Livres
528 986
Membres
549 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de sassenachbook : Ma PAL(pile à lire)

Tombée du ciel Tombée du ciel
Cecelia Ahern   
J'ai trouvé ce livre tout simplement génial! Moi qui avais une légère baisse de moral lorsque je l'ai lu je me sentais un peu mieux(où peut-être était-ce le fait que j'adore lire??). En tous cas je l'ai dévoré et j'ai versé ma petite larme à la fin tant c'était beau. J'ai adoré les personnages principaux et l'histoire entre Adam et Christine. Je le redis : je trouve ce livre tout simplement fabuleux et je remercie Cecelia Ahern pour ses livres et son imagination
Hazel Wood Hazel Wood
Melissa Albert   
Lu en V.O.

Son achat n'était pas du tout prémédité... Une chance que mon regard ait croisé sa couverture.

Qui aurait-cru que les contes de fées puissent être aussi effrayant?
J'ai acheté The Hazel Wood sur un coup de tête. A vrai dire, je n'avais jamais entendu parler de ce livre, jusqu'à mon achat. Je ne regrette pas.
The Hazel Wood n'est pas exactement l'idée que je m'en faisais : je m'attendais à un remake d'Alice aux Pays des Merveilles ou à un conte de fée moderne. Ce n'est pas vraiment ce que j'ai eu. Et j'admets que c'est plutôt une bonne surprise.
Melissa Albert, à travers son livre, nous propose un univers bien effrayant où les happy-endings ne semblent pas exister. Elle nous expose l'histoire d'Alice Proserpine -Alice Crewe-, qui durant toute son enfance, accompagnée de sa mère, fuit le "malheur". Puis la mort de sa grand-mère, Althéa Proserpine, auteur des célèbres "Contes de l'Hinterland", meurt; et, peu de temps après, sa mère est kidnappée. Un mot lui est laissé : "Ne t'approche pas de Hazel Wood", la résidence recluse où habitait Althéa. Alice va alors chercher, à tout prix, à retrouver sa mère et se lance dans une aventure insensée qui la mène dans une nouvelle dimension : l'Hinterland. J'ai trouvé intéressant cet aspect du livre : Alice rentre dans un monde où les Histoires, les contes de fées sont de partout! Pourtant, aucun conte de fées joyeux ne réside dans l'Hinterland. Là-bas, tout est sinistre et assez effrayant. Lorsque j'ai lu The Hazel Wood, je ne vous cache pas, que plusieurs fois, mon sang s'est glacé et mes poils se sont hérissés. Ce livre n'a vraiment fait peur par moments; mais c'était une peur positive, qui vous donne envie de continuer la lecture et vous entraîne.
Le personnage d'Alice est assez inhabituelle. Ce n'est pas la héroïne parfaite aux qualités extraordinaires; mais je vous laisse le soin de juger cela par vous-même lorsque vous aurez lu le livre. Il n'y a pas beaucoup de personnages principaux, ce qui est plutôt pratique pour se souvenir de leur nom.
The Hazel Wood est plein de rebondissements également et de pièges, si je puis dire. On se laisse entraîner, puis l'on est surpris, peut-être déçu par moment; mais ça passe parce que c'est ce qui fait que cette histoire est bien. Il y a quelques retournements de situations assez surprenantes également; mais aussi des évènements trop prévisibles.
En outre, The Hazel Wood est un livre qui m'a glacée le sang, et je trouve que pour effrayer quelqu'un juste avec des mots, il faut du talent. Donc oui, j'ai aimé ce livre et j'aimerais bien voir une suite paraître. Mais surtout n'oubliez pas :

"Keep away from the Hazel Wood"
Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série
Becky Albertalli   
«'I've had crushes on twenty-six people, twenty-five of whom are not Lin-Manuel Miranda»

«I'm on the toilet at the 9:30 Club and I'm wondering how mermaids pee.» Oui, moi aussi. Enfin, moi aussi je me demande comment les sirènes pissent. Sérieux. COMMENT?!

J'avais besoin de deux choses:

1. une romance que j'aimerai d'amour. ✓

2. un bouquin qui m'aiderait à me remettre du dernier épisode de la saison 4 de The 100. ✓

The Upside of Unrequited m'a donné tout ce dont j'avais besoin, et même plus. Alors je vous présente officiellement mon nouveau crush.

Si vous êtes déjà tombé pour Simon et Blue, vous tomberez sûrement aussi pour Molly et Reid. Très sûrement. Parce que Becky Albertalli sait comment vous faire tomber qu'importe qui vous êtes; que vous soyez gay ou hétéro (ou autre), que vous soyez maigre ou gros (ou entre les deux), que vous soyez blanc ou noir (ou métisse), que vous soyez discret ou bruyant... qu'importe, Becky Albertalli nous rappelle que ça ne fait pas la moindre différence, on aime tous de la même manière; avec des cœurs dans les yeux, la gorge nouée, et des papillons dans l'estomac. #beyourself

OK, tout ça pour dire que j'adooooooooooooooooore Becky et ses romans. #inlove #depuisquandjutilisedeshashtags

DONC. The Upside of Unrequited suit Molly Peskin-Suso (la cousine de Abby Suso que vous connaissez peut-être via Simon vs. the Homo Sapiens Agenda) qui a connu vingt-six crushes mais n'a jamais eu de petit-ami. C'est clair, Molly est incollable quand il s'agit de craquer sur un mec (dans son cas) et de décider qu'il est préférable de le garder pour soi. Mais alors, qu'en était-il d'avoir un copain? Molly meurt d'envie de connaître ça. Sa sœur jumelle Cassie connaît ça, son amie Olivia connaît ça, sa cousine Abby connaît ça... bref, Molly est la seule à ne pas connaître ça. Jusqu'à Will. (Oups, je voulais dire) Reid.

◊ Bon, ça ne vous surprendra peut-être pas mais j'ai adoré les personnages. Ils sont attachants et réalistes, et drôles, et tout ce que vous voulez dans la mesure où c'est gentil. ^^ Et il n'est pas difficile de se retrouver à travers un personnage, quel qu'il soit.

Molly est une adolescente avec des rondeurs. Ce qui ne l'empêche pas d'être jolie et de se sentir bien (la plupart du temps) dans sa peau. C'est une personne très anxieuse, au point d'avoir un traitement (#sœursdemedocs), ce qui ne l'empêche pas d'être drôle et irrémédiablement attachante. Molly a un cœur en or et une âme d'artiste et je l'ai adoré. C'est une de ces personnes simples, qui n'usent pas des artifices et qui n'en sont que plus belles, vous voyez? (le retour du "vous voyez?")

Reid (de la Terre du Milieu). omg. Vous me croyez si je vous dis que je suis tombée amoureuse de Reid dès sa première apparition et que par-la-suite je ne vivais plus que pour une scène avec lui? Eh bien, croyez-le ou non mais c'est vrai. Reid n'est pas un golden boy, et vous avez plus de chances de le croiser dans une cuisine que dans une salle de sport. ENFIN! C'est si rare les gars (dans les romans) qui sont beaux sans ressembler à des mecs tout droit sortis de photoshop. #reidestparfait #reiddelaterredumilieu #fautquejarrêteavecleshashtags

◊ La romance entre Molly et Reid est super mignonne! Et elle leur correspond vraiment. (uh. Quel argument.) J'aime comment les choses se déroulent entre eux, comment leur relation évolue et tout ça. (aka je ne sais pas vraiment quoi dire mais je vous donne l'impression que je sais, coup classique) J'aime leur complicité et il ne m'a pas fallu longtemps pour les ajouter à la liste de tous mes ships (je tiens vraiment une liste).

◊ Becky Albertalli a une plume que j'aime beaucoup. Non seulement parce qu'elle est fluide et claire mais en plus parce que cette auteure ne se contente pas seulement de raconter une histoire. Elle n'entre pas dans les clichés habituels, elle n'a pas peur de nous faire rencontrer des personnages réalistes et par-dessous tout elle y met du cœur.
Becky Albertalli me fait ressentir de ces trucs! Sincèrement, c'est assez rare que j'ai envie de pleurer quand un personnage a envie de pleurer, que j'ai envie de lever les yeux en même temps qu'un personnage, que je ris avec un personnage, etc. Et j'ai adoré l'effet que ça a fait à mon estomac. J'ai l'impression que ça fait bien trop longtemps que ça ne m'étais pas arrivée.

◊ Becky Albertalli est de ces auteurs qui soutiennent la communauté LGBT+ et qui le font à la perfection. Je soutiens la communauté LGBT+ et j'appartiens à la communauté LGBT+ alors quand Becky Albertalli écrit une histoire sur une fille dont la jumelle est lesbienne dont la petite amie est désignée comme pansexuelle (personne qui peut ressentir de l'attirance sexuelle/émotionnelle/blablabla pour une autre personne quelle que soit son sexe et son genre -femme/homme/sans genre/trans/autre-) et qui a deux mères, je suis conquise. Je peux clairement mourir en paix.

◊ Oh et, il y a Simon dans The Upside of Unrequited. OK, une scène et demi. Mais quand-même!

◊ Pourquoi pas 10/10? Je suis une rabat-joie. Et J'AIME être une rabat-joie. Mais ce n'est pas parce que je suis une rabat-joie que je n'ai pas donné 10/10 à The Upside of Unrequited même si ce livre est (presque) parfait. Il y a deux raisons à cela:

1. j'ai eu du mal à me lancer dans cette lecture. Avant que je me lance véritablement dans cette lecture, j'avais déjà essayé de lire ce roman. OK, j'ai lu vingt pages et je me suis arrêtée. Mais j'avais tellement peur que The Upside of Unrequited ne soit pas à la hauteur de mes attentes, qu'il ne soit pas à la hauteur de Simon vs. the Homo Sapiens Agenda que les vingts premières pages m'ont été gâchées et je ressens le besoin de prendre ça en compte. (Je suis une rabat-joie, souvenez-vous.)

2. ce livre a une note de 9/10. Ça signifie que si un jour je décide de le relire, il y a de grandes chances pour que je lui donne finalement le 10/10 qu'il mérite amplement.

◊ En conclusion, j'ai adoré ma lecture de The Upside of Unrequited qui est donc un coup de cœur et j'ai hâte de lire le prochain roman de Becky Albertalli. Tout simplement parce que j'adore son travail. The Upside of Unrequited est un roman qui ne manque pas de moments touchants, drôles, et j'en passe. C'est une lecture addictive et réaliste. C'était génial.

PS: Vous voulez savoir pourquoi il m'a fallu autant de temps (trois heures) pour écrire cette review? Non? Tant pis, je vous le dis quand-même. Entre deux paragraphes, je regardais des vidéos de Bellarke (Bellamy/Clarke - The 100) parce que je ne me remettrai jamais du final de la saison 4 et que la saison 5 me semble bien trop loin. Voilà, vous connaissez à présent ma faiblesse. #fangirl #bellarke #ineedseasonfivenow

«I don’t entirely understand how anyone gets a boyfriend. Or a girlfriend. It just seems like the most impossible odds. You have to have a crush on the exact right person at the exact right moment. And they have to like you back. A perfect alignment of feelings and circumstances. It’s almost unfathomable that it happens as often as it does.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/26/the-upside-of-unrequited-becky-albertalli/

par Sheo
Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
Benjamin Alire Sáenz   
http://wandering-world.skyrock.com/3177420197-ARISTOTLE-AND-DANTE-DISCOVER-THE-SECRETS-OF-THE-UNIVERSE.html

Foudroyant. Mélancolique. Lumineux. Magnifique. Parfait. Voici la liste des premiers mots qui me viennent à l'esprit pour qualifier ce roman. ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE est une lecture hyper forte, hyper prenante, hyper bouleversante et hyper intense. Je vous assure qu'en refermant le roman, j'affichais un immense sourire, et j'étais empli d'une espèce de joie étrange. Depuis combien de temps un livre aussi bon et aussi rafraîchissant n'avait-il pas croisé ma route ? L'histoire de Dante et d'Aristotle est juste poignante au possible. Poignante, et inexorablement réaliste. En effet, ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE traite de sujets qui concerne chacun d'entre nous. Le passage d'un âge à l'autre, l'acceptation de soi, de l'idée que certaines choses nous échappent, et que l'univers, et tout ce qu'il comporte, est aussi compliqué qu'il est magnifique. Benjamin Alire Sáenz nous livre ici un récit inoubliable et d'une puissance rare, écrit avec une plume qui mêle finesse et dureté. Et j'ai adoré, fatalement. ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE est un très très très beau coup de foudre ♥
Comme l'indique extrêmement bien le titre, ce roman est avant tout basé sur l'histoire d'Ari et de Dante qui cherchent à découvrir tous les secrets de l'univers. Sauf qu'ils vont très rapidement comprendre que l'univers, c'est eux. C'est nous. Ce n'est pas compliqué : dès les premiers chapitres, j'ai complètement craqué pour Aristotle. Ce jeune homme est tout simplement ADORABLE. Il est drôle, attachant, et il voit la vie de manière réaliste et hyper juste malgré ses 15 ans. Tout, absolument tout, à son sujet m'a plu et m'a fait vibrer. Ari est un de ces héros. Vous savez, ceux qui nous ressemblent inexplicablement. Qui sont comme nous. Qui sont nous. J'ai vraiment du mal à mettre des mots sur toutes les sensations qu'il a provoqué en moi. La moindre de ses pensées, le moindre de ses sentiments, la moindre de ses impressions, le moindre de ses doutes... Tout m'a pulvérisé. Je veux dire... Vraiment pulvérisé. VRAIMENT. Comment pourrais-je vous faire comprendre ce que j'ai éprouvé... Haaaaaaaaaaaaa !!! Je suis hyper frustré !!! Il faut que vous réalisiez qu'Ari est un personnage en or, totalement humain et juste ultra passionnant. Je viens de regarder le mur de citations dans ma chambre et je crois en avoir trouvé une parfaite pour lui : « Les rencontres sont comme le vent : certaines vous effleurent juste la peau, d'autres vous renversent. ». Voilà, c'est ça. Aristotle m'a renversé. Aristotle m'a purement et simplement renversé.
Très rapidement dans l'histoire, Dante intervient. Et, là, je crois que même les mots ne vont pas suffire pour vous expliquer ce que j'ai pensé de sa relation à la fois hyper ambigüe et hyper claire avec Ari. J'ai envie de jurer, là tout de suite. D'écrire des "putain" et des "merde" à répétition. J'ai envie de crier. De hurler dans le désert. De courir au beau milieu d'une tempête. De me souvenir de la pluie. Parce que, merde, que l'amitié entre Ari et Dante est éblouissante. C'est le genre de lien que vous ne créez qu'une seule et unique fois dans votre vie. Et encore, si seulement vous êtes assez chanceux pour rencontrer la bonne personne. ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE nous offre une amitié perdue entre confiance et loyauté, entre sentiments amoureux et remises en question, entre le soleil et les nuages, entre la répulsion et l'attirance, entre ce que les héros veulent être et ce qu'ils se laissent être. Putain, c'est magnifique. Excusez-moi pour les gros mots, mais je veux que vous compreniez à quel point ce roman est fort et captivant. Il y a quelque chose entre Ari et Dante d'admirable et de splendide. D'exaltant et de déchirant. De fascinant et de dévastateur. De créateur et de chaotique. Très souvent, la plume de l'auteur et sa manière de construire ses protagonistes m'a fait penser à l'écriture de John Green. Si vous avez aimé NOS ÉTOILES CONTRAIRES, vous allez adorer ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE. C'est promis. Ari et Dante sont merveilleux, réels, émouvants et touchants ♥
Si ce récit est aussi bouleversant, c'est également grâce à l'écriture poétique et parfaite de Benjamin Alire Sáenz. Ici, pas question de tourner autour du pot. La plume de l'auteur est vive et va droit au but. On ne s'encombre pas avec des mots inutiles et des phrases sans consistance, loin de là. Vous pouvez comprendre ce que j'essaie de vous dire grâce au dialogue entre Dante et Ari à la fin de ma chronique. Benjamin Alire Sáenz a une manière de retranscrire les échanges entre les garçons qui m'a totalement conquis. Tout serait tellement plus simple dans la vie si nous pouvions tous parler comme il écrit. Vous voyez ce que je veux dire ? On dit ce qu'on pense, point. On ne s'embête pas à prendre des détours, on exprime ce qu'on ressent. Purée ♥ J'ai complètement craqué pour la plume de cet auteur.
Autre point essentiel du roman : les messages qu'il possède. Benjamin Alire Sáenz, grâce à son écriture et à ses personnages, nous donne de grandes et magistrales gifles sur des thèmes qui sont plus que d'actualité. Entre l'homosexualité, le racisme, l'acception de l'autre ou encore la compréhension du monde qui nous entoure, l'auteur nous fait vivre de véritables montagnes russes émotionnelles. Je suis passé par toute une foultitude de sentiments : la haine, le chagrin, la peine, le bonheur, la joie, le plaisir, la rage et la détresse. Car ce qui arrive à Dante et Ari arrive à des millions de personnes. Je vous assure que j'ai été révulsé devant certains évènements qui sont pourtant bien réels. L'homosexualité étant un thème qui fait du bruit (et pour rien, en plus... Depuis quand devons-nous justifier nos choix en amour ?), je pense que ce récit devrait être lu par absolument tout le monde, histoire de faire ouvrir les yeux à un maximum de personnes. ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE m'a dévasté de par ses magnifiques leçons de vie et de compréhension, mais également grâce au fait que je me suis reconnu dans énormément de messages. En effet, ce roman aborde aussi des sujets tels que le passage à l'âge adulte, les premières responsabilités, la découverte de soi et de nos ambitions. J'ai 18 ans, et comment vous dire... Je suis actuellement en train de découvrir tout ça moi aussi. Ce livre est arrivé entre mes mains au meilleur moment possible.
Jusqu'à la fin de l'histoire, j'ai été fasciné par le comportement d'Ari envers Dante, et inversement. Si leurs personnalités sont diamétralement opposées, leur relation est pourtant unique et renversante. La conclusion du livre est parfaite. Vraiment. Je m'en doutais un peu, mais ce n'est pas grave, car c'est ce que je voulais voir. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas autant aimer un happy ending. La boucle est bouclée. J'ai été subjugué par ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE de la première à la dernière page. J'ai également adoré les parents de Dante et d'Ari à la fin du livre. Seigneur, qu'ils nous transmettent de merveilleuses choses eux aussi *.* Vous l'aurez compris, cet ouvrage n'est que pure perfection d'un bout à l'autre de notre lecture.
ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE est donc un véritable coup de foudre. Pas un coup de cœur, puisque je m'interdis presque d'en avoir un depuis ma lecture d'UNDONE de Cat Clarke, mais une véritable lecture coup de poing. Ari et Dante m'ont fait rêver. Il m'ont fait rêver et ils m'ont fait grandir. Ils m'ont inspiré, ils m'ont touché, et ils m'ont irrémédiablement marqué. Leur relation est magique. Il n'y a aucun mot pour la décrire. Aucun mot assez fort. Assez puissant. Grâce à sa plume, Benjamin Alire Sáenz nous livre d'importants messages et nous fait traverser de profonds instants de mélancolie et de pur bonheur. ARISTOTLE AND DANTE DISCOVER THE SECRETS OF THE UNIVERSE est un roman que je vous recommande plus que chaudement, et dont je conserverai un souvenir ultra lumineux. Putain, quelle lecture ♥

par Jordan
Tarzan, poney méchant Tarzan, poney méchant
Cécile Alix   
Une histoire pour la jeunesse a la fois un peu cynique et piquant et plein de fraîcheur. Très rapide à lire. Tarzan a son satané caractère et ses envies de liberté et un cœur énorme quoi qu'on en dise. Il y a cependant quelque chose qui pèche dans l'ensemble...peut-être niveau scénario mais pas seulement. Reste cependant une lecture facile.
Zénith, Tome 1 : Les Forces du passé Zénith, Tome 1 : Les Forces du passé
Lindsay Cummings    Sasha Alsberg   
Fan des spaces operas, j'attendais beaucoup de ce roman. Malheureusement, "Zénith" m'a énormément déçue...

Dès le début, j'ai senti que ça allait coincer puisque les personnages me sont de suite sortis par les yeux. Que ce soit Androma, la pseudo baronne sanglante, Dex le gardien et ses réparties à deux ronds ou encore Nor, la méchante reine qui se veut badass mais qui n'a aucune classe...Vous pouvez penser que je suis un peu dure mais franchement...L'héroïne nous ait présentée comme une pirate de l'espace mais je l'ai surtout vu comme une pleurnicheuse qui n'assume aucun de ses actes. Les auteures ont voulu faire d'elle une tueuse sanguinaire mais comme il fallait quand même qu'elle ait un semblant de moralité pour le jeune public, il lui ont collé un bon paquet de remords ce qui fait qu'Androma passe les trois quarts du temps à tuer pour chouiner après...Elle rend tout le monde responsable de sa transformation en baronne sanglante à commencer par Dex, le général Cortas et ses parents mais bon même si c'était un accident, c'est quand même elle qui a merdé à la base et c'est elle encore qui a choisi de prendre des vies. Tu peux très bien comettre des larçins sans laisser 50 000 cadavres derrière toi...Bref, j'ai détesté cette héroine que j'ai trouvé geignarde et illogique. Dex quant à lui n'a vraiment aucun charme. Son histoire d'amour avec Androma à coup de "je t'aime, moi non plus" m'a plus agacée qu'autre chose. Lui aussi cherche tout le temps des excuses et franchement c'est gonflant. Assumez vos actes, merde ! Je ne parlerais pas de Nor, Valen ou Lira, des personnages qui n'ont selon moi aucune consistance, ni de Breck ou Gilly qui ne servent pas à grand chose. Elles n'ont pas tellement de personnalité ni l'une ni l'autre. D'ailleurs je les considère plutôt comme un seul et même protagoniste.
Parlons de l'histoire maintenant. J'ai eu beaucoup de mal à me mettre dedans et à comprendre tous les rouages de l'univers "Zénith". C'est peut-être parce que l'oeuvre a été écrite à quatre mains ou bien ça vient de la traduction toujours est-il que j'ai trouvé le scénario plutôt brouillon. Certaines situations sont tirées par les cheveux et la manière dont s'en sortent toujours les héros me parait plutôt simpliste. Je n'ai pas trouvé l'intrigue très originale. Elle ne m'a pas passionnée.
Enfin j'ai eu un gros problème avec l'écriture. Là encore, je n'incrimine pas totalement les auteures. Peut-être qu'une bonne partie du problème vient de la traduction. D'ailleurs j'aimerais bien savoir ce que fument les correcteurs chez Bayard pour laisser passer des fautes aussi énormes que : "Ha ! s'exclama Dex, qui applaudissa fièrement." Euh...depuis quand "applaudir" est-il un verbe du premier groupe ? Mais non sérieusement il y a constament des répétitions, les dialogues n'ont aucune saveur, les punchlines sont mauvaises et les figures de style lamentables. Enfin ce n'est que mon avis.
Un point positif quand même; j'ai apprécié de voyager de planètes en planètes et d'évoluer chaque fois dans des décors différents. Cela rendait la lecture de ce pavé moins monotone.

Voilà...désolée, j'ai été un peu violente mais je me suis montrée sincère. "Zénith" est vraiment une grosse déception en ce qui me concerne. Après chacun ses goûts et je ne doute pas que ce space opéra saura trouver son public.

par Saturna
La Princesse et l'Alchimiste, Tome 1 : À la recherche de l'élixir interdit La Princesse et l'Alchimiste, Tome 1 : À la recherche de l'élixir interdit
Amy Alward   
http://www.my-bo0ks.com/2018/04/la-princesse-et-l-alchimiste-tome-1-l-antidote-amy-alward.html

Depuis la présentation du programme PKJ il y a quelques mois, je meurs d'impatience de découvrir ce premier tome de La princesse et l'alchimiste. La simple et bonne raison est parce qu'on me l'a extrêmement bien "vendu". J'attendais le bon moment pour le sortir de ma PAL et pouvoir enfin jeter mon dévolu dessus.

Finalement, je l'ai commencé cet après-midi et non pas hier, comme prévu. Mais au final, c'était tant mieux car une fois commencé, il est difficile de le laisser de côté. Je l'ai donc lu d'une traite et je peux vous dire que j'attends la suite de pieds fermes.

Dans , La princesse et l'alchimiste nous suivons Sam Shimi, apprentie alchimiste et la Princesse Evelyne. Après une avoir accidentellement bu son propre philtre d'amour secret, la Princesse Evelyne tombe amoureuse... mais d'elle-même. Une erreur qui pourrait bien lui coûter la vie. La famille royale n'a qu'un seul objectif, sauver leur fille. Pour cela, ils vont organiser une grande chasse pour déterminer et créer l'antidote qui sauvera la Princesse. Les meilleurs alchimistes sont sur le coup, Sam compris.

Dès le début, j'ai de suite été vraiment captivée et emportée par l'histoire. Le style de l'auteure, Amy Alward m'a vraiment plu dès les premières lignes. J'ai senti que le ton était donné et que j'allais apprécié ma lecture. Sa plume est fluide et vraiment agréable à suivre.

Côté personnage, j'ai vraiment eu un bon feeling avec l’héroïne, Sam. Notre jeune alchimiste ne paye pas de mine comme ça mais se révèle être une jeune femme courageuse, loyale et vraiment compétitive. Suivre son point de vue m'a vraiment beaucoup plu. Pour ce qui est d'Evelyne, la Princesse, il est un peu plus difficile de la cerner puisqu'elle est sous le charme de son propre filtre d'amour et donc totalement délirante sur son reflet. Néanmoins, cette erreur apporte beaucoup d'humour à l'histoire.

Ce que j'ai particulièrement aimé dans La princesse et l'alchimiste, c'est le côté magique et tout ce qui touche aux alchimistes. Et heureusement me direz-vous. J'ai aimé découvrir la façon dont tel produit, telle plante allait agir dans une potion et surtout la complexité pour les trouver.

D'ailleurs la chasse ou plutôt la quête pour trouver les ingrédients et produire l'antidote m'a vraiment tenu en haleine. Une chose est sûre, la compétition est rude et tous les coups sont permis pour arriver au but. Sam ne sera pas au bout de ses peines et sa quête sera semée d’embûches.

Les rebondissements sont présents et nous autres, lecteurs ne nous ennuyons pas une seconde. A tel point qu'en tournant la dernière page, je regrettais déjà de l'avoir terminé. Une chose est certaine, La princesse et l'alchimiste tient en haleine du début à la fin. Aucun passage à vide et que du positif.

En conclusion, je conseille fortement cette lecture aux amateurs de magie, aux histoires d'amour non réciproques et à tous ceux qui aiment les quêtes périlleuses.

par Carole94P
Magic Charly, Tome 1 : L'Apprenti Magic Charly, Tome 1 : L'Apprenti
Audrey Alwett   

Lire ce roman c'est comme déguster un bonbon en le faisant rouler sur la langue.
Une vraie gourmandise.
D'entrée on est intriguait. On veut savoir, comprendre; et on rêve d'avoir Dame Mélisse pour grand-mère.

Charly est un "bon gamin", genre : vraiment!! Ce jeune homme est une crème. Et il est tellement solaire avec ses grands sourires communicatifs et son aura positive! Bref Charly est une "crème solaire"!:D
Un ours guimauve un peu pataud dans son grand corps baraqué dont il n'abuse pas.

La grande force d'un roman de qualité est bien évidemment son héros. Mais ici en plus de son charisme on bénéficie d'une plume gourmande comme je l'ait dit plus haut. Jugez plutôt cette description se trouvant page 19 :
"On était encore tôt, mais déjà la lumière dorée si particulière au sud de la France nappait les bâtiments comme des croissants embeurrés, tout juste échappés du four. Du linge séchait d'une fenêtre à l'autre, entre les volets gris-bleutés, qui s'ouvraient sur la journée comme des paupières mal réveillées. Le beffroi en fer forgé de la mairie faisait frileusement sonner sa cloche aigrelette et les montagne qui découpaient l'horizon de leurs mâchoires hésitaient à se débarrasser de leur couverture de brume. L'automne s'avançait sur la pointe des pieds, de peur de déranger. À peine soufflait-il quelques feuilles rousses entre les jambes des passants. Dans les rues, on sentait encore une vague odeur de thym, un reste d'été qui ne voulait pas être délogé."
Rien qu'avec les toits embeurrés je me suis retrouvée parachutée dans le palais de beurre frais de Dame Tartine (comptine nostalgique d'enfance).
Et tout le livre est ainsi! Les lieux, les objets, les gens, les animaux, tout est vivant d'émotions et sacrément imagé...ça fourmille ça bouillonne de vie!

J'ai totalement succombé à l'univers créé par Audrey Alwett. On y retrouve la joie enfantine que l'on a eu à lire Harry Potter pour la première fois...et ça fait du bien car tout est inédit dedans.
A part la magie avec un grand M, tout est différent.
On sent l'influence forcément... Et la couverture a raison c'est un beau mélange de Terry Pratchett, J.K.Rowlings et Miyazaki, mais à la sauce Audrey Alwett car l'histoire s'en démarque totalement !
Ceci n'est pas un pastiche mais une succulente création ! !
Les sabliers, les gemnez, les grimoires qui ont tous un grain, les complots, les grades magiques, les balais qui s'enracinent, l'absence de baguette, les mots inventés (truculents!), les prix à payer, les souvenirs floués.. Il se passe tant de choses!

Une belle sarabande organisée qui mène à attendre la suite avec impatience.
Une pépite surprise pour laquelle je remercie @Wonderbooks qui par son commentaire dithyrambique m'a convertie à l'achat rapide de cette merveille.
Un coup de cœur jeunesse à l'égal de "La passe-Miroir" et "Larispem"...mais surtout d'Harry Potter il y a 20 ans.
Chapeau bas. Chapeau-sapeur haut!

PS : Sapotille j'attends beaucoup de toi dans l'avenir!^^
Mandrin, je t'aime!
Pépouze...si je pensais un jour m'attacher [spoiler]à une serpillère ![/spoiler]
June...quelle attachiante tu es!XD

par Hanayu
Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli
Carina Rozenfeld   
http://wandering-world.skyrock.com/3106475547-Phoenix-Tome-1-Les-Cendres-De-L-oubli.html

Ouaw. Ouaw ouaw ouaw ouaw ouaw. Je suis juste incapable de dire autre chose, là tout de suite. Quel roman ! Mais quel roman ! Phænix est un ouvrage ardent, saisissant, intense, palpitant, et diablement obsédant ! Je peux vous assurer que ce livre est un coup de coeur. Un énorme coup de coeur, même. Cela faisait des mois que je n'avais pas pensé à un roman de cette façon. Il me hantait littéralement. A table, avec des amis, en famille, les personnages et l'intrigue de Phænix me poursuivaient partout ! J'ai vécu tellement de merveilleuses choses durant cette lecture que toutes les coucher à l'écrit risque d'être une expérience compliquée !
Dès le départ, en pénétrant dans l'univers du roman, j'ai senti que le coup de coeur n'allait pas être très long à venir. On pénètre dans un monde enchanteur et envoûtant. Carina Rozenfeld possède réellement un don avec les mots. Chaque description est solaire, fascinante et ultra visuelle. On ne peine vraiment pas à plonger dans chaque paysage, chaque situation et chaque lieu où l'auteure a voulu nous embarquer. Dès que je mettais à lire, la réalité autour de moi disparaissait. Le monde fantastique de Phænix effaçait le temps autour de moi. Je me suis retrouvé à de très nombreuses reprises sur un nuage de coton, engourdi, comme lorsqu'on se réveille après une longue nuit. Cette merveilleuse lecture m'a permis une évasion totale, rare et vraiment, vraiment, addictive. Impossible de ne lire que des bribes du livre. Dès qu'on plonge dans l'intrigue, les pages sont comme animées d'une vie propre, et elles se mettent à défiler avec frénésie entre nos doigts.
Évidemment, cette histoire d'amour que j'ai vécu avec le roman a pu voir le jour grâce, avant tout, aux personnages que renferme l'histoire. Anaïa m'a totalement fait craquer. Pour commencer, j'adore son prénom ! Sincèrement, je le trouve magnifique ! Puis c'est juste un protagoniste fabuleux. Mature, déterminée, sûre d'elle, aimante, passionnée et toujours pleine de surprises, elle m'a complètement fait fondre. Ses petites manies m'ont permis de complètement m'identifier à elle. Sa timidité maladive en public, le fait qu'elle pince sa paille avec ses dents ou encore sa façon de s'exprimer m'ont vraiment fait penser à moi. Oui bon ok, elle boit du Coca-Cola et non pas de l'Ice-Tea, mais on ne va pas lui en vouloir ( ni à Carina qui, elle non plus, ne supporte pas cette boisson ! Si si, je vous assure, c'est elle-même qui me l'a dit ! ). Anaïa est douce, tendre, innocente. Elle m'a profondément touché. Je crois que l'auteure a su décrire à merveille mon style de fille. Merci madame Rozenfeld. Voilà que je tombe à mon tour amoureux d'un être chimérique. Mais quel être ! Haaaaaaaaa, Anaïa, je t'aime !
Le gros plus de ce roman réside aussi dans les protagonistes masculins qui s'y cachent. Nous avons Enry, le garçon touchant, drôle, et qui ne prend rien au sérieux. Puis nous avons Eidan ( j'adore ce prénom aussi ), personne à la fois torturée, mélancolique et mystérieuse. Ces deux caractères apportent une réelle richesse au roman. On confronte toujours leurs dualités, en passant par une multitude de sensations. De plus, Eidan et Enry vont véritablement en faire voir de toutes les couleurs à Anaïa qui va, elle, mener sa propre route. Hors de question de se laisser poser des bâtons dans les roues par des jeunes hommes. Ce triangle amoureux ( qui, au fond, n'en est pas vraiment un ) m'a conquis et subjugué ! Les moments durant lesquels Anaïa se retrouvait seule avec l'un ou l'autre de ces héros étaient exceptionnels ! Quel bonheur !
L'élément qui m'a rendu complètement accro à Phænix ( parce que, oui, j'en suis véritablement devenu drogué et dépendant ) est le fait que Carina Rozenfeld ait inséré des dizaines de musiques dans son chef-d'œuvre. En effet, ce roman est ultra moderne ! Facebook, Apple et chansons récentes y sont monnaie courante ! Et grâce à chaque chanson que l'auteure a choisi d'intégrer à son histoire, ma fascination pour cette dernière n'en a été que plus forte. Seigneur !!! Je n'avais pas vibré pour un roman de cette façon depuis des siècles ! Les scènes musicales sont énormément tactiles, charnelles, et font parti des moments les plus intenses que j'ai jamais vécu. J'étais véritablement en transe, absorbé entièrement par chaque page, chaque ligne, chaque mot. Franchement, j'attendais d'éprouver cela depuis tellement longtemps ! C'était... C'était si unique ! Ajouter à cela un climat troublant, noir, inquiétant et terriblement tentant à la fois, grisant et exaltant, et vous caressez à peine mes impressions. Il faut lire Phænix pour éprouver autant de plaisir. Quelle lecture !
Nous rencontrons également d'autres personnages, tels que Garance, Yvan et Vincent, qui apportent un vrai plus à l'intrigue. Garance m'a énormément plu ! Drôle, pragmatique et indépendante, son rôle dans l'histoire est très important, puisqu'elle va servir de point de repère à sa meilleure amie, Anaïa. De plus, le contexte dans lequel nous sommes plongés est dévastateur. Le sud de la France, sa beauté, l'été qui perdure, les fleurs, les oiseaux, le soleil... Tout cela était vraiment magique à découvrir. Surtout qu'arrivée à la moitié du livre, l'atmosphère n'est plus du tout aussi charmante. Elle devient épaisse, ténébreuse, sibylline, obscure, et pourtant tellement, tellement passionnante et addictive.
Les rebondissements sont juste à couper le souffle ! Les découvertes que va faire Anaïa à son sujet et à celui de ses amis m'ont juste laissé bouché bée. Les surprises sont saisissantes, et elles nous poussent à lâcher le roman et à souffler quelques instants avant de pouvoir replonger dans cet univers extraordinaire. Et, surtout, je connais désormais la vraie signification de cet étrange "æ" ! La clé du roman ! Je comprends maintenant pourquoi l'auteure tenait tant à l'écrire "æ" et non pas "ae". Les lettres doivent être unies. Tout est lié. Littéralement.
On erre donc au beau milieu d'un récit émouvant, transcendant et véritablement enivrant. Enivrant... Voilà le mot qui colle parfaitement au roman. Il nous possède. Nous enivre. La conclusion du livre m'a complètement achevé, et je suis terriblement impatience d'avoir la suite des aventures d'Anaïa entre les mains. En refermant Phænix, on se trouve dans un état inquiétant et étrangement agréable, comme perdus sur une plage de cendres. Tout est froid et insipide. On en redemande. On en veut encore. Plus, plus, plus.
Phænix est donc un magnifique roman et un coup de coeur. C'est un ouvrage ardent, qui nous consume et nous brûle de passion. L'ambiance est captivante, les protagonistes touchants au possible et gorgés de magnificence, et l'intrigue est juste époustouflante. Tout, à mes yeux, est parfait. J'ai été saisi par tous les éléments de l'intrigue. Une lecture dévastatrice, marquante et incandescente, tel un brasier enivrant, que je vous conseille fortement de découvrir.

par Jordan
Rois de cendres Rois de cendres
K. Ancrum   
Dès que j'ai reçu cet ouvrage dans ma librairie, il m'a intriguée avec ses pages de plus en plus sombres au fur et à mesure que la fin se rapproche. Je me suis donc plongée dedans le soir même et j'ai bien vite réalisé que le roman est très déstabilisant aussi bien dans la forme que dans le fond !

Ce que j'ai le plus apprécié dans "Rois de cendres" c'est vraiment cette relation étrange entre Jack et August. Possessive, mi amicale-mi amoureuse, à la fois passionnelle et toxique. Le lien qui les unit est tellement fort qu'il prend le lecteur aux tripes. Personnellement, ça m'a vraiment bouleversée. [spoiler]Jack est malade et par amour pour lui, August va lui-même basculer dans la folie. C'est très fort, je trouve.[/spoiler]

L'histoire en elle-même en revanche m'a moyennement convaincue. J'avais du mal à voir où l'auteure voulait en venir. Est-ce qu'on allait basculer dans du fantastique ? Comme les personnages, le lecteur se demande si les visions de Jack sont vraies ou pas...avant de comprendre et là, j'avoue que je suis restée sur ma faim. Je m'attendais à un autre dénouement. Après tout cela ça me semblait...un peu fade.

Enfin, quelques mots sur le livre objet en lui-même. Il faut reconnaître que "Rois de cendres" envoie du lourd avec sa belle couverture, ses pages qui comme je l'ai dit s'assombrissent mais aussi ses photos. Des clichés mettant en scène les garçons ont en effet été insérés, de même que des rapports de police ou d'autres documents visant à rendre la chose plus crédible.

Dans l'ensemble, je suis donc plutôt satisfaite de ma lecture, même si je m'attendais à plus...

par Saturna

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode