Livres
486 071
Membres
475 865

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Quel que soit l’endroit où on se serait rencontrés, on serait tombés amoureux. Que nous ayons été deux élèves en première année de fac, deux journaliers agricoles, deux gitans, deux n’importe quoi… la partie coup de foudre de notre histoire aurait été la même. Elle aurait volé mon cœur dans un gymnase, un champ de maïs ou une roulotte.

Afficher en entier

J’ai toujours aimé te voir nu, tu as toujours été magnifique mis à nu...

Toi et juste toi, sans rien d’autre, ni travail, ni maison, ni argent, rien. Dépouillé. Tu me suffira toujours. Tu seras toujours mon rêve réalisé et mon destin.

Afficher en entier

« Je compris que la beauté avait gagné, finalement »

Afficher en entier

« Nous savons ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, belle de jour. C’est quelque chose à mi-chemin entre une sensation est un murmure »

Afficher en entier

J'avais le coeur brisé et je n'osais imaginer l'état du sien.

Afficher en entier

- Tout ce que tu veux, murmura-t-il. Si ça existe ce sera à toi.

- Mmmm. Il y a une peinture dans un musée parisien avec une femme au sourire mystérieux. Il me plaît bien.

Son sourire s'élargit contre ma peau.

- Il te plaît ?

-Mmmmm.

- C'est toi qui me plaîs, chuchota-t-il. Tu me plais beaucoup.

Afficher en entier

Je t'aime, Caramel. Tu as un coeur magnifique. et peut-être que parfois tu as l'impression que c'est chaotique, parce que la vie est comme ça, mais pour moi tu es la beauté née du chaos.

Afficher en entier

C'est vrai ce que j'avais affirmé un jour à propos des étoiles : certaines sont plus visibles dans la lumière... et d'autres dans les ténèbres. Parce que quelque part au milieu de la nuit, Calder m'attira à lui et nous acceptâmes, de manière tacite et officielle, l'idée que le monde était laid et ridiculement hasardeux... mais que nous aimerions quand même. Nous garderions nos coeurs tendres et fougueux ouverts. C'était idiot, grotesque et bien. C'était la chose la plus courageuse que nous ayons jamais faites.

Afficher en entier

— Je t'aime, je t'aime, fredonnai-je entre deux baisers.

Je ne cesserai jamais de t'aimer, homme magnifique et tourmenté. Je connais toute la bonté qui t'habite, Calder. Plus que n'importe qui d'autre. Je sais que ton coeur contient une infinie tendresse et je sais tout ce qu'on t'a volé. Je sais aussi qu'un chagrin terrible t'accable. Je le sais parce que je ressens la même chose. Je sais. Mais je crois aussi que tout va s'arranger : nous allons nous aimer si fort et si intensément que la douleur disparaîtra. Et si, de temps en temps, la souffrance recommence à nous hanter, nous reviendrons ici, dans le Lit Guérisseur. et nous y passerons le temps qu'il faut pour échapper au monde. C'est notre plan parce que je te jure, mon tendre et merveilleux amour, que tout le monde mérite de vivre une histoire d'amour qui ne le fait pas souffrir.

Afficher en entier

Ils se turent et la musique se déversa de mes mains, de mon coeur, de la douleur de mon âme, de toutes mes blessures.

Et chaque note avait pour écho le même prénom...

Calder, Calder, Calder.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode