Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de sennyo : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
#8 PM #8 PM
Jeff Sampson   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2014/03/deviants-tome-1-vesper-8pm.html

Dès que la couverture de ce livre a été dévoilée, elle m'a attirée. Pouquoi ? Je ne sais pas, mais elle dégage quelque chose d'intrigant. Puis bon, le thème abordé me plaît beaucoup. Non, je ne dirai pas lequel, même si tout le monde le sait, je n'ai pas envie qu'on me dise que je spoile, sait-on jamais ! Même si au début j'ai eu du mal avec Emily de la Nuit, après, j'ai vraiment apprécié ce roman et je suis curieuse d'avoir la suite !

Emily est une jeune fille timide, assez renfermée qui ne se mélange pas trop aux autres à cause de sa timidité, justement. Elle se sort pas, ne va pas en boite, ne boit pas. On peut dire que c'est une adolescente banale. Jusqu'à un soir. 8 PM. Jusqu'au meurtre d'une fille de sa classe.

Pourquoi ? Comment ? Toutes les réponses sont dans le premier tome, ou presque. À cause de cet événement, Emily va changer du tout au tout le soir, à partir de vingt heures. Dévergondée, une grande gueule, elle sera tout l'opposé de sa vraie personnalité. Je dois bien avouer qu'au début j'ai eu beaucoup de mal avec elle. En fait, l'auteur l'annonce de but en blanc et on a pas vraiment le temps de s'y faire. Son caractère est insupportable et plusieurs fois j'ai eu envie de lui foutre des claques. Irréfléchie, inconsciente, insupportable, elle a tous les vices que n'a pas son double du jour. Alors que la vraie Emily resterait sagement chez elle, la Emily de la Nuit, elle, n'hésite pas à aller mettre la zizanie aux soirée et à s'habiller à la limite du raisonnable.

Puis par la suite du récit, on s'y habitue et on découvre que finalement, cette nouvelle personnalité n'est pas si bête que ça, et qu'elle finira par réfléchir à tout ce qui lui arrive. Finalement, la part de Emily du Jour prendra ses marques et arrivera à cohabiter avec son second caractère. Dit comme ça, on dirait qu'elle est un peu schizophrène, mais non : le roman est vraiment très bien écrit, à tel point que plus on avance, plus on se rend compte qu'elles ne sont qu'une même personne, bien que leurs caractères diffèrent.

L'auteur a une plume qui fait qu'on s'immerge très vite dans le livre. Même s'il n'y a pas énormément d'action, il en devient tout de même addictif, à tel point qu'on tourne les pages sans s'en rendre compte. J'ai beaucoup aimé le fait que l'auteure s'approprie le mythe décrit, et en face quelque chose de nouveau et de jamais vu. Ça change des romans de d'habitude, et rien que pour ça, j'ai envie de voir la suite. Car oui, il invente une nouvelle façon à ce mythe, mais en plus, il ne donne pas toutes les réponses à nos questions. J'ai eu tout de même peur qu'arrivé au bout de ce premier opus, je n'ai pas quelques réponses. Mais ouf, il en donne un peu, pas beaucoup, c'est vrai, mais justement, ces dernières amènent d'autres questions et on se retrouve dans un cercle infernal où l'on veut la suite.

En résumé, un premier tome qui a su me surprendre par l'originalité et surtout par le fait que l'auteur s'est approprié un mythe et l'a modifié à sa sauce, ce qui rend le récit d'autant plus intéressant. Même si au début j'ai détesté le seconde personnalité d'Emily, par la suite j'ai réussi à m'attacher à elle et à l'apprécier à sa juste valeur. Un tome 1 où l'on a quelques réponses à la fin, mais ces dernières nous apportent tout un lot de nouvelles questions, qui auront, je l'espère, une réponse dans le second opus ! Il est sûr que je vais continuer l'aventure et que je me procurerai le second tome dès sa sortie ! Merci aux éditions Macadam pour les découvertes qu'ils me font vivre. Je n'ai encore jamais été déçue, et j'espère que ça continuera ainsi !

Justine P.

par just2iine
Les 100, Tome 1 Les 100, Tome 1
Kass Morgan   
Un bon livre mais pas assez d'action, il manque de rythme.
De plus j'ai fait l'erreur de commencer à regarder la série TV avant d'attaquer la lecture, du coup, je préfère 100x plus la série que le livre.
Dommage

par Adèle
Les 100, Tome 2 : 21ᵉ jour Les 100, Tome 2 : 21ᵉ jour
Kass Morgan   
Quel plaisir de retrouver Clarke, Glass, Wells, Bellamy et l'univers de Kass Morgan.
Si Les 100 avait été une surprise, je peux dire que 21e jour est un petit moment de plaisir. Petit ? Juste parce qu'il se lit trop vite et qu'on en veut plus !
On est tellement pris dans l'histoire qu'on ne se rend pas compte à quel vitesse on tourne les pages. On est juste frustré en tournant cette fameuse dernière page parce qu'il va falloir attendre la suite pour avoir les réponses aux nouvelles questions que nous nous posons ! Ben quoi, ce n'est pas normal de vouloir tout connaître et tout savoir tout de suite ??
On se laisse totalement entraîner par l'alternance des points de vue de nos quatre personnages principaux et autant dire qu'à chaque fois on attend ça avec impatience parce qu'avec eux on découvre la Terre et on suit ce qu'il se passe sur le vaisseau. Mais surtout on découvre leurs émotions, leurs ressentiments, leurs douleurs, leurs doutes et leurs espoirs.
En résumé, un bon moment de lecture qui nous procure ce qu'il faut de question, de révélation et de romance. Manque cependant un peu d'action qui est compensé par l'intrigue qui monte d'un cran, et ce, même si certains événements sont prévisibles.
Et bien sûr, je lirais le tome 3, qui sera le dernier, avec beaucoup de plaisir.

par coco69
Les 100, Tome 3 : Retour Les 100, Tome 3 : Retour
Kass Morgan   
Les 100 est une dystopie qui m'a fortement emballée dès le début. J'avais donc vraiment hâte de découvrir le point final de cette trilogie !

On retrouve les 100 sur Terre, alors que les Colons débarquent à leur tour à bord des quatre capsules qui ont pu quitter la station orbitale à temps. Mais alors qu'ils s'attendaient à de joyeuses retrouvailles, c'est une toute autre chose qu'ils découvrent. En effet, les habitants de la colonie sont loin d'avoir été préparés à ce débarquement. Pire encore, le vice-chancelier Rhodes prend le commandement, sans savoir à quoi s'attendre, et fait fi des recommandations de Wells. Afin de sauver la tête de Bellamy, condamné par cette arrivée pour avoir pris en otage le Chancelier Jaha, il fuit, accompagné de Clarke, Glass, Luke, Wells et Sasha, vers la ville des Nés-Terre. Mais l'invasion ne fait que commencer..

J'avoue avoir eu encore une fois beaucoup de mal à me remettre dans le bain. La saison 2 de la série étant passée entre temps, et de trop nombreux points divergeant avec le livre, j'avais oublié un certain nombre d'éléments. Tout doucement tout m'est revenu petit à petit, l'auteure glissant quelques rappels dans ces chapitres, et j'ai rapidement plus profiter pleinement de ce dernier tome.

Les quatre points de vue sont toujours présents, et je me suis régalée à suivre Clarke, Wells et Bellamy. Par contre, concernant Glass, je l'ai trouvée tout simplement inutile ici. Dans les deux premiers tomes, elle nous permettait de savoir ce qu'il se passait dans la Colonie pendant que les 100 étaient sur Terre, et c'était vraiment intéressant. Mais dans ce dernier tome, elle ne sert strictement à rien. Ses points de vue m'ont cassée dans le rythme du roman, interrompant les actions sans rien leur apporter, créant ainsi un déséquilibre entre les personnages. Pour moi elle n'est devenue que secondaire, lui donner ainsi autant d'importance ne bénéficie plus vraiment à l'histoire.

Clarke, Bellamy et Wells m'ont par contre vraiment emballée. Wells surtout, qui prend beaucoup d'ampleur ; on voit à travers lui le futur Chef, le futur Commandant qu'il sera très certainement un jour. L'auteur reste cruelle avec lui, je ne sais pas comment il a réussi à avancer, car elle n'est vraiment pas tendre pour ce personnage. Clarke et Bellamy fonctionne dorénavant en duo, c'est mignon tout plein, même si j'ai trouvé dommage que Clarke soit plus effacée par rapport aux deux premiers tomes.

L'histoire, quant à elle, s'emballe véritablement. Tout s'enchaine et se produit assez rapidement, il faut vraiment suivre. J'avais hâte de connaître le dénouement final, mais en même temps je regrettais de voir la fin se rapprocher, triste d'avoir à quitter cette dystopie. Les flashbacks sont moins présent, heureusement, car j'ai trouvé que dans ce dernier opus ils n'apportaient strictement rien à l'histoire. Et surtout, cela permet aux péripéties de se développer pleinement sans être coupées.

Quant à la fin, j'en garde une légère déception. Beaucoup de questions me sont restées sans réponse, et un épilogue sur la situation à long terme n'aurait pas été du luxe, car au final on laisse les 100, les Colons, les Nés-Terres et les Dissidents sans trop savoir ce qui va leur arriver ensuite. Vont-ils réussir à tous cohabiter ensemble ? Comment vont-ils pouvoir survivre alors que l'hiver approche et que l'auteur nous a décrit que leur réserve d'eau et de nourriture était détruite ? Quid des parents de Clarke ? Tout cela manque cruellement de développement, l'auteur n'est pas allée au bout de son livre, de ses idées, et j'ai eu l'impression qu'elle a ainsi pris énormément de facilités pour finir son livre au plus vite. Alors oui, cette fin m'a déçue, car elle me laisse un arrière goût d'inachevé une fois la dernière page tournée...

Les 100 reste tout de même une très bonne dystopie que je me suis régalée de découvrir. Je pense malgré tout que Kass Morgan aurait pu développer plus d'éléments, mais d'un autre côté cela fournit une histoire plutôt bien rythmée, avec peu de temps morts, et qui s'améliore avec les tomes. La fin reste assez abrupte, ouverte à plein de possibilités différentes, mais gardant aussi certaines réponses sous silence. Je regrette de quitter les 100, même si ce ne sera que pour mieux les retrouver à travers la troisième saison de la série tv !

http://place-to-be.net/index.php/litterature/young-adult/dystopie/2341-les-100-livre-3-ecrit-par-kass-morgan

par Kesciana
Les 100, Tome 4 : Rébellion Les 100, Tome 4 : Rébellion
Kass Morgan   
D'abord, pour ceux qui se demandent si c'est facile de replonger dans l'univers alors qu'on a lu la trilogie il y a des années, oui, pas de problèmes, l'auteur nous re-situe assez bien dans les premières pages, ça n'est donc pas difficile de s'y remettre.
Sinon, j'ai un avis assez neutre sur ce livre. En fait, je n'ai rien de négatif à lui reprocher, il était court, prenant, intéressant, mais pas non plus extraordinaire. Je l'ai lu d'une seule traite, c'était sympa, mais sans plus. Donc destiné à ceux qui ont aimé les trois tomes précédents, et qui en sont peut-être un peu nostalgiques, même si ça ne les vaudra pas, vous retrouverez vos personnages préférés avec plaisir.
100 pages blanches 100 pages blanches
Cyril Massarotto   
une magnifique histoire sur la vie les souvenir l'amitier la famille et l'amour je suis passer plusieur fois devant ce livre en hesitant a lacheter et je nest vrement aucun regret ce livre mas vrement transporter je les lu en un apremidi car je ne pouvait fermer ce magnifique livre et javoue avoir verset quel que larme a la fin ... ses le premier livre que je li de cette auteur et je pense que ce ne seras peut etre pas le dernier . bonne lecture a tousse
1Q84, Livre 1 : Avril-Juin 1Q84, Livre 1 : Avril-Juin
Haruki Murakami   
Au fur et à mesure que ma lecture progessait, je m'immergeais de plus en plus dans le récit. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et sa plume est réellement envoutante. On sent que chaque détail a son importance et on s'efforce de tout retenir mais l'auteur fait suffisamment de retour en arrière pour qu'on se souvienne de tout.
L'univers est extrémement déstabilisant et les questions augmentent au fur et à mesure du développement du récit.
Vivement que je me procure le tome 2 !
1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre
Haruki Murakami   
Je me suis encore laissée envoûter par ce deuxième tome, dans lequel les liens entre les deux univers de 1984 et 1Q84 se dévoilent peu à peu. Le rythme est lent mais l'intrigue progresse de façon continue et inéluctable, comme les deux protagonistes vers leur destin. Je reconnais qu'il n'est pas toujours facile de suivre un enchainement logique et rationnel à l'histoire, mais cet univers est tellement singulier , poétique , plein de métaphores , que le lecteur s'y trouve happé, captivé par l'histoire de ces personnages hors normes et tellement attachants.
1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre 1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre
Haruki Murakami   
J'ai découvert Murakami par le t.1 de 1Q84 qui m'est tombé entre les mains alors que je flânais dans les rayonnages. J'ai été fasciné par les deux personnages principaux que sont Tengo et Aomané. J'étais conquis. Je trouvais ses personnages et cette histoire atypique et intéressante. Entre le t.2 et 3, j'ai lu deux autres romans de Murakami ("Kafka sur le rivage" et "A l'Ouest du Soleil, au Sud de la Frontière"), dés lors, ma vision d'1Q84 a radicalement changé.

Se sont des romans antérieurs à la trilogie, et sans aucune ambiguïté, beaucoup mieux, tant en terme d'écriture, de narration, la finesse des personnages, des cadres majestueux, des ambiances toujours bien posées.
1Q84, (et ma lecture du t.3 me le confirme), c'est une sorte de "popétisation" ou paupérisation de Murakam, qui s'est dilué, ternit. Déçu donc : lisez les précédents.

par moebus
La 5ᵉ Vague, Tome 1 La 5ᵉ Vague, Tome 1
Rick Yancey   
http://wandering-world.skyrock.com/3160457430-La-5e-Vague-Tome-1-La-5e-Vague.html

Véritable coup de cœur et coup au cœur, LA 5e VAGUE est une lecture qui vous marque et qui vous blesse. Qui laisse des bleus et des blessures sur votre peau. Qui vous laisse un drôle de goût dans la bouche et qui vous transperce. Ce roman mérite amplement tout le succès qui lui est annoncé, et toutes les excellentes critiques qu'il a reçu. Il y a tellement de perfection dans ce récit. Les héros m'ont bouleversé, leur histoire de survie m'a ému au possible, les mots - fragiles, coupants, grisants et poignants - de l'auteur m'ont renversé. Tout, absolument tout, dans ce livre, est maîtrisé. Tout est mis en place pour nous fracasser, pour nous dévorer, pour faire exploser la moindre de nos particules parmi les milliards de milliards que nous possédons. LA 5e VAGUE est un roman destructeur, perdu entre survie et courage, entre lumière et ténèbres, entre espoir et abandon, qui pulvérise nos convictions et nos émotions.
Voyez-vous, je vais avoir un mal fou à retranscrire mon avis sur cette lecture palpitante. Il y a tant de choses à dire, tant de choses à découvrir, tant de choses à vivre. LA 5e VAGUE nous plonge au cœur d'un monde dévasté suite à l'Arrivée des Autres, des extraterrestres qui observent l'Humanité depuis des milliers d'années et qui veulent infester la Terre. L'histoire aurait pu rester banale et nous livrer tout simplement la réaction de chaque personne face à ce désastre, sauf que ce n'est pas absolument pas le cas, et ce grâce aux héros fascinants que nous rencontrons. Tout d'abord, il y a Cassie - Cassiopée -, son frère, Sammy, et leur père. Dès les premières pages, je me suis lié d'une manière indescriptible à l'héroïne. A la fois courageuse, déterminée, forte, pragmatique et époustouflante, elle mène le récit d'une voix brillante et exceptionnelle. La moindre de ses pensées m'a plu, la moindre de ses émotions m'a coupé le souffle, le moindre de ses choix m'a subjugué. Le truc, c'est qu'elle paraît réelle au possible, avec son humanité presque palpable. Cassie est là. Elle existe. Elle est avec nous et nous livre son histoire. C'était tout simplement dingue. J'avais réellement l'impression qu'elle me parlait, et non pas que je lisais des mots sur une page blanche. Surtout qu'en plus de cela, Cassie est drôle. Très, très drôle. Il m'en faut déjà beaucoup pour rire en lisant un roman, mais alors éclater de rire tout en dévorant une histoire de fin du monde, ça relève du miracle. Cassie m'a fait pleurer, m'a fait frissonner, m'a fait réfléchir et m'a complètement fait craquer. C'est fou ♥ Ajoutez à cela la relation époustouflante qu'elle entretient avec sa famille, et c'est la cerise sur le gâteau. J'ai été totalement dévasté par le lien qui unit Sammy et Cassie. Purée !!! L'amour fraternel qui les relie m'a touché au possible. Ce désir qu'il possède l'un et l'autre de se rassurer, de se protéger, de se dire que tout va bien aller est tellement poignant, tellement douloureux, tellement bouleversant ♥
Et puis d'un autre côté, nous avons Ben et Ringer, ainsi que d'autres enfants qui doivent eux aussi affronter le chaos omniprésent. Leur histoire, comme celle de Sammy et de Cassie, m'a totalement brisé. La folie, la mort, les prises de conscience destructrices et les décisions cornéliennes sont monnaie courante à leurs côtés. Exactement comme pour Cassie et son frère, l'auteur met tout en place pour que nous nous liions avec force et intensité à ces personnages. Eux aussi, ils étaient avec moi. En face de moi, à me chuchoter leurs peurs, leurs échecs, leurs vies d'Avant et leurs désirs. C'est un truc de fou. Vraiment. J'ai également pleuré à cause de Ringer et Ben, à cause de leur histoire si émouvante et bouleversante. A cause de leurs échecs, de leurs espoirs perdus, et de leurs nouvelles tentatives pour survivre.
Le truc, c'est que Rick Yancey nous offre un récit PARFAIT à tous les niveaux. Déjà, les personnages ne possèdent aucun défaut. Mais en plus, il les dote d'une psychologie maîtrisée à merveille. Tout ce qu'ils vont traverser va les pousser dans leurs ultimes retranchements. A qui vont-ils pouvoir faire confiance ? Peuvent-ils accepter la main qui se tend devant eux ? Et s'il n'y avait plus aucune chance de sauver l'humanité ? Ne devraient-ils pas plutôt tout abandonner ? Autant de questions qui les accablent et les hantent. J'ai complètement craqué pour cet aspect du roman. Nous assistons avec peine et chagrin à la descente aux enfers de chacun de ces héros en or. Et ça fait mal. Physiquement mal. Cassie, Sammy, Ringer et Ben nous paraissent tellement réels que chaque épreuve qui se dresse sur leur chemin est une épreuve à laquelle nous sommes - nous, lecteurs - confrontés également. On souffre avec eux, on baisse les bras avec eux, on se relève avec eux.
Je crois que cette impression de réalité qui perdure tout au long de l'histoire provient de la plume de Rick Yancey. Cet auteur possède le don de rendre chacune de ses descriptions ultra fluide, ultra visuelle, ultra réaliste. On y est, tout simplement. Il maîtrise son écriture à la perfection. Surtout qu'en plus de ces passages juste extraordinaires, il confère à son roman des "phrases coup de poing". Vous savez, le genre de phrases qui sort d'on ne sait pas où et qui vous pousse à poser le roman pendant cinq minutes avant de le reprendre. Avec Rick Yancey, les mots deviennent aussi coupants qu'un couteau, aussi mortels qu'une arme à feu, aussi brûlants que des sentiments naissants et aussi envoûtants qu'un nouvel espoir. L'auteur parvient en plus à offrir à son récit des éclats de lumière, alors que tout semble définitivement perdu. Et ça, c'est tout simplement magique ♥ J'ai adoré le fait que tout ne soit peut-être pas désespéré. Il reste peut-être des survivants ailleurs. Ou peut-être pas. Peut-être que le monde est complètement foutu et que nos héros sont les derniers survivants. Autant de réflexions qui nous gardent en haleine et impatients de lire la suite.
C'est d'ailleurs grâce à cela et aux excellents rebondissements que j'ai avalé les 600 pages de LA 5e VAGUE en deux jours. Les rebondissements... Halalala ♥ Il n'y jamais de temps morts, de silences, de moments pendant lesquels nous pouvons reprendre notre souffle. Ça n'a jamais été si bon de suffoquer. Ça n'a jamais été si bon de se ronger les ongles jusqu'au sang. Ça n'a jamais été si bon d'imploser et de perdre la notion du temps. Rick Yancey nous offre révélations sur révélations, bouleversements énormes sur bouleversements énormes, retournements de situations destructeurs sur retournements de situations desctructeurs. Tout est parfait. Tout est cohérent. Tout est logique. Toutes nos questions trouvent leurs réponses. Et j'ai adoré ça.
Trop rapidement, nous touchons à la conclusion du livre. Enfin, seulement après vécus une véritable explosion de sensations contradictoires et d'émotions à la fois brûlantes et annihilantes. La dernière partie du roman s'avale d'une seule traite tant les surprises s'enchaînent. La fin en elle-même me plaît beaucoup, puisque ce n'est pas un cliffhanger aussi terrible que celui auquel je m'attendais. L'auteur maîtrise réellement son histoire d'un bout à l'autre de celle-ci. Les grandes interrogations trouvent leurs réponses, et, en même temps, quelques pistes - excellentes - pour le tome 2 voient le jour. Tout est parfait. La dernière page est déchirante, pleine de promesses, d'espoirs perdus, d'instants volés, de regrets et de lumière. Même avec plus de 600 pages, j'en redemande. Jamais je ne pourrai attendre une année entière avant de lire la suite !!!
En conclusion, LA 5e VAGUE est un roman sur lequel il faudra vous jeter dès que vous l'apercevrez en librairie. C'est une lecture fracassante, enivrante, qui nous met le cœur en miettes. Les personnages sont parfaits, l'intrigue est parfaite, l'écriture de l'auteur est parfaite, l'ambiance est parfaite, la conclusion est parfaite. Tout m'a conquis. Tout, vraiment, vraiment, vraiment tout. La Collection R nous offre, une nouvelle fois, une lecture hors-normes et exceptionnelle. LA 5e VAGUE est un énorme coup de cœur, une véritable bombe qui nous crible d'éclats d'horreur et de tristesse, de désirs et d'espoirs, de perfection et de leçons de survie, à ne manquer sous aucun prétexte.

par Jordan