Livres
461 733
Membres
418 361

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Robin26 2016-04-21T15:48:27+02:00

« Il ne veut pas lui gâcher la vie. Mais la vie est un gâchis, lui ai-je répondu. Profond, n'est-ce pas ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Papillotte34 2015-12-03T13:29:34+01:00

Oui, tu as mis mon cœur en pièces, mais j'ai recollé les morceaux, et la vie a repris son cours.

Je secouai la tête. Recollé les morceaux ? Au secours. C'est tout le problème quand on tombe amoureux. On commence à parler comme une chanson country pour les ploucs.

Afficher en entier
Extrait ajouté par duduV 2014-03-08T17:21:35+01:00

Vous vous rappelez cette scène des Aventuriers de l'arche perdue où une étudiante avait écrit LOVE YOU sur ses paupières ? J'avais vécu quelque chose de similaire durant mon premier semestre. Sauf que le premier mot n'était pas LOVE, et le second était ME.

Afficher en entier
Extrait ajouté par duduV 2014-03-08T17:18:43+01:00

Je crois qu'une fois - peut-être deux - dans sa vie, on se sent attiré par quelqu'un d'une manière viscérale, immédiate...plus puissante qu'un aimant. C'est ce qui m'était arrivé avec Natalie. Quelque fois, ça s'arête là. Quelque fois, ça grandit, prend de l'ampleur et se mue en un raz de marée parti pour durer éternellement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Robin26 2016-04-21T15:49:42+02:00

« En un sens, j'étais un homme en cavale. Je me souvins d'un film où un fuyard échangeait sa plaque d'immatriculation avec celle d'une autre voiture. Ce serait une idée. Trouver une voiture en stationnement, dévisser la plaque. Sauf que je n'avais pas de tournevis. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Papillotte34 2015-12-03T13:30:24+01:00

Musclor se rapprocha d'un peu trop près. J'avoue, je n'en menais pas large, mais mon expérience de videur dans les bars m'avait appris une chose. Ne jamais montrer qu'on a peur. C'est ce qu'on entend toujours à propos du règne animal, et croyez-moi, il n'y a pas d'animal plus sauvage que l'être humain qui part pour "décompresser"dans un bar ouvert la nuit

Afficher en entier
Extrait ajouté par Yumeko 2015-09-16T18:01:52+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)S'il t'arrive quelque chose, je n'y survivrai pas. Tu comprends ça ? C'est pour ça que je me suis éclipsée la première fois. Je peux vivre en te sachant malheureux. Mais pas en te sachant mort.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LetItBurn 2015-07-30T14:43:27+02:00

L'amour ne nous avait pas rendus aveuglés. Bien au contraire. Il nous a permis d'y voir clair, et c'est pour ça que je suis incapable de baisser les bras. Je n'aurais jamais dû lui faire cette promesse-là. La confusion était dans ma tête, mais pas dans mon cœur. J'aurais dû écouter mon cœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ISA62 2014-10-06T18:02:29+02:00

Croyez-vous au coup de foudre ? Moi non plus.

Je crois, en revanche, à une attirance profonde, pas seulement physique, au premier regard. Je crois qu'une fois - peut-être deux - dans sa vie, on se sent attiré par quelqu'un d'une manière viscérale, immédiate... plus puissante qu'un aimant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par doubleH 2013-07-30T16:13:07+02:00

1

Assis dans la rangée du fond, j'assistais au mariage de la femme de ma vie. Avec un autre.

Natalie était en blanc, bien sûr, et tout simplement sublime. Sa beauté semblait me narguer. Elle avait toujours eu ce côté vulnérable, mélange de force et de douceur, mais ce jour-là, je lui trouvais un air évanescent, presque irréel.

Elle se mordit la lèvre. Je repensai à ces grasses matinées où nous faisions l'amour, après quoi elle enfilait ma chemise bleue, et nous descendions prendre le petit déjeuner. On lisait le journal, puis elle sortait son carnet de croquis et commençait à griffonner. Pendant qu'elle me dessinait, elle se mordait la lèvre comme maintenant.

Mais qu'est-ce qui m'avait pris de venir ?

Croyez-vous au coup de foudre ? Moi non plus. Je crois, en revanche, à une attirance profonde, pas seulement physique, au premier regard. Je crois qu'une fois – peut-être deux – dans sa vie, on se sent attiré par quelqu'un d'une manière viscérale, immédiate… plus puissante qu'un aimant. C'est ce qui m'était arrivé avec Natalie. Quelquefois, ça s'arrête là. Quelquefois, ça grandit, prend de l'ampleur et se mue en un raz de marée parti pour durer éternellement.

Et quelquefois, on se met le doigt dans l'œil jusqu'au coude.

J'avais pensé naïvement que nous deux, c'était pour toujours. Moi qui fuyais toute forme d'engagement, j'avais su d'emblée – enfin, au bout d'une semaine – que cette femme-là, je me réveillerais à ses côtés chaque jour que Dieu fait. Que je donnerais ma vie pour elle. Que je ne pourrais plus me passer d'elle, et qu'avec elle, le quotidien deviendrait inoubliable.

Pitoyable, n'est-ce pas ?

Le révérend au crâne rasé était en train de parler, mais le sang qui palpitait dans mes oreilles m'empêchait de suivre son discours. Je fixais Natalie. Je voulais qu'elle soit heureuse. Ce n'était pas un vœu pieux, un bobard qu'on se raconte. Car, pour être honnête, quand l'autre ne veut plus de nous, on aurait tendance à lui souhaiter tous les malheurs du monde, non ? Moi, je le pensais vraiment. Si j'avais été convaincu que Natalie serait plus heureuse sans moi, je l'aurais laissée partir, quitte à en souffrir comme un damné. Mais je n'étais pas convaincu, quoi qu'elle dise ou fasse. Ou alors je me cherchais des justifications, je me mentais à moi-même.

Natalie n'avait même pas regardé dans ma direction, mais je vis sa bouche se crisper. Elle savait que j'étais là. Ses yeux étaient rivés sur son futur époux. Qui, je l'avais appris récemment, se prénommait Todd. Je déteste ce prénom, Todd. Todd. À tous les coups, on le surnommait Toddy, Toddman ou le Toddster.

Todd avait les cheveux longs et une barbe de quatre jours… Certains trouvaient ça cool, et d'autres, comme moi, auraient plutôt eu envie de le baffer. Son regard glissa subrepticement sur l'assistance avant de s'arrêter, eh bien, oui, sur moi. L'espace d'une seconde, il parut me jauger, puis décida que je n'étais pas digne d'intérêt.

Pourquoi Natalie avait-elle renoué avec lui ?

La demoiselle d'honneur était sa sœur Julie. Elle se tenait sur l'estrade, un bouquet dans les mains et un sourire éteint, mécanique, aux lèvres. Nous ne nous étions jamais rencontrés, mais j'avais vu des photos et les avais entendues parler au téléphone. Julie aussi semblait frappée de stupeur. Je cherchai ses yeux, mais elle regardait obstinément dans le vague.

Me tournant vers Natalie, j'eus l'impression qu'une série d'explosions se déclenchait dans ma poitrine. Bang, bang, bang. Franchement, ce n'était pas une bonne idée. Lorsque le témoin sortit les alliances, je sentis mes poumons se contracter. L'air commençait à me manquer.

J'en avais assez vu.

J'étais venu, je pense, pour m'assurer que c'était bien vrai. J'avais appris à mes dépens qu'il fallait que j'en passe par là. Mon père était mort d'un infarctus massif quand j'avais dix-huit ans. Il n'avait jamais eu de problèmes cardiaques et dans l'ensemble se portait plutôt bien. Je me revois dans la salle d'attente : le médecin m'appelle dans son bureau et m'annonce la terrible nouvelle. Sur ce, on me demande – à l'hôpital, puis dans la maison funéraire – si je veux voir son corps. Je refuse. Je n'avais sans doute pas envie de garder cette image de lui, gisant sur un chariot ou dans un cercueil. Je voulais me souvenir de lui tel que je l'avais connu.

Mais les mois passant, j'eus de plus en plus de mal à me faire à l'idée de sa mort. Lui si dynamique, si vivant. Deux jours avant sa disparition, nous avions assisté à un match de hockey – papa avait un abonnement pour les New York Rangers – ; cela s'était terminé par des prolongations, et nous avions hurlé, exulté… Comment était-ce possible qu'il soit mort ? J'en vins à me demander s'il n'y avait pas eu erreur ou bien si tout cela n'était pas un énorme coup monté, et si finalement papa n'était pas toujours en vie. Je sais que ça ne tient pas debout, mais le désespoir, ça peut vous jouer des tours, et si vous lui laissez le champ libre, il trouvera toujours une alternative.

Quelque part, je suis toujours hanté par le fait de n'avoir jamais vu le corps de mon père. Je ne tenais pas à commettre la même erreur ici. Pour filer la bancale métaphore, je venais de voir le cadavre de mes propres yeux. Inutile de tâter son pouls, de le toucher du doigt ou de m'attarder plus longtemps à ses côtés.

J'essayai de m'éclipser le plus discrètement possible. Pas facile quand on mesure un mètre quatre-vingt-quinze et qu'on est, selon l'expression de Natalie, « taillé comme un bûcheron ». J'ai de grandes mains. Natalie avait aimé ça. Elle avait aimé les tenir dans les siennes et tracer des lignes dans ma paume. Elle disait que c'étaient de vraies mains, des mains d'homme. Elle les avait dessinées également car, selon elle, elles en disaient long sur moi… sur le fait que j'étais issu du milieu ouvrier, que j'avais travaillé comme videur dans un night-club pour payer mes études à Lanford College, et aussi que j'étais maintenant le plus jeune professeur de leur département de sciences politiques.

J'émergeai en titubant de la petite chapelle blanche dans l'air tiède de l'été. L'été. C'était donc ça ? Une simple amourette estivale ? Non pas entre deux ados survoltés cherchant à tuer le temps dans un camp de vacances, mais entre deux adultes en quête de solitude dans une retraite… elle pour peindre, moi pour rédiger ma thèse de doctorat. Deux adultes qui s'étaient rencontrés, qui s'étaient aimés, et maintenant que septembre n'était pas loin, eh bien, toutes les bonnes choses ont une fin, c'est ça ? À elle seule, notre liaison avait quelque chose d'irréel, arrachés comme nous l'étions l'un et l'autre à la routine du quotidien. C'était peut-être ce qui l'avait rendue si extraordinaire. Le fait de vivre dans une bulle hors de la réalité. Ou peut-être que je déraillais.

De l'intérieur de la chapelle me parvint un bruit d'applaudissements. Cela me tira de ma prostration. La cérémonie était terminée. Todd et Natalie étaient à présent M. et Mme Barbe-de-quatre-jours. Ils n'allaient pas tarder à descendre la travée centrale. Est-ce qu'on leur jetterait du riz ? Todd n'apprécierait sûrement pas. Ça risquait de le décoiffer et de se coincer entre ses poils.

Je contournai la chapelle blanche juste au moment où ses portes s'ouvraient à la volée. Je contemplai la clairière. Il n'y avait rien à voir de précis. C'était juste une clairière. Avec des arbres au loin. Les chalets étaient de l'autre côté de la colline. La chapelle faisait partie de la résidence d'artistes où logeait Natalie. Moi, j'habitais un peu plus loin, dans une résidence pour écrivains. L'une et l'autre étaient de vieilles fermes du Vermont où l'on pratiquait encore un peu d'agriculture biologique.

— Salut, Jake.

Je pivotai en direction de la voix familière. Natalie était là, à une dizaine de mètres de moi. Je jetai un rapide coup d'œil sur son annulaire gauche. Comme lisant dans mes pensées, elle leva la main pour me montrer son alliance toute neuve.

— Félicitations, dis-je. Je suis très heureux pour toi.

Elle ne releva pas.

— Je n'en reviens pas que tu sois là.

J'écartai les bras.

— On m'a dit que les petits-fours étaient délicieux. Je n'ai pas pu résister.

— Très drôle.

Je haussai les épaules tandis que mon cœur tombait en poussière et s'envolait au vent.

— Tout le monde disait que tu ne viendrais pas, fit Natalie. Mais moi, je savais que je te verrais.

— Je t'aime encore.

— Je sais.

— Et toi aussi, tu m'aimes.

— Non, Jake. Tu vois ceci ?

Elle agita le doigt avec l'alliance sous mon nez.

— Chérie ?

Todd et sa pilosité faciale surgirent à l'angle de la chapelle. En me voyant, il fronça les sourcils.

— Qui est-ce ?

Mais il était clair qu'il savait.

— Jake Fisher, répondis-je. Tous mes vœux de bonheur.

— Je ne vous ai pas déjà vu quelque part ?

Je laissai à Natalie le soin de s'expliquer. Elle posa une main rassurante sur son épaule.

— Jake a posé pour bon nombre d'entre nous. Tu l'as sans doute reconnu d'après nos dessins.

Il continuait à froncer les sourcils. Natalie se plaça devant lui.

— Tu peux nous laisser deux secondes ? J'arrive tout de suite.

Todd me regarda. Je ne bronchai pas.

— OK, acquiesça-t-il à contrecœur. Mais fais vite.

L'œil noir, il rebroussa chemin. Je pointai le doigt dans sa direction.

— Voilà un gai luron ou je ne m'y connais pas.

— Pourquoi es-tu venu ?

— Il fallait que je te dise que je t'aime. Que je t'aimerai toujours.

— C'est fini, Jake. Tu as la vie devant toi. Tu t'en remettras.

Je ne dis rien.

— Jake ?

— Oui ?

Elle pencha légèrement la tête. Sachant très bien l'effet que cela me faisait.

— Promets-moi de nous laisser tranquilles.

Je ne réagis pas.

— Promets-moi de ne pas nous suivre, de ne pas appeler ni même envoyer des mails.

La douleur dans ma poitrine s'accrut, devint lourde et lancinante.

— Promets-moi, Jake. Promets-moi de nous laisser tranquilles.

Son regard accrocha le mien.

— OK, dis-je. Je promets.

Sans un mot de plus, Natalie retourna vers l'entrée de la chapelle, vers l'homme qu'elle venait d'épouser. Je restai là à tenter de reprendre mon souffle. J'essayai la colère, j'essayai la désinvolture, j'essayai de lui dire que dans l'histoire, c'était elle qui avait le plus à perdre. J'essayai même de me conduire en adulte, tout en sachant pertinemment que c'était reculer pour mieux sauter… pour éviter d'admettre que j'étais tout simplement anéanti.

J'attendis derrière la chapelle que tout le monde s'en aille. Puis je revins sur mes pas. Le pasteur au crâne rasé se tenait sur les marches. Avec Julie, la sœur de Natalie. Elle posa la main sur mon bras.

— Ça va, Jake ?

— Super, lui répondis-je.

Le pasteur me sourit.

— Belle journée pour un mariage, ne trouvez-vous pas ?

Je clignai des yeux au soleil.

— Sûrement.

Et je tournai les talons.

Je ferais ce que Natalie m'avait demandé. Je la laisserais tranquille. Je penserais à elle tous les jours, mais je ne chercherais pas à la joindre ni même à la localiser sur le Net. Je tiendrais ma promesse.

Pendant six ans.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode