Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sentaro : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Shinrin-yoku Shinrin-yoku
Qing Li   
Un très beau livre qui explique les vertus du bain de forêt, illustré de superbes images d'arbres japonais, et qui dévoile de nombreuses informations sur la nature au Japon. En note je lui donne 18/20, il est apaisant pour les yeux et l'âme, c'est un vrai bonheur :)
Dans la forêt Dans la forêt
Jean Hegland   
Une lecture que j'appréhendais vraiment car j'avais envie de le lire depuis sa sortie, l'histoire est tout à fait ce que j'aime, c'est ma came, le post-apocalyptique survival. Je l'appréhendais parce qu'on en a tellement parlé, le roman a fait un effet boule de neige chez les lecteurs.
C'est toujours un coup de poker, tout bon ou tout mauvais.
Je me suis tout de même décidé à l'acheter il y a quelques temps et il a végété sur mon étagère un petit moment avant que je décide enfin de me lancer. C'est au moment de refermer la dernière page que je me dis "non mais pourquoi j'ai attendu ?" Car c'est un fait, ce roman est extraordinaire, pas exempt de défauts (notamment quelques longueurs dans le récit), mais tellement intense émotionnellement qu'il vous touche à l'âme, comme peu de livres peuvent le faire.
Des paysages magnifiques, des personnages sensibles et torturés par les événements et par le fait de ne pas savoir ce qui arrive réellement, ce qui vous agrippe dans ce récit aussi doux que dur, c'est cette proximité que l'on ressent pour les personnages, le récit paraît réel, pas de héros, pas d'événements hors du commun juste un écroulement du quotidien, essence, nourriture et soins ne sont plus accessibles. En fin de compte dans une situation pareille, pour des gens normaux, chaque erreur se paye cash, et c'est la qu'est tout l'intérêt, on s'y croirait.
"Dans la forêt", que dire de plus, si ce n'est que c'est un coup de cœur viscéral ? Si ce n'est que malgré quelques maladresses, c'est un roman poignant qui, si vous vous laissez séduire, vous prendra aux tripes.

Voir la chronique sur mon blog ainsi que celle du film :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/11/chronique-romanfilm-dans-la-foret-jean.html

par Maks
My Absolute Darling My Absolute Darling
Gabriel Tallent   
Une histoire qui prend aux tripes avec une ambiance glauque. Certaines scènes sont vraiment perturbantes et difficiles à lire, j’ai dû poser ma liseuse à plusieurs reprises. J’ai eu un énorme coup de cœur pour le personnage de Turtle. Je ne suis pas prête d’oublier cette lecture.

par gireline
La Formule de Dieu La Formule de Dieu
José Rodrigues Dos Santos   
Je lis souvent des livres légers, un peu érotique. Une amie m'a passé se livre et le l'a chaudement conseille.
Extraordinaire la pédagogie est fabuleuse, j'ai eu l'impression de comprendre les théories mathématiques du big bang...C'est un livre de fiction a suspens impliquant le personnage d'Einstein et un réflexion assez fine sur l'existence de Dieu.
Magnifique

par AgatheF
Filles de la mer Filles de la mer
Mary Lynn Bracht   
https://leboudoirdulivre.wordpress.com/2018/02/15/filles-de-la-mer-de-mary-lynn-bracht/

Passionnée par la Corée du Sud et sa culture, il me tardait de découvrir ce livre qui s’est révélé encore un coup de cœur 2018.

Dans le prologue se dévoile à travers les bribes du rêve d’Hana, l’histoire des femmes haenyeo durant l’occupation de la Corée du Sud par le Japon.

Été 1943, Île de Jeju.

Hana, 16 ans a toujours vécu sous l’occupation japonaise en tant que citoyenne de seconde zone.

Malgré l’éducation japonaise obligatoire et l’interdiction d’utiliser sa langue maternelle, le coréen, elle est fière d’être une haenyeo, une plongeuse, le travail des femmes sur l’île de Jeju.

Comme toute occupation, les Sud-coréens se soumettent aux ordres de l’armée japonaise quels qu’ils soient (taxes élevées, dons à l’armée, rafle des hommes pour être de la chair à canons et des enfants, main d’oeuvre dans les usines nippones…).

Hana a la joie d’avoir une petite sœur Emi.

Le fil conducteur de ce roman est une promesse qui s’avérera lourde de conséquences pour Hana.

Île de Jeju, décembre 2011.

Hana a tenu sa promesse mais à quel prix ?

Au fil des chapitres, l’histoire d’Hana nous est révélée tandis que le passé d’Emi se dévoile.

Mary Lynn Bracht raconte le quotidien des femmes de réconfort et brise un sujet tabou en l’écrivant au monde entier pour qu’aucune de ses victimes ne soient oubliées.

Chacune des deux sœurs affronte son destin avec courage, luttant contre le sort terrible qui les attends si différent et semblable à la fois.

La guerre les a séparée, une promesse pourra-t-elle les réunir ?

Mary Lynn Bracht a su aborder tous les sujets liés au traitement des Sud-coréens durant l’occupation japonaise tout en mettant en avant le métier des femmes de l’île de Jeju faisant des « Filles de la mer » un livre complet au sujet parfaitement maîtrisé qui devrait plaire autant aux personnes qui ne connaissent pas l’histoire coréenne qu’à celles qui l’ont déjà abordée.
Les Années Les Années
Annie Ernaux   
J'aurais pu adorer ce livre, tant pour l'écriture que pour l'analyse sociologique passionnante ou que pour le travail génialissime sur la mémoire.
Sauf que non. Sans avoir compté, je dirais qu'il y a deux tiers des pages avec des scènes/allusions/mots crus, ce qui fait un peu beaucoup. Alors ceeeertes, il faut parler de la libération de la femme, etc. Mais ça pouvait pas se faire poliment?

par EamLL
Tout le bleu du ciel Tout le bleu du ciel
Mélissa Da Costa   
Tout d'abord, je tiens à remercier les équipes des éditions Carnets Nord et de Lecteurs.com pour l'envoi de ce très beau roman. Le résumé de cette oeuvre m'a tout de suite séduit. J'avais hâte de lire les aventures d'Émile atteint d'Alzheimer précoce. À 26 ans, sa maladie le condamnait à 2 ans d'espérance de vie. Pourtant, à 26 ans on se sent encore dans la fleur de l'âge. Trop jeune pour ce genre de mésaventures … Trop jeune pour dire adieu à ses souvenirs puis à la vie. En lisant le résumé, je me suis dit que l'histoire allait être dure. Je m'y étais préparée. Contre toute attente, c'est le ressenti d'un autre sentiment qui a pris le dessus : l'Amour. Avec un grand A. Ce fût, pour moi, un roman coup de cœur !
Il faut dire que les premiers mots du roman donnent le ton. On ne s'apitoie pas sur son sort, on profite de la vie avec le sourire. C'est avec cet entrain et acceptation de sa condition qu'Émile a passé sa petite annonce afin de rencontrer un compagnon (ou une compagne) pour son ultime voyage. Joanne va vite répondre à ce message et s'embarquera dans cette aventure. Direction les Pyrénées. La relation que Joanne et Émile tissent, au fil du temps, ne peut que nous emporter. On ressent leur affection mutuelle qui grandit, l'empathie et la compréhension de l'autre. Mais c'est surtout l'acceptation. Accepter qu'une personne malade ne souhaite pas finir ses jours branchés à des électrodes … Accepter malgré la difficulté de voir l'autre souffrir. C'est là le vrai Amour ! C'est admirable … surtout de nos jours. Il reste peu de personnes capables de faire passer les souhaits et le bien d'autrui avant le sien. J'ai beaucoup apprécié cette idée de carnet où Émile peut se confier … laisser une trace de son vécu alors qu'avec le temps il s'effacerait de sa mémoire. C'est une façon de lui dire : « Si tu t'oublies, moi jamais je n'oublierais. Et si parfois les souvenirs venaient à s'estomper, je n'aurais qu'à lire tes mots pour m'en souvenir comme aux premiers jours. »
Les personnages sont absolument attachants. D'abord, on ne comprend pas ce qui pousse Joanne à accepter une telle aventure avec un inconnu. On se dit qu'elle est inconsciente ... On comprend très vite qu'il s'agit d'une femme perdue ... égarée au bord d'un lac et qui a du mal à retrouver le chemin de la Vie. Cette femme est l'incarnation du courage. Émile, quant à lui, est attachant compte tenu de sa maladie, mais aussi pour son caractère plein de résignation. Il s'acharne à vivre et à ancrer en lui toutes les beautés du monde avant de s'éteindre. J'ai détesté Léon. Il est d'une lâcheté monstrueuse. Et pourtant, c'est une très bonne chose que l'auteure l'ait placé dans l'histoire. Ce personnage témoigne bien de l'importance de se défaire des attentes parentales à l'âge adulte. L'importance de vivre selon ses propres désirs et non selon ce que les parents attendent de nous. Avant de donner la vie à un enfant, il faut soi-même cesser d'être l'enfant de quelqu'un d'autre.
Pour résumé l'histoire de Joanne et d'Émile, je dirais simplement : parfois, deux âmes brisées se rencontrent et se réparent mutuellement. L'un et l'autre s'offrent ce qu'ils attendaient de la Vie. Sans contrepartie !
Autant dire que je n'ai pu résister à verser ma petite larme à la fin de ce roman. Oui, moi qui fuis généralement les histoires d'amour, je me suis complètement laissée happer. Bien sûr, certains évènements sont plus que prévisibles, mais quelle importance ? Tout ce qui compte, c'est eux ! Et ils sont dramatiquement merveilleux.
Comment apprendre à s'aimer Comment apprendre à s'aimer
Yukiko Motoya   
A 16 ans, Linde est trop sage; pleine d'anticipation immobile, elle attend que se vraie vie commence. Au fil de ses apprentissages, de ses déceptions et de de ses joies, elle découvre le fossé qui nous sépare irrémédiablement d'autrui et se heurte aux succédanés d'un bonheur idéal. Fiancée, jeune épouse, divorcée et enfin retraitée, autant de moments qui invitent le lecteur à repenser l'ordinaire, et le guident sur le chemin d'une vie plus légère, à travers les formes de bonheur: faire griller du lard, respirer l'odeur du thé fumé ou porter un gilet à grosse mailles.

par Armide
Les Larmes noires sur la terre Les Larmes noires sur la terre
Sandrine Collette   
Une plongée captivante dans un univers brutal qui n'épargne rien à ses protagonistes.

Un petit groupe de femmes attachant, aux profils variés, des vies loin d'être idéales, des parcours différents, et au final, un même destin dans ce lieu violent et crasseux.

Être un déchet parmi les déchets, n'être plus rien aux yeux de la société, voilà l'avenir pour les occupants de cette casse poisseuse. Un centre d'accueil qui n'a rien d'accueillant, les humains y sont entreposés comme de vulgaires objets dénués de tout intérêt.

Des conditions inhumaines, mais l'espoir, même ténu, fait vivre, ou plutôt survivre.


Une lecture prenante, sans concession, à la fois effrayante et émouvante, dans un univers particulièrement hostile, rythmée par les désillusions, la solidarité, l'espoir et la violence.


http://www.faimdelire.com/2018/06/les-larmes-noires-sur-la-terre-de.html

par GoldElie
Volia Volnaïa Volia Volnaïa
Victor Remizov   
Un roman russe fulgurant, une plongée dans l'immensité sibérienne, qui conte l'éternel affrontement entre désir de liberté et asservissement au pouvoir. Porté par une seule devise, Volia volnaïa, « Libre liberté », une très forte quête identitaire, avec, en toile de fond, le tableau contrasté de la Russie d'aujourd'hui, tiraillée entre tradition et modernité.

– Avec cinq mecs qui voudraient bien se mouiller, on les aurait désarmés ! Tous les flics de la région ! Une demi-journée aurait suffi ! Ils sont complètement ramollos, ils explosent de mauvaise graisse ! Il faudrait les enfermer dans leur cage à singes. Si tout le monde, si le peuple tout entier se met à parler, la vérité éclatera au grand jour ! Il faut juste que les gens le veuillent, qu'ils comprennent que c'est à eux de faire la loi ici, pas aux chefs ! (L'Étudiant se tut d'un air éloquent, les yeux écarquillés, le doigt pointé en l'air.) Kobiak, c'est un brave gars ! On a le droit de défendre notre honneur ! Avec les moyens qu'on a. Nous n'en avons pas d'autres, on nous les a volés. On nous a laminés mais on fait semblant que tout va bien.

(Source : Belfond)

par x-Key