Livres
528 986
Membres
549 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Shaynning : Liste d'argent

5 minutes de plus à Berlin 5 minutes de plus à Berlin
Stephens Gerard Malone   
J'ai découvert dans ce roman un pan de l'Histoire de la deuxième guerre dont même mes cours sur le sujet ne m'auront instruite. Un sujet si tabou que même le nom ne se retrouve pas dans le livre. On vous parlera d''eux", cette "engeance" encore plus mal vue encore que les juifs, ces "invertis" qui sont la honte suprême allemande. On vous parlera de ses hommes, dont la seule faute est d'avoir aimé d'autres hommes. Et de la manière qu'on les a humiliés, répudiés, puis assassinés. Ils portaient le triangle rose, le "pire de tous les triangles" que portaient les prisonniers des camps de travail.

Résumé maison: Ce roman relate l'histoire de Michael, canadien habitant la Nouvelle-Écosse, qui fut obligé de renouer avec ses racines allemandes lorsque sa famille l'expédie à Berlin pour prendre soin de sa grand-mère, en 1932. Il fait alors une incursion dans une Allemagne défaite, grande perdante de la guerre 14-18. Mais c'est sans compter l'arrivé au pouvoir d'un dictateur charismatique qui promet de redonner la gloire à la patrie. Entre-temps, le jeune Michael est un peu au-dessous de tout ça, occupé surtout à se chercher. Il fraye avec des gens originaux, certains même marginaux, constate que le pays de radicalise et que de nouvelles règles et dogmes viennent gérer une population au cœur gangréné par la peur et les préjugés. Il se marie, tente de trouver sa place, mais Michael est continuellement celui qui se fait mener par les autres. Il tombe sous le charme de Jan, jeune et beau prostitué dont le charme n'a d'égal que sa cruauté. Quand les tentions sociales s'accentue et que la guerre est imminente, l'ostracisation des minorité ( Juifs, communauté gay, étrangers, handicapés) se fait encore plus sentir, Michael pourrait bien tout perdre pour assurer la sécurité de Jan, même si ce dernier démontre clairement qu'il n'est pas intéressé.

J'ai eu un peu de mal au début à m'insérer dans l'histoire, car la manière de l'auteur de jouer avec les dialogues m,a un peu confondue. Par contre, une fois passé le cap de la vie tranquille pour entrer dans le vif de la guerre, on se s’ennuie pas et l'horreur s'accumule alors lourdement. Plusieurs vérités choquantes et coup de massue attendent au final au détour d’une phrase, l'auteur sait bien amener ses "punchs". J'ai aimé être en sol allemand, car si j'ai bien lu plusieurs romans sur la deuxième grande guerre, on est rarement de côté des allemands. Là, en pleins Berlin, on suit le peuple, qui connait une montée progressive de patriotisme et de fierté, doublé d'une colère et d'un désir de changement, qui ultimement seront le terreau fertile de l’antisémitisme et de toute leur mépris de la différence qu'on leur connait. Bien sur, relativisons, cela ne concerne pas tous les allemands. Mais dans la famille mondaine et "allemande de souche" et le milieu social de Michael, la radicalisions est spectaculaire. En parallèle, dans le "Berlin sous-terrain", les laissés pour contre et les différents luttent pour leur survie. C'est un monde bipolaire qui devient rapidement terrifiant et où la déshumanisation prend alors plusieurs formes.
Michael est un jeune homme "mou", qui derrière des airs souvent abattus, cache une quête existentielle permanente ou du moins, son identité sexuelle réprimée donne cette impression. Au contraire, Jan est extravertis, se cache derrière une armure contre toute intrusion sentimentale et vend son corps sans honte. Il ne cache pas ses "tendances". On a donc deux personnages importants aux antipodes l'un de l'autre. Les mots "amour" et "homosexuel" n'apparaissent pas du tout dans le livre et cela traduit tout le malêtre derrière la condition gay de cette époque, à mon sens. C'est terriblement triste. Ni Michael ni Jan ne parviennent d'ailleurs à y mettre des mots. Mais à défaut de mots, Michael se montre persévèrent, patient, décidément trop concilient et se soumet volontiers aux quatre volontés de son exigeant ami. Parce que c'est évident que Jan a le dessus. Pourtant, tranquillement et au gré de leurs mésaventures s'opèrent des changements, souvent plus dans l'ordre de l'action que du dialogue, entre les deux hommes. Et au gré du récit, ils croisent la route d'autres infortunés, certains aussi gay, mais d'autres conditions aussi comme la déficience intellectuelle, la transsexualité et bien sur, les gens de confession juive ou sectaire.
J'aimerais bien dire qu'une certaine beauté résulte de tout ça, mais à mon sens, c'est surtout horrible. ce ne sont pas seulement les actions posées qui sont terribles, car elles ne sont au fond que la continuité des pensées, des mentalités et des préjugés alors entretenues à l'époque. Il faut comprendre que l'Allemagne, alors grande perdante d'une guerre déclenchée par l'Autriche ( la première guerre mondiale) a ensuite été économiquement très ébranlée et même lestée de certains territoires. Le moral ambiant alors très bas, tout ce qui pouvait le remonter semblait le bienvenue, surtout en appuyant sur la fierté raciale. Et c'était si facile alors de mettre tous les maux du pays sur les "indésirables", les riches juifs, les gay dépravés qui ne participaient pas à la procréation, aux "dégénérés" qui devenaient des charges, etc. On voit tout cela dans le roman.
Ce serait plus bref de dire que ce roman instruit et fait mal, comme la plupart des œuvres sur la guerre. Il y a de nombreux passages marquants qui se traduise avec une certaine poésie. Le genre de roman qu'on ne peut pas oublier, assurément. Et j’ajouterais, un roman dont le sujet ne devrait jamais quitter la mémoire collective, au risque de voir pareille mentalité et comportement se traduire à nouveau. Bien que ce soit sans doute le cas dans certains endroits du monde.
"Aimer" ne devrait pas être un sentiment condamnable.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 6 : Vacances tous risques Agatha Raisin enquête, Tome 6 : Vacances tous risques
M. C. Beaton   
Comme la plupart des polars n'ont pas forcément besoin d'être lus un à la suite de l'autre, j'ai fait la bêtise de lire ce livre en premier, en dépit du fait qu'il s'inscrit en tant que sixième opus de la série. Je dis "Bêtise", car je pense que ce tome "spécial vacances" ne représente pas bien la série.

Bon déjà, nous sommes loin d'un polar: pas de policiers compétents, une héroïne qui n'est pas détective, une enquête en arrière plan d'un relation houleuse entre le personnage principal et un homme qu'elle a presque marier... Rien de conventionnel, mais au style du livre, je m'y attendais. Par contre, je me suis attendue à un personnage plus déjanté et sans doute moins divergent. Je vais devoir lire le tome 1 pour me faire une meilleure idée de cette série et de son héroïne, assurément.

Hélas, du côté de la plume, c'est pas terrible. Parfois, l'action n'est pas simple à suivre, comme si la fluidité manquait. D'autres fois, le manque de détails rendait les scènes "floues". Et il y a des fautes.

Bref, même si je ne dirais pas que c'était un navet total, ce n'était pas impressionnant non plus. Je me laisse donc lire le tome premier avant de me faire un avis ferme sur cette série. Je termine en soulignant que si c,est là la teinte d'humour de l'auteur, je l'ai trouvée fade et peu présente.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 1 : La Quiche fatale Agatha Raisin enquête, Tome 1 : La Quiche fatale
M. C. Beaton   
Après avoir commencé cette série par le sixième tome, force est de constater que cette série se lit dans l'ordre, contrairement à la plupart des polars.

Agatha est présentée comme une femme pas spécialement sympathique, qui manque autant de tact que de délicatesse et passe pour une femme fouineuse. Récemment retraitée, malgré sa jeune cinquantaine, elle s'achète un cottage dans un village joli en apparence, mais remplie de personnages peu agréables et souvent timbrés. Lorsqu'elle tente de se faire une place parmi les habitants, en l’occasion d'un concourt de quiches, les choses tournent mal pour Agatha. En effet, sa quiche pourrait être celle qui a tué le juge du concourt. Forcée de reconnaitre qu'elle ne l'a pas en réalité cuisinée, mais achetée chez un traiteur, Agatha craint de désormais passer pour la tricheuse du village ( ce qui est en partie vrai). Agatha pense toutefois que les évènements n'ont rien d'accidentel et que cette quiche empoisonnée cache un meurtre. Si seulement elle pouvait débusquer ce meurtrier, elle serait alors reconnue de tous. Mais bon, Agatha, bien que relativement intelligente, n'est pas non plus un détective et elle a l'art de se mettre les pieds dans les plats.

Nous avons donc ici une anti-héroine, pleine de caractère, de complexes et d'ambition. Pas le genre qui court les romans, assurément, alors pour la peine, ce premier roman a un côté agréablement nouveau. C'est un roman qui se lit facilement, sans un énorme complot compliqué truffé de sciences légale et de descriptions exhaustives. Le genre qui se lit bien en vacances. Si vous êtes du genre à aimer les histoires à l'eau de rose pleine de beaux personnages tous gentils, ce n’est pas ce genre de roman. Pour être honnête, hormis Madame Bloxby et le jeune policier Wong, Agatha gravite dans un nid de vipères et de gens pas très agréables.

Petit détail qui m'a fait quand même sourire: Notre Agatha lit du Agatha Christie.

Pour son côté unique, je dirais que ça vaut la peine d'au moins essayer le premier tome.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 14 : Gare aux fantômes Agatha Raisin enquête, Tome 14 : Gare aux fantômes
M. C. Beaton   
C'est mon troisième Agatha Raisin et je dois dire que j'ai préféré celui-ci au premier et sixième tomes.

On retrouve cette anti-héroine pas toujours sympathique, mais toujours drôle malgré elle, ainsi que Sir Charles, Madame Bloxby et le jeune Bill Wong. Il y a ce nouveau voisin, Paul, dont Agatha espère quelque chose de plus qu'un platonique relation de voisins, mais voilà, son Watson est marié et, on va se le dire, envois parfois des signes trompeurs à sa voisine.

C,est une lecture facile, et entre deux livres sérieux ou lourd, ça se lit fort bien! J'apprécie ces personnages remplis de défauts et au caractère parfois douteux, ça fait changement.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 15 : Bal fatal Agatha Raisin enquête, Tome 15 : Bal fatal
M. C. Beaton   
Pour le moment, c'est le meilleur Agatha Raisin que j'ai lu. Pleins d'action et d'enquêtes, cette fois, il n'est plus juste question d'Agatha et de ses relations boiteuses frisant la dépendance affective avec les hommes. Non, cette fois, elle ouvre son agence de détectives avec quelques femmes et un ancien policier retraités comme partenaires. Lorsqu'elle est mandaté pour surveiller la fille d'une riche femme lors d'un bal, les évènements deviennent bien plus sérieux et la vie d'Agatha est très évidemment mise en péril. Bref, il y a beaucoup d'action! Et encore une fois, notre anti-héroïne ne déçois pas avec son caractère bien à elle qui nous change des petites princesses gentillettes et des femmes parfaites.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 16 : Jamais deux sans trois Agatha Raisin enquête, Tome 16 : Jamais deux sans trois
M. C. Beaton   
Plus la série avance, meilleurs sont les tomes, je dirais. Agatha a désormais une agence de détectives, et avec leur aide, elle résout des crimes de plus en plus complexes.
J'apprécie l'arrivé des autres détectives à la personnalité colorée comme Phil, Patrick et le jeune Harry. Compte tenu de la personnalité d'Agatha et de sa dépendance affective, leur présence semble diluer la forte présence sentimentale que l'on voyait plus dans les premiers tomes. J'apprécie aussi qu'ils soient tous d'âges variés, car de manière générale, ce sont les jeunes personnages qui ont la cote dans les livres. Alors quand je vois Agatha avec ses craintes de vieillir, surtout avec cette histoire de hanche qu'elle dénie avec énergie, je dois dire que ça fait du bien d'entendre autre chose que les questions existentielles souvent stupides des personnages adolescentes.

Donc, ici, Agatha investigue sur un homicide plutôt horrible sur la personne de Jessica, une ado retrouvé presque nue et poignardée. Entre-temps, un mari jaloux et fortement peu apprécié pour son avarisme et sa méchanceté, Mr Smedley, est retrouvé empoisonné dans son bureau, juste après avoir annulé l'enquête sur sa femme pour infidélité. Et comme on ne fait pas deux sans trois, un troisième cadavre se rajoute. Pour Agatha, ses trois meurtres semblent liés, mais qu'on ses trois personnes en commun? Et la femme Smedley largement appréciée pour sa douceur et sa gentillesse, semble un peu trop blanche comme neige. Une bonne enquête!

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 17 : Cache-cache à l'hôtel Agatha Raisin enquête, Tome 17 : Cache-cache à l'hôtel
M. C. Beaton   
Un autre tome dévoré rapidement. Notre détective se retrouve dans un hôtel miteux, ancienne fierté d'un village qui dépérit sous les problèmes sociaux et les ravages de la côte. Elle y a été invité par James Lacey, son ex-mari. Lui qui espérait retrouver la ville pittoresque de son enfance, le voilà amèrement déçu. Lorsqu'un premier meurtre survient sur la personne de Geraldine, femme détestable qui vient de se marier pour la troisième fois, Agatha se retrouve au cœur d'évènements qui prendront une ampleur importante, qui laisseront une traîné de cadavres, de tentatives de meurtres et l'implication de l'équipe entière d'Agatha. Et pour notre quinquagénaire préférée, c,est peut-être enfin l'occasion de s'affranchir de sa dépendance affective envers un homme égoïste qui prend son affection pour acquis
Vivement la suite!.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 13 : Chantage au presbytère Agatha Raisin enquête, Tome 13 : Chantage au presbytère
M. C. Beaton   
Un autre bon tome dans lequel on retrouve un vicaire atteint du trouble de personnalité narcissique qui est prêt à tout pour s'enrichir et qui en paye de sa vie. Agatha tente de retrouver le meurtrier afin de blanchir le mari de madame Bloxby, le pasteur de Carsely, qui n'entretenait pas de bonnes relations avec le jeune vicaire prétentieux et manipulateur. Aidé de son nouveau voisin, que j'ai personnellement trouvé franchement peu agréable et même macho, Agatha se met sur la piste des personnes qui ont ou auraient pu être victime du charlatan.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 12 : Crime et déluge Agatha Raisin enquête, Tome 12 : Crime et déluge
M. C. Beaton   
Sans être la meilleure enquête d'Agatha, j'ai apprécié l'évolution de celle-ci, car cette pauvre femme en arrache avec les hommes, surtout son nouveau mari, James Lacey. J'aime bien le point de vue apporté sur les femmes, spécialement celles qui se font "vieilles". On ne pardonne pas facilement aux femmes de vieillir, contrairement aux hommes, qui semblent "embellir" avec le temps. Donc, Agatha, malgré tous ses complexes de quinquagénaire, semble choisir la voie de la femme indépendante, suite à sa rencontre avec John Armitage, qui franchement, ne l'a pas du tout côté femme. Qu'en-t à l'enquête, on a ici une jeune femme retrouvée noyée et congelée dans les eaux tumultueuses d'un inondation qui frappe les Costwolds. En apparence, elle a tout de la jeune fille bien éduquée et physiquement attirante. Mandatée par la mère de la victime, Agatha découvrira que ce n'est pas exactement le cas.

par Shaynning
Agatha Raisin enquête, Tome 8 : Coiffeur pour dames Agatha Raisin enquête, Tome 8 : Coiffeur pour dames
M. C. Beaton   
Un autre Agatha terminé! Puisque j'ai lu cette série dans un certain désordre, celui-ci est mon neuvième sur les dix-sept. Encore une fois, j'ai une préférence pour la seconde moitié de la série, à partir du "Bal fatal", pour être plus précise. J'aime le personnage, avec ses répliques acérées, son grand cœur, son côté vieille fille moderne, mais dans la première moitié de la série, Agatha est aussi dépendante affective de son "amour de sa vie" de James Lacey. Sur plusieurs tomes, elle a du mal à se remettre des disparitions ponctuelles de son ex-mari. Par contre, pour un peu que cet idiot n'occupe plus toutes ses pensées, Agatha prend l'avantage, devient plus investigatrice et trempe dans des histoires plus intrigantes. Une chose est sure: la série devient meilleure avec le temps, pour moi.

Alors que dire de celui-ci? C'est une histoire de chantage, entre un génie de la coiffure charismatique et des clientes en moyens pour qui l'amour d'un beau jeune homme leur a fait perdre la tête. La question est donc de savoir qui a fini par lui faire sa fête, de manière plutôt cruelle. Agatha est secondé par son ami Charles, éternel inconstant sentimental, et un peu par Roy Silver, son jeune ami de Londres. On croise très peu Bill Wong dans ce tome.

Ce n'était pas le pire de la série, mais pas l'un des meilleurs.

par Shaynning

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode