Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de siana409 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les corps inutiles Les corps inutiles
Delphine Bertholon   
Après la chronique de Pretty Books, j’ai longtemps repensé à ce roman qui me faisait très envie, mais un peu hésitante, car il ne correspondait pas du tout à mes lectures habituelles. Sur un coup de tête, j’ai décidée de me plonger de ce récit bouleversant et je ne regrette absolument pas d’être sortie de ma zone de confort, pour tenter quelque chose de nouveau.

Delphine Bertholon nous emmène dans une thématique difficile, Clémence vient d’avoir quinze ans, elle est insouciante comme les jeunes filles de son âge, heureuse de l’ouverture d’un nouveau cycle, elle vient de finir le collège et se réjouie de sa future entrée au lycée. Pourtant, il suffit d’un instant pour changer une vie à jamais, alors qu’elle se rendait à une fête, Clémence est agressée par un homme avec un couteau en plein jour. Cet évènement va être un réel traumatisme dans sa vie et va changer à jamais sa perception de la vie, même des années plus tard. Ce silence dans lequel elle va se murer, va la ronger de l’intérieur, elle va progressivement se créer une nouvelle identité, pour devenir quelqu’un de totalement différent, insensible à tout et terriblement marquée.

Le roman se divise en deux parties, alternées entre les événements de l’enfance et de la vie d’adulte. Le début renvoi aux dégâts que l’agression a causée, jeune fille ou femme souffre en silence, préférant taire sa honte et se répétant que ce n’est rien.Malgré le traumatisme, le sexe va avoir une place importante dans la vie de Clémence. Que ce soit son métier de maquilleuse pour poupée, destiné au plaisir sexuel ou sa propre vie sexuelle. Adolescente, elle ne va pas être très regardante sur ses partenaires préférant se donner pour ne pas que ce soit prit. Dans sa vie d’adulte, le sexe est beaucoup plus « cadrée », mais c’est la même rengaine tous les 29 du mois elle oublie dans les bras d’un homme. Clémence ne s’aime pas, elle est en colère, contre elle, contre ses parents, mais surtout contre lui et contre le monde entier. Mais se murer dans le silence, ne va lui apporter que davantage de souffrance.

La deuxième partie va être marquée par un évènement ressurgit du passé, il y a un avant, et il y a un après. Clémence qui vie depuis si longtemps anesthésier du monde, que le retour à la réalité va avoir un arrière goût. Malgré les quinze années qui se sont écoulés, toute la vie de Clémence repose sur ce jour sordide, chaque décision qu’elle a prise correspond à ce jour et surtout chaque pensée la renvoie à ce jour. J’ai trouvé très intéressant l’alternance entre le passé et le présent, car on comprend mieux son état d’esprit après l’agression et les raisons de sa solitude dans sa vie de femme adulte.

En commençant ce livre, je n’avais qu’une crainte que l’on tombe dans le sordide. Un sujet pareil est lourd à traiter et retranscrire des émotions fortes sans dégoûter n’est pas facile. Tout au long du roman, j’ai été très attristée pour Clémence et je me suis rendu compte qu’il m’était arrivée de réagir comme Virgile en me disant « C’est moins grave qu’un viol ». En lisant ce roman, je me suis sentie mal parce que ce n’est pas rien et je m’en veux de l’avoir un jour pensée. Clémence est totalement détruite, vide et insensible, c’est là que le titre prend toute sa signification « Les corps inutiles ». C’est l’histoire d’une jeune femme qui a grandi beaucoup trop vite, c’est l’histoire d’un traumatisme qui a complètement changé la vie d’une adolescente, c’est l’histoire d’une femme qui n’arrive pas à se reconstruire malgré les années… On n’imagine pas comment un simple jour, peut configurer le reste de notre vie.

Delphine Bertholon m’a ouvert les yeux sur toutes ces victimes qui culpabilisent, qui ont honte et qui souffre sans jamais tomber dans le pathos. Un livre bouleversant qui m’a énormément touchée.

https://luxnbooks.wordpress.com/2015/04/22/les-corps-inutiles-delphine-bertholon/

par Luxnbooks
Millénium, Tome 4 : Ce qui ne me tue pas Millénium, Tome 4 : Ce qui ne me tue pas
David Lagercrantz   
En tant que fan absolu de la trilogie Millenium et de son talentueux créateur : Stieg Larsson, du monde obscur qui en découle et des personnalités de Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist, j'ai d'abord eu l'impression qu’acheter le tome 4 (et apprécier sa lecture de surcroit), serait une sorte de trahison envers Stieg Larsson (surtout avec ce battage médiatique de cette rentrée littéraire et les radicaux «entièrement pour» ou «totalement contre» "Ce qui ne me tue pas"). Mais il ne m'a pas fallu longtemps pour céder à la tentation et, par la même occasion, me faire mon propre avis sur cette suite. Je l'avoue, je suis partie avec quelques aprioris négatifs :

1° le nom de l'auteur, associé à la biographie de Zlatan Ibrahimovic (Beurk !). Passer de Zlatan à l'univers de Millenium, en voilà un grand écart total !

2° la couverture choisie par ACTES SUD, dont le dessin me rappelle étrangement la Lisbeth du film de la version américaine, loin d'être aussi aboutie, à mon sens, que la trilogie suédo-danoise avec l'excellente Noomi Rapace (ce qui n'enlève cependant rien au talent incontestable de Rooney Mara).

Et puis, il y a eu la lecture...

Une page, deux pages, un chapitre, deux chapitres... J'ai très vite retrouvé ce qui m'avait conquis dans cette saga. Tous les ingrédients Millenium sont là. Mikael, Erika, Lisbeth, Prague... Du hacking, du journalisme, un meurtre, une enquête, des vérités révélées de manière exceptionnelle... Alors oui, je le dis, et l'assume, j'ai été happée par l'histoire. J'ai adoré retrouver cette sensation de dépendance, lorsque l'on doit poser le livre et passer à autre chose, alors que l'on a qu'une envie : dévorer les pages.

Bien sûr, le nom Millenium restera pour toujours associé à Stieg Larsson. Mais pour ma part, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce quatrième volume écrit par David Lagercrantz. Bravo à lui d’avoir su respecter le caractère particulier de chacun des personnages, tout en créant sa propre histoire.
Quand le ciel descend sur la Terre, tome 1 Quand le ciel descend sur la Terre, tome 1
Maud Cordier   
Alors pour commencer je déteste l'auteure... Je déteste comment elle a terminé le livre, JE LA DÉTESTE.....
J'adore ce livre, je l'ai terminer hier soir, et alors là j'étais.. Non, non non ça peut pas se terminer comme ça.........
Je veux dire, c'est un livre passionnant, plein d'amour, d'amitié, d'aventure amoureuse... Je suis tomber sous le charme de ce livre. Je remercie l'auteur, pour m'avoir fait passer des moments vraiment exceptionnel, et extraordinaire.
Je trouve que c'est un livre qui vaut la peine d'être lu. Par moment l'écriture est un peu trop lourde, mais y'a plein de détail et j'adore les détails.
Bref pour conclure, un livre vraiment magnifique et magique, je le conseil à tous les amoureux de lecture.
Et vu comment ça c'est terminé, j'espère vraiment qu'il y aura une suite..
Ah au fait, je blaguais au début, j'adore l'auteure :-D
Ensemble, c'est tout Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda   
J'ai adoré le livre.
C'est un fragment de vie qui aurait pu se passer, qui s'est surement passé. On y croit, puisqu'il n'y a aucune raison de ne pas y croire. Les personnages sont attachants, le livre est bien écrit. Ce que j'aime chez A.Gavalda c'est qu'il y a juste à ouvrir le livre et à se laisser bercer. C'est fluide, ça coule tout seul, c'est magnifique.

L'adaptation filmique est très réussie. Pour une fois je n'ai pas été déçue (oui c'est rare) et les acteurs sont tellement à leur place dans cette histoire ... =)

par Gomette
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Pars avec lui Pars avec lui
Agnès Ledig   
Le début du livre était vraiment prometteur, j'ai aimé les débuts de la relation entre Roméo et Juliette, je me suis attaché a ces personnages ainsi qu'a Vanessa et Guillaume, dés le début j'ai eu envie de tuer Laurent. Même si j'ai aimé une grande partie de ce livre la fin me laisse dubitative, elle ne m'a pas convaincue ! C'est ce que j'attendais mais pas comme je l'attendais !
Sinon une superbe écriture fluide et un récit à plusieurs voix trés appréciable.

par allie
Le Cercle Le Cercle
Dave Eggers   
Le Cercle parait aux premiers abords être une intrigue des plus intéressantes car c'est une introspection dans le monde des réseaux sociaux, de la puissance des moyens de communication, d'échanges et de partage de données... Cependant, je m'attendais à une critique plus ouverte de l'excessivité de ces pratiques par le biais de cette entreprise qui prône l'abolition de toute vie privée, marchant fièrement sur un des droits les plus fondamentaux de l'homme sous le prétexte fallacieux qu'il faut tout savoir, et que le partage, mot déguisant habilement la soustraction frauduleuse d'informations sensibles, devrait amener à tout savoir. Or, il s'agit d'une illusion, l'homme ne peut pas tout savoir, ce serait parfaitement contre-nature. Et parfois, quand bien même le Cercle met à disposition de ses employés la possibilité de tout voir, tout entendre, ils ne peuvent tout savoir. Dans l'ensemble, le seul être omniscient, c'est le Cercle qui manipule ses employés, les endoctrine par des concepts simples mais trompeurs et irréalisables (suppression du crime, du mensonge, etc...). Le Cercle est en somme une bonne représentation de la capacité de l'homme à sa propre aliénation. Il n'y a aucun épanouissement à être constamment épié et l'argument de la nécessité de savoir n'est pas valable dans ces circonstances.
Il s'agit d'échanger impunément le droit à sa vie privée contre l'enrichissement via l'exploitation massive de données personnelles pour les employés. Et malheureusement, les autres sont victimes en conséquence des actes du Cercle, de continuels abus de confiance, de tromperie et de soustraction de ce qui ne devrait appartenir qu'à eux.
Constater à quel point les employés du Cercle sont extasiés, émerveillés par la technologie de pointe de l'entreprise et les fins auxquelles elles sont destinées démontre la puissance d'endoctrinement et de corruption de cette entreprise. Voir Mae, Annie et tous les autres applaudir l'abolition de la vie privée et de tout ce que représente l'activité du Cercle démontre qu'aucun ne semble avoir le bon-sens de remettre en question le bien-fondé de cette entreprise. Ou plus précisément, ils n'y sont pas autorisés sous peine d'être mis à l'écart de cette entreprise qui leur paraît merveilleuse et utopique. Or, être écarté d'un tel centre d'attraction serait revenir à la réalité qui est bien trop pâle en comparaison de ce qui est vécu au Cercle. C'est ainsi que les employés en sont venus à ne même pas envisager d'exprimer une remarque négative vis-à-vis du Cercle.
Je m'attendais à une prise de conscience, une révolte de la part de Mae, mais l'intrigue ne nous offre pas ce luxe. D'une certaine manière, dans le cadre d'une critique, il est compréhensible que Dave Eggers ait cru bon de ne nous exposer que ce qui est critiquable et de laisser le lecteur exprimer par lui-même les limites de telles pratiques. En privant ses personnages de réflexions sensées et de la capacité à prendre du recul, Dave Eggers a su immerger ses personnages dans l'environnement qu'il entendait remettre en cause.
La critique est donc voilée, implicite mais tellement évidente.

par Ravine
Avant toi, Tome 3 : Après tout Avant toi, Tome 3 : Après tout
Jojo Moyes   
Le deuxième tome m'avait tellement déçue que je ne savais pas si je devais continuer cette trilogie. Et finalement grand bien m'en a pris. J'ai beaucoup aimé ce tome 3 qui révèle une Lou sensible, vraie, honnête, profondément gentille et bienveillante. Il ne m'a pas arraché les larmes comme le tome 1 (forcément !) mais il était très émouvant, c'est une histoire qui sonne vraiment très juste. On a envie de prendre exemple sur elle. Les petites touches de Will font vraiment plaisir et la découverte de la vie des milliardaires de la Vème avenue est pleine de surprises. C'est un livre qui magnifie le bonheur des petites choses de la vie. Je recommande !

par AureleS
Les 5/5, Tome 1 : En équilibre Les 5/5, Tome 1 : En équilibre
Cendrine Wolf    Anne Plichota   
Tout d'abord merci aux éditions XO et à Booknode de m'avoir permis de lire ce roman dans l'opération "lire avant tout le monde" !

J'ai vraiment passé un super bon moment. Ce livre est à la fois bien rythmé et bien écrit ... On s'attache rapidement aux personnages et l'on ne s'ennuie jamais des aventures qu'ils nous proposent de vivre avec eux.

J'avais peur au début, ayant 20 ans, de tomber sur un livre plus accès jeunes adolescents mais finalement j'ai été vraiment enchanté et il se classe dans mes meilleures lectures actuelles !

L'histoire est particulièrement touchante notamment en ce qui concerne les différents problèmes abordés (pauvreté, injustice, racisme, identité sexuelle, et j'en passe ...) et comment chaque personnage réagit aux difficultés qui s'avancent vers lui.
Ces problèmes sont évidemment ceux de n'importe quelle société mais cela les rends d'autant plus marquants qu'ils se passent en France dans le livre.
Cela permet de se remettre en question, ressasser des moments pas très glorieux de notre vie mais tout même un introspection plutôt enrichissante ;)
Je recommande vivement ce roman ! J'ai vraiment beaucoup aimé !
Maintenant il ne me reste plus qu'à attendre la suite ;)

par claranina
Sign of Love, Tome 2 : Leo's chance Sign of Love, Tome 2 : Leo's chance
Mia Sheridan   
Mitigée... Je dois dire qu'apres avoir lu archer's voice j'en suis ressortie toute retournée. Alors je me suis plongée dans Leo en espérant ressentir les sentiments que m'ont procuré archer's voice. Je suis un peu déçue. Je comprend ce qu'a voulu faire l'auteur en écrivant ces deux tomes. Dans le premier elle nous a dit: ''oyer oyer voici l'histoire ou tout a commencé'' et puis dans le deuxieme elle nous dit:'' laissez moi vous expliquer ce qui c'était passé et comment l'histoire va finir'' si on lit ces livres dans ce contexte la c'est magnifique mais je ne peux pas m'empecher de m'ennuyer lors de la premiere partie du livre puisque c'est exactement le tome 1 mais du point de vue de leo. C'est vrai qu'on comprend mieux les agissements de leo mais en même temps c'est redondant. Sinon grosso modo l'histoire n'est pas mauvaise mais elle aurait pu être plus émouvante si ça avait été un seul tome.

par zoubaayed
  • aller en page :
  • 1
  • 2