Livres
380 587
Comms
1 330 649
Membres
265 331

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Se retenir aux brindilles ajouté par Sweet_candy 2014-05-05T21:40:17+02:00

Rien ne nous grisait autant que de courir dans les maïs. Les grands fouets des feuilles, l'avancée à l'aveugle, les mille pièges du terrain, les risques de rencontres et, tout autour de nous, les claquements des fusils, tout ça nous rendait fous. De peur, mais de bonheur aussi.

Tristan était toujours le premier. D'abord parce qu'il était le plus âgé, le plus grand, le plus ardent ; mais aussi parce que c'était lui qui donnait le départ.

«Je compte jusqu'à trois», murmurait-il, alors que nous nous alignions à l'orée du champ. «Un... deux...»

Je n'entendais jamais la fin ; il était déjà parti. Matthias, presque aussi vif, s'engouffrait immédiatement à sa suite. Et moi, avec mes pattes de rat malingre, j'essayais uniquement de ne pas trop me laisser distancer.

Ne pas les voir, ne pas les entendre à cause de mes pas, de mes mouvements, de mon propre souffle précipité, augmentait encore ma frayeur. Ne risquais-je pas de me retrouver seule, prisonnière de cet entrelacs de hautes tiges rigides toutes semblables, désorientée comme un gibier piégé, à la merci des chasseurs dont les coups de feu retentissaient avec une inquiétante régularité sans que je parvienne à savoir d'où ils provenaient ni même s'ils s'approchaient ou s'éloignaient ?

Quand j'arrivais au bout, Matthias et Tristan m'attendaient, toujours. Je m'écroulais auprès d'eux, qui reprenaient leur respiration dans un carré d'herbes sauvages. Et je riais, d'un rire idiot et anarchique, comme pour prouver à qui voulait l'entendre que j'étais réellement et incurablement devenue folle. Folle de peur, folle de soulagement, folle de joie et folle d'avoir pu imaginer que Matthias et Tristan auraient été capables de m'abandonner. Puis mon rire s'apaisait, de même que les soubresauts de mon sang, et pendant quelques minutes - qui me semblaient une douce éternité - je me laissais aller à suivre des yeux le lent ballet des nuages. Je savais que les garçons faisaient de même. Et je croyais alors que nos trois souffles, nos trois regards, nos trois corps alignés sur le sol avaient été conçus pour ça : toujours vibrer ensemble.

Afficher en entier