Livres
384 774
Comms
1 349 529
Membres
271 560

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Et merde, Ari ! C'est moi, Beau. Arrête avec les tabourets. Ca fait mal, putain !

Afficher en entier

- Et merde, marmonna-t-il en continuant à se frapper. Quel romantisme ! Bon sang, ça fait une éternité que j'attends ce moment. Avec toi. Je l'ai imaginé des millions de fois. Je n'ai pensé qu'à ça. Et quand le moment arrive enfin, le moment où je te dis que tu représentes absolument tout pour moi et que je ne veux pas vivre sans toi, je perds mes moyens, et tout ce que j'arrive à dire c'est trois mots, sans préambule, sans contexte.

Afficher en entier

- Je te disais ce que j'avais ressenti, dit-elle en ayant l'air de se retenir de rire.

Pourquoi donc aurait-elle envie de rire pendant un moment pareil ?

Elle serra brièvement sa main puis elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur sa joue.

- Tu es cuit, Beau Deveraux, chuchota-t-elle.

Afficher en entier

- Et bien, si tu ne veux pas profiter de moi, je suppose que c'est moi qui vais devoir profiter de toi.

Afficher en entier

- Tu n'as pas rien, Ari. Et je ne veux pas que tu l'oublies. Tu m'as moi.

Afficher en entier

- C'est la plus belle femme du monde, chuchota Ari. Chaleureuse. Aimante. Toujours souriante et heureuse. Et puis il faut voir comment mon père la regarde. Comme si elle illuminait son univers. Et la façon dont elle lui sourit lorsqu'il la regarde ainsi ! Leur amour est un amour que je ne pensais possible que dans les romans, mais j'ai grandi en observant deux personnes qui s'aiment de tout leur coeur, et qui m'aiment en retour. Leur amour est sans condition.

Afficher en entier

Tu as de la valeur, Ari, ne dis pas le contraire, tu vas finir par m'agacer.

Afficher en entier

" Ses yeux pétillaient alors que le regard de Beau s'assombrissait.

- Il est bien élevé, un peu vieux jeu même, poursuivit Anita. Il n'y en a plus des comme lui. Moi, j'aime l'appeler Monsieur juste pour l'agacer. Surtout quand il est trop sérieux. C'est à dire 90% du temps, dit-elle gaiement, ne prêtant aucune attention à la réaction de Beau.

Ari esquissa un sourire.

- Vous voulez dire que je devrais le titiller en l'appelant Monsieur Devereaux ? risqua à dire Ari d'une voix innocente.

- Absolument, dit Anita en souriant jusqu'aux oreilles.

Beau saisit Aria par le coude et l'entraîna vers l'ascenseur.

- Mon père dit toujours que je ne suis pas assez sérieuse, dit Ari alors qu'ils se dirigeaient vers le rez-de-chaussée. Que je suis trop tendre, trop crédule et naïve, et que ça me causera des ennuis. Apparemment, vous êtes à l'autre extrême, alors peut-être qu'on se complétera."

Afficher en entier