Livres
554 909
Membres
600 172

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de simply-jes : Mes envies

Lux, Tome 3 : Opale Lux, Tome 3 : Opale
Jennifer L. Armentrout   
Je suis définitivement folle de cette série. :)
Ce troisième tome, je l'ai dévoré en quelques jours et, mon Dieu, comme c'était bon. Aussi bon que les deux précédents. Jennifer L. Armentrout est définitivement une déesse à mes yeux.


L'histoire reprend là où le deuxième tome nous avez laissé [spoiler]C'est-à-dire, après le retour de Dawson[/spoiler] et j'ai été plus qu'heureuse d'enfin pouvoir me replonger dans l'univers de l'auteur.
L'histoire et l'univers n'ont pas perdu de leur attrait à mes yeux et je me suis autant régalé ! L'ambiance de ce tome ci est peut être un peu plus sombre, ce qui est tout à fait expliqué par le but poursuivi par les personnages tout au long du livre. On passe de rebondissement en rebondissement, sans temps mort et l'action, l'humour et toutes ces choses qui font que j'aime cette série nous tiennent en haleine jusqu'à la fin.
Et...la fin. Des fins comme ça, ça devrait être interdit ! C'est le genre de fin qui vous fend le cœur et qui vous met en rogne, en même temps, tout en vous poussant à tourner les pages pour chercher une suite. Suite qu'il n'y a pas, évidemment. Ma réaction ressemblait à peu prés à ça : «Quoi ?! Ce n'est pas possible ! Ça ne peut pas se finir comme ça ! Non, non, non...» (+ larmes aux yeux en supplément)
Alors le moins qu'on puisse dire c'est que ce tome m'aura vraiment fait passer par toutes sortes d'émotions. Comme les tomes précédents. De la joie aux pleurs en passant par le rire, le choque et la haine.
Les personnages étaient toujours aussi envoûtants et j'ai vraiment pris plaisir à poursuivre l'aventure avec eux. Katy me semblait prendre des décisions plus réfléchies que dans les tomes précédents et on sent une nette amélioration aussi bien dans son comportement, que dans le comportement des autres personnages. Les relations entre ceux-ci semblent évoluer et je m'en réjouis. Quant à Daemon...et bien, c'est Daemon. ♥ :)

Pour conclure, je dirais que ce tome était aussi bon que les autres et qu'il faut absolument lire cette série passionnante, originale et addictive. (:
Hâte le tome 4. :)

par Pixma33
Leonora Kean, Tome 1 : Chasseuse d'Âmes Leonora Kean, Tome 1 : Chasseuse d'Âmes
Cassandra O'Donnell   
OMG, j'ai hâte, rien que cet extrait me donne des papillons dans le ventre, ravie d'avoir enfin la série sur la fille de Rebecca

par karabass
Fallen Crest, Tome 4 : Nightmare Fallen Crest, Tome 4 : Nightmare
Tijan   
Voici donc le tome 4 de « Fallen Crest ».
Beaucoup de changements attendent nos personnages puisque Mason est parti commencer son année en faculté. Sam est donc en dernière année au lycée avec Logan, le frère de Mason.
Mais ne plus voir son petit-ami tous les jours, savoir qu’il est la star de son équipe de football américain et que de nombreuses filles peuvent lui tourner autour ne la rassure pas.
Pire, alors qu’elle pensait que Logan serait son soutien, son pilier, elle apprend qu’il l’aime.
Comment faire pour taire ce secret qui pourrait gâcher à jamais son histoire d’amour avec Mason, mais aussi la relation familiale qu’ils entretiennent tous les trois ?

On peut dire que ce tome se démarque un peu des précédents car il y a beaucoup de changements qui vont venir transformer le quotidien des personnages.

Tout d’abord, le fait que Mason ne soit plus au lycée avec Sam et Logan est la plus grosse différence avec les précédents tomes.
Les chapitres alternent entre les points de vue de Sam et de Mason, nous offrant ainsi une pleine vision de leurs deux quotidiens. Pour tout avouer, ce que vit Sam est plus ou moins ressemblant avec ce que l’on a pu lire avant. Quant à Mason, tout est nouveau. J’ai beaucoup apprécié les chapitres le mettant en scène, découvrir l’univers des facultés américaines avec les évènements sportifs et les fraternités.

Tout au long de l’histoire, Mason et Sam se cachent des secrets.
Pour Sam, c’est le fait qu’elle ait appris que Logan soit amoureux d’elle. Elle sait que si Mason l’apprend, il risque de la quitter pour ne pas perdre la relation fusionnelle qu’il entretient avec son frère. Sam va alors être constamment paniquée, stressée et ce secret va l’éloigner encore plus de son petit-ami.
Quant à Mason, il cache à Sam que son ex est dans la même faculté que lui, pire qu’elle est présente dans certains cours et qu’elle a essayé d’être de nouveau amie avec lui. Il sait que ça dérangerait Sam alors il préfère ne rien dire, même s’il sent que son ex a encore des sentiments pour lui.
Ces deux secrets vont être la ligne conductrice de ce tome et j’avoue avoir été par moment lassée, surtout en ce qui concerne les sentiments de Logan qui n’étaient pas un mystère pour les lecteurs.. Puisqu’on l’apprend dès le premier tome qu’il ressent quelque chose pour Sam.

En ce qui concerne le style de TIJAN, j’ai trouvé qu’il était un peu plus mature que dans les précédents opus. Peut-être que cela est dû au fait que Mason est maintenant scolarisé dans une université et qu’il est donc plus adulte.
Par contre, j’ai encore trouvé que des passages narratifs étaient trop familiers, écrits dans un parler oral qui m’a vraiment dérangé. Par moments, je ne comprenais pas où voulait en venir l’auteur car c’était mal exprimé.

La fin annonce encore des changements pour le prochain tome.
Je suis plus emballée que les fois précédentes à découvrir la suite de cette histoire qui va, je le pense, prendre un tournant encore plus adulte.


En conclusion, « Fallen Crest #4 » est certainement le meilleur des quatre premiers tomes. TIJAN se plonge dans un récit à deux voix plus adulte que ce qu’elle a fait précédemment. Même s’il y a encore des faiblesses dans la narration, on prend plus de plaisir à lire ce tome, à découvrir le nouveau quotidien de Mason qui est un vent de fraicheur dans ce récit qui tournait un peu en rond.

( https://lectrice-lambda.blogspot.fr/2018/05/fallen-crest-4-tijan.html )
Il était une fois, Tome 2 : Henry Il était une fois, Tome 2 : Henry
Emma Chase   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2018/03/etait-saison-2-henry-emma-chase/

Vous pensiez que Nicholas était exceptionnel, que son histoire était digne d’un conte de fées ? Laissez-moi vous dire qu’Henry n’a rien à envier à son frère loin de là et qu’il pourrait bien se révéler plus captivant que ce dernier.

La plupart du temps lors d’une lecture je tombe sous le charme d’un des héros en appréciant le second, mais je peux compter sur les doigts d’une main les couples qui ont su me charmer ensemble. Cette saison d’Il était une fois en fait partie et je n’avais vraiment pas envie que ça se termine.

Emma Chase a toujours su me surprendre, m’émouvoir et m’attendrir grâce à des romans passionnants sans autre commune mesure. J’ai succombé à cette saga grâce à Nicholas, mais je suis totalement envoûtée par Sarah et Henry. L’un ne va pas sans l’autre dans mon esprit, car leurs sentiments sont si forts, leur lien est si puissant que je ne peux plus les dissocier.

Dès les premières pages, Henry se montre entier, séducteur tout en nuances et en surprise. Propulsé bien malgré lui sur le trône, le prince a la fâcheuse tendance de ne pas faire ce qu’on lui demande mettant les nerfs de la Reine à rude épreuve. Mais n’est-ce pas ce qui le rend attirant ?

Non content de ses nouvelles conditions de vie, fidèle à lui-même, le futur roi se lance dans un petit jeu qui pourrait bien choquer la royauté. Un véritable bachelor royal s’installe au château avec à sa tête le plus déjanté des héritiers. Et même si l’on se doute de la finalité, cela n’entache en rien le plaisir que l’on ressent à le suivre à chaque rendez-vous. C’est tellement agréable, tellement divertissant qu’on en veut toujours plus.

La rencontre avec la jolie et discrète Sarah est rafraîchissante, car sur un pied d’égalité. Ils évoluent côte à côte et malgré leur statut et le protocole ils définissent tous les aspects d’une relation simple basée sur des échanges directs et amusants. Il y a un tel contraste entre ces deux personnages, une telle connexion que c’est un réel plaisir de les voir se rapprocher et se lier jour après jour.

Au-delà de cette idylle naissante, j’ai également beaucoup apprécié le vécu de ces personnages, les difficultés qu’ils ont traversées et les démons qui les hantent encore parfois. Loin des individus parfaits que l’on s’attend à croiser dans ce genre de romance, Sarah et Henry prennent les rênes de leur destin et osent aller de l’avant. Le dernier chapitre de l’histoire nous prouve d’autant plus quel couple exceptionnel ils forment et à quel point ils sont prêts à assumer leurs responsabilités.

Dire que je suis fascinée par ce tome est un euphémisme tant j’en ai adoré chaque instant. Henry a une personnalité follement attirante qui m’a totalement séduite. Sarah est exactement la femme qui lui faut sur tous les plans. Ils m’ont fait rire, m’ont fait monter les larmes aux yeux et ont totalement conquis mon cœur.
Winner, Tome 2 : The Crime Winner, Tome 2 : The Crime
Marie Rutkoski   
4/5

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/books/332/chronique-the-curse-tome-2-the-winner-s-crime-de-marie-rutkoski

“If you won’t be my friend, you’ll regret being my enemy.”

Un seconde tome à la hauteur de mes attentes ! Beaucoup plus sombre et plus complexe que le premier, The Winner's Crime a su mettre la barre très haute. J'ai nettement préféré ce tome au premier alors que The Curse était déjà un très bon début !

Marie Rutkoski nous propose une fois de plus un livre rempli de personnages manipulateurs, de secrets, de complots et de plot twist impossible à prévoir. Et j'aime les livres imprévisibles ! Dans The Winner's Crime, aucun des personnages n'est épargné. Ils doivent tous faire face à des choix déchirants.

Kestrel est toujours aussi rusée mais, l'est-elle suffisamment face à l'empereur ? L'histoire se déroule effectivement au sein de la cours et l'intrigue tourne donc principalement autour des enjeux politiques. Contrairement au premier tome, celui-ci propose très peu de romance car Kestrel et Arin son séparés pendant la majorité du bouquin. Une fois réunis, leurs conversations sont brèves et retenues, bien que chargées d'émotions et de tension !

J'ai beaucoup aimé la tournure des événements même si c'est vrai que tous ces non-dits entre Kestrel et Arin ont un peu attisé ma frustration ! Ils sont clairement amoureux l'un de l'autre mais ils n'osent pas se l'avouer afin de protéger l'autre. Ahlala. Néanmoins, je comprends leurs motivations donc ce n'était pas si agaçant que ça, c'était même plutôt logique, MAIS QUAND MÊME.

“Sometimes you think you want something,” Arin told him, “when in reality you need to let it go.”

Comme je le disais plus haut, les personnages en voient de toutes les couleurs ! Alors que Kestrel se rend compte de ce que signifie réellement une vie à la tête d'un empire, Arin, quant à lui, est prêt à tout pour mener son peuple vers la liberté. Il n'hésite pas à partir à la rencontre d'un autre peuple pour les rallier à sa cause, malgré le fait que cela ne s'avère pas être aussi facile que cela !

Dans ce tome, Kestrel n'a pas beaucoup d'alliés : l'empereur est un expert en manipulation ; ses anciens amis, Ronan et Jess, ne veulent plus la voir ; Arin est ailleurs… J'ai été agréablement surprise par le personnage de Verox (le fils de l'empereur qui va devenir le mari de Kestrel), je l'ai trouvé assez intéressant. Je pensais qu'il y aurait un triangle amoureux avec lui, Kestrel et Arin, mais non. (ouf !) Au début, je l'ai trouvé un peu fade mais, au final, c'était un bon ami pour Kestrel (elle avait vraiment besoin d'amis, haha !) Du côté de Arin, j'ai bien aimé le personnage de Roshan (du peuple de Dacran) : un personnage singulier mais qui a réussi à me captiver et à m'intriguer.

J'ai trouvé que The Winner's Crime était plus sanglant que The Curse, ce qui est un bon point pour moi ! Il y a même l'un des personnages principal qui se retrouve défiguré de façon permanente, ce que l'on ne trouve pas souvent dans les livres. J'ai aimé le fait que l'auteure n'ait pas eu peur de malmener ses précieux personnages, mwuahahah.

par wilkymay
Les Chroniques de Ren, Tome 2 : Messager Les Chroniques de Ren, Tome 2 : Messager
Faith Kean   
Honnêtement, ce livre n'a pas grand chose à voir avec le tome précédent.

Il se consacre davantage sur la place de Ren et son rôle à jouer dans ce monde.

Je ne vais pas vous mentir Ryhad m'a cruellement manqué dans ce tome.
Heureusement qu'on a parfois quelques scènes, mais c'est bien trop peu à mon goût.

L'histoire m'a beaucoup moins emballé, je n'étais pas à fond dedans comme avec le tome 1, et c'est bien dommage.

Pour moi, il y a donc une baisse de régime avec ce second tome.

Il n'est pas parvenu à éveiller mon intérêt plus que cela, sauf à la fin, la dernière partie, quand Ryhad rencontre l'héritier des loups.

Clairement, j'attends beaucoup mieux pour la suite, et tout mes espoirs se fondent sur le prochain tome.
Les chroniques de Ren, Bonus : Féerie à Ferin Les chroniques de Ren, Bonus : Féerie à Ferin
Faith Kean   
Cette nouvelle est une bouffée d’air pur et de fraicheur. Qu’est ce que j’ai rigolé !

Comme à son habitude, Ren bouscule les codes à la cour. A Ferin, les fêtes humaines sont méconnus et inexistantes. Ayant vécu sur Terre depuis toujours, celui-ci aime célébrer toutes sorte de fête et Noël en fait parti. Cette fête en particulier tient à coeur à notre humain. C’est un moment de plaisir, de rassemblement avec les gens que l’on aime. Le plus difficile pour Ren, c’est de convaincre Ryhad. Celui-ci ne voit pas l’interêt de cette fête et la trouve stupide. Néanmoins, pour faire plaisir à son âme soeur, il serait capable de beaucoup. Il lui lance tout de même un pari. S’il arrive à convaincre le roi, alors il pourra organiser cette fête qui lui tient à coeur.
Ce qui Ryhad ne sait pas, c’est que Ren est plein de ressource. Il arrive, grâce au consort du Roi, à lui faire accepter la célébration de Noël. Toutefois, le plus difficile reste à faire. Que peut-il offrir à un homme qui possède déjà tout ce qu’il veut et qui est riche ? C’est toute l’intrigue de cette petit histoire.
Ren est toujours aussi naturel et adorable. Il va avoir une idée mais l’assumer, c’est autre chose. Il m’ avait mourrir de rire surtout lorsqu’il est gêné. Il s’ouvre enfin et ose des choses qu’il n’aurait jamais fait jusqu’ici.
Ryhad montre une autre facette de lui. Il sait finalement être doux et romantique. Je n’aurai pas du tout parié dessus au début. On est loin de la première impression qu’il avait faite. Au contact de Ren, il change et évolue et c’est ce que j’apprécie avec ce personnage.

Ce bonus est tout en douceur et en poésie. Pas de disputes entre les amoureux, juste un moment de tendresse, de douceur et d’amour. On découvre les personnages dans un moment intime et précieux. Noël, même à Ferin, recèle de magie, de joie, de partage et de beauté. C’est ce que retranscrit l’auteur à travers cette nouvelle qui m’a enchanté.
Cette nouvelle ce lit après le premier tome mais peu aussi se lire après avoir lu la trilogie (comme moi).
Les Chroniques de Ren, Tome 3 : Guerrier Les Chroniques de Ren, Tome 3 : Guerrier
Faith Kean   
Trilogie se finissant en beauté. Ce tome est à la hauteur des deux autres et j'espère sincèrement que Faith Kane prévois de faire une suite sur Acquen & Lyhanon et sur le développent du petit Ryhuren & Cade !! Tout en faisant qu'en arrière plan nous voyons la relation de nos deux héros... Quel beau rêve ça serais.
Magnifique série qui restera gravé jamais dans ma mémoire comme une des meilleur dans son style !

par Alessiap
Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction
Carian Cole   
MA NOTE : 4,5/5

TIED est le deuxième tome de la série Devils Wolves, le premier étant TORN

Tyler découvre Holly sous une sorte de trappe, par hasard, au milieu des bois qu’il hante depuis la vie d’ermite qu’il s’est imposée. Elle avait été victime des abus en tous genres d’un monstre qui l’avait enlevée alors qu’elle n’était qu’une fillette. En l’arrachant à ce trou, où ses seuls compagnons étaient un chien sans cordes vocales lui permettant d’aboyer et le sac à dos qu’elle portait le jour de son enlèvement, renfermant les contes de fées qu’elle a tant lus et relus pour lui donner le courage d’espérer qu’un jour viendrait où un prince viendrait la sauver, elle a tenu le coup pendant une décennie…
TIED est mon premier roman de Carian Cole. Et quel talent !
Ce n’était pas une histoire facile à raconter.
Celle de Tyler est tragique, d’abord avec l’accident où il est gravement brûlé, notamment au visage, puis avec les conséquences et tristes choix qui se succèdent après : il était une idole du lycée, un athlète promis à un bel avenir, puis il perd tout ; sa petite amie le laisse tomber parce qu’elle ne supporte pas de le regarder, il tombe dans une spirale de désarroi, d’addictions et d’autodestruction qui provoquera également une très lourde perte, ce qui le conduira finalement à s’isoler de toute sa famille.
Il vit donc dans les bois et prend un malin plaisir à effrayer les randonneurs, avec ses masques horrifiques. Mais il sauve également les animaux ou retrouve ceux qui se sont égarés.

Lorsqu’il sauve Holly, celle-ci doit entreprendre le dur chemin vers la réadaptation et la réinsertion dans la société. Elle a tant de chose à rattraper et à assimiler, tant de traumatismes à surmonter. Elle s’accroche toujours à son petit sac à dos et à ses contes et elle constate aussi, hélas, qu’elle n’est plus qu’une étrangère pour ses parents, une sœur morte-puis vivante pour la petite sœur qui est née quelques années après sa disparition. Elle ne se sent réellement acceptée et chérie que par sa grand-mère son frère aîné et sa future belle-sœur.
Elle avait tenté d’avoir des nouvelles du jeune homme qui l’avait retrouvée, et de son chien, mais ses parents l’ont tenue à l’écart de tout, d’abord dans un centre spécialisé pendant un an, et même lorsqu’elle s’est installée dans une résidence pour des anciens patients comme elle.

Chaque jour, elle souhaite cependant repousser les limites que sa famille lui imposent, elle veut passer son permis, trouver un petit boulot. Elle s’obstine à marcher seule un peu plus loin chaque jour. Jusqu’à l’orée des bois.
Un jour, elle pénètre finalement la forêt et n’en croit pas ses yeux lorsqu’elle croise son chien (censé avoir été adopté par une famille adoptive aimante) … en compagnie du jeune homme aux yeux bleus, ce regard auquel elle s’était si désespérément accrochée lorsqu’il l’a retrouvée, et même après ce jour-là.
L’auteure nous narre donc cette histoire à travers le double point de vue, celui d’une Holly encore immature à bien des égards, mais si courageuse et obstinée aussi, et celui d’un Tyler silencieux, torturé et amer, qui va pourtant commencer à parler, sourire et s’ouvrir grâce à cette jeune fille qui, avec son passé, devrait pourtant être terrorisée par son apparence et son hostilité.
Mais curieusement, s’il y a bien une seule personne avec laquelle Holly se sente en sécurité, même en pleine forêt, c’est Tyler.
Et s’il y a bien une seule personne qui ne semble pas rebutée par l’apparence de Tyler, bien au contraire, c’est Holly.

L’auteure décrit avec beaucoup d’intelligence les sentiments et la confusion d’une jeune Holly retrouvée, qui sent pourtant qu’elle n’a plus vraiment sa place au sein de son foyer, et qui s’accroche à son idéal de conte de fées. Nous découvrons aussi des bribes de son passé, de ce qu’elle a supporté, ce n’est jamais bien long, mais cela suffit à imaginer l’ampleur de la cruauté dont elle a été victime durant toutes ces années.
Nous en apprenons aussi davantage sur le passé de Tyler, les terribles évènements qui en ont fait l’homme qu’il est aujourd’hui.


Ce récit est empli d’émotions fortes, nous ressentons la froideur des parents qui sont incapables de gérer le retour d’une enfant disparue, la cruauté du ravisseur, la force d’Holly, pour avoir survécu mais également dans sa façon de se reconstruire et d’avancer, de mûrir, d’assimiler ses sentiments, ses sensations nouvelles qu’elle découvre, et d’oser en vouloir plus dans la vie et de repousser ses limites.
Et il y a tellement de tendresse.
Ce livre plein de contrastes, il est sombre à bien des égards, et également profondément émouvant, et j’ai réellement beaucoup aimé l’évolution des sentiments entre les deux héros est très bien écrite.

Il y aura également quelques rebondissements inattendus, et le dénouement est parfait.

Encore une auteure à découvrir !

T'as qu'à maigrir ! Tome 1 T'as qu'à maigrir ! Tome 1
Mo Gadarr   
Que vous pesiez 50, 60 ou 120 kilos, ne vous est-il pas arrivé de détester ce que vous découvriez dans le miroir le matin ? Sommes-nous toujours sympas avec notre corps ?"

Lorsque Mo GADARR a dévoilé ce qui se préparait pour son nouveau roman à paraître en auto-édition, quelque chose me disait que cette histoire allait forcément résonner en moi. Et lorsqu’elle a proposé un SP sur ce titre, j’ai foncé. Merci à toi de me faire confiance dans cette aventure !

C'est sur une description peu flatteuse qu'elle fait d'elle même, que j'ai rencontré Slima dite Slim, à l'accueil d'un collège de Mérignac dans lequel elle travaille. 1m75, 121 kgs ; elle nous immerge immédiatement dans ce qu'est son quotidien de personne rangée dans la catégorie "obèse" qui a tenté de rentrer dans "les normes esthétiques" sans jamais y parvenir car addicte aux grignotages. Rien dans son physique ne trouve grâce à ses yeux avec de trop de ci, pas assez de ça, en totale dévalorisation et ses pensées sont trop souvent renvoyées vers la nourriture qu'elle aime comme toute bonne vivante.

"Mes kilos en trop ? Je m'en fous même si je ne peux ignorer la douleur vive qui me broie le coeur quand on me renvoie dans les filets de ma grosseur"

Grande fan de romances, elle ne peut pas s'identifier aux héroïnes mais elle s'estime heureuse d'être en couple depuis 5 ans avec Grégory et d'avoir une adorable fillette de 4 ans, Lila. Et d’avoir, dans sa vie, Nawel, sa meilleure amie, ronde comme elle et toujours franche car en vraie amie, elle s'inquiète avant tout pour sa santé.

"Un homme qui m'aime et une petite folle adorable : n'est-ce pas ça le bonheur ?"

Mais lorsque l'être aimé fait ses valises, après des mots très durs échangés, la culpabilité de l'échec sentimental pointe son nez. Se retrouvant seule avec sa fillette, elle va se lancer dans un défi de taille : tenter de perdre ce poids qu'elle tient pour responsable de ses malheurs, avec l'aide d'Ulrich, coach en remise en forme et minceur qui n'a jamais connu l'échec – d’un genre un peu particulier et pas très avenant au premier contact, soyons claires -.

"L'heure est grave. Je dois maigrir quitte à supporter un tueur en série s'il le faut"

Prendre la décision de maigrir est quelque chose de difficile car demandant de l’investissement et de la patience. Et ce dernier trait de caractère n’est pas en première place parmi ceux de Slim ; ce qui pourrait bien lui occasionner certaines déconvenues dans son parcours. Ajouté à cela le comportement déconcertant de son coach, la rencontre avec Stanley, bellâtre se pâmant rapidement d’amour pour elle et son ex qui lui réserve des surprises inimaginables, Slim risque bien de regretter ses kilos en trop et son travail d’agent d’accueil pour ne même pas être sûre de ce qui l’attend à l’arrivée.

Bienvenue dans un monde où la minceur est reine et où les apparences peuvent être souvent trompeuses !

Sous ce caractère jovial et indifférent à la réalité, que cache Slim ?
Saura-t-elle garder le sens de la réalité et des priorités lors de sa rencontre commando avec Ulrich ?

D’entrée de jeu, l’auteure ne cache pas qu’il y a beaucoup d’elle dans ce roman, de son vécu et sûrement de son ressenti par rapport à un fait de société pas tabou mais dérangeant : l’obésité ou le surpoids chez les femmes. Et sincèrement, j’ai aimé le fait qu’elle ne s’en cache pas ; ce sujet-là étant particulièrement difficile à évoquer par les femmes qui sont concernées. L’étant de près – de manière moins importante mais quand même… -, ce roman a forcément éveillé en moi tout un tas de choses et une multitude de sentiments.

Mo GADARR revient en force avec ce feel good romantique tellement authentique de par tout ce qu'il contient de vérités sur le comportement ou de fausses excuses trop souvent rencontrées chez les personnes en surpoids et mal dans leur peau (chez moi la première !). Je n'avais pas lu 10 pages que j'avais l'impression de me prendre en pleine face un pan de ma vie dont je ne suis pas forcément fière.

C’est avec une justesse très fine que Mo GADARR développe le sujet choisi d’un bout à l’autre de ce livre. Elle évoque de manière parfaite toutes les embûches qui peuvent être rencontrées, tous les comportements qui peuvent découler d’un tel processus et le regard que l’on a sur soi mais aussi le regard des autres du début à la fin.

Au travers du personnage de Slim, l’auteure arrive à nous faire prendre conscience de ce qu’est la vie d’une personne en surpoids, ce qu’elle ressent physiquement et émotionnellement et le regard qu’une société trop exigeante pose sur elle. Et je peux vous dire que lorsqu’on connaît le sujet, ça interpelle sérieusement !

Sous sa jovialité communicative et sa touchante maladresse à répétition, Slim est une jeune femme que beaucoup aiment comme une amie mais sentimentalement parlant, ça ne s’est pas bousculé autour d’elle. Oui, elle a un compagnon, une adorable fillette mais on se rend compte qu’elle se repose sur ses acquis sans jamais imaginer que tout peut s’arrêter – ce que beaucoup d’entre nous font, n’est-ce pas ? - Elle a conscience de son problème de poids mais ne fait rien pour soigner son addiction au grignotage. Son homme l’aime, alors où est le problème ? Mais on ne sait jamais de quoi demain est fait !

Lorsque Greg va la quitter et que sous la pression familiale Slim va décider de prouver à tout le monde qu’elle est capable de maigrir, c’est à l’évolution d’une Slim qu’on va assister au fil des pages. Je ne vais pas vous spoiler l’histoire mais l’auteure a parfaitement su retranscrire ce parcours pas toujours rose, où toute décision a son importance et où toute rencontre peut être décisive. Dans ce roman, tous les personnages ont leur importance et reflètent bien une réalité parfois dure avec des textes percutants et attristants.

J’avoue que je n’ai pas su en vouloir à Slim pour son comportement laxiste et insouciant en matière de poids; je ne vaux pas mieux qu’elle malheureusement, la volonté m’ayant quitté il y a 3 ans. Professionnellement, elle est parfaite dans son travail et en tant que maman, elle est sans nul doute possible, totalement accomplie et aimante envers sa fillette – qui notons-le, n’a pas sa langue dans sa poche comme tout enfant de cet âge -.

"T'as qu'à maigrir et papa va r'venir..."

Il faut dire que côté familial, Slim n’est pas vraiment aidée avec une mère obsédée par la perfection, une sœur dont la silhouette se rapproche plus de celle des mannequins fièrement exhibés sur les pages glacées des magazines ; donc, une famille qui ne l'a jamais comprise et a enchaîné brimades sur brimades. Ce côté familial de l’histoire peut être parfois poignant à lire surtout lorsqu’il s’agit du comportement et des paroles d’une mère envers son enfant. Malheureusement, c’est un passage obligé car il ne faut pas se voiler la face : ça doit bien exister !

« Je commence à espérer que d’ici quelques mois tu puisses un jour devenir superbe ! Alors surtout, ce soir, ne t’empiffre pas comme tu as l’habitude de le faire quand tu sors, hein ? »

Que dire de Greg ? Le moins possible puisqu’il est à l’origine du bouleversement de la vie de Slim. Il l’a quitté mais il est présent tout au long de l’histoire, compte tenu qu’il est le père de son enfant. Parti mais toujours bien présent !

Et le fameux coach Ulrich, voulez-vous que je vous en parle ? Parce que là, c’est un sacré personnage avec certaines zones d’ombre sur lesquelles on a qu’une envie c’est de lever le voile dessus. Je pourrais dire que Mo GADARR l’a parfaitement chouchouté tant il m’a fait passer par des sentiments tellement différents. C’est en partie grâce à lui qu’on a cette notion de feel good car il est à l’origine – avec Slim - de joutes verbales détonantes, de situations cocasses, d’échanges piquants. Je l’ai détesté, je l’ai adoré, il m’a fait fondre. Imprévisible, versatile, Mi-ange, mi démon, il m’a fait craqué sous toutes ses facettes.

"Ici, celui qui l'ouvre est celui dont j'ai recueilli la sueur de ses efforts et surtout tous ses kilos en trop ! Toi, vu ton poids, je te garantis qu'on ne t'entendra pas de sitôt "

Enfin, il y a Nawel, la meilleure amie qui tout du long est là pour soutenir son amie de ce chamboulement. Aussi Stanley, pour lequel un mystère plane jusqu’au bout et qui m’a laissé dubitative car je ne suis pas arrivée à m’attacher à lui à cause de son comportement. Oui, il m’a agacé sérieusement ! Et Gunter, le père d’Ulrich, que j’ai aimé petit à petit. Très beau personnage, très juste. Oserais-je dire un peu plus humain que son fils ?

La réussite d'un amaigrissement ne passe pas seulement par la volonté de le faire pour soi ou pour quelque raison esthétique que ce soit. Ça passe aussi par le parler positif dans lequel on saura trouver la force nécessaire pour parvenir au bout d'un parcours de longue haleine. Mais aussi par l’aide extérieure qui nous pousse vers le haut et non pas vers le bas. Et ce roman est l’illustration parfaite que des paroles toutes faites, que les paroles vont plus vite que la pensée, que des mots durs et blessants peuvent être prononcés ; rendant finalement, la personne en surpoids, seule responsable de sa situation et de ses malheurs. Mais la beauté est-elle la seule chose qui compte ? Ne dit-on pas que la beauté intérieure est plus importante que la beauté extérieure ?

"T'es la meilleure peu importe le poids que tu fais. Il te suffit de prendre confiance en toi et tu peux réussir n'importe quoi"

Cette histoire parlera, sans aucun doute, de manière forte, à toutes ces femmes qui souffrent de leur apparence, du regard de la société et des codes esthétiques qu'elle impose. Personnellement, j’ai fait le deuil de cette caractéristique physique ; un peu résignée à l’image que Slim a d’elle-même. Je n’ai jamais cru qu’il fallait s’affamer pour espérer mincir, comme nous le promettent des publicités que je trouve mensongères et vendant de la poudre aux yeux, et je préfère garder mes rondeurs qu’elles soient gênantes ou non avec toutes les contraintes que cela m’occasionne.

Mo GADARR ne se pose pas en donneuse de leçons ; elle point juste du doigt des réalités douloureuses où pour être intéressante, pour espérer s’habiller de manière attrayante ou tout simplement être aimée, il faut entrer dans une grille de mensurations parfaites. Mais comme elle le dit si bien,

"L'amour n'est pas une question de kilos"

C’est bel et bien une romance feel good de haute qualité, que nous offre sur un plateau Mo GADARR. C’est un sacré retour qui m’a ravi et c’est en quelques heures à peine que j’ai dévoré cette gourmandise, car oui, moi aussi, je suis une gourmande mais pas que de nourriture : de la vie et d’excellentes histoires aussi. Et là, ma gourmandise a été en partie comblée car c’est quoi cette fin ? Forcément, nous sommes sur un T1 donc il y a une suite que j’ai hâte de découvrir. Car impossible que je reste sur ma faim trop longtemps !

Vous aimez cette auteure, vous aimez les romances feel good et vous voulez une belle lecture ! T’as qu’à maigrir – T.1 fait partie de ces belles surprises de l’été. Alors, n’hésitez plus ! C’est un beau coup de ♥ pour moi !

par Gaelle-99

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode