Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Simmisim : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Prince captif, Tome 1 : L'Esclave Prince captif, Tome 1 : L'Esclave
C. S. Pacat   
Bon, bon, bon. Par où commencer ?

Tout d'abord, je vais commencer par dire que j'ai adoré. En fait, je me suis carrément délectée de ma lecture. C'était super.

J'ai beaucoup entendu parler du PRINCE CAPTIF avant de me décider à m'y plonger à mon tour.
Et une fois qu'il s'est retrouvé dans mes mains, avant même que je l'ai commencé, il était clair dès le départ que ce livre terminerait dans ma liste de diamant et se révèlerait être un coup de cœur. Pour cause, L'ESCLAVE avait tout ce dont j'avais besoin qu'il ait pour pouvoir le définir en tant que tel.

Dans ce premier tome d'une trilogie qui promet d'être tout bonnement épique, C.S. Pacat nous fait découvrir un univers aussi fascinant qu'impitoyable, avec des intrigues de cour, des complots et des manœuvres politiques parfaitement bien réfléchies. Et avec des personnages forts de caractère qu'on se plait à aimer parce qu'ils sont tout simplement parfaits dans le rôle qu'ils jouent dans cette histoire.

C'est un mélange drôlement bien fait d'esclavage, de trahisons, plein de suspens et où les personnages sont loin d'être des imbéciles. Et attention aux apparences car certains cachent très bien leur jeu.

On se laisse très facilement emporté par la vague de questions et d'émotions qu'apporte le PRINCE CAPTIF. Chaque mot qu'écrit l'auteure est un nouveau sentiment, une nouvelle émotion, qui s'emparait à coup sûr de tout mon être. Et pour être tout à fait honnête, c'est une lecture qui m'a plu comme peu réussissent à le faire.

Déjà, la plume de C.S. Pacat est tout simplement captivante. Elle est riche, fluide, descriptive et tout bêtement entraînante.

Ensuite, l'histoire, tout comme les personnages, est d'une crédibilité sans faute ! On y croit du début à la fin. À aucun moment on ne va se dire que telle ou telle chose fait tache dans le décor et que ça ne marche pas. Loin de là ! Tout concorde à la perfection !

Pour faire un court résumé de l'histoire, c'est celle de Damen, prince héritier du trône d'Akielos, qui se retrouve suite à une trahison qu'il n'attendait pas de la part de son demi-frère, Kastor, au cœur du royaume ennemi à servir pour le prince héritier de Vère en tant que son esclave personnel. Prince héritier, Laurent, qui ne porte déjà pas les akieloniens dans son cœur mais encore moins le prince héritier de ce fameux royaume... Du coup, on peut deviner sans problème que si Damen tient à garder sa tête, il va devoir faire profil-bas et tout mettre en œuvre pour que sa véritable identité ne soit pas découverte.

Alors tout au long de ces 312 pages, nous suivons principalement Damen dans ses aventures à la cour de Vère qui est loin d'être un doux paradis... surtout pour lui qui est l'esclave personnel de Laurent !

Pour parler des personnages, ils sont tous parfaits dans leur rôle ! On ne peut pas ne pas les aimer, même si ce ne sont ni des tendres ni des anges.

Mais plus particulièrement, je voudrais parler de Laurent.
Comment vous expliquer que je voue un culte à ce personnage ? Ce n'est pas un être parfait, bien loin de là. C'est même un jeune homme cruel, sournois et froid. Il a tout de l'anti-héros dans toute sa splendeur ! Et c'est ce qui fait que je l'aime tant. Il n'est pas spécialement gentil et il ne s'en cache pas. Il est même plutôt hypocrite, manipulateur et égoïste. Il est fier, arrogant mais par dessus tout il est crédible de la tête aux pieds.
Et malgré le fait qu'il soit tout ce que j'ai pu citer plus haut et plus encore, on ne peut pas vraiment mépriser ce personnage. Pour ma part en tout cas. Il fait certes des trucs qui lui vaudraient bien des claques dans la tronche et pire encore mais il n'en reste pas moins fascinant, captivant et passionnant. Mais par dessus tout, je l'avoue, je me suis attachée à lui.
Je crois même que sans ce personnage et tout ce qu'il représente, l'histoire n'aurait aucun intérêt et serait bien fade.
Ok, je l'avoue, c'est mon personnage préféré ! Eh oui !
Aussi, je crois qu'au-delà des apparences se trouve un jeune homme dont la haine causée par la mort de son frère des années auparavant cache quelqu'un de bien et de digne de confiance.
Je pense, après ça reste à prouver... scientifiquement parlant, c'est une ordure de première. ^^

Ensuite, quant à Damen c'est le héro par excellence quand on y pense bien. Mais c'est loin d'être gênant. Et puis il n'est pas parfait non plus, n'allez pas croire. Néanmoins, il est moins tout ce qu'est Laurent. J'irais même jusqu'à penser qu'ils sont aux antipodes l'un de l'autre.
Damen, malgré le fait qu'il soit dans un merdier total et traité comme un esclave alors qu'en réalité il est un prince, ne se laisse pas démonter par tout ça. Il reste fort, il encaisse les coups (aussi bien au sens propre qu'au sens figuré) et malgré le fait qu'il soit tout en bas de l'échelle alimentaire dans ce royaume, il ne perds jamais une occasion de dire ce qu'il pense.
Tout comme Laurent, il est intelligent mais contrairement à ce dernier, il ne se sert pas de cette intelligence pour manipuler les autres.
Alors bon, certes Damen n'est pas parfait mais il l'est quand même plus que Laurent. C'est peut-être la raison pour laquelle je l'ai aimé -ah ça oui !- mais pas autant que ce dernier. Mais bien-sûr, je me suis attachée à lui comme je m'attacherais au dernier carré de chocolat de la planète. ^^

Quant à la relation entre ces deux personnages, c'est un pur régal ! Chaque fois qu'ils se retrouvent au même endroit, ça sent la tension à plein nez !
Si je devais décrire leur relation en quelques mots, je serais obligée de dire : tendue (comme une chaine sur le point de se briser), fascinante (à en donner des frissons), addictive (parce qu'on veut toujours un peu plus de Laurent/Damen), brutale (suffit de lire un certain passage par rapport à une croix pour le savoir ^^), sensuelle (à vous en faire baver et étouffer) et enfin, étrangement touchante (eh oui, aussi incroyable que ça puisse paraître et pour des raisons que je ne m'explique pas, je l'ai trouvé touchante...).

En gros, PRINCE CAPTIF c'est le genre de lecture qui ne vous laisse pas indemne. Vous refermez votre livre en vous disant que vous avez couru un marathon et vécu une expérience de dingue.

Finalement, j'ai eu l'impression de découvrir une histoire poétiquement brûlante. J'explique mon expression peu claire.
Enfin, je vais essayer.

La plume de l'auteure, que j'ai décrite plus haut, rend tout (personnages, histoire, univers, situation) poétique sans que ça ne le soit pour autant. Et tout ça rend la lecture brûlante. Parce que tout du long on sent notre cœur s'embraser à un regard croisé, à un acte fait, à une parole dite. Tout, quoi.
Poétiquement brûlant. Un peu comme si en lisant ce bouquin, on prenait feu. Comme si le livre était la boite d'allumette et moi, je suis l'allumette. Et que la dureté de l'univers le rendait presque beau.

Toujours pas clair ? J'avoue que j'abandonne pour le coup. Je n'arrive pas à expliquer mais c'est ce que ça m'a fait ressentir.
Et puis, au final, personne n'a dit que ce qu'on ressentait était toujours clair ! ;)

Et parce que mon commentaire va dans tous les sens, je voudrais rapidement revenir sur Laurent.
N'oublions pas que c'est un prince qui n'avait pas prévu de se préparer un jour à être roi puisqu'il est cadet et que c'est donc son frère qui aurait dû monter sur le trône et diriger Vère.
Aussi, tout le monde passe son temps à comparer Laurent à ce fameux frère (Auguste).
Je pense donc qu'il est probable qu'il soit devenu si froid et tout ça un peu à cause de ça. Bien entendu, je me trompe sûrement mais voilà.
Ensuite, je me suis souvent dit qu'il cachait le fait qu'il soit intelligent. Quand on pense Laurent on pense : manipulateur, arrogant, nonchalant, malin, tout ce qu'on veut. Mais pas vraiment intelligent alors qu'en réalité, le petit est loin d'être bête !
Et pour terminer, à mes yeux, Laurent est un véritable mystère que j'espère pouvoir élucider lors des deux prochains tomes.

De plus, la petite histoire qu'il y a à la fin à propos d'Erasmus,m'a énormément plu ! C'était court mais vraiment bon ! Un excellent bonus.

Tout simplement, C.S. Pacat m'a offert un voyage au cœur d'une œuvre à couper le souffle, qui donne des frissons et à la fin, on ne peut qu'en redemander ! :)

par Sheo
Prince captif, Tome 3 : Le Roi Prince captif, Tome 3 : Le Roi
C. S. Pacat   
Que dire? Bon tout d'abord, il faut que je précise que mon avis ne sera absolument pas objectif parce qu'il s'agit d'une de mes séries favorites!

Cette trilogie est tout simplement remarquable! Et je ne pensais pas qu'il était humainement possible d'aimer davantage cet univers et bien j'avais tort! C.S. Pacat s'est surpassée et ce dernier opus m'a littéralement coupé le souffle. Ce tome a parfaitement répondu à mes attentes.

Petit bémol: la fin est un peu trop précipitée!

Mais bon l'auteure a annoncé la publication de trois nouvelles qui se dérouleront dans l'univers de Prince Captif!

La première nouvelle sera centrée sur la relation entre Jord et Aimeric. La seconde sera l'épilogue tant attendu par tous les fans frustrés par la fin! Et CS Pacat ne peut pas annoncer le contenu de la troisième sans spoiler.

Je suis tellement impatiente! Vivement la sortie de l'épilogue!

par lilliana
Prince captif, Tome 2 : Le Guerrier Prince captif, Tome 2 : Le Guerrier
C. S. Pacat   
Sublime.
Le premier tome avait été une bourrasque tiède, m’enveloppant délicieusement : un décor voluptueux, des mœurs presque indécents, des coups majestueux et des personnages subjuguants. Une atmosphère non sans rappeler celle de Jacqueline Carey.
Et ce deuxième tome aura été comme une tempête. Violente, électrisante. Des frissons à n'en plus finir, une histoire haletante. Nous évoluons sur un fil tendu à l'extrême, au moindre faux pas, c'est un fossé sans fond qui nous attend. Cette tension ressentie tout le long des pages était exquise. Je me délectais de l'univers de C.S. Pacat. Sombre, sensuel, addictif. Une écriture subtile mais saisissante, les accents des voix prenaient échos dans mon esprit et les scènes se déroulaient sous mes yeux, quasiment tangibles. Je me souviens m'être retrouvée, sans en être consciente, le souffle saccadé, la mâchoire crispée, ressentant la douleur jusque dans mes entrailles. Et je relisais, relisais chaque mot rempli de finesse, de délicatesse. J'avais les nerfs à vif, les émotions à fleur de peau. On se régale de cette douleur délicieuse. On ferme les yeux de plaisir face à tant d'ingéniosité.
Et on savoure Prince Captif, aussi doux que tranchant.
Je suis éblouie.

par Tiato
Diabolic, Tome 1 Diabolic, Tome 1
S. J. Kincaid   
Quand ta binôme te dis fonce, qu'elle a eu un coup de cœur pour un roman SF alors que ce n'est pas son genre de prédilection, eh bien tu ne peux que lui faire confiance. Et une fois de plus son sentiment sur ce roman est juste. Ce roman SF, dystopie, Jeunesse, car c'est un peut tout ça, est une Pépite du genre.
La couverture de ce roman me faisait de l'oeil depuis un moment déjà , comme mille autres romans qui me tentent tous les jours. je m'étais donc promis de le lire , un jour. C'est chose faite. Le plus, c'est que je peux lire désormais le tome 2 dans la foulée avec ma jumelle de lecture, mais il se dit qu'un troisième opus et prévu pour l'année prochaine, c'est moins top. Je n'aime pas trop attendre entre les tomes d'une saga.

Dans cette fiction concoctée par l'auteure tout est particulièrement réaliste. Que nous vivions sur terre aujourd’hui ou dans une lointaine ville spatiale aux confins de la galaxie, dans un futur peu clairement défini ( mais pour une fois l'on s'en fiche) les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on pense. L'humain reste ce qu'il est, un humain avec ses failles et ses valeurs et sa monstruosité.
Jeux de pouvoirs, manipulations, assassinats pour parvenir à ses fins, c'est dans cet univers impitoyable que Nemesis, la Diabolic, cet être génétiquement modifié, va devoir trouver sa place, apprendre, composer, jouer le rôle de celle qu'elle n'est pas : une humaine éprouvant des émotions des sentiments qu'elle ne peut en principe pas éprouver puisqu'ils ne servent en rien à sa mission première, celle pour laquelle elle a été conçue : protéger sa maîtresse Donia, à tuer si nécessaire, jusqu'à mourir pour elle si besoin. Le seul sentiment qu'éprouve Némesis, c'est de l'amour pour Sidonia, un sentiment jugé indispensable à la relation qui la lie a jamais à sa maîtresse.
Une fois cette graine implantée dans le cœur, peut-elle se développer chez un être sans âme ? Peut-il évoluer et être ressenti pour d'autres personnes ?
L'amour est le plus beau sentiment au monde, mais il n'y a pas d'amour sans blessures.
Et est-ce l'amour qui fait de nous des humains ou simplement nos gènes ? L'amitié n'est-elle pas aussi une forme d'amour et de ce fait jusqu'au est-on capable d'aller pour protéger ceux qu'on aime ? l'attachement de Sidonia et Némesis est réciproque, si cette dernière aime sa protégée parce qu'elle a été programmée pour ça, l'amour "amical " ( et j'avoue que je me suis interrogée sur cette forme d'amour qui lie les 2 jeunes femmes) que porte Sidonia à sa "créature" qu'elle est loin de considérer ainsi, est quant à lui spontané.
Au fil des chapitres Némesis développera des sentiments qui n'ont pas été programmés chez elle et de se demander si dans certains contextes, la plus belle part d'humain qui est en chacun d'entre nous peut triompher du mal, grandir sous une bonne influence ? C'est une belle note d'espoir en l'humanité que met en avant SJ Kindaid.
De ce fait, toutes ses pensées, réflexions, sur la place de l'amour dans nos vies, sur jusqu'au il peut nous pousser à aller, à faire des sacrifices, sur l'importance des vraies valeurs, sur les causes que l'on croit juste et pour lesquelles on est prêt à donner sa vie, portent cette histoire magnifique et donnent corps à cette romance SF et fait réfléchir sur le sens que l'on veut donner à notre propre existence.
L'auteure nous transporte dans une lointaine galaxie, et nous conte l'histoire d'une civilisation à l'agonie (la notre un jour peut-être ? ) sous le règne d'un empereur tyrannique et dangereux, sous la coupe d'une mère manipulatrice et redoutable. On ne peut s’empêcher de comparer certaines situations à celles de notre propre passé avec la chute de l'Empire Romain, une période de perversité et de crimes pour obtenir ou conserver le pouvoir. L'auteur glisse même une interprétation personnelle de ces phénomènes somme toute très sensée.

"- L'histoire de l’humanité, reprit Tyrus, est une répétition de schémas. Les empires gagnent en puissance, puis sombrent dans le déclin (...) et comme depuis la nuit des temps, un même phénomène s'est produit nous sommes devenus paresseux"
Mais aussi avoir le sentiment de suivre un film d'action avec ses similitudes qui nous rappelle Star Wars, pour ceux qui connaissent cette saga cinématographique, mais pourtant ce roman reste unique, ce n'est pas une parodie de la célèbre série car dans cette histoire , c'est tout un mélange de plusieurs autres films ou romans SF, et l'imagination de SJ Kindaid y est, sans contexte pour beaucoup.
Tout est savamment orchestré : rebondissements, émotions, humour, le tout, de part la plume magique et addictive de l'auteure qui nous tient en haleine, nous surprend, nous déconcerte, nous touche, nous attache à ses personnages au point qu’arrivé au terme de la lecture, l'on soit déçu de les abandonner.
Parce que Nemesis, Sodonia et Tyrus sont magnifiques, tellement humains que les jeunes lecteurs pourront d'identifier à eux les aimer et les détester par moments, selon certaines situations, éprouver des doutes, avoir envie de les réconforter, et surtout continuer l'aventure avec eux.
C'est donc avec une pointe de regrets que je ferme ce livre pour lequel j'ai eu un énorme coup de cœur.Et très bientôt je vais les retrouver pour la suite de leurs aventures avec le tome 2 en LC avec ma binôme.
Merci à ma jumelle Gaelle pour m'avoir incité à lire ce roman et fait découvrir la plume et l'univers magique de cette Diabolic auteure qu'est SJ Kindaid qui m'a torturée suscitant en moi milles émotions.
PS Je trouve la couverture très appropriée avec cette notion de transformation vers un magnifique papillon.

par Missnefer
La Déferlante, Tome 2 : La Colère des abysses La Déferlante, Tome 2 : La Colère des abysses
Michael Buckley   
Ce roman est agréable à lire mais laisse une petite pointe amère.

En effet, bien que nous retrouvions Lyric, Arcade et Bex apres les événements du tome un, ce roman se place legerement en dessous de son précédent.

Pourtant, il avait tout pour réussir ; de nouveaux personnages intéressants - Riley - et une foule de rebondissements. Au final, je pense que ce qui me fait de la peine, c'est que je vois la perspective d'une romance entre Fathom et Lyric s'envoler. Ils s'aiment, et pourtant, il devient évident au cours du roman que elle choisira soit Riley, soit personne : Fathom et elle divergent en trop de points pour que cela fonctionne. J'ai un peu l'impression de m'être attachée à une chimère, ce qui me fait de la peine. Peu importe. On ne lit pas un livre pour ça.

En bref, j'ai vraiment bien aimé, même si pour moi ce livre est un petit peu en dessous du premier. Hâte de voir comment Michael Buckley mène son histoire à terme dans le troisième tome.
La Déferlante, Tome 1 La Déferlante, Tome 1
Michael Buckley   
Passée plutôt inaperçue au niveau des sorties, on m'a chaudement recommandé le premier tome de La déferlante ! Il ne m'a fallu que quelques secondes pour me convaincre, et quelques unes de plus pour que celui-ci soit commandé !

Et bien figurez-vous qu'heureusement j'ai suivi ces bons conseils ! La premier tome de cette nouvelle série est un coup de cœur !

De quoi ça parle, me direz-vous, et bien quand j'ai lu le résumé et une chronique d'une copine blogueuse, l'histoire m'a de suite fait penser à la série Star-Crossed, que j'avais adoré. À Coney Island, trois ans plus tôt, des créatures venus de l'eau ont fait leur apparition. Que veulent-elles, qui sont-elles exactement, rien n'est moins sûr. Trois ans plus tard, dans le but de s'intégrer, le lycée où Lyric se trouve, 6 alphas (le nom donné à ses créatures) vont y être élèves.

La "cohabitation" va s'avérer très compliqué. Entres les humains et les alphas les tensions sont énormes, les préjugés également. La violence est clairement présente et chacun doit choisir son camp.

Au milieu de tout ça, Lyric est choisi par son proviseur pour tenter une entente, de montrer d'une trève est possible entre les deux races. C'est avec Fathom, le prince des Alphas, qu'elle va devoir mettre de côté tout le reste et se découvrir l'un l'autre.

L'auteur nous plonge directement dans son univers riche et entrainant, sans passer des chapitres et des chapitres à nous présenter toute son histoire. Et au final, c'est vraiment tant mieux car j'ai de suite accroché à l'histoire. On ne s'ennuie pas une minute et ce, dès la premières pages !

L'imagination débordante de l'auteur et les multitudes particularités des Alphas nous donnent envie d'en découvrir toujours plus. Ce peuple pas toujours très sociables nous pousse tout de même à vouloir en savoir plus sur eux. Il faut dire que les coutumes sont loin d'être évidente, la violence y règne, les défis sont de mise et aucune faiblesse n'est tolérée.

Au milieu de cet univers incroyables, nous avons des personnages ultra attachants. Lyric est une jeune femme très courageuse et vraiment adorable. Sa force de caractère et son comportement m'ont énormément plu. Bex et Shadow sont aussi des personnages qui ont aussi une grande place dans l'histoire et enfin, nous avons nos amis les Alphas. Je peux vous dire que Fathom malgré son côté "brute" a su me séduire dès les premières lignes. Il se montre loyal envers son peuple, protecteur et au final très "humain". J'ai beaucoup aimé l'évolution de la relation entre lui et Lyric qui apporte un petit truc en plus avec cette belle histoire d'amour impossible. Son apprentissage de la lecture a donné une petite touche attendrissante.

Bon vous l'aurez certainement compris, j'ai craqué totalement pour ces personnages et cette histoire. Pour tout vous dire, à la moitié du roman je me renseignais déjà sur la sortie du tome 2 en français... oui, oui, j'ai adoré cette lecture. Je savais d'or et déjà que j'allais adoré jusqu'au bout.

Du coup, là, en terminant ma lecture, je me dis que l'attente va être insoutenable... mais vraiment. J'ai eu un coup de cœur pour ce premier tome, cet univers, ces personnages. La déferlante saura vous surprendre par son univers si différent de ce que l'on peut lire habituellement ! En gros, FONCEZ !

par Carole94P
Les Ronces, Tome 1 : Le Maître des ronces Les Ronces, Tome 1 : Le Maître des ronces
Faith Kean   
Géniaaal !

A 24 ans, Rohan est envoyé en exil par le roi des Lycae, dans un sinistre manoir perdu au beau milieu des Highlands. La demeure est habitée par un homme sombre et solitaire, qui doit aider Rohan à maitriser son pouvoir de Ronce. Le jeune homme est à la fois effrayé et fasciné par l'homme et par la Bête qui sommeille en lui, d'autant plus que la Bête de Kieran ne tarde pas à lui faire comprendre qu'elle le veut...
Très belle surprise. Je me suis totalement laissée embarquer par ce duo improbable, la fougue et la fraicheur de Rohan, le côté "Dr Jekyll et Mr Hyde" de Kieran, et tout ça dans une ambiance sensuelle et ténébreuse digne de "La Belle et la Bête". Bref, j'ai adoré ce roman.

Or : 8,5/10
Les Ronces, Tome 2 : Le Miracle des ronces Les Ronces, Tome 2 : Le Miracle des ronces
Faith Kean   
Un superbe deuxième tome. C'est avec une joie immense que je retrouve enfin Riley et Adam après lecture des chapitres publiés sur fictionpress. Il est extrêmement difficile de résister au charme de ces deux personnages. Notamment Riley qu'on a envie de cajoler et il faut dire que ses mésaventures sont parfois amusantes. Bref, on commence l'histoire peu de temps après les événements du premier tome, Riley a effectué une énième tentative de suicide, alors qu'il s'apprête à rentrer chez lui le voilà qui tombe littéralement sur Adam Farell convoqué par le roi à cause de ses bagarres à répétitions... Aodhen trouve qu'il serait une bonne idée pour tous les deux qu'Adam devienne le Gardien de Riley. Jusque là tout va presque bien, c'est sans compter un conflit naissant avec des faes belliqueux perpétrant meurtres après meurtres, traqués par et traquant Adam; un mauvais oeil pas si mauvais que ça; un lycae au sex appeal puissant flirtant à tout va avec un Riley totalement novice en la matière; des morphes panthères un chouïa envahissante... Entre suspense, mystère, séduction et révélations fracassantes, on ne s'ennuie pas, au contraire, c'est addictif, fascinant. Ces deux êtres torturés par ce qu'ils sont se sont bien trouvés au final, ils se complètent magnifiquement, l'un fait la force de l'autre et inversement. Ils se révèlent être un atout précieux pour la sauvegarde du territoire d'Aodhen lorsque la menace des faes renégats se fait de plus en plus proche.
C'est avec ravissement qu'on replonge dans l'univers fascinant de Faith Kean et sa plume si efficace. Où il est toujours difficile de s'arrêter de lire une fois que l'on commence une de ses histoires. Personnellement, je ne m'en lasse pas et cette série des ronces figurera toujours parmi mes favorites.

par Mayzie
Retour au pays Retour au pays
Robin Hobb   
Je ne m’attendais pas du tout à cela en débutant le prélude de l’assassin royal et des aventuriers de la mer !
On redécouvre le style sublime de Robin Hobb et sa façon bien à elle de nous enchanter et de nous plonger dans un contexte dont elle seule a le secret.
Retour au pays n’apporte aucune information sur les sagas qui suivront : l’assassin royal et les aventuriers de la mer. C’est plutôt un roman qui nous permet de découvrir l’art dans toute sa splendeur et de faire la connaissance de personnages incroyables.
L’histoire reste très belle. On découvre par le biais du journal de Carillon, qu’un groupe de personnes ont été exilé et qu’ils ont pour but de coloniser des terres jusqu’ici restée inconnue des Hommes. La traversée en bateau est très marquante car elle vire très vite au drame, avec la perte de certaines personnes qui vont peu à peu s’éteindre avant d’atteindre les îles.
J’ai vraiment adoré la manière dont Carillon raconte son périple, elle qui était une Dame et qui se retrouve sans rien, exilée avec ses trois enfants, alors qu’elle est enceinte le tout de la faute de son époux qui a trahi le gouverneur actuel. Le périple va lui apprendre à compter sur elle-même, et surtout elle va devoir se surpasser.

par louve
La Citadelle des ombres, Tome 1 La Citadelle des ombres, Tome 1
Robin Hobb   
Un classique de la littérature fantasy.
Mais quel classique !

La réputation de ce livre n'est certes plus à faire, les commentaires sont sans cesse élogieux autour de lui, mais aurais-je pu me douter que je tenais entre les mains un tel chef-d'œuvre ?
Les deux tomes compris dans cet intégrale (je parle des tomes originaux, Assassin's Apprentice et Royal Assassin) sont donc les deux premiers de la trilogie nommée The Farseer (Les Loinvoyant), trilogie épique et tragique à l'histoire si poignante qu'elle ne peut laisser personne indifférent.
Drame et tragédie sont les mots-clefs de ce livre : l'atmosphère est résolument sombre, et cela va s'aggravant au fur et à mesure du récit ; mais le ton se veut surtout réaliste. Aussi en appelé-je aux amateurs du Trône de Fer : oh oui, vous aimerez ce livre. Ici, tous les malheurs du monde s'abattent sur le héros, qui se retrouve malmené de bout en bout de l'histoire. Mais c'est peut-être justement l'un des motifs de notre dépendance vis-à-vis de ce roman...
Car dépendance il y a, méfiez-vous ! L'écriture, très fluide et très agréable, n'y est pas pour rien. (Je dois d'ailleurs saluer l'admirable travail du traducteur, Arnaud Mousnier-Lompré.) Ecriture menée d'une main de maîtresse par Robin Hobb, chez qui se révèle un talent certain dans le développement de la psychologie de ses personnages. Et c'est là la principale qualité de ce roman, selon moi : tout au long du récit, nous sommes avec Fitz, nous ressentons ce qu'il ressent, nous partageons ses peurs et ses doutes, nous évoluons même avec lui dans ce monde de ténèbres, de déceptions et de trahisons qui l'entoure. Et croyez-moi : JAMAIS vous n'avez lu un livre comme celui-ci.
Parlons des personnages : tous plus intéressants les uns que les autres. Nous découvrons bien sûr l'univers créé par Robin Hobb à travers les yeux de FitzChevalerie, le héros ; mais les autres personnages ne sont pas en reste. Vous rencontrerez ainsi une Patience excentrique, une Kettricken courageuse, un Vérité noble et aimant, un Burrich protecteur, une Molly belle comme le jour, un Royal cruel et détestable, ou encore un Fou dont le mystère et les nombreux traits d'esprit vous interpelleront certainement.
En résumé, une très belle découverte, et un must que tout fan du genre se doit d'avoir lu.

par Eleden