Livres
477 886
Membres
458 971

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par loona10 2019-06-05T15:53:09+02:00

Alors que j’emprunte le sentier menant à droite du parc, je suis soudain tiré de mes réflexions par une voix criarde qui retentit derrière moi :

– What a wonderful world !

Je fais volte-face et me trouve nez à nez avec un splendide perroquet au plumage multicolore, qui volette à hauteur de mon visage. À deux centimètres de mon nez, pour être précis. Pile la distance pour m’éborgner si l’envie lui prend !

– Merci ! dis-je.

– Trou du cul !

Je pivote vers la gauche, d’où cette réplique vient d’être prononcée d’une voix nasillarde. Un autre perroquet. Sérieux ? Celui-là a l’air moins commode, surtout quand il ricane ! On dirait Voldemort…

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-01T17:38:36+02:00

– Il faut vraiment que tu te détendes. Bon, je ne te laisse pas le choix. Ce soir, centre-ville de San Francisco. On retrouve la vie citadine, on fait la fête, on danse, on boit, on oublie tout.

– Mais je…

– Stop !

– Tu as…, tenté-je de protester.

– PAS LE CHOIX ! Ce soir, on danse.

Chef, oui, chef !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-01T17:37:31+02:00

Camden me fixe droit dans les yeux, secoue la tête et… sourit. Non, je ne rêve pas. Il sourit ! Et en plus, il s’avance vers moi.

Tant pis pour la prison et le costume orange, je vais le défoncer !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-05-01T17:37:04+02:00

Essoufflée, je m’immobilise un instant et observe le carnage dont je suis l’auteure. Notre appartement, celui que Camden et moi avons partagé pendant deux ans, habituellement si cosy, est désormais un champ de bataille. Le sol du salon est jonché de débris : normal, je viens de fracasser deux verres par terre. Les fleurs multicolores que Camden-ce-connard m’a offertes hier gisent un peu partout autour de moi : logique, je les ai arrachées de leur vase et décapitées devant le regard éberlué de mon mec. Mon ex, en fait. Parce que tout est définitivement fini, et je ne reviendrai pas sur ma décision.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-04-25T18:53:45+02:00

Chapitre 7 :

Les masques tombent

Gareth

«…— Tu me donnes du « vous », maintenant ? ne puis-je m’empêcher d’ironiser.

Ne joue pas à ça… Roméo a raison. Il faut vraiment que j’arrête d’utiliser la moquerie comme arme massive.

Zoey souffle avec colère, pose ses poings sur ses hanches et me foudroie du regard.

Bordel qu’elle est sexy !

— Bien sûr que je vous vouvoie ! Vu que vous êtes en fait Stuart Johnson, le directeur du célèbre guide Best Travel qui vient faire une critique du Grand Central, et non Roméo, grand chef et baratineur de première. Vous vous êtes bien foutu de moi !

Qu’est-ce qu’elle raconte, là ? Interloqué, je reste silencieux, sans détacher mes yeux de son visage, qui se trouble soudain, comme si elle était désarmée. Mon cerveau fonctionne à plein régime et je comprends soudain que sur ce coup, j’ai joué de malchance : Stuart Johnson… ce nom si commun, si basique que je me suis choisi au hasard… doit être celui d’un autre… qui se trouve être critique. C’est le sort qui s’acharne, là !

Zoey soupire avec impatience, visiblement agacée par mon silence.

— Tu as toujours été aussi douée pour les déductions ? me moqué-je, histoire de gagner un peu de temps et de me remettre les idées en place.

Ses yeux, qui m’ont envoûté l’autre soir, me fixent avec incompréhension et elle secoue la tête en fronçant les sourcils.

— Qui es-tu ? murmure-t-elle. …»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-04-25T18:53:29+02:00

Chapitre 3 :

Rencontres et défis en boîte de nuit

Zoey

«… Je reste abasourdie un instant par le tourbillon que je viens de vivre : le baiser avec un parfait inconnu, Camden remis à sa place, la sensation grisante qui m’a envahie…

Je devrais sortir faire la fête plus souvent, au final !

— Ça va ? demande Roméo d’une voix grave. Je suis désolé d’avoir joué au macho et de ne pas t’avoir laissée l’envoyer bouler, mais ce mec… quel gros con !

— Tu l’as dit… murmuré-je. Pardon de t’avoir embrassé. Ce type est mon ex et j’ai complètement paniqué !

— Ne t’excuse pas ! Je t’assure que c’était un plaisir, rétorque Roméo en posant sur moi un regard intense et pétillant de malice.

Qu’est-ce qui était un plaisir ? Le baiser ? Avoir remis à sa place un crétin de base ?

Parce que de mon côté, c’est évident : cette étreinte renversante valait bien plus que tout le reste ! Et j’ai très envie de recommencer… Nos regards se croisent et se retiennent, et je me surprends à me pencher vers lui. L’amusement dans ses yeux fait place à une invitation brûlante, ses mains effleurent mes bras nus, et son parfum m’enivre. Un désir plus puissant que jamais me pousse vers lui, vers ses lèvres charnues, vers son corps puissant, et…»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Paulinette11 2019-04-19T22:33:58+02:00

– Tu n’as aucune fantaisie ! me reproche-t-elle, les joues rouges, vibrante. Aucune imagination !

Ça dépend des situations !

Aussitôt, mon cerveau est empli d’idées toutes plus tentantes les unes que les autres, impliquant zéro vêtement mais un maximum de plaisir pour nous deux. Tu vas voir si je n’ai aucune imagination ! Je me retiens pourtant, malgré tout mon corps qui me hurle de l’embrasser, de la caresser, de la faire mienne. Nos regards s’affrontent, brûlants de colère, de frustration… et de désir. Je ne rêve pas, c’est du désir que je vois dans ses yeux, faisant écho au mien !

– Tu me rends folle ! siffle-t-elle en faisant un pas déterminé vers moi.

– Et toi, tu me rends dingue ! réponds-je sur le même ton.

J’ignore lequel de nous deux fait le pas, le geste qui fait tout basculer, mais peu importe. Un instant, nous nous fusillons du regard, et le suivant, nous nous sautons dessus. Ses lèvres embrasent les miennes, nos langues s’entremêlent, ses mains tirent sur mon tee-shirt et les miennes disparaissent dans ses cheveux pour incliner sa tête. C’est sauvage, brut, et tellement bon !

Jamais aucune fille ne m’a excité comme ça, avec un simple baiser !

Au moment où elle passe ses mains autour de ma nuque, je la ramène contre moi et éprouve avec délice le contact de sa poitrine contre mon torse. Il me semble entendre battre son cœur, follement. J’ai envie de la faire frémir, je veux qu’elle gémisse entre mes bras, encore et encore ! Alors que notre baiser devient plus profond, je savoure son parfum aux notes de framboise. Je me noie dans cette étreinte, sentant la chaleur de nos deux corps, comme aimantés… Quand elle s’écarte légèrement, je réprime à peine un grognement et un mouvement pour la ramener auprès de moi. Le souffle court, les joues rougies, elle m’observe. Ses iris brillent… et un lent sourire éclaire son visage. Je la désire. Je la veux. Maintenant.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode