Livres
387 930
Comms
1 360 186
Membres
276 174

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Sarangins, tome 6 : Amnésie ajouté par Folize 2015-08-10T10:11:06+02:00

Ragaillardis par cette petite bagarre, les Sarangins remontaient en voiture, pleins d’énergie, mais ceux qui se trouvaient dans la voiture avec Nuffert déchantèrent rapidement.

- Maintenant qu’ils savent que vous êtes de mon côté, plus aucun d’eux n’osera s’opposer à moi, se rengorgea l’homme.

Anhem, qui se trouvait à sa droite, lui jeta un regard noir, mais Nuffert l’ignora avec insouciance, continuant sur sa lancée.

- Je savais que nous étions faits pour nous entendre.

- Je vais le tuer, gronda Anhem.

- Impossible, ma promesse à Claire est toujours d’actualité, répondit Hellus tout aussi contrarié.

- Jusqu’à quand ? Parce que si c’est juste pour aujourd’hui, je me sens d’humeur à revenir demain pour une petite conversation en tête à tête.

- Je t’accompagne quand tu veux, proposa Sanjay le chauffeur.

- À ta place, j’éviterais, s’amusa Hellus, ça pourrait être mal interprété.

- Comment ça ?

- Claire est persuadée qu’il en pince pour toi. Si tu retournes le voir, il pourrait s’imaginer que l’attirance est réciproque.

Anhem gronda de manière audible, jetant un nouveau regard noir à son voisin. Celui-ci avait continué à monologuer et, croyant voir là une réponse à sa conversation, s’empressa de se tourner vers lui.

- En fait, j’avais toujours cru que vous étiez juste plus grand que la moyenne. Je réalise cependant que je faisais erreur, ce n’est pas juste de la gonflette, vous êtes vraiment fort.

Tout en parlant, et totalement inconscient de l’interprétation qu’on pouvait faire de ses actes, Nuffert leva la main pour tâter le biceps du Sarangin.

De l’autre côté, Hellus ne retint pas son rire mental en commentant.

- Comme c’est mignon, il commence par un petit pelotage en douceur.

- Je vais le tuer, gronda Anhem.

- Et dire que Claire prétendait que tu avais de l’humour et que tu aurais contribué à le faire sortir du placard, continua Hellus sans vergogne. Je vais devoir détruire ses illusions, quel dommage !

Tous les Sarangins – même ceux des autres voitures – se mirent à rire. Anhem, qui jusqu’alors fusillait Hellus et Nuffert du regard, s’apaisa.

- Tu sais que ta femme a toujours raison, répliqua-t-il.

Et dans le même temps, il posa une main sur le genou de son voisin.

Le silence qui envahit l’habitacle fut impressionnant, tout juste couvert par le ronronnement du moteur et la respiration difficile de l’homme. Au bout d’une longue minute, Nuffert sembla reprendre ses esprits, il inspira profondément, les yeux rivés sur cette main qui reposait sagement sur sa jambe.

- Heu… je…

Il suffit à Anhem d’effectuer une légère pression et quelques ronds du bout des doigts pour le réduire au silence.

- Magique, soupira Hellus avec bonne humeur. Il sait se taire finalement.

- Tu aurais dû le dire plus tôt, plaisanta Anhem qui avait retrouvé sa bonne humeur. On aurait pu avoir la paix à l’aller.

L’homme tenta une nouvelle fois de prendre son souffle pour manifester son malaise à ce geste, mais Anhem se contenta de remonter un peu sa main sur la cuisse en une caresse sans équivoque, et si Nuffert se redressa, tentant de manière visible de s’écarter, il n’osa pas prononcer le moindre mot ou essayer de retirer la main du Sarangin.

- J’ai trouvé le bouton on/off ? s’amusa Anhem.

- Off pour le son, mais On pour le reste, ironisa Hellus en voyant le pantalon prendre de l’ampleur au niveau de l’entrejambe.

- Monte encore ta main pour voir. Ça compte s’il fait une crise d’apoplexie ? demanda Edris à Hellus depuis le siège avant. Claire ne peut pas nous en vouloir pour ça, si ?

- Évitons de prendre le risque. Et puis savoir qu’il va bander de manière inconfortable pendant presque une heure suffit à mon bonheur.

- Rabat-joie, plaisanta Anhem.

- Imagine que ça le fasse jouir au lieu de le faire convulser, il serait susceptible de se remettre à parler.

- Tu as raison, on va éviter de prendre le risque.

C’est donc dans le calme – hormis quelques plaisanteries mentales – que se déroula le reste du trajet. Chaque fois que Nuffert faisait mine de prendre la parole, Anhem déplaçait ses doigts, le réduisant au silence avant même qu’il n’ait le temps d’ouvrir la bouche.

Afficher en entier
Extrait de Sarangins, tome 6 : Amnésie ajouté par Shamii 2017-06-04T23:06:07+02:00

« L’homme tenta une nouvelle fois de prendre son souffle pour manifester son malaise à ce geste, mais Anhem se contenta de remonter un peu sa main sur la cuisse en une caresse sans équivoque, et si Nuffert se redressa, tentant de manière visible de s’écarter, il n’osa pas prononcer le moindre mot ou essayer de retirer la main du Sarangin.

— J’ai trouvé le bouton on/off ? s’amusa Anhem.

— Off pour le son, mais On pour le reste, ironisa Hellus en voyant le pantalon prendre de l’ampleur au niveau de l’entrejambe.

— Monte encore ta main pour voir. Ça compte s’il fait une crise d’apoplexie ? demanda Edris à Hellus depuis le siège avant. Claire ne peut pas nous en vouloir pour ça, si ?

— Évitons de prendre le risque. Et puis savoir qu’il va bander de manière inconfortable pendant presque une heure suffit à mon bonheur.

— Rabat-joie, plaisanta Anhem.

— Imagine que ça le fasse jouir au lieu de le faire convulser, il serait susceptible de se remettre à parler.

— Tu as raison, on va éviter de prendre le risque.

 »

Afficher en entier
Extrait de Sarangins, tome 6 : Amnésie ajouté par cam-vamp 2015-04-22T10:55:07+02:00

« Anhem pouvait presque la voir réfléchir. Parmi les Chèiles, elle était sans doute celle qui les connaissait le mieux pour les avoir longuement interrogés sur toutes leurs spécificités. Elle savait donc que seul un événement très grave pouvait retenir son amant de se présenter en personne. Il s’avança et la prit par l’épaule, l’obligeant à s’asseoir avec lui sur le canapé.

— Physiquement, il va bien, avoua-t-il, mais il a quelques problèmes avec sa mémoire. Il ne se souvient de rien avant son réveil ici, précisa-t-il avant qu’elle ne pose la question.

— Il ne se souvient pas de nous ? déduisit-elle avec angoisse, mais un peu plus rassurée tout de même. Il ne sait pas que nous existons.

— Je lui ai parlé de nous, de vous, mais pour l’instant cela n’a rien éveillé en lui.

— Il faut que je le voie, s’il me voit, il… il…

Anhem l’empêcha de se relever en accentuant la pression de son bras sur elle.

— Il est inquiet à l’idée de te rencontrer, il craint ta réaction, avoua-t-il. S’il devait ne pas te reconnaître, ce serait embarrassant pour lui que tu lui sautes au cou « Il avait conscience d’être très direct, mais il n’avait jamais été diplomate et, au fond de lui, il sentait que la seule vision de Claire avait peu de chance de ranimer brusquement tous ses souvenirs. D’autant qu’il avait passé une bonne partie de la matinée à essayer de les faire resurgir en lui parlant d’eux.

— Je croyais que votre corps pouvait se régénérer tout seul, avança Claire, déboussolée, mais essayant courageusement de faire face.

— Et jusqu’à présent, c’était vrai, mais il semblerait que, dans ce cas précis, ce ne soit pas aussi instantané que d’habitude. Il va falloir attendre avant de savoir s’il peut guérir seul ou non.

— Et si ce n’est pas le cas ? S’il ne retrouve jamais la mémoire, et si… ?

— Nous serons toujours là pour toi et Helori, l’interrompit calmement Anhem, tu le sais bien.

— Mais sans Hellus… c’est…

— Je sais, soupira Anhem. Laisse-nous un peu de temps pour voir ce que nous pourrons faire, ce n’est probablement que temporaire. Commençons déjà par aller le voir, d’accord ? Si ça se trouve, cela suffira pour « lui remettre les idées en place.

Il voyait son angoisse, la peur que ça ne soit pas le cas.

— Peux-tu récupérer quelques vêtements pour lui ? Je lui ai proposé de prendre une douche pendant que je venais te parler, et il appréciera sûrement d’avoir des habits propres à se mettre.

Il se doutait que Hellus avait dû se servir dans ses affaires et trouver quelque chose en fouillant dans ses placards, mais il voulait lui offrir l’occasion de s’isoler un moment pour digérer la nouvelle. Il regretta que Qivia ne soit pas avec eux, Claire aurait eu quelqu’un pour se confier et la réconforter si les choses ne s’arrangeaient pas.

Comme elle serrait les vêtements contre son ventre en revenant, il ne chercha pas à les récupérer. En silence, ils se dirigèrent vers l’appartement alloué à Anhem.

Comme il s’y attendait, Hellus était dans le salon, il avait allumé la télévision, mais se leva et se tourna vers eux dès leur entrée. La façon dont il détailla la jeune femme leur fit immédiatement comprendre qu’elle ne lui était pas familière, et quand Claire voulut s’approcher « de lui au point de pénétrer dans sa zone de confort, il recula spontanément d’un pas.

Immédiatement, elle s’immobilisa, blessée par son attitude, même si elle savait qu’il n’agissait pas vraiment consciemment.

— Je suis désolé, déclara-t-il en réalisant la peine qu’il lui faisait, mais vous êtes une inconnue pour moi. C’est déjà difficile de ne pas savoir qui je suis, et vous…

Il n’acheva pas sa phrase, mais il était évident qu’il avait du mal à faire face.

Plus que ses réactions, c’est son vouvoiement qui choqua Claire, elle entendait la distance qu’il cherchait à établir entre eux, lui interdisant tout réconfort par un contact, aussi infime soit-il.

— Tu vas bien ? ne put-elle s’empêcher de demander, les larmes aux yeux.

— Aussi bien que l’on puisse aller quand on ignore qui l’on est, répondit-il un peu sèchement en regardant Anhem.

Son agacement le visait, lui. Hellus le rendait implicitement responsable pour ce moment difficile et la peine evidente « qu’il imposait à la jeune femme. Même si elle ne lui était rien, il jugeait cette épreuve totalement inutile, et s’il avait pu le dire sans craindre d’aggraver les choses, il lui aurait rappelé qu’il avait estimé que c’était une mauvaise idée de la rencontrer si tôt.

Ce fut au tour de Claire de reculer, Anhem, qui se trouvait à ses côtés, glissa un bras autour de ses épaules avant de l’attirer contre lui pour pouvoir l’enlacer et marquer ainsi son soutien, tout en cherchant à lui prodiguer un peu du réconfort et du contact physique dont elle avait besoin.

— Je peux faire quelque chose pour toi ? interrogea-t-elle avec un sentiment douloureux d’inutilité.

Il grimaça un sourire, mais se retint de lui faire remarquer qu’elle pouvait difficilement lui rendre sa mémoire défaillante. Anhem perçut le raidissement de Claire à la réaction instinctive, mais sans équivoque de Hellus.

— Je te raccompagne, décida-t-il. »

Afficher en entier