Livres
492 912
Membres
489 431

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Scrap Metal, Tome 1 : Mis à la casse



Description ajoutée par Stephanie-126 2020-01-29T08:45:13+01:00

Résumé

Tout commence par une lettre laissée à la hâte par un mort.

Trois mots inscrits d’une écriture tremblante livrent le nom d’un homme public et une ville.

Pour Sauvage, l’ancien sectateur qui la reçoit, c’est la fin d’une existence pitoyable : celle d’un enfant enlevé à l’âge de cinq ans, vendu à une secte réputée parmi les plus dangereuses. Il va pouvoir retrouver le jumeau dont il a été séparé, combler le vide de son existence, et se venger.

Entre la lettre et sa vengeance, il y a la fille de l’homme qui a été dénoncé.

Hope n’appartient pas à son monde.

Dans ses yeux de sectateur, c’est une Wog, une étrangère du monde extérieur.

Sectateurs et Wogs ne se mélangent pas, ne se touchent pas. Jamais.

Sauf quand leur malheur est étroitement lié.

Afficher en entier

Classement en biblio - 66 lecteurs

Extrait

Une nuit, j’ai été enlevé par des hommes armés cagoulés de noir qui entouraient notre lit-voiture Batman superposé. J’étais en haut, ma tête près du symbole jaune de la cahuve-souris, alors que Zolder avait choisi le volant. Je ne l’ai pas entendu crier, ni se débattre. C’était bizarre. Tout était étouffé dans un calme étrange, entouré de chaos, comme on imagine être l’œil d’une grande tornade. Des monstres venaient nous chercher pour nous mettre à mort. J’avais cinq ans.

Mon histoire est née cette nuit-là.

Depuis, mon monde s’est transformé en épopée. Pas d’existence sans preuve. Pas d’affection sans abandon. Pas de lien sans déchirure. En une nuit, j’ai tout perdu : mon pays, ma famille, ma maison, mes jouets. Mon identité. Demandez-moi d’où je viens, je répondrai, d’un endroit différent. Pourquoi ? Pourquoi cela m’arrivait-il à moi ? Qu’ai-je fait de mal pour mériter de tout perdre ? Enfant, je croyais dur comme fer que la vie est un merveilleux champ de bataille où les héros meurent en combattant les méchants pour que les gentils vivent. C’est vrai. Connaissez-vous un héros dont l’histoire ne commence pas par une vie pourrie ? Moi pas. Batman, Superman, Iceman, Wolverine, Rogue, Captain America, pour ne citer qu’eux. Ils ont tous perdu leurs parents à la base. Du coup, ça ne me gênait pas d’avoir perdu les miens. Ça me rendait plus balèze, héroïque.

Il me faut juste en comprendre la raison. Pourquoi moi ?

« Chaque enfant a besoin d’un héros pour se construire.

Chaque adulte a besoin d’un héros pour se réparer. »

Avec mon frère Zolder, on en partageait un.

Le même qui avait fait inscrire ces deux phrases sur les murs de notre chambre d’enfants et qui n’est pas venu nous sauver. Notre père. C’était normal puisqu’on était jumeaux. Des vrais. Ceux dont la monstruosité est de ne former qu’un seul être, en occupant deux places différentes dans l’espace. Vous croyez que c’est facile, mignon et romantique ? Essayez donc de les séparer comme on l’a fait de nous cette nuit-là, il ne leur reste que du vide. Un putain de vide capable d’anéantir tout ce qu’on peut avoir de bon en soi, pour ne laisser subsister qu’un sentiment de ruines. Aucun cœur pur ne pousse parmi les ruines. Seule la mauvaise herbe y parvient. Enfant ou adulte, les héros nous apportent la force, l’espoir et le rêve de se dépasser. Retrouver Zold est devenu à la fois mon rêve, ma force, et le seul espoir de mon existence, figé dans une brume cotonneuse de vengeance absolue. Punir en représailles. Infliger une peine immorale contre une offense. La vengeance chez moi est à la fois un cri, un droit, et un dessein.

Sans cette obsession de justice, je serais mort.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

http://www.lmedml.fr/2020/03/10/scrap-metal-1-mis-a-la-casse-jana-rouze/

2 ans… 2 ans que j’attendais le grand retour de Jana Rouze sur la scène littéraire. Après le phénomène Effet de vague, l’autrice nous revient avec une nouvelle trilogie coup de poing. Vous n’êtes pas prêts pour Scrap metal. Je n’étais pas prête, personne ne peut l’être ! Avec Scrap metal, Jana Rouze renouvelle l’exploit de nous offrir du divertissement et du sensationnel. Cette trilogie est bien une fiction, mais elle est basée sur des faits réels. Pensez-y quand vous jugerez l’oeuvre que vous allez lire !

Ecrire cette chronique est un exercice difficile, mon avis est personnel, c’est un fait mais je souhaite rendre hommage à l’excellence de ce premier opus. Des mois de recherches, d’écriture et de dévotion pour les causes défendues dans le récit. Jana Rouze ne se satisfait que du travail bien fait, ici le mélange de fiction et de réalité est ahurissant. L’histoire se dévoile page après page, on encaisse, on ressent, on se laisse sombrer dans cet univers troublant et dérangeant par moment. Il n’y a pas une seule page de trop ! A celles et ceux qui appréhendent les 720 pages, rassurez-vous, chaque page apporte son lot de surprise avec des rebondissements intelligents et inattendus.

En débutant ce roman, j’étais dans un état d’esprit serein parce que je connais Jana Rouze. Je sais qu’elle se donne corps et âme pour les histoires qu’elle transmet à ses lecteurs. Avec ce nouveau romantic suspense, ce thriller de haut vol, elle va loin, le vice est poussé à son paroxysme, le scénario est implacable, les personnages indéfinissables. Nous pauvres wogs, on se retrouve aux prises avec nos propres certitudes, avec nos croyances mises à mal. On ne se rend pas compte de ce qu’il se passe dans le monde, gardant nos œillères bien en place.

Elle met en lumière l’univers des sectateurs, elle ne nous lâche pas dans le vide sans filet de sécurité, Jana Rouze nous tient la main tout au long du récit, nous expliquant en profondeur les tenants et les aboutissants de son histoire. C’est une histoire très riche qui vous apprendra une foule de choses. Le côté faits réels est saisissant, je n’ai que très rarement ressenti autant d’émotions en lisant un roman. Les personnages sont singuliers, ils ont tous leur importance et un rôle déterminant pour faire avancer l’histoire et pour illustrer un thème particulier.

Ce premier opus n’est que les prémices d’une machiavélique. N’essayez pas de deviner, Jana Rouze est implacable. Vous pensez savoir où vous mettez les pieds ? Détrompez-vous, vous n’avez jamais rien lu de comparable ! Vous avez lu des romans qui abordent le thème des sectateurs ? Scrap metal n’a rien à voir ! Cette histoire est un ovni, elle propulse le lecteur dans l’univers de la F1. Le décor est planté et il n’est pas là pour faire beau. L’autrice a exploité le monde de la F1 avec intelligence, rendant l’ensemble divertissant et addictif. C’est une immersion totale.

L’écriture de Jana Rouze s’est affûtée, son intrigue est une toile d’araignée qui se referme pour emprisonner le lecteur. J’ai lu chaque mot avec une lenteur démesurée, contenant mon excitation et mon envie d’arriver à la fin pour mieux savourer Sauvage et Hope. La double narration est un réel plaisir même si les chapitres du point de vue de Sauvage sont moins nombreux. Jana a fait en sorte d’alléger cette frustration qui naît en nous par moment. La construction de l’histoire ne laisse rien au hasard, tout est calculé, calibré à la perfection.

Il serait temps que je vous parle d’eux, non ? De Hope et de Sauvage. Et bien je n’ai pas spécialement envie de m’arrêter sur les personnages. Pas par désintérêt, mon Dieu, non ! Mais surtout parce qu’il est primordial que vous les découvriez à travers les pages de ce premier tome. Tout ce que je peux vous dire, c’est que vous n’avez jamais eu affaire à un héros comme Sauvage. JAMAIS ! Sauvage est un héros inclassable. Un concentré de complexité et d’ascendant psychologique qui vous donnera la tête qui tourne. Tout en lui est perturbant, le moins aspect de sa personnalité s’appuie sur son histoire familiale et sa captivité dans sa secte. Sur ce qu’il a dû vivre, la façon dont il a été conditionné. Hope est cette nana qui a cette force suffisante pour tenir tête à la bête. C’est une héroïne accessible, humaine et naturelle. Les personnages secondaires sont déroutants, hyper intéressants et indispensables au cheminement de l’histoire. Vous allez avoir envie d’analyser chaque interactions entre nos protagonistes, pour ne louper aucun indices quant à l’intrigue. Les personnages sont insondables, difficile à cerner. Vous aurez l’impression d’avoir saisi les motivations de chacun, mais… il n’en est rien. Jana est vicieuse et sème le trouble à chaque page.

Cette lecture est électrisante, la plume de Jana Rouze est riche, elle su conserver cette fluidité tout en nous offrant un contenu complexe et poussé à l’extrême. Elle est allé très loin psychologiquement. Vous allez forcément vous sentir désorientés, pour mieux retrouver votre chemin. Mais si tout ce que vous pensiez n’était qu’une leurre ? Hum, Jana est douée pour brouiller les pistes, pour faire naître des émotions violentes et troublantes. Ce récit a un contexte historique captivant, j’ai été vraiment subjuguée par la façon dont sont traités les sujets. La fiction est excellente, rien n’est laissé au hasard, la romance est une véritable éruption volcanique. Vous n’êtes pas prêts, je ne cesse de le répéter. L’histoire a un côté érotique singulier, grisant et sensuel. JAMAIS. Jamais vous n’avez lu une telle audace ! Jana est diabolique ! Ici on parle de qualité plutôt que de quantité. La plume de l’autrice se veut poétique, elle excite et agace les sens. Elle fait monter la pression jusqu’à l’explosion.

Les sentiments sont à vif. Nos héros s’affrontent dans une danse hypnotique. On peine à garder le contrôle sur nos émotions. La romance s’intègre à cette intrigue à suspense. Il ne s’agit évidemment pas d’une histoire d’amour lambda, rien n’est conventionnel. On s’adapte à l’intégration des sectateurs, à leur coutume et leur manière de vivre. Avec cette romance, Jana Rouze met en avant la condition des femmes, le fait que les enfants n’aient pas d’acte de naissance. Qu’aux yeux du monde, ils n’existent pas ! J’ai frissonné du début à la fin, les pages recèlent une richesse insoupçonnée. Les descriptions sont à couper le souffle, de Miami à Vancouver en passant par Abu Dhabi, vous allez voyager avec nos héros. Vibrer sur les circuits de F1. Découvrir l’envers du décor !

J’ai trouvé ce premier opus enivrant, j’aime être stimulé psychologiquement et apprendre des choses. Ce roman est concentré d’action, de suspense, de sensations fortes et tout repose sur des faits réels. L’ensemble forme un tout, on se laisse porter par la plume efficace de l’autrice, par sa capacité à nous émouvoir, à nous transporter dans un univers singulier et percutant.

En bref, avec Scrap metal, Jana Rouze nous offre une histoire forte, addictive et indéfinissable. Ce premier opus est intense, le récit est percutant et audacieux, les personnages sont singuliers et charismatiques. Les thématiques abordées sont exploitées en profondeur et se fondent dans une intrigue à suspense intelligente au cheminement imprévisible. Il n’y a pas une page de trop dans cet opus. 720 pages d’adrénaline pure ! Un rythme et une écriture implacable. Jana Rouze ne laisse rien au hasard et défend des causes réelles et inédites. Scrap metal va faire couler de l’encre, achetez-le ! Lisez-le ! Parlez-en autour de vous ! Sauvage et Hope n’attendent que vous !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Pas apprécié

Grosse déception ! Trop de description , personnage féminin vraiment agaçante et immature, seule le personnage masculin est intéressant mais perd tt crédibilité après une certaine scène digne d’une Dark romance erotique. Justement j’aura catégoriser ce livre dans ROMANCE EROTIQUE.

Afficher en entier
Argent

Dès que j’ai lu le résumé, je me suis dit : il faut que je le lise. J’ai ainsi dévoré ces 700 pages et j’ai même été étonnée de la facilité avec laquelle j’ai été embarquée dans cette histoire, cet univers.

Au niveau des personnages, je me suis vraiment attachée à Hope. Quant à Sauvage… Quel personnage ! .

Ce roman est digne d’un thriller, on attend les révélations, on veut savoir, tout, tout de suite ! C’est un roman aussi très sombre, rempli de douleur, de choses dures.

Pour finir, à la limite du coup de cœur, un roman qui retourne le cœur, le cerveau, bouleverse. Après avoir réussi avec brio de nous ensorceler, Jana Rouze nous laisse Sauvage, Hope et leur histoire sur le cœur. Une fin qui nous laisse affamés…

CHRONIQUE COMPLETE : https://leslivres2lea.wordpress.com/2020/03/13/scrap-metal-tome-1-jana-rouze/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dyseth 2020-03-25T07:20:03+01:00
Argent

Original, un des plus originaux que j'ai lu je dois l'avouer. Bon, je me suis plongée avec un peu d'appréhension et au final j'ai plus lu en diagonal que vraiment lire.

C'était bien écrit, trop bien même je dirai que j'ai passé mon temps à relire des passages parce que ce n'était pas facile à comprendreSpoiler(cliquez pour révéler)avec les vocabulaires spécifiques en plus. Et ça a traîné en longueur, beaucoup trop, je comprends que l'auteur voulait travailler sur la psychologie de l'histoire mais j'ai pas réussi à m'accrocher. Je ne sais pas, psychologie plus originalité plus longueur ça a donné complications pour moi. Et quand j'y repense, la romance s'est tissée trop rapidement Spoiler(cliquez pour révéler)Histoire de quelques jours donc j'ai plus feuilleté pour trouver le fin mot.

Afficher en entier
Diamant

Une bonne âme m'a dit, un jour (ok, c'était il y a à peine deux heures...), qu'un roman c'était des émotions et donc que ça n'était pas grave si ma chronique n'était ni intelligente, ni logique. Excusez-moi d'avance si je laisse parler mon cœur et qu'il en ressort un bazar incompréhensible. Et merci Jana !

Quand j'ai déballé le colis qui contenait Scrap Metal, j'ai halluciné devant l'épaisseur inhabituelle de ce roman (merci d'ailleurs à Hugo Romans pour l'envoi). Ce gros pavé  de 700 pageas m'impressionnait et me faisait peur à la fois. Pourtant, je ne suis pas souvent tétanisée devant les romans épais. Mais je n'avais jamais vu ça chez Hugo et je me suis directement dite : "soit ça passe, soit ça casse". 

L'avertissement au début du roman nous met tout de suite dans le grand bain. Ce roman de fiction se base sur des études réelles à propos des sectes et de leurs coutumes. J'ai directement été attirée par le sujet principal : l'intégration des sectateurs dans notre société. Inédit et intriguant, je n'ai jamais lu de récit se basant sur cette thématique. Ma soif de connaissance a parlé pour moi et je me suis jetée à corps perdu dans Scrap Metal. 

Ce qui m'a tout de suite frappée est la plume envoûtante de l'autrice. Elle est d'une telle fluidité, d'une telle maturité, que l'histoire en est sublimée. De plus, chaque narrateur a son propre style et cela m'a beaucoup aidée à cerner les protagonistes et comprendre leur fonctionnement. Le langage propre et leurs traits d'humour distincts m'ont aidée à m'attacher à ces personnages.  Je vous le dis, ce roman à un style de haut niveau !

Le mélange des personnages explosifs et l'intrigue prenante est un cocktail qui a permis à ce livre de se hisser en haut de mon podium des lectures de cette année. Je suis tombée sous le charme de Sauvage, ce sectateur mystérieux et torturé qui nous intrigue et dont on a envie de découvrir tous les sombres secrets. Il ne se dévoile pas facilement et on a souvent de la peine à distinguer la vérité du mensonge dans ce qu'il raconte mais, petit à petit, sa carapace laisse apercevoir la lumière qui l'habite et on ne peut que succomber. Je pense que Sauvage est le point fort de ce roman car il est l’intermédiaire entre les sectateurs et la société que l'on connait. 

J'ai beaucoup aimé la passion de Hope pour son métier et les informations qu'elle nous apprenait sur les sectes. J'ai trouvé ses recherches très intéressantes et j'ai adoré en apprendre plus sur le mode de fonctionnement d'une secte. L'insouciance que l'on aperçoit parfois chez ce personnage apporte de la légèreté au récit. Elle n'est pas naïve ni superficielle et on découvre une grande force chez elle. Hope a un caractère bien trempé quand il le faut et elle devient une négociatrice hors pair quand il s'agit de défendre ses idées. Héroïne moderne, elle se laisse amadouer par la beauté sauvage du bel anachorète, quitte à y laisser quelques plumes et un ou deux de ses principes.

L'histoire est comme un funambule sur son fil : elle oscille entre politiquement correct et incorrect. Notre normalité est bousculée par les traditions sectaires qui nous sont inconnues et qui nous semblent totalement anormales. Certaines scènes sont même choquantes pour nos petites personnes, comme celle de l'union. On a pas l'habitude de ce genre de pratiques et elle heurte notre sensibilité car il ne nous viendrait jamais à l'idée de faire de telles choses. Ces moments chocs nous font remarquer à quel point notre réalité est éloignée de la leur. C'est justement ce qui est intéressant dans ce roman. On nous montre une autre vérité et on nous apprend réellement quelque chose. Je sais que ces passages choquants ont déplu à certains lecteurs mais je trouve, au contraire, qu'ils permettent à Scrap Metal de se différencier et d'être tangible.

Je ne parle même pas de la romance qui vient agrémenter le tout et a fini de m'achever. On doute de la sincérité de Sauvage tout au long du roman mais en même temps on a envie d'espérer trouver un soupçon d'humanité dans ce sectateur sexy. On a envie qu'il se dévoile et qu'il éprouve des sentiments. Les quelques moments où on aperçoit le cœur derrière la muraille d'acier dressée, on a envie d'abattre la forteresse et garder l'homme nouveau que l'on y trouve. Sauvage a tout du héro de new romance que l'on aime. On espère que Hope saura l'apprivoiser, le "réparer" comme il aime le dire, et qu'elle détruira définitivement tous les remparts. Douceur flirte avec dureté, mensonge danse avec sincérité. Le plan drague se transforme parfois en flop mais on pardonne tout à notre Sauvage national. 

Je me suis tellement plongée dans ce livre que j'ai encore l'impression de vivre l'histoire, plusieurs heures après l'avoir terminé. Je suis sous le soleil d'Abu Dhabi en compagnie de nos héros, je suis dans le chalet de Sauvage au Canada. J'ai eu un réel coup de cœur pour le scénario inédit et la construction incroyablement réussie de Scrap Metal. C'est une de ces romances comme on n'en voit plus assez, une de ces romances dont on ne peut que tomber amoureux. Les émotions nous transportent pour nous relâcher qu'en refermant cette pépite. Je n'ai qu'un mot à ajouter : chef-d'oeuvre. 

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kweoly 2020-03-23T15:12:41+01:00
Or

Tout ce que jaime dans un seul livre ! En plus on apprend plein de choses. J'ai eu un énorme coup de coeur pour Sauvage ? Merci Jana Rouze pour cette pépite. Hâte de lire la suite. ?

Afficher en entier
Diamant

Voilà, fini. Et maintenant je cherche la date de sortie du tome 2 partout parce que ça va être tellement dur d'attendre de connaitre la suite ? Merci Jana

Afficher en entier
Or

https://rowenabookine.wordpress.com/2020/03/21/scrap-metal-1-mis-a-la-casse-jana-rouze/

Un livre, haletant, bluffant, captivant et fort, avec des héros qu’on ne peux qu’aimer. Je ne m’attendais pas à aimer autant ce livre. N’ayez pas peur de franchir le pas, et faite la connaissance de Sau et Hope, vous ne le regretterez pas.

Afficher en entier
Diamant

Impressionnant moment comme à chaque fois avec Jana.

Comment se retrouver après un endoctrinement, un enlèvement, quelle place récupérer dans sa vie et dans la société ?

Comment accepter la différence et sortir de son education pour adherer à l’autre

J’aime la rudesse de Sauvage et la ténacité de Hope, mais aussi leur connexion.

Le cliffhanger de la fin est terrible, je n’ai qu’une hâte, lire le deux!

Afficher en entier
Diamant

Il est vraiment temps de créer un thème uniquement pour Jana Rouze. C’est de la romance certes, mais pas que. On peut ajouter documentaire pédagogique avec des thèmes sortis de nulle part (mais pourtant bien réels) peu voir pas abordés en romance et détaillés à l’extreme. On peut aussi ajouter suspense à la limite du thriller car sans nul doute comme dans les grands titres de ce genre le dénouement se situera dans les dernières lignes. C’est déjà le cas pour ce premier tome et il en reste 2...

Ce bijou appelle une relecture de part sa complexité. L’addiction est telle que j’ai englouti et que je pense avoir sauté des infos. C’est d’ailleurs le seul « bémol » elles sont tellement nombreuses que l’on peut rapidement s’y perdre, les romances classique se lisent facilement mais s’oublient tout aussi aisément. Ce roman sera indéniablement de ceux que l’on oubli pas, qu’on relis par plaisir, et que l’on conseille à ses amis grands lecteurs (pas ceux qui lisent 2 livres par an).

Il est enfin important de rappeler qu’il s’agit là du second roman de l’auteure (si je compte 1 pour EDV), et qu’il a sans nul demander un travail gargantuesque, je tiens à l’en féliciter. J’aime la romance, mais j’aime aussi GRANGE ou THILLIEZ et je ne doute pas qu’un jour elle se hisse à leur niveau. Cela demandera encore du travail mais vous êtes en bonne voie. Bravo et merci pour ce moment.

Afficher en entier
Or

C'était vraiment un super livre, mais je reste sur ma faim... Je pense que pour une aussi belle briquette, c'est dommage que la fin soit aussi précipitée. Les personnages sont attachants et l'histoire est très prenante, le stye est magnifique et le sujet est riche, documenté et très bien abordé, mais j'ai quand j'ai réalisé à cinquante pages de la fin que l'histoire ne se conclurait, en toute évidence, pas en aussi peu de temps, j'ai eu deux réactions. D'abord très contente qu'il y ait une suite, j'avoue que la fin m'a alors parue un peu brouillon et en grand décalage avec le reste du livre qui était vraiment sans faute. On a de nouveaux éléments introduits un peu comme par magie, un nouvel élément perturbateur apparaît et on ne comprend pas très bien le lien du cliffhanger avec la fin "immédiate".

En clair, j'ai vraiment aimé ce livre mais ce sera le tome suivant qui déterminera mon coup de coeur ou non. C'était mon tout premier Jana Rouze, mais je dois avouer que j'ai vraiment aimé découvrir sa plume et je vais me pencher sur ses travaux passés.

Je recommande ce livre malgré tout, parce que la fin n'entache vraiment pas tout le travail que représente ce livre et le plaisir qu'entraîne sa lecture.

Sauvage est un personnage masculin comme on les aime mais sublimé: il est beau et viril, froid et badboy (même si je doute qu'il apprécierait le terme haha), mais il est aussi touchant dans cette fragilité qu'il refuse d'admettre posséder. Hope est l'héroïne qui lui correspond: drôle, gentille mais qui ne se laisse pas marcher sur les pieds (et pour de vrai!): on a vraiment une héroïne forte et qu'on voit agir comme telle malgré ses moments de faiblesses parfois, on ne nous dit pas qu'elle est forte pour nous prouver le contraire ensuite.

Un premier livre réussi pour une trilogie très prometteuse!

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Scrap Metal, Tome 1 : Mis à la casse" est sorti 2020-03-12T11:35:22+01:00
background Layer 1 12 Mars

Date de sortie

Scrap Metal, Tome 1 : Mis à la casse

  • France : 2020-03-12 (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 66
Commentaires 16
Extraits 11
Evaluations 26
Note globale 8.88 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode