Livres
461 592
Membres
418 112

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T19:25:30+01:00

Je vais le dire vite : ils incarnaient le couple parfait. Mister Propre et Miss Proprette. Une vraie publicité pour dentifrice.

Afficher en entier
Extrait ajouté par bookemixer 2010-04-08T09:57:48+02:00

Je fermai les yeux pour mieux percevoir les parfums du vent. Une brise de mai, gonflée comme un fruit à la peau rêche, à la pulpe onctueuse, aux graines abondantes. La pulpe se répandait dans l'air, relâchant les graines semblables à une douce chevrotine qui atteignait mes bras nus. Je ne ressentais pas la moindre douleur.

«Quelle heure est-il ?» me demanda mon cousin. Comme il avait bien vingt centimètres de moins que moi, il était obligé de lever la tête pour me parler.

Je jetai un oeil à ma montre.

«Dix heures vingt.

- Ta montre est exacte ?

- Oui, je crois.»

Mon cousin me saisit le poignet pour vérifier lui-même. Ses doigts minces et humides étaient étonnamment puissants.

«Dis-moi, elle vaut cher ?

- Pas du tout. Elle est très bon marché», répondis-je en consultant l'heure encore une fois.

Aucune réponse de sa part. Je l'observai brièvement. Il semblait confus. Ses dents blanches entre ses lèvres, on aurait dit des os sclérosés.

«Elle est bon marché, répétai-je en le regardant, articulant soigneusement chaque mot. Bon marché, mais elle donne l'heure juste.»

Mon cousin hocha la tête en silence.

Afficher en entier

Le métier doit être un acte d'amour, fondamentalement. Et pas un mariage de convenances.

Afficher en entier

Vous êtes né comme ça ? Ou il vous est arrivé quelque chose d'abominable ?

Afficher en entier

Je ne me comprends même pas moi-même.

Afficher en entier

Ce n'était pas mon bras qu'elle recherchait, mais le bras de quelqu'un.

Afficher en entier

Semblable à une fille abandonnée, désormais vouée à la solitude, qui jette au feu les vieilles lettres de son amoureux, je faisais cuire sans relâche mes spaghettis, seul dans mon silence.

Afficher en entier

Le monde entier est une vaste clownerie, c'est entendu.

Afficher en entier

Peut-être était-ce la faute de la lune.

Afficher en entier

Les êtres humains, crois-moi, sont fragiles quand ils se retrouvent isolés.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode