Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Selenei : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Liberté Liberté
Jay Kirkpatrick   
Bon, euh comment dire mon ressenti d’une bonne façon sans blesser….
Aimez-vous la choucroute ? ( hein ????) Oui, je vous explique pourquoi ; la choucroute a une meilleure saveur que ce livre !!!!!!

Ah mais nom d'un chien !!! C’est quoi ce truc !!! C’est juste incompréhensible et la traduction une horreur (c’est fouillis) et en plus de cela, pour remettre une couche ; je me suis demandée si l’histoire n’était pas un Harlequin revisité sauce dystopie.

Non, il faut arrêter ce massacre, on croirait que ce texte est un truc sorti à la dernière minute d’un tiroir pour combler un manque d’imagination.

Bon sur ce, je ne m’attarderai pas sur le sujet, je vous laisse avec une note (enfin si on peut dire ça) 2/6 oui,je sais ce n’est pas top mais c’est à la hauteur du livre.

par astonDB9
Habeas Corpus Habeas Corpus
Victor Boissel   
En voilà une dystopie qui vaut son pesant de noix de cajou. Une construction à la Bussi. Un essai philosophique à la Herbert (Franck, hein, pas Brian...) Beaucoup plus convaincant pour moi que "Reproduction interdite", qui pêche dans les mêmes eaux.

Les personnages sont par contre moins entraînants que ceux des livres que j'apprécie d'habitude.

Ce qui a installé une certaine distance avec le roman, d'autant que le style m'a donné du mal au démarrage. De l'anti-Anouilh en quelque sorte ; ce dernier savait croquer en quelques traits des personnages emblématiques, livrer des dialogues d'une élégante simplicité et d'autant plus mordants : j'ai trouvé les personnages de "Habeas Corpus" un peu engoncés, le raisonnement parfois inutilement démonstratif. Le style est recherché, mais pas toujours efficace; les dialogues du débat, je ne les "entends" pas. Les personnages, je ne les "vois" pas (j'en confondais même deux au début, aïe).

En résumé, le fond est bon, et le livre est monté dans mon estime au fur et à mesure de la lecture, ce n'est pas un livre que l'on oublie. Mais les personnages se sont évanouis dès que j'ai fermé la dernière page, ou bien leurs contours sont restés trop grossièrement esquissés.

par Colophane
Alter-Ego Alter-Ego
Emmanuelle Lagadec   
Je n’ai pu résister à la superbe couverture d’Alter Ego qui offre en plus un récit dystopique. Il faut bien avouer que j’adore ce thème et j’étais très curieuse de découvrir la plume de l’auteur dans ce registre.

Une fois n’est pas coutume, on plonge dans l’intrigue dès les premières lignes avec Thaïs, une jeune femme de 18 ans qui a fui le Seminarium pour ce retrouver entre les mains d’une communauté de Mala qui apparaissent comme des être dépourvus de bonté. L’auteur nous apprendra au fil de l’histoire ce qu’il s’est passé pour que l’humanité en arrive à un niveau où la communauté est divisée en Bonum et Malum (comprenez Bon et Mauvais). Dès l’âge de 18 ans, les jeunes doivent subir la Disjonction qui les classera soit l’un ou l’autre des communautés. Cependant, Thaïs s’est échappée… Pourquoi ? Qu’est-ce vraiment la Disjonction ? Beaucoup de questions trouveront leurs réponses au fil du récit.

Quelques personnages tournent autour de Thaïs, cette jeune femme ordinaire qui suit son instinct, courage mais vulnérable. D’abord, nous avons Aiden qui parait bien sombre, violent comme tous les Mala, mais au fil des mots, on aperçoit son désir de protection envers la jeune femme. Pourquoi ? Encore une question… Il est envoûtant et attirant malgré les horreurs dont il est capable. Puis, vient Tristan, l’Alpha de la communauté, un homme d’une quarantaine d’années, scientifique de son état, qui aide beaucoup les Malum. Ce dernier dévoilera les terribles vérités à propos du soi-disant monde parfait créé pour éviter les conflits. Il apparaît comme un père et arrive mieux que les autres à contrôler ses côtés pervers de Malum. D’autres seront aussi de la partie telle que Lya, une rousse incendiaire tout comme son caractère qui cache des blessures profondes, ou Evan qui représente le diable.
Les Malum possèdent le côté sombre de l’humanité tandis que les Bonum le côté positif et solaire. Aussi, la pauvre Thaïs va être témoin et parfois victime des horreurs que peuvent commettre ces êtres dénués d’humanité. Cependant, elle apprendra également qu’elle a une mission : aller dans l’Eden et tuer le Monarque.

Alter Ego est un roman où mystère, actions et sentiments (bons comme mauvais) sont de la partie. J’ai lu d’une traite cette histoire et je m’y suis plongée dedans pour n’en sortir qu’à la fin. Le positif et le négatif de l’humanité est mise en avant avec, au final, une leçon à en tirer. La plume de l’auteur est parfaitement maîtrisée et fluide. Bref, ce fut un réel coup de cœur pour cette dystopie que je ne peux que conseiller. Moi qui ait lu souvent ce thème en format trilogie, je suis plus que ravie de lire un récit en un seul tome. En effet, généralement, au bout du troisième, je me retrouve déçue de la fin. Avec Alter Ego, ce ne fut absolument pas le cas ! Les plumes francophones nous offrent un beau panel d’ouvrages intéressants aux univers variés. J’en ai encore eu la preuve !
Jour de courage Jour de courage
Brigitte Giraud   
Ça y est, on prépare déjà la rentrée littéraire de septembre et les premiers services presse sont arrivés à la librairie dans laquelle je travaille. Parmi eux, "Jour de courage" a attiré mon attention.
L'histoire s'annonçait comme belle et originale; en faisant un exposé sur un autodafé de livres prohibés par le régime Nazi, un adolescent fait son coming out.
Néanmoins, si j'ai aimé le côté "exposé" (j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver dans une classe de lycée) et le côté historique (tout ce que j'ai appris sur l'Institut de sexologie présenté par Livio ainsi que son créateur Magnus Hirschfeld et le combat de celui-ci m'a beaucoup intéressée. Ce sont des choses que j'ignorais et qui sont pourtant importantes. Rien que pour cela, je ne regrette pas d'avoir lu ce livre), je déplore un peu la manière dont l'auteure a traité l'histoire et les réactions des différents personnages qui, à quelques exceptions prêts, sont négatives. J'ai aussi trouvé le personnage de Livio assez cliché.
Voilà ce n'est que mon avis. D'autres auront peut être une vision differente de ce roman. On verra ça à sa sortie !

par Saturna
Perles de Vie Perles de Vie
Margaret Stohl   
Tout a fait original !!! Hate de ma la procurer !!! :)
Incubation, livre 1 Incubation, livre 1
Laura DiSilverio   
Incubation est une dystopie que j’ai vraiment beaucoup aimé lire. Dans ce premier tome, il va se passer beaucoup de choses, on va découvrir un monde complètement décimé, avec une population parquée dans des dômes afin de pouvoir survivre. Les conditions de vie, si elles ne sont pas catastrophiques, sont très réglementées, les femmes ne peuvent pas enfanter comme elles le souhaitent, des mères porteuses sont là pour procréer et ces enfants sont élevés loin de leurs « parents » ou donner à des familles qui en désirent. Ils suivent des voix qu’ils ne choisissent pas forcement, et doivent se soumettre à ce qu’on leur dicte. Ce sont ces points typiques que j’aime lire dans ce genre de lecture, ajoutez-y une héroïne têtue et combative, prête à tout pour sauver ses amis et comprendre le monde et le danger qui l’entoure et vous êtes sur de me captiver.

C’est avec Everly que nous allons suivre cette histoire, Everly est une rebelle dans l’âme, elle aime s’échapper, sortir et dès qu’elle le peut, braver les lois qui l’entourent tout en restant correcte. Chercheuse émérite pour son jeune âge, elle évolue dans un univers contrôlé sans que cela ne la gêne vraiment, elle s’est fait à sa vie et ne souhaite pas forcement que celle-ci change, voulant devenir une grande pionnière et découvrir ce qui sauvera la population des sauterelles et des maladies qui les ont fait vivre enfermés. A l’approche de La Grande Réunion, ce jour fatidique où elle connaitra ses origines et découvrira qui sont ses parents, Everly s’efforce de bien se conduire afin de ne pas perdre ce privilège qu’elle attend depuis tant d’années avec impatiente. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme elle le désirait, sa meilleure amie, Halla va lui faire part de son souhait de quitter le Kube afin de retrouver son amour, attendant secrètement leur enfant, enfant qui lui sera retiré car elle ne l’a pas eu avec l’autorisation de l’état. Si au départ Everly va tout faire pour qu’elle n’agisse pas ainsi, elle va rapidement changer d’avis. Elle va comprendre le jour de La Grande Réunion qu’on s’est joué d’elle et que plus rien ne la retient ici.

Lors de leur fuite, les deux jeunes femmes seront accompagnées de leur meilleur ami Wyck, ils vont se rendre compte des difficultés que sont de vivre à l’extérieur du Kube. Ils devront se cacher des hommes, de ceux qui chercheront à les capturer pour les vendre et de ceux partis à leurs trousses afin de les faire revenir au Kube. Ils vont devoir faire face à de nombreux imprévus, ils vont devoir en plus de fuir, se battre et traverser des moments douloureux. Ils vont sur leur chemin réussir à se sortir de situations dangereuses in extremis, se retrouvant tout près de la mort à de nombreuses reprises.

C’est une lecture que j’ai vraiment adoré lire et qu’il me tarde de continuer. Laura Disilverio aura réussi à me tenir en haleine tout au long de ma lecture, je n’en reviens pas de voir avec quelle facilité, je me suis appropriée l’histoire et je me suis identifiée à Everly. Cette héroïne colle parfaitement à ce qu’on attend d’elle dans ce genre de situation. Les rebondissements et les moments de doute et de peur nous forcent à toujours en vouloir plus, c’est avec envie que j’ai poursuivi ma lecture et que j’ai avancé dedans. Un premier tome où il va se passer beaucoup de choses, où l’on va découvrir énormément sur ce qu’est devenu le monde, et sur ses habitants, ceux qui vivent dans le Kube et ceux de l’extérieur.

Incubation est un livre où nous restons sur le qui-vive, avec des personnages aussi attachants que touchants. J’ai vraiment adoré Everly, sa façon d’être, elle a un comportement et une manière de voir ce qui l’entoure qui m’a beaucoup plu, elle donne beaucoup de sa personne et est prête à se mettre en danger pour sauver ceux qu’elle aime. Si certains des personnages secondaires m’ont surprise par certaines de leurs réactions parfois excessives, ils ne m’ont pas pour autant déplu, ils vont vivre tellement de bouleversements qu’on ne peut pas leur en vouloir de parfois craquer et tout remettre sur le dos de notre pauvre Everly qui encaissera avec dignité tout ce qui lui sera reproché.

Je ne trouve pas de point négatif à cette histoire, ou alors ils ne m’ont pas marqué au point de m’en souvenir. C’est un premier tome addictif, bien écrit et qui donne envie d’en savoir plus, c’est avec plaisir et envie que je me plongerai dans la suite de cette série. Il reste des parts d’ombres à éclaircir et vu de quelle manière ce livre se termine, il est difficile de ne pas vouloir la poursuivre.

http://www.livresavie.com/incubation-livre-1-de-laura-disilverio/#more-20143

par Natoche
The Program, Tome 1 The Program, Tome 1
Suzanne Young   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/10/the-program-tome-1.html

Je l'attendais celui-là ! Pas forcément le livre en lui-même, mais le coup de cœur qui est venu avec. Ce fameux coup de cœur qu'on sent arriver dès les premiers chapitres et qu'on espère ne pas voir s'éteindre avant la fin du livre. Plus d'un mois qu'il m'échappait et il a suffit de The Program pour que ce magnifique sentiment revienne !

Et en parlant de magnifique sentiment, je vais commencer par vous parler de l'univers de ce roman qui en déclenche plus d'un. Dans le monde où vit l’héroïne, Sloane, le suicide chez les adolescents a été classifié en tant qu'épidémie. Chaque signe avant-coureur de dépression est traqué, parfois à l'extrême, et pour les adolescents à risque certains États ont mis en place un traitement. Ce traitement c'est ce qu'ils appellent Le Programme. Grâce à divers procédés chimiques, les souvenirs considérés comme étant "à risque" sont effacés de la mémoire des sujets. Ces derniers ressortent alors de leur expérience sans souvenirs de leurs amis ou des événements traumatiques qu'ils ont pu vivre. Ils en ressortent vides. Et ça, ça m'a énormément touché dès le départ. Il y a des moments qui nous prennent réellement à la gorge alors qu'on suit Sloane dans son combat pour conserver son identité. Un vrai phénomène d'identification se crée entre nous et la jeune femme, si bien qu'on ressent toutes ses émotions, ses peurs, et ses doutes, comme si c'était les notre. La force du thème et de l'univers sont complètement décuplés par cela, et chaque événement n'en est que rendu plus fort.

Il y a également de magnifiques leçons d'amour et d'amitié dans The Program. Suzanne Young met en avant le fait que si nos souvenirs sont partie intégrante de ce que nous sommes, ils ne dictent pas complètement notre identité. Elle nous montre que peu importe ces derniers, ce que nous sommes réellement ne peut pas être contenu. Et que les personnes qui doivent être dans nos vies y reviendront malgré tout. Comme si le cœur et le corps avaient une mémoire propre qui ne peut être effacée. Il y a donc beaucoup d'espoir dans le monde crée par Suzanne Young, un espoir qui contraste magnifiquement avec l'oppression ambiante du roman. A trop vouloir contenir cette "épidémie", c'est un vrai cercle vicieux qui se forme. En créant un sentiment de peur et de paranoïa chez les adultes, le problème des suicides chez les adolescents ne s'en retrouve qu'encore plus gravement alimenté. Scruté dans leurs moindres faits et gestes, et étouffés par une propagande constante, ces derniers vivent dans un climat plus que propice à l'extension de cette "maladie". Et ce climat d'oppression traverse totalement les pages au fil des aventures de Sloane et James pour venir toucher le lecteur.

Le style du roman reste quant à lui simple et agréable. L'évolution de l'histoire et des personnage se fait de manière toute naturelle et le roman se lit donc très bien. Malgré que le rythme ne soit pas forcément soutenu, l'attachement aux personnages fait qu'on ne s'ennuie jamais et qu'on tourne les pages sans s'en rendre compte. Le seul petit défaut que j'accorderais à The Program est le manque de surprise. Les choses restent assez prévisibles, et malgré que cela ne soit pas réellement gênant en soi puisqu'il s'agit du premier tome, il ne faudrait pas que ça devienne récurrent dans les suites. Tout comme le fait que l'univers du roman puisse rappeler celui de la saga Delirium. Si la ressemblance reste très légère et éloignée dans ce premier tome, il ne faudrait pas que cela s'accentue sur le second tome, et la fin de The Program me fait malheureusement craindre que cela puisse être le cas. J'espère cependant que je me trompe et que cette série saura rester une très lointaine cousine de la trilogie de Lauren Oliver.

Pour conclure, The Program fut une vraie belle surprise. Suzanne Young a réellement su faire appel à mes émotions et j'ai été totalement prise par ses personnages et cet univers oppressant, voir même effrayant par sa tangibilité. Une belle réussite qui me fait attendre le second tome, The Treatment (sortie prévue le 29/04/14), avec beaucoup d’impatience.

par Althea
Moon, tome 1 : La Révolte de la colombe Moon, tome 1 : La Révolte de la colombe
Karen Bao   
J’ai trouvé cette histoire vraiment originale, j’ai beaucoup aimé.
J’ai bien aimé les personnages, ils sont assez intéressants et je trouve qu’on s’attache vite à eux.
L’histoire est plutôt bien développer, on découvre petit à petit l’univers dans lequel se situe l’histoire. On apprend petit à petit ce qui c’est passé même si je trouve qu’il y a encore quelques zones d’ombres sur le passé qui fait qu’il se retrouve dans cette situation mais je pense que dans les prochains tomes on aura plus d’explication vu comment celui-ci se termine. D’ailleurs je me demande si ils vont nous montrer que le côté de Phaet et Wes ou si on verra aussi le côté d’Umbriel.
Ce livre apporte son lot de surprise par exemple je me doutais bien que Wes cachait quelque chose mais je ne pensais pas que c’était ça.
Bref, je trouve que c’est une bonne lecture, intéressante et j’ai hâte d’avoir la suite.


par Low90
GeMs : Paradis Perdu, Episode 1 : Pilote GeMs : Paradis Perdu, Episode 1 : Pilote
Corinne Guitteaud   
Un début un peu bizarre et fouillit à mon goût. Mais plus on avance dans le livre et plus les choses ce mettent en place. Et reprennent un déroulement normale. Il y a pas mal de choses qui m'intriguent, surtout concernant les Gems. Et comment la Terre est devenue comme ça.

En conclusion, je n'ai ni aimer ni apprécié, un gros fouillis qui c'est dégagé vers le milieu de livre, par contre j'ai hâte de connaître la suite, donc on verra ^^.

par Lily01
De l'autre coté de l'île De l'autre coté de l'île
Allegra Goodman   
Génial ! un livre qui dénonce, comme "le passeur" de Lois Lowry les abus d'une société futuriste.

par Carolire