Livres
472 303
Membres
444 383

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Si le rôle de la mer est de faire des vagues...



Description ajoutée par x-Key 2015-01-28T11:45:37+01:00

Résumé

« Si le rôle de la mer est de faire des vagues, mon rôle à moi est de penser à toi. Depuis que nous avons été séparées, je ne t’ai jamais oubliée, pas même un seul jour. »

Un jour, Camilla reçoit six cartons de vingt-cinq kilos qui contiennent toute son enfance. Entre un ours en peluche et un globe terrestre, la photo d’une jeune fille, petite et menue : celle de sa vraie mère avec un bébé dans les bras. Camilla a été adoptée peu après sa naissance par un couple d’Américains. Aujourd’hui elle a vingt et un ans et décide de partir en Corée à la recherche de sa mère.

Au fil d’une enquête aux multiples bifurcations, chacun livre sa version de l’histoire bouleversante de cette lycéenne de seize ans devenue mère, les rumeurs, les secrets, les tragédies, le mystère de l’identité du père. Peu à peu Camilla remplit les blancs de son passé, qui se confond avec celui de cette petite ville portuaire où elle est née, et toute sa vie s’en trouve changée.

Un roman riche en harmoniques, à l’imaginaire poétique et émouvant, enraciné dans la réalité sociale de la Corée d’aujourd’hui.

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

Extrait

Le malheur est un peu comme le soleil que les nuages ou la nuit dissimulent provisoirement, mais qui ne disparaît jamais complètement de la vie des gens d’ici. Quand on s’est fait à l’idée que le soleil sera toujours là, on finit par l’oublier, et il en va de même avec la misère pour les habitants de ce pays. Les malheurs disparaissent seulement quand on accepte de les serrer dans nos bras.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Je lis peu de littérature asiatique, connaissant surtout Haruki Murakami et les quelques romans que j'ai lu de lui et qui reposent sagement dans ma bibliothèque. Pourtant, j'aime beaucoup les romans de ce coin du monde. J'aime leur ambiance poétique, souvent très marquée par les vieilles croyances ou légendes et dont l'histoire est ancrée dans un mode de pensée qui diffère vraiment du notre et pousse les gens à s'interroger sur eux-même. Les récits qu'ils livrent sont souvent pleins de sens et sous le joli de titre de Si le rôle de la mer est de faire des vagues se cache en effet une belle histoire de vie.

Dans ce court roman de moins de trois cents pages, l'auteur sud-coréen Kim Yeon-Su nous parle de Camilla. Jeune femme d'une vingtaine d'années d'origine coréenne, elle a perdu sa mère adoptive peu de temps auparavant. Le remariage imminent de son père adoptif lui livre un bien triste constat : elle est désormais seule. Munie d'une photo trouvée dans un vieux carton, elle décide de se lancer sur la traces de sa mère biologique : direction Jinnam, petit ville côtière en Corée. Sa ville natale.

Une véritable quête identitaire voit le jour au fil des pages. Car pour se construire, Camilla a besoin de savoir qui elle est vraiment. Elle doit découvrir le passé de sa mère, Ji-eun, et les zones d'ombre qui entourent sa naissance, une vingtaine d'années plus tôt.

Les rencontres s’enchaînent, les versions de l'histoire qui entoure Ji-eun aussi. Le mystère plane jusqu'au bout, ponctué ça et là de révélations qui renforcent le côté obscur du passé des deux jeunes femmes.

Le roman m'a touchée par sa profondeur et ses multiples réflexions. Le passé peut être un poids très lourd, et chez Camilla, les transformations sont fulgurantes. On voit la jeune femme évoluer au fur et à mesure que les révélations sur sa mère affluent. L'écriture pleine de poésie de l'auteur se suit avec délectation (j'ai d'ailleurs eu du mal à ne sélectionner que quelques extraits tant le roman regorge de petites perles), Kim Yeon-Su a un style très éthéré, il jongle avec les métaphores, les poèmes et le sens profond des choses avec une facilité déconcertante.

L'histoire souffre cependant d'une construction assez chaotique. Le style ne plaira pas a tout le monde, c'est certain. On a parfois un peu de mal à se situer dans le temps, à s'accrocher au fil qui maintient l'histoire en place. Les changements de lieux, les ellipses, le découpage selon différents points de vue (seul la première partie est du point de vue de Camilla) rendent parfois les parties de l'histoire assez inégales, la dernière notamment qui, si elle est riche en révélations et permet de mettre les pièces du puzzle en place, semble un peu éloignée du fil conducteur qui suit la quête de Camilla.

L'histoire et son sujet sont forts. Le roman se lit avec attention, on est pris dans la recherche de Camilla sur ses origines grâce à un coup de plume remarquable qui allie avec doigté passé et présent, légende et réalité.

De quoi avoir envie de lire des auteurs asiatiques un peu plus souvent !

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/05/si-le-role-de-la-mer-est-de-faire-des.html

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Le titre de ce roman me semblait très poétique et très doux, c’est pour cette raison qu’il était dans ma PAL. J’adore lire des histoires d’enfants adoptés en quête de leur identité, donc ce fût un plaisir, pour moi, de tomber sur ce roman lors de mon tirage au sort. Pourtant, ce n’est pas un coup de cœur. Loin de là ! Quel dommage … /

La première partie du roman m’a beaucoup plu. Bien que j’ai lu deux romans à la fois, à chaque fois que j’y revenais c’était un vrai plaisir. L’histoire de Camilla m’avait transportée. Ce n’était pas spécialement dynamique, mais on découvrait des éléments … il y avait un peu de suspens ! L’auteur a su attiser mon intérêt. Mais les seconde et troisièmes parties m’ont vraiment déçues. Ça m’a déstabilisée de suivre d’autres protagonistes plutôt que Camilla. Ce roman était son histoire, donc j’aurais voulu l’avoir jusqu’au bout. Le changement a été trop radical, presque brutal. Ça m’a complètement coupé de l’intrigue. Il aurait peut-être mieux fallut entrecouper les chapitres de différents points de vue pour que ce soit moins brutal et pour que Camilla ne nous manque pas … jusqu’à la fin ! J’ai fini par le lire de travers tant tout ce que je voulais c’était de retrouver Camilla. Elle avait encore tant de choses à dire, tant de choses à découvrir et tant de ressentis à nous faire partager. C’est vraiment décevant d’avoir écarté son personnage, à ce point.

Du coup, je dirais que c’est un roman en dent-de-scie. La première partie est parfaite alors que les suivantes ne lui arrivent pas du tout à la cheville. Ça devait être poétique et doux, mais je ne garde pas le souvenir d’un roman plein de douceur. En réalité, j’ai peur de n’en garder aucun souvenir …

Afficher en entier
Lu aussi

Même si je me suis sentie perdue à certains moments de l'histoire, la poésie de l'auteur m'a conquise ! J'ai bien apprécié suivre la quête de la protagoniste principale, à travers toute sorte de points de vue !

Afficher en entier
Lu aussi

Dans le fond l histoire est bien trouvée et pourrait très bien s adapter en film. Cependant la construction du récit est un peu chaotique; très recherchée mais parfois trop. Je le conseille tout de même pour les fans de littérature asiatique, qui pourront encore mieux apprécier ce livre

Afficher en entier
Diamant

J'ai adoré cette quête personnelle, qui mêle l'écriture et la recherche des origines. Le personnage était juste super attachant et le style de l'auteur plein de poésie. Je le recommande chaudement.

Afficher en entier
Lu aussi

Roman assez particulier, mais dans le bon sens du terme. L’héroïne essaie de comprendre ses origines en retournant dans sa ville natale. Le roman est divisé en trois parties, et le point de vue du narrateur change lui aussi. Ce qui m'a un peu dérangée et un petit peu perdue :) La plume de l'auteur est délicate et très poétique. Un très beau roman.

Afficher en entier
Bronze

Un roman tout en pudeur, avec des mots comme seuls les auteurs asiatiques savent les agencer.

Camilla marche sur les traces de son histoire. Orpheline américaine d'origine coréenne, elle commence ses recherches en apprenant la langue de sa mère, elle visite la ville où elle est née et pose des questions. Mais celles-ci dérangent et forcent les protagonistes du passé à assumer leur comportement de l'époque.

J'ai été sensible à la poésie des mots et de l'histoire, mais je crois qu'il m'a manqué quelque chose pour que je sois pleinement passionnée. En y réfléchissant, je crois que j'ai eu du mal à comprendre la personnalité des personnages principaux, notamment de l'héroïne.

Le changement de narrateur m'a un peu perturbée, mais il permet de dévoiler toutes les facettes du destin tragique d'une jeune Coréenne, qui laisse derrière elle une jeune femme qui, peu à peu, tente de remettre en ordre son puzzle personnel.

Mélancolie, poésie, quête d'identité sont les maîtres-mots de ce livre, que je recommande pour les envies de dépaysement.

Afficher en entier
Or

Je lis peu de littérature asiatique, connaissant surtout Haruki Murakami et les quelques romans que j'ai lu de lui et qui reposent sagement dans ma bibliothèque. Pourtant, j'aime beaucoup les romans de ce coin du monde. J'aime leur ambiance poétique, souvent très marquée par les vieilles croyances ou légendes et dont l'histoire est ancrée dans un mode de pensée qui diffère vraiment du notre et pousse les gens à s'interroger sur eux-même. Les récits qu'ils livrent sont souvent pleins de sens et sous le joli de titre de Si le rôle de la mer est de faire des vagues se cache en effet une belle histoire de vie.

Dans ce court roman de moins de trois cents pages, l'auteur sud-coréen Kim Yeon-Su nous parle de Camilla. Jeune femme d'une vingtaine d'années d'origine coréenne, elle a perdu sa mère adoptive peu de temps auparavant. Le remariage imminent de son père adoptif lui livre un bien triste constat : elle est désormais seule. Munie d'une photo trouvée dans un vieux carton, elle décide de se lancer sur la traces de sa mère biologique : direction Jinnam, petit ville côtière en Corée. Sa ville natale.

Une véritable quête identitaire voit le jour au fil des pages. Car pour se construire, Camilla a besoin de savoir qui elle est vraiment. Elle doit découvrir le passé de sa mère, Ji-eun, et les zones d'ombre qui entourent sa naissance, une vingtaine d'années plus tôt.

Les rencontres s’enchaînent, les versions de l'histoire qui entoure Ji-eun aussi. Le mystère plane jusqu'au bout, ponctué ça et là de révélations qui renforcent le côté obscur du passé des deux jeunes femmes.

Le roman m'a touchée par sa profondeur et ses multiples réflexions. Le passé peut être un poids très lourd, et chez Camilla, les transformations sont fulgurantes. On voit la jeune femme évoluer au fur et à mesure que les révélations sur sa mère affluent. L'écriture pleine de poésie de l'auteur se suit avec délectation (j'ai d'ailleurs eu du mal à ne sélectionner que quelques extraits tant le roman regorge de petites perles), Kim Yeon-Su a un style très éthéré, il jongle avec les métaphores, les poèmes et le sens profond des choses avec une facilité déconcertante.

L'histoire souffre cependant d'une construction assez chaotique. Le style ne plaira pas a tout le monde, c'est certain. On a parfois un peu de mal à se situer dans le temps, à s'accrocher au fil qui maintient l'histoire en place. Les changements de lieux, les ellipses, le découpage selon différents points de vue (seul la première partie est du point de vue de Camilla) rendent parfois les parties de l'histoire assez inégales, la dernière notamment qui, si elle est riche en révélations et permet de mettre les pièces du puzzle en place, semble un peu éloignée du fil conducteur qui suit la quête de Camilla.

L'histoire et son sujet sont forts. Le roman se lit avec attention, on est pris dans la recherche de Camilla sur ses origines grâce à un coup de plume remarquable qui allie avec doigté passé et présent, légende et réalité.

De quoi avoir envie de lire des auteurs asiatiques un peu plus souvent !

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/05/si-le-role-de-la-mer-est-de-faire-des.html

Afficher en entier

Date de sortie

Si le rôle de la mer est de faire des vagues...

  • France : 2015-01-06 (Français)

Activité récente

Évaluations

On en parle ici

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 20
Commentaires 7
Extraits 32
Evaluations 12
Note globale 6.92 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode