Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Shifu : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Saut de l'ange Le Saut de l'ange
Lisa Gardner   
Et nous voilà reparties en trio pour une nouvelle LC, un nouveau roman de Lisa Gardner. Encore une fois une valeur sure dans la catégorie thriller psychologique.
En premier lieu, l'auteure frappe fort, très fort dans les première pages. Elle nous plonge avec brio dans un contexte angoissant.
Nikki victime d'un accident de voiture assure que sa fille Vero a disparu lors de l'accident dont elle a éte victime. Son mari assure qu'ils n'ont pas d'enfant.
Très rapidement la relation entre le mari et notre protagoniste principale suscite de nombreuses questions.
Qu'en est-il de cette relation qu'entretient le couple ? Nikki victime de plusieurs chute ayant provoqués de nombreuses commotions cérébrales semble très perturbée vivant dans un monde parallèle dans lequel existe Vero. est-elle victime de violences conjugales ?
Nous voilà embarqués dans une intrigue racontée à deux voix, le style parfait de note auteure. Donc nous partageons les événements, les émotions, les peurs de Nikki qui au fur et à mesure nous dévoile un e part de vérité et de l'autre l'enquête menée par Wyatt et Tessa, personnages récurrents de notre auteure déjà rencontrés dans Famille Parfaite. Nous y croisons même DD Waren.
le talent de Lisa Gardner est incontestable, c'est voile après voile que les pans de l'intrigue tombent en lambeaux pour nous laisser d'abord entrevoir un soupçon de lumière.
J'avoue avoir eu de nombreux doutes sur le lien Nikki/ Vero, mais l'auteure ouvre une porte et en referme une autre, rendant cette aventure particulièrement addictive.
En effet, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher l'affaire et si je n'avais pas travaillé le lendemain matin je crois bien que j'en serais venue à bout en une nuit.
les chapitres avec les évènements racontés par Nikki sont complexes, déroutants et stressants, cependant ils vous tiennent en haleine et suscitent beaucoup d'émotions et d'empathie envers le personnage central du roman, même si parfois elle nous semble complètement démente.
Une fois encore, une femme au passé trouble et douloureux est l'héroïne de notre auteure. Les femmes pour Lisa Gardner tiennent toujours une place privilégiées dans ses romans avec nos enquêtrices et leurs propres vécus personnels.
Ici donc nous retrouvons Tessa et l'auteure nous renvoi à son histoire perso, le meurtre de son mari des années auparavant, c'est pourquoi, il vaut mieux lire les tomes dans l'ordre même si cela ne nuit pas à la compréhension de cette affaire qui peut toutefois se lire indépendamment.
je me suis posé mille questions tout bout de l'aventure, dont celle-ci : Qui sont vraiment Nicole et son mari ?
Pourquoi passent-ils leur temps à changer de ville ?
Que s'est-il passé lors de l'accident ? Nikki en est-elle vraiment responsable ?
Un plongeon très déconcertant dans un sombre univers que Nikki s'est efforcée pendant si longtemps d'occulter et des rebondissements qui laissent le lecteur abasourdi ce qui lui permet d'être indulgent certaines longueurs et approches assez alambiquées.
Le final est moyennement une surprise, et le tout assez plaisant à lire.
Le lecteur appréciera les rebondissements et les thèmes associés sur la violence conjugale, la maltraitance d'enfants, l'histoire d'amour et d'espoir.
Pour moi un agréable moment de lecture malgré quelques chapitres complexes.

par Missnefer
Une fois dans ma vie Une fois dans ma vie
Gilles Legardinier   
Un peu déçue, j'ai eu du mal à entrer dans ce livre et la 1ère moitié m'a semblée longue et sans intérêt. J'aime toujours la plume de cet auteur mais je n'ai pas trouvé l'humour qui me faisait sourire et m'obligeait à taire mon rire dans le train. L'histoire n'est cependant pas déplaisante et il y a quelques bonnes idées mais j'ai largement préféré ses livres précédents ... dommage !

par Artemyss
Tu me manques Tu me manques
Harlan Coben   
J'aime toujours autant les romans d'Harlan Coben!!!
L'intrigue est bien ficelée, les personnages attachants, le fait que l'histoire soit racontée cette fois-ci du point de vue d'une femme est bien choisi et le thème principal, les sites de rencontres par internet, est vraiment d'actualité.
Le lieutenant Donovan suit de concert, deux affaires qui lui tiennent particulièrement à cœur, sachant qu'elle y est mêlée indirectement.
Et j'ai vraiment adoré les allusions à Win!!!
Vivement le prochain!
Double piège Double piège
Harlan Coben   
Un thriller qui a su me tenir en haleine jusqu'à la dernière page.
Le premier roman que je lis de cet auteur et je ne suis pas une seconde déçu et j'ai très envie de découvrir d'autres romans de lui =) . Le personnage principal Maya est assez froid dans sa façon d'être, c'est une ancienne militaire qui a un fort caractère et qui ne montre guère ces émotions facilement mais on sent qu'elle essaye tout de même pour sa fille même si c'est loin d'être évident pour elle . Alors même si j'ai eu du mal à m'attacher à elle, je l'ai tout de même apprécié.
L'intrigue de ce thriller assez psychologique est prenante avec des rebondissements et beaucoup de suspense . On se pose pleins de questions, on se dit qu'on sait ce qui se passe et puis on arrive à la fin et puis là on découvre que l'auteur nous à bien balader car on est loin de la vérité : D. Une fin surprenante qui m'a laissé sans voix et des yeux comme ça o.O et m'a un peu ému en même temps ( mais je vous dirai rien de plus :D ) ....
Bref, un thriller addictif qui m'a embarqué jusqu'à la fin, qui a été un joli coup de cœur et qui me donne envie de lire d'autres romans de cet auteur.
Je vous le conseil à 100%
La Tresse La Tresse
Laetitia Colombani   
Je ne savais pas grand-chose de ce livre au départ à part qu’il parlait de trois femmes éprises de libertés.

Si j’ai aimé l’histoire de ces femmes qui luttent pour être respectées et libres, j’ai regretté d’avoir deviné dès les premiers chapitres le lien entre ces trois femmes.

Malgré tout, chacune de ces femmes a su me conquérir par sa force et son courage. Mais Smita est celle qui m’a le plus touchée. J’ai découvert avec elle le système de castes en Inde que je connaissais que très peu. J’ai surtout découvert cette caste des intouchables dont j’ignorais totalement l’existence.

L’autrice réussit à mêler l’histoire de ces trois femmes grâce à une simple tresse. Elle nous fait découvrir des cultures plus ou moins éloignées de la nôtre. Surtout, elle m’a fait ouvrir les yeux sur ce qui se passe en dehors de notre société.

L’histoire est vraiment concentrée sur quatre personnages centraux, Smita et sa fille, Giulia et Sarah. Les personnages secondaires sont peu nombreux et pourtant ils aident ces femmes à avancer.

Je regrette cependant que le roman soit si court, certains temps de réflexion ou de parcours sont trop restreints pour etre réels. La fin arrive beaucoup trop vite à mon goût. J’ai comme l’impression que l’auteur voulait nous émouvoir à tout prix.

En bref, un beau roman sur l’histoire de ces trois femmes. Le courage de ces femmes et la découverte des différentes cultures m’auront permis de passer un agréable moment de lecture en compagnie de ces trois femmes.
Fendre l'armure Fendre l'armure
Anna Gavalda   
D'Anna Gavalda, j'avais beaucoup apprécié et été touchée par "Ensemble, c'est tout". Alors bien sûr, quand une membre de mon club de lecture parle de "Fendre l'armure" comme un livre qui lui a beaucoup apporté, je lui emprunte.

Le truc, c'est que je n'ai pas du tout apprécié ces sept nouvelles. Je comprends bien le thème, qui est de montrer comment des personnages à qui la vie n'a pas forcément beaucoup souri peuvent se laisser aller, aller vers l'autre d'une façon ou d'une autre. Le tout écrit dans un langage adapté au milieu de vie de chaque personnage, avec une plongée dans leur mental vraiment saisissante de réalisme. Je crois vraiment que certains peuvent se retrouver et trouver du réconfort dans ce genre d'ouvrage.

Moi, non. Parce que je n'adhère pas à ce qui me semble tirer le lecteur vers le bas plutôt que vers le haut, si les héros de l'ordinaire que l'auteur écrit réussissaient au moins un peu à sortir de leurs problèmes, s'ils se bougeaient plus. J'ai l'impression que l'auteur fait un constat plutôt qu'elle ne propose une façon de se sortir de là. Et vu que c'est le genre d'engagement que j'attends des livres de ce type, forcément je ne suis pas contente de ce que je lis...
L'Échappée belle L'Échappée belle
Anna Gavalda   
Une échappée comme on les aime, un retour en enfance, un bref moment, juste ce qu'il faut.Parce que l'on est grand tout de même, marié, avec des enfants, des responsabilité et que l'on ne peut laisser tout le monde sur le bord de la route...

Et justement, sur le bord de la route, il y a ce chien, dont elle a croisé le regard, qui va faire plus de 100 kilomètres pour la retrouver, lui redonner le sens de la vie, des priorités, à elle, à tous...

Il y a de la gaieté, de la fraicheur, de la gravité aussi. Ce n'est pas facile de grandir. Parfois on a rêvé sa vie autrement, elle a pris d'autres routes. Il faut savoir garder l'enfant qui est en nous, lui laisser une petite place, mais il faut savoir aussi passer l'âge des caprices, il faut un équilibre.

Ce livre est comme une mine de conseils, une mise en garde, sur les aléas de la vie. Il nous dit qu'il faut savoir parler à ceux que l'on aime, garder la franchise de l'enfance, mais à mots choisis, pour ne pas se perdre, il faut, il faudrait...

Lire ce livre, pour se faire du bien, s'autoriser ce voyage avec nous-même, les souvenirs que nous allons retrouver aussi grâce à lui. Ceux qui nous ont nourris, construits, désarmés, la vie quoi !!! Une bouffée de vie !
Mémé dans les orties Mémé dans les orties
Aurélie Valognes   
Mémé dans les orties est un roman frais et relaxant bien pour se détendre et passer un agréable moment de lecture.

Nous suivons Ferdinand quand il perd sa chienne. Ferdinand, un vieux homme grognon, pessimiste et terriblement détruit par son passé, devient attachant au fil de la lecture. Le protagoniste est d'une humanité pure qui m'a ému sur tous les niveaux. En effet, à mesure que nous apprenons à le connaître, nous découvrons que derrière sa carapace, se cache un cœur tellement sensible. C'est juste trop mignon !

Sa relation avec la jeune Juliette est également attendrissante. Juliette qui vient d'emménager dans l'appartement de Ferdinand, se prend d'amitié pour le vieil homme. Nous en apprenons plus sur la vie de l'adolescente avec son fort caractère terriblement marquant ! Pour une fille de son âge, elle est surprenante sur certains aspects. Elle m'a fait sourire.

En parallèle, Ferdinand côtoie Mme Claudel pour parler de littérature et passer du bon temps ensemble. L'évolution de leur relation est, pour le moins, surprenante. De plus, Mme Claudel est un bon grain de folie qui ajoute une légèreté à l'intrigue.

En bref, les personnages sont agréables, attachants et trop mignons. Ils font incontestablement le charme du roman car l'histoire en elle-même est assez simple, assez prévisible. En soi, ce n'est pas si désagréable. Le dénouement n'est pas très surprenant mais c'est justement fait pour.

C'est fait pour se détendre, ne pas se prendre la tête et j'en avais bien besoin en ce moment d'un livre rapide à lire en deux jours à peine. J'en garde un bon souvenir.

A lire !
On la trouvait plutôt jolie On la trouvait plutôt jolie
Michel Bussi   
Epoustouflant, inattendu, captivant sont les premiers qualificatifs qui me viennent à l’esprit pour décrire ce nouveau roman. Michel Bussi, maitre incontesté du suspense et du retournement de situation, m’a une nouvelle fois conquise avec son écriture.

Leyli Maal touche enfin au but. Immigrée malienne, arrivée à Marseille quelques années plus tôt, elle a obtenu la nationalité française récemment et s’autorise enfin à rêver d’un avenir meilleur. Maman de trois enfants, Bamby, Alpha et Tidiane, elle se tue à la tâche et vient enfin de décrocher un CDI qui lui donne l’espoir de quitter son logement trop petit pour un appartement suffisamment grand pour elle et ses enfants. Mais la vie n’a jamais fait de cadeau à Leyli. Et cette fois encore, elle va se charger de lui mettre des bâtons dans les roues. Sa fille ainée, Bamby, est soupçonnée de meurtres et son plus grand fils, Alpha est lui aussi inquiété par la police. Décidément, rien ne va. Le cauchemar de Leyli prendra-t-il fin un jour ? Peut-elle prétendre à une vie de bonheur avec ses enfants ou faut-il qu’à chaque fois que le destin vienne mettre son grain de sable et enraye la machine ?

L’écriture de Michel Bussi c’est comme le bon vin, elle se bonifie avec le temps. Chaque nouveau roman est meilleur que le précédent. Bien que j’aie lu tous ses romans, je n’arrive toujours pas à entrer dans son esprit. En général, chaque auteur à son style et au bout d’un certain nombre de livres lus, on commence à en comprendre les rouages et la manière de penser pour deviner là où il souhaite amener le lecteur. Mais avec Michel Bussi, impossible. Jusqu’ici, le suspense a été total du début à la fin. Encore ici, je n’ai rien vu venir. Et pourtant, quand on connait la fin, on se dit que c’était évident, que nombre de petits détails nous ont mis sur la piste. Mais malgré tout, je me suis laissé prendre au piège. De la première à la dernière page, j’ai été transportée par l’histoire de Leyli Maal, cette immigrée qui se bat au quotidien pour un avenir meilleur.
Encore une fois, le suspense est à son comble. Pas un suspense haletant et oppressant, non. C’est plutôt comme un envoutement. Quelque chose d’intrigant qui vous pousse à chercher le point de détail qui va faire basculer l’histoire. Franchement, j’adore.
J’aime aussi la capacité de l’auteur a intégré des notes de légèreté à l’histoire avec quelques touches d’humour ou des moments anecdotiques. Les chapitres de l’histoire passée de Leyli sont peut-être les plus poignants de tout le livre. Ils mettent à la fois en lumière l’horreur vécue pas les immigrés clandestins mais apportent aussi un éclairage sur le reste de l’histoire. Tout découle finalement de ce passé sombre et difficile. Les évènements présents ne sont finalement que la conséquence du passé.
Ce roman m’a fait ressentir beaucoup d’émotions : de l’admiration, de la tristesse, de la joie, de la peur aussi. Une palette de sentiments riche, parfois contradictoires.
Sans compter les personnages qui sont tous plus attachants les uns que les autres et qui offrent du coup, une dimension encore plus envoutante à l’histoire.
Ce nouveau roman est bel et bien un coup de cœur pour moi. Il me tarde d’être à l’an prochain et de pouvoir me plonger dans la lecture du prochain roman de l’auteur.
Sang famille Sang famille
Michel Bussi   
Niveau de l’addiction, ce polar tient la route et le rythme en alternant les chapitres avec l’enquête de Colin sur le décès de ses parents et celle de Simon Casanova sur un des évadés de l’île.

Le début commence doucement, afin de ne pas essouffler le lecteur, l’échauffement commence progressivement, on échauffe le récit petit à petit et on fait bouger les muscles tout doucement afin d’éviter le claquage littéraire au bout d’un cent pages trop rapides.

Après ce petit footing de décrassage et cool, on commence à monter dans les tours, mais toujours en douceur afin de ne rien froisser et puis, petit à petit, sans même s’en rendre compte, le tapis de course va plus vite et nous, on suit le rythme, oubliant même parfois de respirer. On est intrigué, harponné, alpagué…

Gros moment de panique à la moitié du marathon : voilà ti pas que l’auteur nous divulgue déjà qui sera maillot jaune champion du monde ! Quoi ? Mais enfin, s’il nous dévoile tout, qu’est ce qu’on va faire pendant les 200 pages restantes ? On va aller à la pêche aux moules ? Non mais allo quoi ??

Femme de peu de foi que je suis toujours ! Je devrais pourtant connaître Michel Bussi, ce n’est pas la première fois, lui et moi… (Que nous faisons un marathon ensemble ! What did you expect ?) Je devrais savoir que tant que le dernier coup de sifflet n’est pas donné, tant que la dernière ligne droite sur les Champs Zé n’est pas franchie, la course, le match, peuvent encore basculer !

Et pour basculer, ça a basculé dans le dernier quart d’heure à tel point que je ne savais plus pronostiquer l’issue du match, ni qui mouillait son maillot pour nous ou lequel allait marquer contre son camp à l’insu de notre plein gré.

Excellent, l’ami ! Bon, j’ai tout de même senti arriver une partie du peloton (Holmes, sors de mon corps), je l’ai senti tellement fort qu’il est arrivé dans mon dos sans me surprendre, mais peu après, là, jamais je n’aurais pensé que ce vieux cheval de retour prendrait le mors aux dents pour m’embarquer dans un truc de fou, une course de malade pour franchir l’arrivée en champion du monde du plus beau salopard de bidouilleur d’enfoiré de sa race.

Là, je ne m’y attendais pas et je me suis fait un plaisir monstre en passant la seconde mi-temps de ce roman. La première était déjà riche, mais la suivante, là, on ne savait plus où donner de la tête pour suivre les retournements de situations.

Chapeau pour un premier roman qui pose déjà les bases des suivants avec la confiance dans les autres, la quête de l’identité, les questions sur la filiation, l’adolescence et ses soucis, la manipulation des autres, l’irrationnel qui pourtant finit par s’expliquer logiquement…

Chapeau pour l’intrigue qui est partie là où je ne l’attendais pas, chapeau pour les multiples surprises qui parsèment la course, les chausses-trappes et autres pièges, chapeau aussi pour les participants qui ont tous quelque chose à apporter au récit, sans que l’on sache toujours dans quelle équipe ils jouent vraiment.

Un roman mêlant adroitement la quête de soi, la grande évasion, la chasse au trésor, le Club des Cinq version plus mâture et du Agatha Christie sous amphèt pour avoir manipulé ainsi les codes du policier.