Livres
639 289
Membres
757 522

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2015-11-19T12:57:23+01:00

Et le voisin sauta juste devant moi. Je poussai un petit cri de surprise. Je ne m'étais vraiment pas attendue à ce qu'il fasse un truc aussi... stupide. Mais honnêtement, quand je posai les yeux sur lui, je me dis qu'il pouvait faire toutes les stupidités du monde, ça ne me poserait plus jamais aucun problème.

Parce que le voisin était vraiment, vraiment très... Bon, j'étais à court de mots.

La bouche ouverte, les yeux pétillants, les joues cramoisies, je n'arrivais pas à croire que je me retrouvai en pyjama devant le petit nouveau du quartier, avec son sourire de rêve et son corps de rêve. Et ses yeux de rêve. Et... tout le reste. Il était comme un bonbon avec le papier comestible, un régal tout entier.

Bien sûr, il était torse nu, et un torse particulièrement musclé. Pas comme les athlètes professionnels, non, juste ce qu'il fallait. Des vallons bien dessinés sur une peau café au lait, des épaules carrées, des bras forts couverts de tatouages représentant des scènes artistiques japonaises. Ses cheveux noirs étaient rasés et ses yeux noisette avaient quelques touches de jade qui les rendaient magnifiques, intenses. Et qui faisaient d'un simple regard, un tableau torride et dévastateur.

— Heu, salut, dis-je en resserrant mon gilet sur ma poitrine d'une main et en serrant mon téléphone de l'autre.

— Ax.

Il me tendit la main et j'étais sûre que c'était pour m'embêter puisqu'elles étaient prises toutes les deux. Ne pouvant décemment pas laisser mon portable tomber au sol, je lâchai mon gilet et acceptai le contact. Je tentai de serrer pour lui montrer mon agacement, mais de voir le décolleté de ma nuisette le fit sourire et ma poigne n'était franchement pas terrible, de toute façon. Il me secoua vigoureusement la main, faisant danser ce qui aurait dû se trouver dans un soutien-gorge et je mis fin à ce manège en soupirant de frustration.

— Ax ? demandai-je en haussant les sourcils.

C'était quoi ça, un prénom ? Un nom ? Le nom de son chien ?

— Aksel, mais mes amis m'appellent Ax.

— Bienvenue dans le quartier, marmonnai-je.

— Si toutes les voisines m'accueillent dans une tenue pareille, je pense que oui, je me sentirais le bienvenu.

— Ne t'excite pas trop, Aksel. La moyenne d'âge du quartier frôle presque les cent cinquante ans. Et si tu voulais bien lâcher ma main maintenant que tu l'as secouée trois mille fois, je pourrais couvrir un peu la honte de m'être laissée coincée dans cette tenue.

— Pourquoi avoir honte ? Moi je te trouve pas mal comme ça. Bon, tu aurais pu faire quelque chose pour tes cheveux, mais...

— Excuse-moi ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ginabella59 2016-04-23T08:21:48+02:00

— Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

— Déménager ?

— Je viens seulement d'arriver.

— Et tu es déjà agaçant.

— C'est pour ça que tu ne veux plus me voir, Ebony ? En général, les femmes attendent mon appel désespérément avant de me maudire.

— Tu as insulté mes cheveux !

— Et toi, ma moto. Match nul. Balle au centre. On reprend du début ?

Je sortis de la voiture et m'appuyai dessus. Ax se positionna face à moi, toujours souriant, et franchement irrésistible.

— D'accord.

— Alors, parle-moi de ce problème de voiture.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2015-11-19T13:00:43+01:00

Ax faisait déjà ronronner le moteur quand nous arrivâmes. Il caressait le volant, avait ouvert la fenêtre. Indy m'ouvrit la porte côté passager et j'hésitai un long moment. Près de cinq secondes entières en fait, qui passèrent comme autant d'années.

— Tu veux venir avec nous ? Tu pourras la conduire aussi si tu veux.

Oh bon sang ! J'avais l'impression de vendre mon corps,enfin, le corps de ma voiture pour faire rester cet homme. Homme tellement séduisant sans même le vouloir... Ses yeux irradiaient d'une douceur telle que j'avais envie de le toucher. De porter la main à sa joue, de me perdre dans la masse de ses cheveux décoiffés et de... mince, il fallait que je me reprenne. Je ne pouvais pas me mettre à fricoter avec un gang.

Oh ! Mon dieu, c'était carrément ce que j'étais en train de faire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AlexiaT 2018-07-20T17:45:43+02:00

- Ebony ?

- Oui ?

Elle se retourne à moitié.

- Alors, quelle heure il est ?

- Il est toujours l'heure pour aimer, quelque part dans le monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PataloChou 2018-06-12T08:31:58+02:00

– Salut, voisin.

– Trois.

– Quoi ? demandé-je.

Je me fige en attrapant mon courrier et je le regarde de travers. Qu’est-ce qu’il raconte ? Pourtant, il n’a pas l’air stone ce matin.

– Je parie sur trois livres reçus.

– Raté, il n’y en a que deux.

Je serre mes deux colis dans mes bras, cachant une nouvelle lettre mais Ax attrape le tout.

– Qu’est-ce que tu fais ? couiné-je.

Spider nous rejoint, l’air exténué et dit quelques mots à l’oreille d’Ax. Ses longs cheveux noirs sont détachés et masquent tous ses tatouages arachnéens.

– Je m’en occupe dans deux minutes, lui répond-il.

– Salut, Ebony.

– Salut, Spider.

J’essaye de faire comme si de rien n’était devant lui. Comme si Ax ne m’angoissait pas à retourner mon courrier, mais je sens mon sang bouillir dans mes veines.

– Ebony… soupire-t-il.

Ax me tend les deux livres que je lui arrache presque des mains avant de plonger sur lui pour reprendre ma lettre. Je suis à bout de nerfs. Je ne peux plus supporter rien ni personne. Il a franchi la limite en glissant un doigt sous l’enveloppe pour la décacheter et je ne veux pas souffrir la honte de ce qu’il lira sur ce torchon ridicule.

Je remonte mon allée à grandes enjambées pour aller la ranger avec les autres. Je suis furieuse qu’Ax se permette de toucher à mes affaires, mais surtout, qu’il me fasse sortir du fin cercle de protection que j’ai minutieusement tracé autour de moi. Ce cercle me permet de ne pas trop m’inquiéter des lettres et de les oublier à vitesse grand V autant que possible, du moins.

– Ebony, bordel ! Il faut qu’on parle de ces lettres ! Tu crois que je ne sais pas combien tu en as reçu ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daisyetleslivres 2020-08-23T11:19:26+02:00

- Qu'est ce que je peux faire pour toi ?

- Déménager ?

- Je viens juste d'arriver.

- Et tu es déjà agaçant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par JessicaBlh 2020-03-10T14:20:27+01:00

« Il m’embrasse à nouveau et part. Il ne se retourne pas, mais je le suis des yeux jusqu’à ce qu’il tourne au loin. Le bruit infernal des motos s’estompe tandis que mes larmes coulent à flots. Les hommes roulent à une vitesse folle sans se soucier des voitures qui arrivent face à eux. À l’arrière de leurs blousons, hormis celui d’Indy, est écrit « Ley Absoluta ». La loi absolue. Ma gorge se noue et je passe une main sur mes yeux pour effacer ce cauchemar incrusté dans ma mémoire. Mais c’est impossible. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2020-02-21T14:13:14+01:00

- Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

- Déménager ?

- Je viens seulement d'arriver.

- Et tu es déjà agaçant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2020-02-21T14:13:03+01:00

Les premières lueurs de l'aube.

Je n'en peux plus.

Je suis lessivé, démoralisée, seule.

Seule comme jamais je ne l'ai été.

Seule et terrifiée.

Et perdue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-05-21T18:09:45+02:00

E. baisse les yeux, ses yeux azur cerclés de noir, puis elle les relève doucement. Jamais je n’ai vu un regard si pur chez un être humain. À force de fréquenter la lie de l’humanité, j’en ai oublié qu’il y a encore du bon dans ce bas monde

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode