dicker écrit ses personnages est à mon sens époustouflante. Si j'ai été impressionnée par La vérité sur l'affaire Harry Quebert, Les derniers jours de nos pères m'a malmenée tout le long de ma lecture. Malmenée dans le bon sens, j'étais embarquée dans un torrent de larmes et d'espoirs, incapable de penser par moi même, omnibulée par ce qu'il m'arrivait, ou plutôt ce qui arrivait aux personnages, bien qu'il n'y ai pas de réelle différence. Je vivais à travers eux, vivais leurs peurs, leurs détresses, leurs espoirs et leurs joies. J'ignore si c'est le contexte qui m'a plus touchée, et si La vérité sur l'affaire Harry Québert nous délivre de vrais leçons, Les derniers jours de nos pères réussit à nous les communiquer d'une façon merveilleusement implicite.

par Mali26
Un anniversaire au poil ! Un anniversaire au poil !
Sonia Dagotor   
Julie est en plein désarroi le jour des trente ans. Un cap que l’on sait peut être difficile à franchir, alors quoi de plus déprimant que de le passer en tête-à-tête avec une bouteille de vin? Toujours célibataire, elle rêve de trouver l’homme de sa vie et ne comprends pas pourquoi cela n’a marché avec aucun des hommes qu’elle a rencontré. Buvant un peu plus que de raison, elle se retrouve à souffler une bougie sur un cupcake en faisant le vœu de comprendre les hommes. Mais, n’oublions que faire un vœu n’est pas toujours sans conséquences et ça Julie risque de l’apprendre à ses dépends. En effet à son réveil le lendemain, non seulement elle a une vilaine gueule de bois, mais en plus de ça elle constate avec horreur qu’elle à un pénis. Le choc. Elle se retrouve dans la peau de Julien. Toute la question est là, est-ce que cela va l’aider dans sa quête du bonheur?

Le concept de ce livre m’a tout de suite plus. Avouons-le qui n’a jamais pensé un jour à se retrouver sans la peau d’un homme pour savoir ce que cela fait? Moi sans honte j’avoue y avoir déjà pensé. J’ai donc été très contente que Sonia Dagotor m’offre cette expérience sur un plateau. On découvre en fait deux personnages, on apprend à connaitre Julie avec ses pensées, ses remarques, mais aussi Julien, car même s’il y a eu un « transfert » de fait, Julie reste consciente de chaque chose et les pensées d’un homme sont également présente. Elle devra donc apprendre à jouer avec tout cela sans pour autant que son entourage prenne Julien pour un fou s’il se met à réagir comme une fille. D’ailleurs ce n’est pas elle qui commande totalement le corps de Julien et elle va vite s’en rendre compte.

J’ai été conquise par ce roman du début à la fin Sonia Dagotor nous offre aucun répit, il n’y a dans cette lecture aucun temps mort. Les situations cocasses, mais aussi quelquefois gênantes nous font rire et nous embarque sans difficulté dans la tête de Julie et de Julien. Et je dois dire que même si comme je le disais je me suis déjà laissé aller à penser que cela pourrait être marrant de se retrouver dans la peau d’un homme, quand je lisais l’histoire de Julie je me suis dit que finalement je lui laisse volontiers la place. Alors, effectivement c’est une expérience très enrichissantes, mais certaines situations m’auraient mise vraiment trop mal à l’aise.

Malgré que je n’ai pas appris plus que ce que je ne savais déjà je ne peux qu’applaudir le travail de Sonia Dagotor. Si vous avez peur de tomber dans la caricature de l’homme, ce n’est pas ce qui vous attends, l’auteure a fait du travail de recherche et nous informe de certains faits scientifique qui appuie les réactions des hommes et j’avoue que je ne m’attendais pas à retrouver cela dans ma lecture et cela m’a vraiment fait une très bonne surprise. Une plume très agréable, une belle imagination, de l’humour, de l’émotion et une intrigue que l’on ne voit pas à chaque coin de librairie (bien qu’il en existe d’autres), je dirais que Sonia a trouvé le cocktail qui me convenait, très bien dosé, on ne tombe ni dans l’ennuie ni dans la répétition.

Cette lecture douce légère et surprenante, je ne peux que vous la conseiller, un coup de cœur pour ma part et j’espère qu’il en sera de même pour vous.
Poste restante à Locmaria Poste restante à Locmaria
Lorraine Fouchet   
J'ai eu un réel coup de coeur pour ce livre que j'ai dévoré en 3 jours seulement.
Les personnages sont d'une profondeur inouïe et très bien construits. Ils se dévoilent au fil des pages et on peut s'y attacher facilement, se reconnaître en eux, car ils apparaissent éminemment humains. Les points de vue s'entremêlent pour mieux tenir le lecteur en haleine.
Le tout se déroule sur la magnifique île de Groix, chère à l'auteure, dépeinte avec humour et amour par une plume légère, agréable et fluide à lire. Des références musicales, cinématographiques et artistiques sont savamment glissées à travers le récit, pour le bonifier et parler à notre coeur.
En résumé, ce livre nous remplit de bonheur et se laisse déguster comme du chocolat noir qui fond sur la langue. A consommer sans modération... comme tous les livres de Lorraine Fouchet !

par Antiigone
Le Pacte d'Emma Le Pacte d'Emma
Nine Gorman   
Le vampire au XXIème siècle dépoussiéré!
J'ai succombé à cette histoire d'amour humaine/vampire! Encore une histoire d'amour impossible et beaucoup de je t'aime mais je ne peux pas car je suis une créature sans sentiment... oui, MAIS NON!
Certes c'est le terreau de cette histoire, cependant ce n'est pas toute l'histoire.
Emma est une une jeune femme de 21 ans passionnée de lecture fantastique et qui souffre d'une maladie neurodégénérative qui ne lui laisse plus beaucoup de temps avant de sombrer dans la phase sévère de la maladie et de finir ses jours alitée jusqu'à la mort qui est inéluctable.
Un soir elle se retrouve dans une ruelle sombre de New York témoin d'un meurtre par une créature qu'elle identifie comme un vampire... réalité ou hallucination?
L'histoire commence entre découverte, défi, déni et rapprochement avec Andrew Anderson.
C'est un angle de vue nouveau sur les vampires, la romance est bien entendu présente et la maladie est aussi un personnage à part entière dans cette intrigue.
Les rebondissements sont un peu maladroits, mais le diamant le plus pur à aussi besoin d'être taillé pour révéler sa beauté au yeux de tous.
Une lecture qui ne vous laissera pas de marbre et une auteure qui présente une potentiel scénaristique extrêmement tentant dans ce genre d'intrigue.
RDV en 2018 pour la suite! ;)

par Sinner
Le bonheur n'a pas de rides Le bonheur n'a pas de rides
Anne-Gaëlle Huon   
Très bonne lecture!
Paulette est une personne capable de bonnes comme de mauvaises choses. Quand à monsieur Georges, je l'ai trouvé vraiment touchant dans sa façon d'être ainsi que monsieur Yvon. De merveilleux moments partagés avec ces pensionnaires,tantôt drôles,tantôt touchants.

par Maelle27