Livres
388 702
Comms
1 362 606
Membres
277 314

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Bordel, c'était...

Je me mets à sourire.

- La suite allait venir Monsieur Patience !

- Monsieur Patience ?

Pas mal comme surnom.

- Oui Monsieur Patience.

- J’ai le droit de t’appeler Madame Frustrante ?

- Tu veux finir eunuque ?

Afficher en entier
Extrait de Slaves, Tome 1 : Vie Humaine ajouté par lounagirlstar 2015-04-25T15:17:59+02:00

Je soupire intérieurement, mais pourquoi tu n'as pas dit non ? Parce que je ne sais tout simplement pas dire non !

- Alors ?

- Tu sais que tu gagnes toujours ?

- toujours beauté.

- T'es content hein ?

Dead prend un air supérieur, un sourire d'enfant.

- Absolument, alors ?

- Je fais des cauchemars.

- Yes, on avance, après "je ne dors pas bien", Faith dit " je fais des cauchemars" dans deux ans on saura pourquoi.

Afficher en entier
Extrait de Slaves, Tome 1 : Vie Humaine ajouté par jessika01 2014-05-26T18:43:45+02:00

Dead est bizarre parfois, il a toujours des idées bizarres: je dort avec toi mais on fera rien de sexuel; tu viens vivre avec moi, mais c'est juste parce que tu me plais, on se connais pas et tu me déteste , mais viens soyons amis et plus si affinité.

Afficher en entier

- La différence entre toi et moi, c'est que même si je t'en veux, je continue de t'aimer.

Je me fige.

- Tu crois que je ne t'aime pas c'est ça ? Mais le problème n'est pas là Dead !

- D'accord, tu m'aimes ?

Je vais le frapper !

- Tu le sais très bien ! Le problème est que justement tu le sais ! Et si tu l'ignorais ? Et si je ne te l'avais jamais dit ! Comment tu le vivrais ?!

- Mal, et je suis mal, parce que justement, tu ne l'as jamais véritablement dit.

Je me fige à nouveau. Si je l'ai dit, dans les toilettes... Non, il a raison je n'ai rien dit. L'homme que j'aimais c'est vague.

- Et si je te le disais ? Tu me répondrais ? Si je te disais que je t'aime est ce que tu me parlerais ?

Je fixe Dead, j'attends une réponse de sa part, un signe, un geste, un mot qui me ferait croire qu'il fait un pas. Je sais que je ne devrais pas jouer, mais

- Non.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier
Extrait de Slaves, Tome 1 : Vie Humaine ajouté par Brochmael 2015-06-20T18:26:52+02:00

Queen a l'air de fonctionner comme moi, des "oui" et des "non", mélangé à des "parce que" qui finissent par des "mais".

Afficher en entier

Mais Dead lui, n'a pas l'intention de parler, il m'attire vers lui, ses lèvres s'écrasant sur les miennes et ses bras s'enroulent autour de mon corps, ils me décollent du sol pour me guider vers la petite ruelle à notre gauche.

C'est là que tout dérape. Moi, lui, cette attirance, et ce désir que chacun de nous refoule depuis le début, mon cerveau se déconnecte, mais pour combien de temps ?

Mon dos heurte le mur en briques, me ramenant à la réalité, mes jambes sont suffisamment écartées pour laisser de la place au corps du vampire qui s'y glisse sans difficulté. Pas une seconde notre baiser n’est rompu, et j'avais raison, ses lèvres ont la capacité de me rendre folle.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier
Extrait de Slaves, Tome 1 : Vie Humaine ajouté par la-voyageuse 2017-06-23T17:36:54+02:00

Donc, reprend Dead, si je te demandais de m'épouser un jour, ta réponse serait non ?

 

Je suis la femme de ta vie ? C'est ce que tu insinues Dead ?

Je dois devenir rouge pivoine, d'ailleurs, je détourne le regard, que puis-je lui répondre...

 

- Je ne ferais pas une bonne épouse.

 

- Je n'en doute pas, mais bon, personne n'est parfait.

 

Salaud.

Afficher en entier
Extrait de Slaves, Tome 1 : Vie Humaine ajouté par zenith 2015-12-30T15:38:47+01:00

Je sais où l'on m'emmène, le gouvernement ne cache pas l'existence de cet endroit. Au contraire, tout le monde sait où se trouve le tribunal des Ventes. C'est un nouvel immeuble, sur le boulevard de Wall Street. Le Tribunal ressemble à... un tribunal. Un bâtiment moche, grand, sombre et flippant, comme presque tout dans cette ville maintenant.

Je me suis réveillée quelques minutes plus tôt dans cette camionnette, découvrant que la « chasse » a été bonne pour ses vampires. Nous sommes cinq dans le véhicule, trois filles, et deux garçons, tous aussi amochés les uns que les autres.

Merci la violence, merci à ses gros connards.

J'admire ces chasseurs de vampires, leur tête est, certes, mise à prix de partout dans le monde, ils font partie d'une sorte de rébellion, de résistance mais ils sont aussi redoutables que ceux qu'ils chassent, et possèdent un courage immense. J'aurais bien aimé être l'un d'entre eux ce soir, je ne me serais peut-être pas fait prendre comme une vulgaire bestiole.

J'ai mal au cœur quand j'entends les sanglots de l'une des femmes, j'aurais aimé la consoler, lui dire que tout se passerait bien. Mais je mentirais. Elle est plutôt jolie, pas magnifique mais jolie, le visage en cœur, des cheveux blonds aux épaules. Trempées par la pluie, ils ont l'air plutôt brun, mais elle fera certainement une esclave de catégories 2, j'espère pour elle dans le meilleur des cas, sinon... 3 si son nouveau « maître » possède de vraies beautés. Et être de la catégorie 3, c’est tout bonnement... dur pour une femme.

Voilà à quoi sont réduites les femmes humaines de nos jours, à des esclaves. Des esclaves de sang, de sexe, des poupées faites pour satisfaire. Les vampires ont encore besoin d'humains pour se nourrir, nous leurs sommes indispensable, sinon, sans cela, nous serions déjà tous morts. Mais le pire dans tout ça, c'est qu'ils se servent aussi de nous pour le sexe. C'est plus amusant de s'envoyer en l'air avec quelqu'un de « faible », de facilement dominable, quelqu'un de plus réceptif aussi, et je passe les cent mille raisons qu'une vampire journaliste a rédigé dans l'un de ses articles. D'après les rumeurs qui courent, ils sont insatiables de ce côté-là. Ils en voudraient toujours plus, le sexe pouvant se montrer très violent, possessif et... je soupire, je vais devoir écarter les cuisses à tout va maintenant. Vivre réellement ce que disent les rumeurs, ne plus jamais connaître un homme, doux, attentionné, qui t'emmène au septième ciel dans le plaisir, et non dans la douleur.

Afficher en entier