Livres
394 749
Comms
1 386 508
Membres
289 227

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Lassé de courir partout, Élias s'était réfugié sous notre table en bois et suivait l'avancée d'une colonie de fourmis.

-Charlotte ? s'enquit-il au bout d'un moment.

-Oui, mon chou ? répondis-je sans y penser.

-Comment on fait pour arracher le coeur d'une fourmi ?

J'avalai de travers et vérifiai que personne d'autre que moi n'avait entendu .

Afficher en entier

On ne tue pas les gens parce qu'il sont bêtes. Dommage, d'ailleurs.

Afficher en entier

— Je n’ai aucune chance de l’arrêter, hein ? marmonna-t-il.

— Oh si ! tentai-je de le réconforter. Adam vous aime beaucoup ! Il vous laissera faire, un jour, pas vrai, Adam ?

Celui-ci ouvrit des yeux ronds. Je lui donnai un coup de coude.

— Euh… J’imagine, admit-il donc.

— Et tu purgeras ta peine en prison ? grommela Balard.

— Ah non. Il ne faut pas exagérer, quand même.

Afficher en entier

Je cherchai Élias des yeux et me figeai. Dernier de la longue queue de personnes affamées qui assiégeaient la baraque à frites, il regardait les autres avec un air mauvais, en caressant son sabre d’une façon explicite. Il fallait intervenir sans traîner !

Afficher en entier

— Un sortilège plane sur l’immeuble, répondit Élias en levant ses grands yeux bleus vers nous. Ça chatouille le bout des doigts. Vous croyez que c’est un sortilège de protection ? Qu’on va brûler vifs en entrant ?

Un doute passa sur le visage d’Adam.

— Régis, ordonna-t-il, passe le premier.

— Hein ? se récria celui-ci. Mais ça fait mal, de brûler vif !

Afficher en entier

Il me lança un regard malicieux.

- Firmin nous as fait part de tes exploits, Charlotte. Félicitations.

- Euh...Il a dit quoi, exactement? bredouillai-je.

- Que tu avais vaincu les deux cents policiers du commissariat pour t'enfuir, soulevé un pan entier de ruines pour dénicher la cachette du Geistjäger et sauvé in extremis le dernier survivant parmi ses quarante victimes.

Je faillis m'étrangler.

- Mais n'importe quoi!m'écriai-je. Ils étaient pas deux cents, les flics!

Le sourire du maître de maison s'élargit.

- Donc le reste est vrai ? ça devrait suffire à ta légende.

Il me laissa dans la confusion la plus totale pour se tourner vers ses fils.

Afficher en entier

- Cette adorable fée le méritait parfaitement assura la nymphe. On aurait dit une vraie, tellement elle était jolie.

Certes. Surtout à côté de Nicolette.

Afficher en entier

Avant que j'ai le temps de dire ouf, il m'attrapa pour me serrer dans ses bras. Abasourdie, je n'osais pas protester. Mais en cet instant précis, l'hôtel me manqua. Un peu. L'air aussi.

Afficher en entier

Mouais. Vendait-on des cartes à collectionner avec tous les membres du manoir, dans le monde de l’ombre ?

Afficher en entier

— Qu’est-ce que c’est que cet endroit ? maugréa Balard.

— La salle d’entraînement numéro 3, répondit Adam avec une fierté certaine. On ne quitte cette salle que lorsqu’on sait tuer quelqu’un avec n’importe quel objet présent ici.

Je ne pus retenir un soupir. Et il expliquait ça devant l’inspecteur… Le regard suspicieux de celui-ci tomba sur l’arrosoir.

— Je me demande comment on peut tuer avec ce truc, grommela-t-il.

— Voyons, Daniel ! Ne dis pas n’importe quoi ! L’arrosoir, ça sert à arroser les plantes vertes.

Afficher en entier