Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Shangcai : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
L'énorme crocodile L'énorme crocodile
Roald Dahl   
Ce livre a été pour moi une période horrible de mon enfance puisque je trouvais ce livre HORRIBLE
Les Derniers Jours de Rabbit Hayes Les Derniers Jours de Rabbit Hayes
Anna McPartlin   
Je n'ai pas été déçue par cette lecture.
Drôle d'entrée en matière, mais c'est exactement mon sentiment juste après l'avoir achevé. Je me le suis procuré parce que la couverture était vraiment belle, et c'est une vraie belle couverture, pas un morceau de papier que l'on enroule autour histoire de. C'est assez rare pour être souligné.
L'histoire me plaisait pas mal, et j'attendais juste de ce livre qu'il remplisse son office de livre suffisamment gros pour avoir une histoire assez développée, une petite écriture sympathique mais pas transcendante, et une fin bien évidemment attendue mais néanmoins émouvante.
Bref, ce n'est ni de la haute littérature, ni le livre de l'année ( et entre nous, ça fait parfois du bien de lire ce genre de livres) mais c'est sans doute l'une des plus belles couvertures et je retiendrais sans doute juste cela.

par Amelie116
Yoko Tsuno, Tome 3 : La Forge de Vulcain Yoko Tsuno, Tome 3 : La Forge de Vulcain
Roger Leloup   
De nouveau une aventure avec les Extra-terrestres bleus ...et la petite Poky.
Belle aventure , toujours aussi captivante !
Yoko Tsuno, Tome 9 : La Fille du vent Yoko Tsuno, Tome 9 : La Fille du vent
Roger Leloup   
L'auteur déborde véritablement d'idées : les tomes ne se répètent pas et l'intrigue est toujours aussi passionnante et originale

par olive03
Danny, champion du monde Danny, champion du monde
Roald Dahl   
Cette oeuvre de Roald Dahl est un peu atypique car elle se déroule dans un monde parfaitement ordinaire, sans magie d'aucune sorte. Si on y retrouve un thème cher à l'auteur, il s'agit du fait que le monde des adultes est compliqué et bizarre. Ici, Danny est un petit garçon qui va vivre des aventures avec son papa dans le cadre d'une chasse aux faisans qui va vite devenir épique. La relation entre Danny et son papa est forte, tendre et émouvante.
Yoko Tsuno, Tome 2 : L'Orgue du diable Yoko Tsuno, Tome 2 : L'Orgue du diable
Roger Leloup   
Celui-la est vraiment pas mal avec tout ce mystère qui plane autour de l'orgue.
Yoko Tsuno, Tome 15 : Le Canon de Kra Yoko Tsuno, Tome 15 : Le Canon de Kra
Roger Leloup   
Une quinzaine de Yoko Tsuno tous aussi bon les un que les autres !

par olive03
Yoko Tsuno, Tome 1 : Le Trio de l'étrange Yoko Tsuno, Tome 1 : Le Trio de l'étrange
Roger Leloup   
Cette BD est un véritable coup de coeur : tout d'abord j'adore les dessins (les traits sont très fins, les décors sont plutôt réalistes) - les dessins sont de qualité. Le scénario est aussi très bon, on se retrouve propulsé dans un univers de science fiction ce qui est très original et peu courant en BD.

Les technologies des extra terrestres à la peau bleue " les Vinéens" sont bien décrites et s'encrent bien dans l'histoire (les machines futuristes contrastant avec le côté archaïque des inventions humaines). Les voyages dans le temps sont très bien introduits (il s'agit d'un thème récurrent de la SF).

Le tout comporte beaucoup d'action et d'humour, bref un mélange explosif... avec un excellent trio charismatique : Yoko Tsuno (une jolie ingénieure japonaise) et ses amis Vic et Pol (2 techniciens de télévision) qui ne manquent pas de ressource. Je pense un incontournable du genre.
Yoko Tsuno, Tome 17 : Le Matin du monde Yoko Tsuno, Tome 17 : Le Matin du monde
Roger Leloup   
J'ai recommencé à relire cette collection bien longtemps après le début de la série et j'ai toujours autant aimé !
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette