Livres
478 087
Membres
459 395

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Ilfioredelmale 2019-12-13T10:44:51+01:00
Bronze

Les thèmes de ségrégation, de xénophobie, de discrimination et de racisme ont toujours été des thèmes m’intéressant et me décidant à lire un livre. Souvent, le contexte de séparation par caste ou autre et une forte discrimination dans un régime totalitaire est le propre des dystopie et depuis Hunger games, aucun livre ne m’avait réellement fait palpiter.

Ce livre aurait pu, le contexte du cirque très visuel, autant dans les sauts le long d’une fine corde de la funambule que ceux affrontant les lions affamés et tant d’autres « spectacles » parce qu’il n’y a aucun bluff dedans : les gens risquent vraiment leur vie à chaque instant, des Batârds meurent à tout moment dans ce cirque qui les a enlevé dès 5 ans, pour la plupart ou au cours d’une descente dans les ghettos pour rafler les plus âgés.

Cela ne vous rappelle rien ? A vrai dire, c’est un thème vieux comme le monde, malheureusement toujours d’actualité. A partir du moment où un peuple enrôle les siens en disant qu’un autre est inférieur et « ne sont pas vraiment humains », nous sommes dans l’horreur total, c’est le même procédé utilisé à l’époque de l’esclavage des Noirs ayant duré plus de 400 ans, c’est le même qu’utilise les esclavagistes en Lybie à l’heure de 2019. Et cela restera le même quand d’autres personnes se disant « humain » utiliseront s’ils veulent rétablir cette horreur où que ce soit.

L’endoctrinement commence au plus jeune âge et devient loi : nul ne se pose de question, nul ne remet en doute la parole du régime, tout le monde ferme les yeux pour le plus petit pourcentage qui doute, ou pire, pour la grande majorité : les ouvre grand avec faim pour voir un Bâtard mourir de la plus atroce des manières.

Ce sont « des êtres inférieurs, sales, violents, ils tiennent plus du singe que de l’homme », il n’y a donc aucun inconvénient à prendre leur enfant, à menacer ou tuer leur parent pour faire pression et les conformer au cirque. Nul n’est irremplaçable dans ce camp de prisonnier servant aussi de tombeau, si tu ne te conformes pas au règles, si tu es blessé et ne peut plus exécuté ton numéro : tu n’es d’aucune utilité, on va te tuer.

Et le lendemain, il y aura de la viande au repas pour changer des maigres ration (lait tourné, morceau de galette d’avoine, deux gélules de vitamine) que mangent les artistes pour se sustenter. Devinez d’où vient la viande et ce qu’ils font des cadavres.

Voilà ce que j’ai beaucoup aimé dans cette histoire : le fond bien narré de la cruauté des hommes envers d’autres parce que c’est ce qui a eu lieu, de façon en réalité bien pire, dans l’histoire de notre Humanité. Je n’ai donc pas trouvé ce livre « sombre », il ne l’est pas plus que l’histoire de la France.

Plus complet sur le blog :https://letempodeslivres.wordpress.com/2019/12/13/showstopper/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chloe7 2019-12-11T15:01:53+01:00
Bronze

Ce livre m'avait intriguée depuis qu'il avait atterrit dans la liste des livres de l'Opération Lire avant tout le monde.

De plus, je peux ajouter que la ouverture est vraiment magnifique et n'a fait qu'accentuer mon envie de le lire. Petite mention à Chloe7VEVO : tu es vraiment un ange d'avoir été chercher ce livre pour moi !

J'ai pas mal de choses à dire sur ce bouquin, et malheureusement, j'ai pas mal de choses à critiquer. Cependant, dans l'ensemble, j'ai apprécié ce bouquin.

Commençons par le commencement. Le livre manque de contexte. Pour tout changement dans la société, d'habitude, il y a une explication logique, un évènement qui a provoqué ce changement. Ici, on a une demi ligne qui évoque à peine le sujet. Alors les questions se multiplient dans ma tête. Pourquoi la société est-elle divisée en deux castes si distinctes ? Que s'est-il passé ? Quelle en est l'origine ? Il est clair que ce manque ne nuit pas à la qualité du livre, mais c'est une sorte de point flou de l'histoire. J'espère avoir un peu plus d'explications dans la suite.

Ensuite, les chapitres. Ils sont très courts. Parfois trop. M'investir dans le début d'un chapitre, me plonger pleinement dans l'histoire, pour en être éjectée deux pages plus loin et réitérer l'opération, c'est lassant. J'étais donc très mitigée la dessus. Cependant, je dois bien admettre que plus le livre avançait, plus cela contribuait à conserver le suspense et à le faire durer.

Maintenant, il est temps que je passe au point noir. Avec un P majuscule. Le Point noir.

Ben.

Si j'aime me la jouer dramatique, c'est parce que la présence dans le livre est un réel drame pour celui-ci. Au début, j'avais juste du mal à le cerner, je ne le trouvais pas assez creusé. Pour moi, c'était un enfant de riches affreusement naïf, qui a gobé toutes les âneries qu'on lui a raconté de puis l'enfance, sans jamais faire preuve d'esprit critique ou essaye de remettre les choses en question. La scène qui m'a vraiment marquée est celle où il dit du mal de Priya, sa domestique Bâtarde, caste inférieure, et seule vraie amie. Il dit lui même que c'est quelqu'un de bien, mais comme sa chère mère lui dit le contraire, il la croit. Les Bâtards sont des méchants ? Ok, pas de problème. Il ne sait pas réfléchir par lui même. Je pense n'avoir jamais vu un personnage aussi bête. De plus, il y a un cruel manque de descriptions de ses émotions et sentiments par rapport aux évènements. J'ai l'impression de ne jamais avoir ce qu'il pense. Il décrit ce qu'il voit sans jamais essayer de comprendre. Son cerveau m'a l'air vide, dépourvu de la moindre trace de personnalité.

Mais après, miracle ! Ben est en fait le seul être humain au monde qui va faire preuve d'un peu de jugeote une fois dans sa vie pour réaliser que les Bâtards sont traités comme du bétail et de manière honteuse. Génial ! Un être bien sur la planète !

Par magie, il tombe amoureux d'Hoshiko -comme l'apprend le résumé- en l'ayant aperçue deux fois de loin... Bien sûr, à moins de croire aux coups de foudre improbables, cette romance est basée sur... rien. L'auteure a mal choisi ses termes. Pour moi, il ne s'agit aspire ici d'amour, mais d'attirance physique entre deux personnes.

Et quand je vois Hoshiko, qui est réellement brisée par toutes les horreurs qu'elle a vécues, je me dis qu'elle mérite tellement mieux que cet imbécile à demi-neuroné !

Je n'ai pas encore arrêté de critiquer ce pauvre livre, je lui en lance plein la figure, mais j'ai tendance à me lâcher quand quelque chose ne me plait pas. C'est loin d'être un mauvais livre, je pense juste que l'auteure manque peut-être un peu d'expérience.

Donc, je passe tout de même à ce que j'ai aimé. Déjà, le côté réel du roman. Le message de l'auteure est clairement contre le racisme -non pas que ce soit subtilement dissimulé- c'est un sujet actuel, dans le sens ça pourrait arriver. Et savoir que à notre époque, cela pourrait être réel est extrêmement choquant. Le livre apporte donc une réflexion intéressante. Peut-on faire des distinctions entre les êtres humains selon leurs origines ? La réponse logique serait bien évidemment non. Pourtant, aujourd'hui, c'est loin d'être le cas.

Le style simple et fluide de l'auteure m'a permis une lecture-détente, agréable, que j'ai tout de même pris grand plaisir à suivre. J'attends donc la suite pour voir l'évolution de l'histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mimy 2019-12-11T10:50:29+01:00
Lu aussi

Un grand merci pour se cadeau.

Mais l’histoire ne m’a pas plu, car c’est trop réelle, sa ressemble à l’actualité où se que sa pourrait devenir. Je préfère les fictions fantastiques.

A par sa l’histoire et bien écrit, le fait qu’il y ait deux points de vu j’adore. C’est un très bon livre. Merci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Calypso2000 2019-12-10T11:01:41+01:00
Lu aussi

Le résumé m'avait intriguée, mais je ne suis pas si emballée par cette histoire. Peut-être était-elle un peu trop "sombre" pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2019-12-04T14:43:30+01:00
Bronze

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

----------------------------------------------------------

--- Mais quelle couverture ! ---

Lorsque Babelio m'a proposé Show Stopper en masse critique privilégiée, j'ai d'abord craqué pour sa sublime couverture et ensuite, seulement, pour son synopsis. En vérité, je pressentais déjà que cette lecture ne sortirait pas des sentiers battus.

Malgré cela, j'ai passé un bon moment entre les pages de ce one-shot. Je tiens donc à remercier Babelio et les éditions Bayard pour cet envoi.

--- Une énième dystopie ? ---

Comme beaucoup d'autres lecteurs, j'ai découvert la dystopie young adult avec la saga Hunger Games, ce qui remonte à quelques années maintenant. Ayant eu un véritable coup de coeur pour cette trilogie, j'avais enchaîné les livres du même genre. Avant de me lasser, progressivement.

Show Stopper a donc été un agréable retour à mes lectures de jeunesse, même s'il ne révolutionne pas la dystopie. Il en reprend d'ailleurs tous les codes : les pauvres opprimés par les riches, les morts violentes qui surviennent dans l'entourage des héros afin de les pousser à la révolte et, en toile de fond, une romance quasi impossible pour faire vibrer le lecteur.

Parce que je connais ces ficelles maintes fois utilisées, j'ai rapidement deviné les dessous de l'intrigue. de ce fait, Show Stopper s'est révélé sans surprise. Je l'aurais certainement plus apprécié six ou sept ans plus tôt. Pas de chance ! Néanmoins, je le conseille sans hésiter aux adolescents qui voudraient s'initier à la dystopie.

--- Des artistes sur la corde raide ---

La raison pour laquelle j'ai tout de même pris plaisir à découvrir cette histoire tient principalement en son décor : le cirque. Pourtant, mes précédentes incursions ne m'avaient pas emballée outre mesure – je pense notamment au Carnaval aux Corbeaux d'Anthelme Hauchecorne et au Cirque interdit de Célia Flaux.

Cependant, dans Show Stopper, le texte est très visuel ; on imagine sans peine les numéros et leur dénouement parfois fatal. Les paillettes volent, accompagnées de giclées rouges ! C'est d'ailleurs ce qui fait la force de ce roman : les lumières de la scène accentuent plus encore cette envie viscérale, que ressentent les Purs, de voir tomber des Bâtards en plein spectacle.

--- En surface ---

Hayley Barker n'a pas vraiment creusé le contexte politique dans lequel se déroule l'intrigue, et je trouve ça dommage. Certes, le récit se concentre sur les points de vue de Ben et Hoshiko, ce qui limite les possibilités de développement, mais des questions restent en suspens. D'où vient cette haine que nourrissent les Purs envers les Bâtards ? En dehors du cirque, comment vivent ces derniers ? de quelle manière les tient-on sous contrôle ?

Bref, j'aurais souhaité en savoir davantage, plutôt que d'écouter Hoshiko répéter inlassablement à quel point les Purs sont horribles, à quel point ils l'ont détruite, à quel point ils méritent de mourir. En fait, ses pensées finissent par tourner en rond…

--- Ce qui compte, ce ne sont pas les personnages… ---

Encore très jeunes, Ben et Hoshiko découvrent l'amour dans des circonstances difficiles. Ils ressemblent donc à tous ces héros qu'on a déjà croisés dans d'autres romans YA. Naïfs, mais prêts à tous les combats. Forts, mais fragiles lorsque l'on s'en prend à leurs proches. Et… c'est tout ! Sincèrement, je n'ai pas ressenti de réel attachement pour eux, mais j'avais quand même envie de les voir s'en sortir, et ça m'a suffi.

Quant aux antagonistes, eh bien, comme prévu, ils sont machiavéliques. En particulier Silvio, que j'ai détesté, non pas parce qu'il a le mauvais rôle, mais parce qu'il se montre sadique sans raison. Pourtant, Hayley Barker nous livre quelques pans de son passé… sans aller plus loin, et quel dommage !

Quoi qu'il en soit, je préfère largement les personnages froids et distants chez qui l'indifférence confère une réelle cruauté, plutôt que des stéréotypes, comme c'est le cas ici.

--- ...mais leurs actes ! ---

En débutant Show Stopper, je savais qu'une histoire d'amour serait au rendez-vous. Il suffit de lire la quatrième de couverture pour s'en rendre compte.

Toutefois, les moments romantiques sont très peu nombreux. Ainsi, même si la romance est au coeur de l'intrigue, elle sert davantage de tremplin à l'action ; c'est parce que Ben et Hoshiko éprouvent des sentiments l'un pour l'autre qu'ils se décident à agir. L'auteure compense donc une intrigue prévisible et une romance à peine crédible – nos héros s'aimeront au premier regard – par des drames inacceptables et des subterfuges pour contrer l'ennemi. de quoi vous donner envie de tourner les pages à toute vitesse, d'autant plus que le rythme est haletant !

--- Pas de promesses inutiles ---

Lorsque vient la fin, l'auteure n'en fait pas des tonnes. Ce dénouement est même plutôt cohérent, puisque nos héros n'essaient pas de révolutionner le monde, simplement de survivre, de sauver leur peau et celle des êtres qui leur sont chers. J'ai donc refermé ce one-shot en toute sérénité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sybilecartier 2019-12-04T14:02:29+01:00
Commentaire ajouté par sapho 2019-12-04T10:44:13+01:00
Or

Beaucoup de choses à dire sur ce roman parce qu'il ne laisse pas indifférent ! Pour commencer, je trouve toujours assez intéressant les livres qui, à travers une invention, permettent de nous mettre en réflexion sur notre propre société, notre quotidien. J'ai trouvé la plume de l'auteure agréable à suivre notamment grâce à la découpe du livre par de courts chapitres alternants les points de vue de nos deux protagonistes. Jongler entre ces deux points de vue est d'ailleurs très utile à l'histoire pour nous faire comprendre à quoi ressemble la vie du côté des "purs" et des "bâtards".

Ce doit être l'une de mes premières lectures dans l'univers du cirque et je n'ai clairement pas été déçue ! Ce choix fait l'originalité du livre et est parfaitement exploité. On plonge d'ailleurs très rapidement dans le livre.

Cependant, j'ai malgré tout un bémol par rapport à la relation entre Ben et Hoshiko. Les premiers échanges entre eux ne m'ont pas vraiment convaincue et me faisaient même sortir de l'histoire. J'ai du mal à croire qu'Hoshiko, décrite comme une dure à cuire détestant les "purs", puisse se laisser attendrir si rapidement. Certaines facilités scénaristiques sont également à relever mais l'auteure se rattrape sur la monstruosité de certains personnages et des sévices subies par les "bâtards".

C'est donc un livre qui a réussi à m'embarquer dans son univers en me tenant en haleine et en arrivant à me surprendre à de multiples reprises.

Petite mention spéciale pour la couverture qui est juste sublime et un grand merci à Booknode et aux éditions Bayard pour cette découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-12-02T22:07:10+01:00
Argent

https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/12/02/show-stopper-hayley-barker/

Show Stopper est un roman dystopique qui se déroule en Angleterre en 2045. Les Anglais « pure souche » sont devenus les Purs, tandis que tous les autres ont été réduits au rang de Bâtards, et mis en marge de la société. Alors que le cirque, dans lequel bon nombre de ces derniers risquent fréquemment leur vie, arrive à Londres, Ben, un jeune Pur, commence à s’interroger sur le bien-fondé de ce système.

Tout d’abord, merci à Babelio et aux éditions Bayard Jeunesse pour cet envoi. Ce roman a été une découverte intéressante, même si je suis partagée sur son contenu. Plusieurs points m’ont dérangée, à commencer par un manichéisme marqué.

C’est très problématique, car cela tend à insuffler à ce livre le contraire du message qu’il cherche à faire passer. En effet, il est question de ne pas juger autrui en fonction de ses origines, ses croyances, sa couleur de peau… Or, tout le roman ou presque (les derniers chapitres laissent espérer un soupçon de nuance pour la suite) repose sur l’amalgame Purs = méchants/mauvais/ignobles et Bâtards = gentils/victimes/solidaires.

Alors bien sûr, d’un côté, on a Ben qui va progressivement ouvrir les yeux sur la société dans laquelle il évolue, et de l’autre Silvio, le Bâtard qui cherche à s’élever au rang des Purs, et qui, de ce fait, se comporte aussi inhumainement qu’eux, mais ce n’est pas assez pour amoindrir cet aspect tout noir ou tout blanc.

De même, j’ai été gênée par la brutale prise de conscience de Ben. Depuis des années, il côtoie Priya, une Bâtarde qui travaille dans sa demeure, et il l’apprécie beaucoup, pourtant à aucun moment cela ne le pousse à s’interroger. En revanche, trois jours lui suffisent pour bouleverser totalement sa façon d’être et de penser à compter de sa première visite au cirque.

Cette rapidité se ressent aussi dans la relation entre Ben et Hoshiko. Elle est beaucoup trop soudaine, et de ce fait difficilement crédible. Les personnages se connaissent à peine, ils sont dans des factions opposées, pourtant il en faut finalement peu pour qu’ils tombent dans les bras l’un de l’autre. M’est avis que leur relation aurait gagné en profondeur si elle avait eu le temps de mieux s’installer.

L’univers aurait également mérité d’être plus creusé. Apparemment, les Bâtards vivent ainsi depuis près d’un siècle, soit depuis 1945, ce qui nous amène à la fin de la guerre. Pourquoi ? Comment ? Il y aura peut-être des explications par la suite, mais elles n’auraient pas été superflues dans ce premier tome.

Enfin, de nombreux autres petits détails m’ont gênée : Greta qui passe d’une fillette timide et facilement apeurée à une enfant débrouillarde, pragmatique, pleine de bon sens et d’initiative ; Hoshiko, qui est l’un des fers de lance du cirque, mais qui n’est pourtant pas mise dans la confidence de ce qui s’y passe ; comment Amina, présentée comme intelligente, maligne, toujours prompte à trouver des solutions, en arrive-t-elle là où elle en est à la fin (et où sont ses alliés) ?…

Bien que cette lecture n’ait pas été désagréable, j’ai relevé beaucoup trop de points noirs pour pouvoir l’apprécier véritablement. Néanmoins, si je devais lui concéder un aspect positif, je dirais que le traitement du monde du cirque est plutôt bien réussi. À bien des égards, cela m’a rappelé De l’eau pour les éléphants, un film que j’adore.

Je lirai probablement la suite, car je pense qu’elle peut être plus intéressante pour les raisons que j’ai évoquées ci-dessus, et je remercie encore une fois Babelio et Bayard Jeunesse pour ce roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Azamoon 2019-12-02T18:57:27+01:00
Bronze

Ça aurait pu être un coup de cœur ou au moins une de mes meilleures lectures de l'année, l'ambiance du cirque est au rendez-vous et apporte un aspect original à cette dystopie. J'ai dévoré les cent premières pages environ ! J'étais vraiment à fond dans l'histoire mais, à force, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de haine gratuite. On n'a pas réellement d'explication sur ce qui a poussé cette société à se diviser en deux. Il y en a mais, à mes yeux, elles ne justifient pas de tels traitements.

Deuxième point négatif, j'ai trouvé des facilités d'auteur... J'ai peut-être loupé un truc mais depuis quand on range des médicaments sous un lit ? Pareil, à la fin, ils sortent du cirque bien trop facilement à mon goût. Hop, un policier les embarque, les autres ne bronchent pas pas même cette furie de Viviane Baines.

Le début est très prometteur, mais au fil des pages, j'ai perdu l'engouement ressenti dès les premières pages. C'est dommage, parce que l'écriture est belle, fluide et, je le répète le décor planté vachement original.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Unbrindelecture 2019-12-02T15:30:09+01:00
Or

http://www.unbrindelecture.com/2019/12/show-stopper-1-de-hayley-barker.html

Une ode à la différence, à la tolérance et contre les moutons qui suivent le troupeau sans se poser les bonnes questions ou poser les yeux là où on ne veut pas qu'ils regardent ! Cette dystopie est sombre, brutale mais criante d'espoir aussi. Hoshiko nous fait rêver dans les hauteurs du chapiteau alors sa vie ne tient qu'à un fil. Ben va découvrir l'envers du décor de son monde bien plus sombre et dangereux qu'il ne le pensait. Un duo attachant qui nous entraine dans une aventure incroyable !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode