Livres
472 809
Membres
445 934

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par EmyMakeba 2019-02-19T00:09:57+01:00

La voix de Hunter était forte et assurée, si bien qu'une minute plus tard, j'ai ressenti cette légèreté incroyable dans mon cœur qui m'annonçait que j'avais établi un lien avec la Déesse. Ce n'était pas comme si elle me parlait, mais quand j'établissais un lien véritable avec la magye, la magye qui existe en tout, mes inquiétudes se dissipaient. Une joie pure et absolue emplissait mon cœur et mon esprit, et je sentais une bouffée d'amour pour tous les membres de mon cercle (même pour moi) et pour ceux à l'extérieur de celui-ci. C'était ce lien qui rendait si nécessaire ma communion avec la magye. La magye représentait une question et une réponse, la raison et l'instinct, le besoin et l'épanouissement ; tout ça à la fois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:49:59+02:00

Ouvre-moi.

Je n’avais pas entendu ces mots – je les avais ressentis. J’ai fixé la boîte comme si elle s’était transformée en serpent. C’était trop lugubre. Malgré moi, je l’ai retournée. Je l’ai secouée, mais rien n’en est tombé. Je l’ai ouverte et fermée plusieurs fois, à la recherche d’un autre loquet, d’une charnière cachée. Rien. À l’intérieur, j’ai fait glisser mes doigts le long du couvercle et au fond de la boîte. En pure perte. J’avais enlevé le compartiment pour examiner le petit coussin de satin rose au fond. Quand j’ai appuyé dessus du bout du doigt, je n’ai rien senti d’étrange. Mon imagination m’avait joué un tour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:49:00+02:00

Sam et moi, nous sommes allés chez Filbert pour acheter de l’orangeade. Maman nous tuerait si elle savait. Avec ses histoires de « nourriture équilibrée et naturelle »… Elle croit que les arômes artificiels sont si forts qu’ils entravent nos sens et nos capacités. Moi, je n’ai pas remarqué la moindre différence.

Waouh… Dire que je trouvais Hilary incurable, avec son papier-toilette bio. Bon, c’est vrai qu’elle pense que les boissons gazeuses sont mauvaises pour la santé, mais pas au point que ça nous brouille les sens. Une bribe de souvenir m’est revenue, ma mère me racontant une anecdote de son enfance. M’expliquant que sa mère avait parfois de drôles de lubies. Ce souvenir était trop imprécis… peut-être que je confondais. Après tout, ma mère était morte alors que j’avais trois ans. C’était bel et bien une coïncidence étrange. Si c’est une coïncidence…, a murmuré une petite voix terrifiée au fond de moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:48:28+02:00

Ça y est, me suis-je dit en contemplant le livre vert posé devant moi sur mon lit. C’est le début de ma descente inexorable aux enfers. Maintenant, je suis une voleuse.

Je n’avais jamais rien volé de ma vie. Sauf que, lorsque j’avais vu le stupide livre vert de Morgan, ma jumelle maléfique avait pris le contrôle. Ma jumelle maléfique… et bête. Nous n’étions que trois, dans cette cuisine. Si Morgan remarquait que le livre avait disparu, elle en parlerait à Mary K., qui n’en saurait rien, et, par élimination, il ne resterait qu’un nom : Alisa Soto, alias la Pickpocket. Ce qui expliquait pourquoi je les avais pour ainsi dire évitées toutes les deux aujourd’hui. Ni l’une ni l’autre n’avait réagi bizarrement lorsque nous nous étions croisées, ce qui me laissait espérer que Morgan n’avait pas encore remarqué sa disparition.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:48:19+02:00

Dans ma chambre, où les deux seules créatures mâles normalement autorisées étaient mon père et Dagda, Hunter et moi nous sommes installés sur mon tapis de jute, où nous avons allumé une bougie. Nous l’avons entourée de pierres protectrices : une agate, un morceau de jade, un autre de malachite, une pierre de lune, une olivine, une perle, une tourmaline noire, un cristal de sel et une topaze marron clair. Assis en tailleur, genoux contre genoux, nous nous sommes pris les mains. Je savais que nous n’avions que quelques minutes, alors je me suis concentrée de toutes mes forces pour faire le vide. Ciaran, ai-je pensé. Ciaran. Le pouvoir de Hunter s’est mêlé au mien, et nous avons tous deux focalisé notre énergie sur la bougie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:47:55+02:00

Hunter a hoché la tête et ils se sont tous deux dirigés vers le comptoir, où Alyce s’est hissée sur un tabouret pendant que Hunter s’accoudait à la vitrine illuminée. Curieuse, je me suis approchée des sacs de vieux livres pour y jeter un œil, certaine qu’Alyce ne m’en voudrait pas. J’ai décidé de les classer pour elle, un tas pour les ouvrages non ésotériques, un autre pour les volumes historiques. Dans le second sac, j’ai trouvé quelques titres sur la Wicca, l’histoire des sabbats, des guides de sortilèges, des manuels d’astrologie. Hunter et Alyce discutaient toujours, même si Alyce l’interrompait de temps en temps pour aller s’occuper d’un client. Finn réorganisait le rayon des huiles essentielles, et des senteurs de trèfle, de vanille et de rose flottaient jusqu’à moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:47:24+02:00

Doucement, nous avons posé deux doigts au bord de la pierre et nous avons fermé les yeux. Nous devions faire le vide, nous concentrer, nous ouvrir aux visions de la pierre. Cependant, je ne pouvais penser qu’à Ciaran, revenant me chercher, et à la peur qu’il m’inspirait même si je me sentais toujours étrangement attirée vers lui. Et Hunter – il voulait sa mort. Hunter, qui était une magnifique mosaïque de contradictions : fort, mais infiniment doux. Gentil, et impitoyable face aux adeptes de la magye noire – comme Cal Blaire et Selene Belltower. Je l’avais vu rougir de désir et pâlir de colère et de douleur. C’était mon amour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:47:06+02:00

Nous nous sommes pris la main – j’étais entre Matt et Sharon. Cette fois-ci, Hunter a commencé avec un chant de pouvoir et, l’un après l’autre, quand chacun s’y sentait prêt, nous avons tous joint notre voix à la sienne. Les paroles en vieux gaélique semblaient flotter dans l’air, tissant un cercle de pouvoir au-dessus de nos têtes. La voix de Hunter était forte et assurée et, au bout d’une minute, j’ai ressenti les papillonnements fantastiques dans mon cœur, signe que j’étais connectée à la Déesse. Ce n’était pas comme si elle me parlait, mais, lorsque j’étais vraiment liée à la magye, la magye qui existait partout, mes soucis s’effaçaient. À cet instant, une joie pure, absolue, gonflait mon cœur et mon esprit, et j’ai éprouvé une bouffée d’amour pour tous les membres de mon coven – moi y comprise – et tous ceux en dehors de mon cercle. La magye m’équilibrait, me donnait l’impression d’être en phase avec le monde. C’était la question et la réponse, la raison et l’instinct, le besoin et la satisfaction tout à la fois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:46:35+02:00

Bree a acquiescé en cherchant Robbie du regard. Je me suis tournée pour voir qui était déjà arrivé pour le cercle. C’était Bethany Malone qui avait animé nos dernières réunions hebdomadaires, pendant l’absence de Hunter. Il était rentré quelques jours plus tôt avec deux nouvelles qui m’avaient chamboulée : il en avait embrassé une autre, là-bas, au Canada – ce qui était déjà horrible. Mais il y avait pire : il avait également rapporté un livre – écrit par l’une de mes ancêtres – qui décrivait la création de la vague noire. Apprendre que mon âme sœur avait été attirée par une autre et que j’étais en plus la descendante de celle qui avait créé une des forces les plus destructrices qui soient m’avait blessée et perturbée. Je me sentais un peu mieux, à présent. Si je ne doutais plus de l’amour de Hunter et de ma capacité à ne servir que le bien, ces deux révélations me préoccupaient encore.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-05-31T18:46:26+02:00

— Oh, pitié, vous ne voulez pas arrêter un peu, tous les deux ? C’est dégoûtant ! ai-je lancé d’un ton moqueur.

Je venais d’arriver devant la maison d’Ethan Sharp, où Bree et Robbie se livraient à une séance de bouche-à-bouche intensive. Robbie a toussoté.

— Salut, Morgan, m’a-t-il répondu, essayant de paraître décontracté – ce qui n’est pas facile lorsqu’on est tout rouge et essoufflé.

Voir mes deux meilleurs amis s’embrasser me causait toujours un petit choc. Je trouvais ça génial.

— On peut dire que tu tombes à pic, sœur Mary Morgan, a rétorqué Bree en glissant la main dans ses cheveux bruns soyeux.

Elle m’a souri et Robbie a appuyé sur la sonnette.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode