Livres
547 126
Membres
583 878

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par adeleh 2021-03-02T15:02:10+01:00

— Vous habitez dans quelle région du Royaume-Uni ?

— Dans la banlieue de Londres, vous ne connaissez sûrement pas. C’est l’endroit où j’ai grandi. Mes parents habitent à dix minutes, je loue un appart.

— Vous n’avez pas envie d’acheter ? demandé-je, horrifié à l’idée de tout cet argent perdu en loyers.

Elle me regarde amusée :

— Vous connaissez le prix de l’immobilier à Londres ? J’ai des prêts étudiants à rembourser. Je pense que je serai toujours locataire à la retraite.

— Je connais bien Londres, dis-je, j’ai un pied-à-terre à Kensington. D’ailleurs vu ce qu’il me coûte, il doit être en or massif.

Bien joué, Aaron ! Très intelligent. Je n’en reviens pas des idioties que je profère ; Je me demande pourquoi cette femme me trouble à ce point.

Elle ne relève pas et c’est tout à son honneur ; elle se contente d’un sourire narquois comme si elle était amusée par ma remarque. Mes paroles avaient l’air moins prétentieuses dans ma tête. Je m’en veux de mon manque de tact. Je baigne dans l’argent depuis tout petit, il ne faut pas que j’oublie que tout le monde n’a pas eu ma chance. Je n’ai pas trop l’habitude en fait : ma famille et mes amis sont tous riches -c’est sûrement pour ça que je me plante dans les grandes largeurs là.

— C’est sympa Kensington, reprend Nicole tranquillement.

— Oui. J’aimerais y aller plus souvent mais je suis accaparé par le travail

— Du coup, AHP vous appartient ?

Je bois une gorgée d’eau fraîche – ça me donne le temps de mieux préparer ma réponse.

— Oui. Je n’ai pas du tout fait ce que ma famille attendait de moi. Ils sont dans le pétrole et ils voulaient que je travaille dans l’entreprise familiale.

— Qu’est-ce qui ne vous plaisait pas : le pétrole ou le fait que c’était une affaire de famille ?

— Les deux, dis-je, j’aime beaucoup ma famille mais il y a déjà suffisamment d’histoires sans rajouter en plus les désaccords professionnels. Et puis je voulais créer quelque chose par moi-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par adeleh 2021-03-02T13:40:17+01:00

J’avais raison, le décor est moderne et minimaliste. Les portes tambour de l’immense immeuble de verre s’ouvrent sur un immense hall qui résonne ; il est meublé de grappes de chaises Barcelona, de tables en verre au design élégant et d’un ensemble éclectique de plantes en pots et de statues. Des employés à l’allure professionnelle et efficace entrent et sortent. La personne à l’accueil est polie et particulièrement soignée, elle me rappelle l’un des hôtesses qui s’est occupée de moi sur le vol de Londres. On m’accompagne jusqu’à une salle de réunion où je dois rencontrer Holden Davis, mon contact de longue date dans l’entreprise ; je ne l’ai pas encore jamais rencontré mais nous sommes vus en visio-conférence très régulièrement. J’attends pendant un quart d’heure dans la pièce austère ; je commence à m’inquiéter de son retard. Je relis mes documents quand on tape à la porte un peu sèchement. Je me lève et me prépare à serrer la main d’Holden mais ce n’est pas lui qui entre dans la pièce, un sourire malicieux aux lèvres :

— Nicole, dit une voix grave que je connais bien et qui me donne des frissons dans le creux de la nuque, je suis Aaron Harrington, PDG de Aaron Harrington Pharmaceuticals. Je suis ravi de pouvoir enfin mettre un visage sur un nom.

Il arbore un large sourire, je suis morte de honte :

— Asseyez-vous, je vous en prie. Que puis-je vous offrir ?

Je me laisse tomber sur la chaise, paralysée par l’horreur de la situation ; j’ai oublié que mon entrejambe est toujours fragile, je ne peux retenir un gémissement quand mes fesses entrent en contact avec la surface dure. Aaron se met à rire :

— Un petit gin tonic ou préférez-vous un whisky ?

Je suis abasourdie, je reste bouche bée, incapable de prononcer un mot. Aaron. Mon inconnu s’appelle Aaron.

Ah non, j’oubliais…ce n’est plus un inconnu, c’est le PDG de cette entreprise. J’ai fait des milliers de kilomètres en avion pour faire bonne impression à cette entreprise et lui, c’est le PDG !

Afficher en entier
Extrait ajouté par adeleh 2021-03-02T12:06:35+01:00

Je suis fatiguée, assez pour dormir mais je sais bien que si me couche à cette heure-ci, je vais me réveiller au milieu de la nuit et là, je n’aurai que la télé et le minibar pour me tenir compagnie. Il me semble que c’est moins pathétique de boire dans un endroit public que de siroter des bouteilles miniatures toute seule dans ma chambre.

Il y a trois autres personnes dans le bar : le barman qui a souri un peu trop largement quand je me suis approchée pour commander mon verre et deux hommes peu ragoûtants avec leurs attachés-cases usés qui semblent engagés dans une conversation très sérieuse. Il n’y a pas grand monde à observer alors je me plonge dans mon téléphone. Je surfe sur le net deux minutes puis je lève la tête et jette un coup d’œil autour de moi, et je tombe sur les yeux les plus verts que j’aie jamais vus.

L’homme à qui ils appartiennent se dirige vers une table près de la mienne, il a un petit verre plein d’un liquide ambré à la main. Quand nos regards se croisent, il s’arrête un instant puis change de direction et se dirige vers moi. Ses yeux restent fixés sur les miens jusqu’au moment où il est devant moi, je me retrouve alors dans l’ombre impressionnante de sa silhouette élancée.

—Vous êtes seule ? me demande-t-il.

Seule. Ce mot résonne dans mon corps tout entier, de mes minuscules orteils à la pointe de mes longs cheveux bruns. Ça fait tellement longtemps que ça dure. Même quand j’étais avec Jonathan, j’avais l’impression qu’il ne me connaissait pas vraiment, qu’il y avait des parties de moi qu’il ne touchait pas, qu’il ne voyait pas. Evidemment je ne dis pas tout ça à l’inconnu :

— Oui.

Je réponds par un seul mot, le souffle plus court que je ne le voudrais Il faudrait que je parle, que je dise autre chose pour briser cette tension entre nous. Je sens son regard intense posé sur moi et pendant un instant je n’arrive plus à réfléchir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode