Livres
546 088
Membres
581 841

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de sennyo : Ma PAL(pile à lire)

Terre de Brume, Tome 1 : Le Sanctuaire des dieux Terre de Brume, Tome 1 : Le Sanctuaire des dieux
Cindy Van Wilder   
Fin de ce premier opus dont la suite n est pas encore parue.
Pour être honnête, je nai pas vraiment apprécié ma lecture. Mon epsrit a souvent vagabondé m obligeant à revenir en haut de ma page. Mon avis : bof, voilà.
J ai lu le commentaire d'une lectrice qui disait en gros bonne idée mais niveau collège. Elle a tout à fait raison.

Terre de brume c est l histoire d un monde, Mirar, dont une partie de la population peut maîtriser les éléments avec un prix à payer. Tout usage de magie entraîne la création d'une brume qu il faut contenir. Un jour la brume se repend partout, elle est toxique et mortifère mais personne ne sait s'il sagit d'un réservoir brisé ou d'une punition des Dieux. L histoire se déroule, un chapitre sur deux, avec Hera apprentie prêtresse de l'eau et Intissar apprentie soeur du feu.
L'idee est donc bonne, la 4eme de couverture donne totalement envie de se plonger dans l'histoire et pourtant lorsque l on y est, on se demande si on ne s est pas trompé de livre. La double narration ne fonctionne pas car il n'y a aucune différence entre les deux héroïnes, réflexion et traits de caractères identiques. Quel intérêt donc ...
Les intrigues sont levées à une vitesse folle, les personnages entrent et soit il meurent soit on n en entend plus parler ...
Chaque utilisation de magie engendre une capture de la brume produite. Et puis au milieu du livre une bataille sans fin et là, la brume bah on ne sait pas ce quelle devient. On ne sait même pas comment ces combattants se rechargent en magie ...
Le prologue était pourtant super bien écrit. Le reste n a pas suivi.

Ma première lecture décevante... :/

par COCA-IN
Terre de Brume, Tome 2 : Le Choix des élues Terre de Brume, Tome 2 : Le Choix des élues
Cindy Van Wilder   
J'avais tellement hâte de lire cette suite, alors aussitôt arrivée en magasin, aussitôt lue ! Par contre, je pense que mon avis sera relativement court puisqu'on est sur une fin de saga et que je ne tiens à spoiler personne...
Pour ma part, retrouver Intissar et Héra a été comme retrouver de vieilles amies : j'étais très heureuse. De ce fait, mon coeur a été pris dans un étau quand la situation d'Intissar s'est rappelée à moi. Je n'ai d'ailleurs pas été très emballée par la solution à son problème, car je m'attendais à autre chose. Quoi exactement, je ne sais pas, mais quelque chose de bien différent. De moins... compliqué, dirais-je, et donc je n'ai pas été franchement convaincue par ce qu'on m'a proposé.
On suit trois points de vue cette fois : Héra & Intissar, qui sont au coeur de la montagne ; Saraï, qui nous permet de voir ce que devient le monde extérieur ; et un conteur, qui nous introduit un personnage important. Au départ, cette façon de faire m'a un peu déstabilisée : je revenais souvent au chapitre précédent pour me remettre en tête l'histoire du conteur. Ceci dit, tout s'enchaîne bien et de manière rapide, donc j'ai fini par retenir les faits.
Je ne pensais pas que les Semeurs seraient autant hostiles à l'arrivée d'Intissar et Héra chez eux. Leur chef, Kieran, est carrément imbuvable. Assoiffé de pouvoir, il est autant misogyne que désagréable. Chacune de ses interventions me hérissait le poil, à tel point que j'aurais aimé que son opposant face quelque chose et le frappe par exemple. Mais non, personne n'ose véritablement s'opposer à lui alors qu'il ne fait qu'opprimer ses semblables. Bref, une véritable tête à claque.Les deux enfants qui viennent en aide à Héra et Intissar m'ont bien plu en revanche, ainsi qu'Aïstos.
La plume est accessible, douce et efficace, permettant au texte de se lire tout seul. Les chapitres courts et pleins de suspense évitent l'ennui et m'ont fait tourner les pages sans m'en apercevoir. Quant aux messages véhiculés, ils sont forts et très bien placés. Cet appel à la tolérance et à la différence m'a beaucoup touchée.
La fin ouverte m'a fait penser à une saga cinématographique que j'adore, et si j'ai bien aimé l'idée, j'ai été déçue de ne pas avoir une vision concernant l'après. Comment s'en sortent les habitants ? Que se passe-t-il exactement pour Héra et Intissar ? Préférant les fins fermées, celle-ci est trop floue à mon goût et m'a laissé un petit goût d'inachevé. C'est ce qui a fait que j'ai préféré le premier tome au second, mais ceci dit, Terre de Brume reste une très chouette saga jeunesse de fantasy !

par KarolynD
Marqués, Tome 1 Marqués, Tome 1
Alice Broadway   
Un énorme merci aux édition Pocket Jeunesse et à la Masse Critique de Babelio !

Cela me peine beaucoup mais je dois dire que je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture. Je n’y ai tout simplement pas cru.

Premièrement, j’ai eu beaucoup de mal à visualiser le monde que l’auteure nous propose : il y a un mélange de modernité et d’archaïsme dans ces pages qui m’a déroutée, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de détails pour pouvoir comprendre ce monde. On sait bien que l’intemporalité de l’histoire est une des caractéristiques du conte, thématique que l’auteure essaie de développer tout au long du livre, mais ça ne suffit pas, ça ne fonctionne pas.

Ensuite, j’ai suivi Leora avec difficulté. C’est une jeune fille sans caractère et, encore une fois, il me manquait des éléments pour mieux la cerner. On ne nous fait pas ressentir à quel point elle aime ou a besoin de dessiner, on ne nous fait pas comprendre à quel point sa foi est importante à ses yeux, on nous le dit une fois et on doit y croire. Du coup, les choix et les décisions qu’elle fait et prend tombent comme des cheveux sur la soupe et il n’y a aucun enjeu, aucune tension. C’est une jeune fille perdue, ce qui est compréhensible au regard de sa situation, mais il n’y a aucune évolution en elle, aucun changement.

Pour finir, l’écriture (et la traduction : il y a plus d’une façon de traduire le mot « well »…) m’a laissée de marbre. Il n’y a ni poésie ni recherche dans ces lignes, l’auteure n’a rien forgé avec ses mots. Elle fait beaucoup dire à Leora « Je ne sais pas », « mon esprit s’embrouille », mais quand on lit ça, on a l’impression que c’est l’auteure qui avoue qu’elle ne sait pas où elle va avec son histoire… C’est dommage, Alice Broadway a de bonnes idées mais ne va pas assez loin.

par Keikana
Rompre le silence Rompre le silence
Mechtild Borrmann   
Ce livre est un excellent roman, suspens, drame familial, non dit. Robert Lubisch, que l'on va suivre, va découvrir une photo dans le bureau de son père qui vient de mourir, de là part toute l'histoire. Entre fond historique dans l'Allemagne en guerre, et les années 90, le récit nous entraîne dans les tréfonds d'une histoire sordide. Tristesse, mélancolie, horreur, terreur, tous ce qui entoure une guerre n'est pas très joli. La base du récit est bien sûr du déjà vu, mais l'auteur a su m'entraîner avec lui dans cette enquête tout à fait réaliste, entre le "roman historique" et "drame familial". Merci Emilie

par annick69
Les Filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre Les Filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre
Siobhan Curham   
Globalement

Les filles de Brick Lane, c’est le rassemblement de 4 filles très différentes, à l’initiative de l’une d’elle et du hasard. J’ai assez vite accepté que le groupe se constitue aussi facilement – je veux dire, les deux premières contactées, pouf, c’est bon (celles qui ont accepté le contact) et aucune ne remet en cause quelque fonctionnement que ce soit… Et donc, une fois accepté le postulat de départ, je suis entré assez vite dans l’histoire. Celle-ci est assez sympa à suivre, pas complexe pour un rond… C’est la vie, les soucis, les joies, les plaisirs… Bien sûr, chacune a des particularités que tout le monde n’a pas (parents super star ; deux pères ; cours à la maison sur une péniche…) mais des soucis commun à tout le monde et globalement, ça marche.

L’écriture

Elle est assez fluide car très simple. Pas de figure de style ultra poétique mais quelque chose qui met parfaitement dans l’ambiance : ces filles ont environ 15 ans et l’écriture pourrait être celle d’une ado de 15 ans. Ça peut parfois être fatigant (10 lignes de questions pour se demander si l’autre a apprécié le repas, et si elle n’aime pas ma conversation, et si elle n’aime pas les bagels, et est-ce que je n’ai pas été trop franche, et est-ce que j’aurais dû ne pas parler de ci ou ça…), parfois un peu redondant (là aussi, on a droit à plus de 10 fois le regret sur la photo) mais pour la tranche d’âge adolescente concernée, ça me paraît cadrer pile poil ! On a vraiment l’impression de suivre un groupe d’adolescentes avec ses questionnements d’adolescentes.
Ce qui m’a un peu gêné (mais je dois bien être le seul), c’est la logique des chapitres : il n’y en a pas. Parfois, un chapitre raconte des choses qui se passent sur deux jours ou dans deux lieux différents ou pour deux personnages différents… Parfois, une action continue avec les quatre filles est coupée en plusieurs chapitres. Tout cela n’a aucun sens ; dommage.

Les personnages

Elles sont quatre et pas totalement équilibrées mais chacune assez intéressantes.
Celle qui m’a le moins accroché, c’est Maali. Elle a certes un truc à part, étant hindou, et son côté toujours souriant fonctionne à plein. Mais ça s’arrête à peu près là : sa particularité du début (photographe, ne sert à rien) et son histoire est de loin la moins intéressante. Il se dégage d’elle une naïveté qui fonctionne sans être très attachante…
Après, c’est Ambre. Sa façon d’alterner doute existentiel incommensurable puis assurance en tant que leader, ça m’a légèrement fatigué. Elle est très noire, cette fille et voit rarement le positif. Si elle est intéressante, elle est parfois fatigante.
C’est le duo de clown Rose et Sky qui m’a le plus branché (ce n’est pas péjoratif : c’est comme les clowns, l’un ne peut pas fonctionner sans l’autre pour donner à plein). Les deux sont assez semblables dans leur côté déchiré (Rose plus que Sky, certes, mais chacune a sa façon est sensible et attachante). Ce sont aussi les deux qui ont les sentiments les plus variés, alternant les joies, les peurs, les tristesses, colères, etc. quand les deux premières varient très peu.
Si j’ai l’air de critiquer, j’ai tout de même trouvé que chacune avait un caractère bien travaillé, qui ressortait bien. Chaque fille a sa particularité – et s’il m’est arrivé de confondre Sky et Rose au début parce qu’elle se ressemble, chacune existe pleinement.

Les thèmes

Chaque fille a son histoire et son thème.
C’est encore Maali qui m’a le moins accroché. Les histoires d’amour adolescente, bon, très bien mais celle-ci est assez simpliste et fade et ne va pas très loin.
Celle de Sky qui n’ose pas déclamer ses poésies en public n’est pas beaucoup plus intéressante. Cela dit, elle en a un second : cohabiter avec la nouvelle copine de son père et la fille de celle-ci. En fait, on s’intéresse plus au rapport entre les deux filles et la première partie n’est pas très développée mais ça reste intéressant.
Ambre a des problèmes conflictuels avec les autres, parce qu’elle veut être elle-même. On aborde ce que peuvent vivre les enfants qui ont des pères homosexuels, le regard des autres quand ils pensent qu’on l’est… Ce thème difficile est abordé avec beaucoup de sensibilité et de justesse et ça fonctionne très bien. Avec le second thème propre aux adolescents : la recherche de son identité, qui est son père, sa mère… C’est souvent plus facile que là mais ça reste très bien fait.
Enfin, Rose, recherche d’identité, là aussi – doit-on suivre la voix de ses parents ? Les différences entre ce qu’elle veut, ce que sa mère veut pour elle, comment se situer ? C’est très bien fait. Mais c’est surtout le second thème sur le harcèlement lourdingue des garçons qui déboule sur un autre thème, l’image de soi, qui est le plus intéressant. C’est traité de façon très crédibles et avec réalisme.
En bref, des thèmes souvent forts traités avec justesse.

Au final

On final, on a un livre sympathique : des thèmes intéressants portés par des personnages plutôt attachants. Les chapitres sont souvent courts, ça se lit très vite et même quand c’est quelque qui nous intéresse moins, ça passe rapidement.
Le seul reproche que je pourrais faire, c’est que souvent (et à la fin), ça ne va pas assez loin. Maali, et voilà… Ça finit vite et ça n’impacte pas grand-chose. Ambre découvre des choses, oui mais ça ne change quasi rien dans son rapport avec les autres… Sky, ok, les poèmes, tout ça, et alors ? Ben pas grand-chose… Même Rose, elle a mûri, ok, mais pas de grands bouleversements majeurs. J’aurais voulu une fin plus en apothéose, une action commune qui marche, la nécessité de la présence de toutes pour les autres (là, à part Rose (et encore), chacune pouvait se débrouiller seule…).
Ça reste un livre agréable à lire, surtout, à mon avis, quand on est une fille de 13 à 15 ans.
La Muse La Muse
Rita Cameron   
Le livre en soit était sympa mais je déteste les histoires qui finissent mal !!! Et pour le coup je me suis fais avoir lol et j'en ressors frustrés de ma lecture

par Avalone76
Une lettre de vous Une lettre de vous
Jessica Brockmole   
Mon avis:

Informations:
"Une lettre de vous" est un roman de 288 pages.
Le récit est écrit sous forme de lettres interposées entre divers protagonistes.
Personnage principal : Elspeth Dunn
Personnages secondaires: David Graham, Margaret, Paul, Harry, entre autres ...

Un mot sur l'histoire:
Tout d'abord, nous faisons la connaissance d'Elpeth Dunn, une jeune poétesse, mariée avec un dénommé Ian accessoirement meilleur ami de Finlay, le frère d'Elpeth.
Elle reçoit une lettre d'un étudiant américain, fan de ses poèmes. Cette lettre ne la laisse pas indifférente puisqu'elle en reçoit peu, c'est pour cela qu'elle décide de répondre au jeune homme. Dès lors, une correspondance démarre entre les deux jeunes gens. Ils communiquent régulièrement et apprennent à se connaitre avec simplicité.
La guerre est là et Ian doit partir au combat. Les choses se compliquent fortement pour la jeune femme qui s'éloigne de son mari et se rapproche de son Américain. Cela se passe en 1912.
En parallèle de cette histoire, il y a Margaret, cette jeune femme d'une vingtaine d'années est en pleine construction de sa vie sentimentale. Là, nous sommes en 1940. Elle s'apprête à épouser Paul, un ami de longue date, mais la mère de Margaret n'est pas favorable à cet amour, car une seconde guerre se met en place et cette dernière pense que la guerre change les hommes et a peur que sa fille face une promesse qu'elle ne pourra tenir dans le temps.
Une quête démarre alors pour Margaret, comprendre ce que sa mère lui cache et pourquoi. Une jolie romance sous fond de guerre qui ne vous laissera pas indifférent.

Mes ressentis:
Tout d'abord, je souhaite vraiment dire quelques mots sur cette jolie couverture. Je suis complètement sous le charme. Elle est sublime et je pourrais passer de longs moments à l'observer sans me lacer. C'est tout à fait le genre de livre sur lequel je me retourne dans une librairie, un roman qui attire au premier regard. Lorsqu'on me l'a proposé en service de presse, je n'ai pas hésité une seconde, ce roman m'inspirait déjà beaucoup bien avant ma lecture.
Alors, c'est assez surprenant, parce qu'il n'y a pas vraiment de récit. Les personnages correspondent par lettres interposées, l'histoire se tisse au fur et à mesure et devient, de plus en plus prenante.

Suite de ma chronique: http://leslecturesdelily.blogspot.fr/2014/04/une-lettre-de-vous-ecrit-par-jessica.html
Fleur de Fantôme Fleur de Fantôme
Michele Jaffe   
Un excellent livre..
L'intrigue le suspense tout y est bien mené jusqu'au dénouement de cette histoire...
J'ai commencé se livre et ne les plus posé je me suis mis dans la peau du personnage d'Eve ....
Et quelle personne un peu torturé hanté...
Mais bien attachante et le mystère autour d’Aurora ha ha !!
Et bien à vous faudra le lire ...
J'ai adoré se livre ....
Marquise66
Loverboy Loverboy
Michele Jaffe   
Je connaissais Michele Jaffe pour ses romans historiques et seul son nom m'avait incitée à acheter ce roman. Un bref coup d'oeil au résumé l'avait envoyé aussi vite au fin fond de ma PAL en me disant que je le lirai, un jour, plus tard, quand j'aurai le moral...bref toutes les excuses vaseuses qu'on peut trouver quand on n'a pas envie de faire quelque chose ou de lire un bouquin qui risque de vous perturber. Tout ça pour dire que ce roman je l'ai empoigné à reculons, un peu comme on prend une purge.

Le roman m'a prise au piège dès les premières pages. Immédiatement j'ai été happée par l'histoire. La trame est assez simple : une femme a été enlevée et l'enquêtrice Imogen à 16 jours pour retrouver la victime. Comment le sait-elle ? C'est un tueur en série qui a déjà à son actif une série de meurtres particulièrement barbares qui suivent tous le même schéma : un collage qui donne sous forme d'indices le nom de la ville et l'adresse où est retenue la victime est envoyé au FBI. L'agence a 16 jours pour décrypter ce collage, passé ce délai la victime est d'abord torturée avant d'être tuée. Jusqu'à présent, le FBI est toujours arrivé trop tard. C'est donc une course contre la montre et la mort mais aussi un jeu macabre du chat et de la souris qui s'engage entre Imogen et le tueur qui prend un plaisir sadique à déstabiliser l'enquêtrice qui peine à surmonter la perte brutale d'un frère adoré. Voilà pour le schéma général de l'intrigue et à vrai dire je ne vous ai rien dit.

Les différents protagonistes ont tous leur part d'ombre, des bagages trop lourds à porter, des regrets et des monceaux de culpabilité qui en font tous à un moment ou à un autre un coupable potentiel. On ne les oubliera pas de sitôt : Imogen, enquêtrice brillante mais à la psyché si fragile, adorée de son équipe mais doutant en permanence d'elle-même ; J.D le flic de la Crim, cachant on ne sait quels mystères derrière ses lunettes noires, Benton le charmeur, nabab de l'automobile mais qui porte lui aussi sa part d'ombre, le tueur à la psyché altérée, si intelligent, si imprévisible, si cruel, si manipulateur, si..., les membres de l'entourage de Rosalind et de Benton, les uns extravagants, les autres ordinaires...

La narration éclatée entre les différents personnages, suspects, tueur, enquêtrice, mêle le passé au présent, oscillant entre la réalité et les plongées dans la psyché tourmentée des divers protagonistes. L'auteur se plaît à promener son lecteur, à l'égarer sur de fausses pistes, à le faire douter de tous et de toutes et le suspense est maintenu jusque dans les derniers pages où un rebondissement de dernière minute donne un final haletant. L'histoire d'amour, oui, oui, il y en a une est réduite à la portion congrue : le premier baiser intervient à la page...390 et la scène torride se résume à "...préambule prometteur aux ébats torrides qui suivirent, les plus torrides que l'un et l'autre aient jamais vécus." Fermez le ban ;)


Je n'étais pas et ne suis toujours pas fan des thrillers mais je dois dire que Loverboy m'a particulièrement bluffée. Je n'ai pas lâché le roman et me suis interdite de céder à mon péché mignon premier (aller regarder à la fin, piocher par-ci par-là dans les chapitres) pour garder le suspense intact et j'ai été bien récompensée. Il était tard hier soir quand j'en ai fini la lecture mais je me suis surprise à me demander si je n'allais pas me procurer un autre thriller de Michele Jaffe. Et oui, en haut du grand huit, juste avant de plonger, vous pensez "plus jamais ça, qu'est-ce que je fais-là ?" et à l'arrivée vous êtes la première à courir pour faire un nouveau tour ! Si les sensations fortes ne vous effraient pas Loverboy est fait pour vous !


Bad Kitty Bad Kitty
Michele Jaffe   
Jasmine est une ado comme les autres enfin non pour elle, il lui manque certaines choses. En plus, elle est assez maladroite. Alors, lorsqu’elle part en vacance à Las Vegas avec ses parents, son oncle, sa tante et sa terrrrrrible cousine, elle n’est pas très enchantée. Jusqu’ au moment où elle rencontre un beau jeune homme….


par vally

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode