Livres
461 380
Membres
417 657

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Je ne suis pas venue ici pour sortir avec qui que ce soit mais pour travailler.

— C'est ta façon de composer avec l'alchimie : la traiter par le déni ? Le dédain ?

— L'al... l'alchimie ?

Sa voix s'était enrouée à tel point tout à coup qu'elle vit un sourire plisser les yeux de Jackson.

— Oui, cette alchimie-là, précisément. A mon sens, nous avons le choix entre deux options. Essayer de faire comme si elle n'existait pas. Ou nous laisser embarquer et voir où elle nous mène.

— La première solution me convient très bien.

— Voilà qui pourrait poser problème.

Elle avait la bouche sèche tout à coup.

— Pourquoi ?

— Parce que je penche pour la seconde.

Afficher en entier

— Rentre chez toi, s'il te plaît, avant que nous ne fassions quelque chose de réellement stupide.

Elle reconnut à peine le son étranglé de sa propre voix. Un sourire joua sur les lèvres de Jackson.

— Allons-y, soyons stupides.

Toutes les répliques de Jackson la déconcertaient. Elle n'avait pas l'habitude d'être prise de court.

— Je me servirais de toi, murmura-t-elle. Ce serait juste l'histoire d'une seule nuit. Pour combler ma solitude. Tu aimerais que l'on se serve de toi ?

Il émit un petit rire très sexuel.

— J'en rêve. On peut commencer quand ?

Afficher en entier

Oh, merde. Elle était amoureuse de Jackson.

Follement, éperdument – et incurablement – amoureuse de Jackson.

Afficher en entier

- Si j'avais su en entrant ce que tu portais là-dessous, notre conversation aurait duré moins longtemps.

Elle lui lécha les lèvres.

- Je ne porte rien.

- C'est bien ce que je dis. Nom de Dieu, Kayla...

Avec un bruit sourd qui montait de sa gorge, il la fit reculer pour la plaquer contre le mur.

Afficher en entier

P. 214

- Nous avons la réponse à présent.

- La réponse ? Quelle réponse ?

[...]

- La réponse à ce qui se passe quand tu baisses la garde. Maintenant, si tu veux regarder tes mails, libre à toi.

Seule une trace d'enrouement dans sa voix semblait indiquer qu'il avait été le moins du monde affecté.

- Regarder mes mails ?

Elle leva vers lui un regard déconcerté en de demandant comment un seul baiser de cet homme avait pu suffire à anéantir son intelligence et lui réduire le cerveau en purée.

- Des mails, oui. Tu sais, ces messages que tu consultes lorsque tu t'ennuies en compagnie masculine.

Afficher en entier

Tu parles politiques, quand tu t'ébats avec un mec dans un pré, toi?

- Bien sûr que non. Mais après L'amour j'apprécie un brin de conversation intelligente.

Afficher en entier

- Plus que tout, c’est toi que je veux, Jackson. Vivre avec toi. Dormir avec toi. Faire l’amour avec toi.

Afficher en entier

Et puis sa bouche fut soudain plus proche. Elle était sur la sienne. Tout contre. Sûre d’elle-même et exigeante. Très vite, leurs lèvres se confondirent. La réalité du baiser était à la hauteur de ce que l’attirance fulgurante entre eux lui avait laissé pressentir. Le désir explosa en elle. Le déclic sexuel entre eux était si puissant que la chaleur qui se dégageait de leur étreinte menaçait de les consumer. Ce fut le baiser le plus érotique, le plus sexuellement explicite qu’elle ait jamais connu. Nouant les bras autour du con de Jackson, elle accepta de se laisser emporter. Accepta de se perdre.

Afficher en entier

P. 389

- [...] Tu n'as vraiment aucune notion de ce qui se passe pendant une coupe du monde de ski ?

- Aucune non, répondit Kayla gaiement. Tout ce que je sais, c'est que vous portez des tenues synthétiques super-ajustées, style superman. C'est une chance que, vous les skieurs, soyez à peu près musclés là où il faut, car un banlieusard londonien de base l'effet serait moins heureux.

Afficher en entier

P. 328

Ça vous prend au cœur, ça se moque de ce que vous dit votre tête, ça vous coupe le souffle. Et là vous savez que, quoiqu'il puisse arriver par la suite, ce sera un moment dont vous vous souviendrez à jamais. Ce sera toujours là -vivant et actif en vous-, et personne ne pourra vous l'enlever.

Elle savait qu'elle venait de vivre une de ces précieuses expériences. Mais elle savait aussi -mieux que personne- que la perfection n'était pas faite pour durer. Et que la rencontre avec la plénitude rendrait le retour au vide et à la solitude encore plus cruel.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode