Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de scotch974 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Manchester Ménage Collection, Tome 2 : Découvrir Dalton Manchester Ménage Collection, Tome 2 : Découvrir Dalton
Nicole Colville   
Je ne me souvenais pas avec exactitude du tome 1, me rappelant simplement que je l’avais trouvé sympathique mais sans plus, mais ce tome 2 que j’ai trouvé excellent peut se lire en standalone, les personnages du tome 1 faisant seulement quelques apparitions.

J’ai beaucoup apprécié l’histoire et son développement. Le résumé est un peu trompeur, car il laissait un peu entendre un jeu sur deux tableaux et ce n’est pas du tout le cas. Dalton se découvre mais reste toujours honnête et fidèle à ce qu’il désire. Son parcours se fait lentement, ce que j’ai apprécié. Il prend le temps de savoir ce qu’il attend réellement et plus qu’une romance, ce livre raconte surtout son parcours.

Mais nos deux autres héros Liam et Troy ne sont pas en reste non plus, leur relation d’amitié est très fusionnelle, si fusionnelle qu’elle ne laisse aucune place à une autre relation. Jusqu’à ce que Dalton arrive. Et alors leur ménage devient une évidence, ce que je ne ressens pas toujours dans les trios d’habitude ou en tout cas pas avant que la relation ne débute. Les scènes sexuelles sont toutes très belles (malgré le langage un peu cru à mon goût parfois) et entre Liam, le coach protecteur et Troy, le tatoueur fragile encore hanté par son passé, Dalton trouve parfaitement sa place.

De nouveaux personnages font leur apparition, et je lirai avec plaisir le prochain tome consacré au flamboyant Blue.

par Oxanes
Trouver sa voie, Tome 4 : S'investir Trouver sa voie, Tome 4 : S'investir
Silvia Violet   
J’étais heureuse de retrouver ce treesome, Mason, Jack et surtout de découvrir enfin le ressenti du stoïque Gray…

Et ben, c’est chaud bouillant ! Et c’est super de plonger dans sa tête, de connaître les sentiments qu’il éprouve pour ses hommes…

Mais en plus de cela, j’ai découvert un Gray, ce dom, maniaque du contrôle en train de tout simplement perdre pied.

Entre une enquête qui stagne, les meurtres de jeunes filles et aucune piste valable afin d’enrailler cela et d’arrêter l’assassin… Gray replonge dans son passé, un passé qu’il n’a pas mis derrière lui et qui revient de manière sournoise hanter ses nuits. En tant que dominant de ce trouple, Gray n’accepte pas d’être vulnérable.

Autant Mason a réussi à passer outre ses peurs, et Jack a dû surmonter sa blessure, ses doutes et le manque de confiance en son avenir pour que leur relation fonctionne. Autant, Gray va devoir s’ouvrir et s’investir s’il veut vraiment que leur trio tienne la route…

J’ai plongé dans l’histoire et l’ai dévorée. La plume, le style de l’auteure sont toujours aussi addictifs et pimentés de scènes plus chaudes et coquines les unes des autres… Mais, j’ai été moins portée par les émotions, Gray ne m’a pas autant touchée que Mason puis Jack. Il n’a pas serré mon petit cœur au contraire, il m’a agacée… Alors, j’en attendais peut-être plus ou autre chose, je l’ai trouvé un peu survolé par rapport aux deux autres. Comme si l’intrigue policière et le sexe prenaient le pas sur son personnage… A dire vrai, il m’intriguait… J’avais hâte d’être dans sa tête… Je ne suis pas déçue du roman, mais pas autant emballée que pour les tomes 1 et 2.

Ce n’est jamais facile de poser un avis sur une série, surtout quand on suit les mêmes personnages… Et là du coup, je pense que je me suis fait, au cours de deux premiers tomes, une impression différente de Gray que le personnage créé par l’autrice…

Cependant, j’ai passé un très bon moment en compagnie de ces hommes et, à mon sens, c'est une très belle fin pour ce treesome…

par ElsReader
Jeux de scène, seconde partie Jeux de scène, seconde partie
Hope Tiefenbrunner   
Un avis qui sera assez court parce qu’il est presque impossible de faire autrement sans dévoiler trop de l’histoire. Je dirai simplement que je n’ai pas été déçue, que la résolution des évènements dévoilés dans le tome 1 est faite d’une façon très intelligente, que ce soit dans l’histoire en elle-même ou dans l’écriture à plusieurs points de vue du début. Quand l’histoire s’achève, on est triste de quitter tout ce petit monde.

Un seul petit bémol, des évènements de la fin du tome 1 ne sont plus vraiment abordés dans le tome 2, qui pourtant m’avaient autant choqués que Dorian. Je le regrette un peu. (détails plus bas en cliquant)

[spoiler]

Les lettres de la première femme de Jin et son suicide m’avaient marquée, nous faisant voir les deux cousins sous un nouveau jour. Si ce n’est pas forcément étonnant vu leur vie, je regrette que ce ne soit plus mentionné, car après tout le problème risque de se reposer. Il leur faut toujours un héritier, et à trois cela risque d’être encore plus compliqué.

[/spoiler]

par Oxanes
Jeux de scène, première partie Jeux de scène, première partie
Hope Tiefenbrunner   
Tout d’abord je remercie infiniment Juno Publishing pour ce nouveau partenariat qui m’a permis de découvrir un petit bijou signé Hope Tiefenbrunner.

J’ai découvert l’autrice à travers son tout dernier roman, La Rotonde aux Objets, et j’ai flashé sur son style d’écriture, aussi, quand j’ai vu chez Juno cette duologie signée de son nom, forcément, je me suis penchée sur le résumé. Et ce résumé prometteur et intriguant m’ayant mise en bouche, c’est avec joie que j’ai entamé cet ouvrage.

Je me suis donc plongée dans l’histoire de Dorian et des cousins Kohaku, Jin et Ryôma, avec un immense plaisir. Je dois pourtant avouer que je suis mitigée concernant ce premier tome. Mais ne vous y trompez pas, je me suis régalée, et j’ai vraiment accroché avec la plume de Hope, son univers, l’ambiance du livre et les personnages. On va juste dire qu’il me manque un petit quelque chose pour en faire un coup de cœur, ce qui n’en fait pas moins une excellente lecture.
Pour tout dire, j’ai beaucoup réfléchi à ce que je pourrais « reprocher » à ce roman, et j’ai du mal à vraiment trouver. Je vais tenter de développer les points qui l’ont empêché d’être un vrai coup de cœur, mais aussi, bien sûr, définir ce qui a fait pour moi de ce livre un incontournable.

Ça ne vous intéresse très certainement pas, cependant je précise que je suis très fatiguée en ce moment, ce qui a influé je pense en partie sur ma lecture. Je dis cela parce que cela faisait bien longtemps que je n’avais pas mis aussi longtemps à lire un livre, ce qui m’a énormément surprise parce qu’à chaque fois que j’étais plongée dedans, je me suis tellement régalée que j’avais du mal à le lâcher. Cependant, les chapitres sont très, très longs, ce qui fait qu’ils ne sont pas facilement accessibles quand on n’a pas beaucoup de temps, ce qui m’a souvent fait repousser ma lecture. Cela à mon avis a également un peu nui au dynamisme. Pourtant, le style est extrêmement fluide, et à chaque reprise de lecture, je n’avais juste pas envie de m’arrêter à la fin d’un chapitre (mais en commencer un nouveau était souvent compliqué vu la taille de ceux-ci). Ce livre est également un gros volume, ce qui explique naturellement également le temps de lecture, bien sûr.

En parlant de dynamisme, ce livre n’en manque clairement pas. S’il aborde le thème, principalement, de la danse, j’ai trouvé la façon de l’autrice d’aborder son récit très théâtral. Avec cette impression de passer de scène en scène, avec un cadre, des personnages, une vie joyeuse et animée propre au théâtre, et des moments plus solitaires, plus dramatiques. C’est très bien mené, et les atmosphères se posent et s’enchainent à merveille.

Ces ambiances sont magnifiques et très précises. Parfois un peu trop de détails viennent ralentir le récit, mais ces détails ont le mérite de poser des scènes d’un réalisme foudroyant. J’ai adoré les scènes qui se déroulent au Millenium et nous décrivent la vie des membres de la troupe. C’est joyeux, c’est vivant, c’est envolé et léger, on y découvre la proximité des danseurs et autres membres du staff, on y suit leurs pensées, parfois aussi leurs conflits, souvent puériles, mais de temps en temps plus sérieux. Mystères, cachotteries, amitié et joie de vivre nous transportent dans l’univers de la scène avec brio et nous donnent en général le sourire.

Parfois, dans ces passages, il y a trop de personnages, ce qui fait qu’on ne suit plus toujours qui est qui, mais en même temps, je ne critique pas vraiment ce fait car cela nous montre un peu plus en profondeur la fourmilière grouillante de vie et de monde qu’est le Millenium. On en a parfois la tête qui tourne ! C’est dense et léger à la fois, pétillant comme des bulles de ce champagne que l’on sert lors des soirées, et qui, dans ce monde de la prohibition, est pourtant interdit. Mais ici, pas de tabous, pas d’interdits, tout est permis, la vie est plus simple, plus colorée… mais aussi plus complexe. Parce que derrière la désinvolture des membres du Millenium se cache l’ombre de la mafia, des Kohaku, véritables maîtres du lieu.

J’ai adoré aussi les passages très intimistes dans la demeure des Kohaku, où Jin, Ryôma et Dorian vont s’apprivoiser et se découvrir. Le contraste avec les passages exaltés du Millenium est frappant, mais très bien amené. On balance entre périodes de grande agitation enthousiaste et une ambiance intime, feutrée mais non moins intense…

Dans tout cela, on suit le point de vue de nombreux personnages. C’est là une petite critique personnelle que je ferais à l’œuvre, pour moi qui préfère rester centrée sur des personnages principaux sauf quand le récit nécessite éventuellement un autre point de vue, il y a parfois eu trop de changements de points de vue ici. On est dans un récit omniscient, ce que je trouve un peu dommage au niveau de l’intrigue complexe et remplie de tension qui se met en place. À suivre les points de vue des différents protagonistes, parfois très antagonistes, parfois on en sait « trop ». Mais c’est très personnel, je sais que beaucoup de lecteurs, au final, préfèrent ce point de vue omniscient, à mes yeux cela permet moins d’entrer en contact avec des personnages privilégiés.

En parlant de personnages, j’ai énormément accroché avec bon nombre d’entre eux. Avant de m’attarder sur les principaux, je citerais Louise et son immense joie de vivre, John et son caractère de cochon, Satomi et ses mystères, Tanhiwa et son immense appétit pour les femmes (mais il est toujours galant, et loyal envers ses maîtres, en prime).

Parlons à présent plus sérieusement. Je veux dire par là, parlons de Jin et Ryôma. Les cousins Kohaku. J’ai adoré leur immense présence et leur prestance incroyable, leur courtoisie unique, tout autant que leur férocité, généralement dissimulée derrière leurs bonnes manières. Les cousins Kohaku sont par excellence des « anti-héros », du moins, dans ce premier tome. Ce sont, comme dirait Dorian, des « méchants », d’une certaine manière. Certes, on ne les perçoit pas sous cet angle, parce qu’ils se montrent agréables et attentionnés envers ceux qu’ils protègent, doux, tendres et passionnés avec Dorian, et que l’on sait que, de bien des façons, « ils n’ont pas le choix ». N’empêche qu’ils sont à la tête d’un immense empire mafieux sans la moindre pitié pour ses ennemis. Ils se sont sali les mains si souvent qu’on ne pourrait les compter, de manière directe ou indirecte. Ils ont un pouvoir immense, et ne supportent pas qu’on leur marche dessus, aussi sont-ils capables d’une immense cruauté.

On sait tout cela, oui, on le sait, tout comme on apprend à connaitre peu à peu leurs grands défauts, la violence et la colère de Ryôma, la cruauté dont Jin peut faire preuve si on le contrarie trop, leur manque de compassion envers leurs ennemis et toutes les magouilles dans lesquelles ils trempent de fait, cependant on ne peut que les apprécier. En suivant le déroulement de leurs pensées, on découvre deux hommes qui ont autrefois été dépassés par une vie bien trop difficile à porter pour de si jeunes épaules, deux hommes qui ont failli être brisés par la vie et qui, l’un grâce à l’autre, l’un avec l’autre, ont su faire front, conserver leur empire, et mieux encore, l’améliorer afin que leurs décisions soient plus justes (même s’ils restent des hors-la-loi dangereux et féroces).

Mais Jin et Ryôma sont deux êtres passionnés et passionnants auxquels on s’attache très vite, et dont on suit le point de vue avec toujours énormément de plaisir. Leur amour mutuel, si fort, si profond et si incommensurable est extrêmement touchant, et même si l’autrice insiste par le point de vue d’autres personnages sur le côté « incestueux » (puisqu’ils sont cousins), moi je ne l’ai pas perçu comme cela (et puis bon, cousins ce n’est pas comme frères ;-) ). J’ai perçu leur amour comme étant pur, juste et beau, et tellement puissant et inaltérable qu’à mes yeux c’est plutôt un exemple, et une vraie base pour ces deux personnages qui ont trop subi les coups du destin. L’un près de l’autre, ils sont à la fois solides, calmes et presque invulnérables, même s’ils sont pourtant la véritable faiblesse l’un de l’autre.

J’ai adoré la passion dont fait preuve Ryôma, son immense tendresse si débordante, également. C’est un personnage très entier, très émotif, jeune et trop enthousiaste, parfois drôle, aussi, et désinvolte à ses heures, dont le caractère me parle énormément. J’ai adoré le contraste créé par la personnalité de Jin, si calme, si paisible, presque froid tant il est assuré et posé, si sérieux, également. Un vrai chef de clan, qui possède une âme d’acier, dirait-on. Cependant, lorsqu’il est réellement contrarié, il est rempli d’une véritable férocité qui, utilisée à bon escient, a donné lieu à mes yeux à la scène la plus explosive de tout le roman.

Et puis, au milieu de cet océan d’amour et de passion mutuelle, il y a Dorian. Dorian, le danseur séduisant qui d’abord attire les deux cousins, avant de les rendre accros, presque fous, en tout cas bien décidés à le posséder. Eux qui ont toujours refusé de se partager avec d’autres, eux qui se vouent un amour infini s’ouvrent en chœur à la beauté et à l’insolence un poil sauvage de ce jeune homme si sensuel. Et ce fleuve de désir et d’intérêt qu’ils éprouvent pour lui est bel et bien réciproque.

Mais Dorian est un personnage complexe qui va nous donner énormément de fil à retordre au cours de ce premier opus et parfois, sincèrement, on a envie de le secouer et de lui dire de regarder la réalité en face, d’arrêter la machine, d’arrêter la folie qui le dévore et le rend presque fou, de vivre, de vivre intensément, parce que l’amour qui le meut et le possède est bien la plus belle des émotions de l’univers…

Dorian, ah, Dorian… Je n’ai pas su comment le gérer tout du long de ce récit. On l’aime, Dorian, on l’aime tellement, lui et son caractère tumultueux, difficile, obstiné, lui et sa fougue passionnée, pour la danse, pour ce qu’il entreprend, pour les deux cousins qu’il apprend à aimer, lui et son humour parfois en total décalage avec cet homme tendu et nerveux qu’il sait être aussi… Dorian est insaisissable. Il y a eu des moments où j’en venais presque à le détester de n’être pas capable de renoncer à ses plans, de vouloir aller au bout de son but si ridicule au vu de la situation, d’être cet homme colérique et vengeur capable de s’en prendre aux mauvaises personnes… Et puis à d’autres, la majorité d’entre eux, on s’attache incroyablement à lui, et on se plait à suivre son point de vue dynamique, rempli d’émotions et de questionnements sans fin…

Vous pouvez l’imaginer, forcément, entre Dorian, Jin et Ryôma, le cocktail sera explosif, et l’histoire pleine de remous et de rebondissements sans fin. La fin est un beau feu d’artifice aussi inattendu qu’émouvant, que j’ai énormément aimé, et qui m’a évidemment donné envie de débuter aussi sec le second volume de cette belle histoire. Et de replonger derechef dans cette ambiance années 30 qui est purement magique.

Une histoire à découvrir, entre émotions, intrigue, lyrisme et érotisme, un récit rempli de peps, de douceur et de violence, un mélange incroyable qui ne peut laisser indifférent et que j’ai réellement savouré.

Aurélie, pour le blog d'Amabooksaddict

http://amabooksaddict.blogspot.com/2018/05/chronique-jeux-de-scene-1-hope.html

par lilylelfe
One Voice, Tome 1: Us Three One Voice, Tome 1: Us Three
Mia Kerick   
A Harmony Ink Press Young Adult Title

One Voice: Book One

In his junior year at a public high school, sweet, bright Casey Minton’s biggest worry isn’t being gay. Keeping from being too badly bullied by his so-called friends, a group of girls called the Queen Bees, is more pressing. Nate De Marco has no friends, his tough home life having taken its toll on his reputation, but he’s determined to get through high school. Zander Zane’s story is different: he’s popular, a jock. Zander knows he’s gay, but fellow students don’t, and he’d like to keep it that way.

No one expects much when these three are grouped together for a class project, yet in the process the boys discover each other’s talents and traits, and a new bond forms. But what if Nate, Zander, and Casey fall in love—each with the other and all three together? Not only gay but also a threesome, for them high school becomes infinitely more complicated and maybe even dangerous. To survive and keep their love alive, they must find their individual strengths and courage and stand together, honest and united. If they can do that, they might prevail against the Queen Bees and a student body frightened into silence—and even against their own crippling fears.

par Northstar
Revelations Revelations
Ariel Tachna   
Spanning the six years before the events of Talking in Code, this collection of short stories recounts highlights of how Richard, Tim, and Eric fell in love—and into bed. These seven tales reveal the early adventures of the two former Navy SEALs, an expert sniper, and their paramilitary organization, Strike Force Omega. Between dangerous missions and their aftermath, the three men find time to explore the limits of their relationship and what it might become, whether it’s blistering physical passion or something with the potential to run much deeper—something that will see them through their most difficult battles.

par Gkone
Décode-moi Décode-moi
Ariel Tachna   
Même si j'ai apprécié ma lecture, j'ai quand même l'impression d'avoir lu un livre incomplet. j'ai eu l'impression qu'une partie de l'histoire à été amputée, et la fin est un peu trop rapide. et ne compter pas sur la nouvelle pour donner des éclaircissements.

par khristyne
Brothers Brothers
David Cooper   
Il était bien mes il manque une vrai fin ou une suite... dommage je trouve les personnage vraiment bien développe même les secondaires qui pourrai avoir le propre tome. Je suis même frustrai de pas savoir l’age de Logan XD
Trouver sa voie, Tome 3 : S'enflammer Trouver sa voie, Tome 3 : S'enflammer
Silvia Violet   
Après avoir trouvé le tome 2 moins bien que le tome 1, la nouveauté dans le Trio me plaît énormément!
Bryce, Toby et Matt forment un trouple émotionnellement parlant très doux - même s'ils sont très hard dans leurs relations charnelles - très... attachant.

Je ne sais pas quoi dire de plus. Une nouvelle fois Silvia Violet nous sort une petite histoire, sans grande prétention, sans intrigue, seulement une tranche de vie.
Revigorant!

Le seul bémol que je trouverais à soulever - mais il est logique de le trouver ici - est que Bryce est un ami de Mason (des deux premiers tomes - en couple avec Jack et Gray). Cela fait deux trios pas très "loin" l'un de l'autre, dans la même petite ville... Un peu téléphoné pour ma part :)

par LiliEhlm
Wilde's, Tome 2 :  Plus tu te rapproches Wilde's, Tome 2 : Plus tu te rapproches
L. A. Witt   
Mon préféré des trois pour le moment. C’est une romance toute simple, mais les personnages sont travaillés et attachants.

J’avais déjà beaucoup aimé Kieran dans le tome 1, le seul personnage qui avait rendu ce tome supportable, et j’ai adoré le retrouver ici, en jeune homme bien décidé à ne pas laisser l’amour frapper à sa porte. Jusqu’à ce qu’il cède à Sabrina et devienne le mentor du très séduisant Alex, tout juste débarqué à Seattle et inexpérimenté.

J’ai aimé la relation qui se forme au fil du livre entre nos deux hommes. Avant le sexe, il y a tout d’abord une belle amitié, et une belle complicité. Et ensuite, il faut dire que c’est chaud bouillant comme LA Witt sait le faire. Nos deux hommes évoluent au fil des pages, et c’est émouvant de voir Alex prendre confiance en lui et Kieran trouver la force d’avancer.

Et j’ai aimé les interventions de nos héros, même d’Ethan et de Rhett qui sont de bons conseils (sans doute plus facile quand il s’agit de conseiller les autres), et surtout la gentillesse de Sabrina.

Un bon moment de lecture.

par Oxanes