Livres
461 608
Membres
418 170

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par JennDidi 2017-03-10T00:09:18+01:00

– Je n’ai pas de bonnes nouvelles à vous annoncer.

Isabel eut presque envie de rire. Mon mari est mort, pensa-t-elle. Mon fils est encore sous le choc et s’enferme dans le mutisme. Ma fille a vieilli de vingt ans en neuf mois et refuse d’admettre que les choses vont mal. J’ai dû renoncer à la seule chose que j’aime faire, à la seule chose à laquelle je m’étais juré de ne jamais renoncer, et vous croyez pouvoir m’annoncer de mauvaises nouvelles ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2019-06-14T12:58:58+02:00

Vous ressemblez à ces couples dans les séries des années 1950. Il te fait du mal. Tu lui pardonnes tout. Il fout le bazar. Tu passes ton temps à réparer ce qu'il casse. On dirait une sorte de pacte minable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2019-06-13T18:33:15+02:00

Tant que l'un de vos enfants n'est pas heureux, vous ne pourrez pas l'être.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:16:11+01:00

Nous nous étions mis d'accord, Laurent. Pas d'autre enfant. Je ne tiendrai pas le coup avec deux.

- Tu n'as même pas à tenir le coup avec un seul, avait-il répliqué

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:15:51+01:00

Nous n’avons jamais trouvé notre place dans la maison espagnole.

Techniquement, nous en étions les propriétaires, mais la propriété suppose un certain contrôle, et personne autour de nous n’aurait pu prétendre que nous en avons eu le moindre sur les événements dont elle a été le théâtre. Les documents écrits avaient beau attester le contraire, nous n’avons jamais eu le sentiment d’être réellement chez nous. Dès le début, ce lieu nous a paru bien trop encombré. Cette maison était habitée par les rêves d’autres que nous, les murs imprégnés de jalousie, de méfiance, de convoitise. Son histoire n’était pas la nôtre. Rien, pas même nos propres aspirations, ne nous liait à cette demeure.

Petite, je pensais qu’une maison n’était qu’une maison, et rien de plus.

Un endroit dans lequel on mangeait et jouait, dans lequel on discutait et

dormait, quatre murs entre lesquels on se contentait de poursuivre le cours de son existence. J’y accordais peu d’importance. Bien plus tard, j’ai appris

qu’une propriété pouvait représenter bien plus que cela, et devenir, aux yeux de celui qui la convoitait, le but ultime, une projection de lui-même ou de l’image qu’il cherchait à renvoyer. J’ai appris qu’elle pouvait inspirer aux

gens des comportements honteux ou déshonorants, que même un minuscule lopin de terre pouvait se transformer en obsession.

Lorsque je quitterai la maison, je serai locataire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:15:38+01:00

Un autre homme vient de me dire qu’il m’aimait. Un homme qui a passé plusieurs heures la semaine dernière dans une chambre d’hôtel de Londres à vénérer mon corps nu. Un homme qui affirme que son idée du paradis est de se réveiller chaque matin à mes côtés jusqu’à la fin de ses jours. Un homme qui dit que je suis tout pour lui. Tout.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:15:26+01:00

– Je n’ai pas de bonnes nouvelles à vous annoncer.

Isabel eut presque envie de rire. Mon mari est mort, pensa-t-elle. Mon fils est encore sous le choc et s’enferme dans le mutisme. Ma fille a vieilli de vingt ans en neuf mois et refuse d’admettre que les choses vont mal. J’ai dû renoncer à la seule chose que j’aime faire, à la seule chose à laquelle je m’étais juré de ne jamais renoncer, et vous croyez pouvoir m’annoncer de mauvaises nouvelles ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:15:13+01:00

C'est pour ça que Matt ne me trouve pas plus attirante. Parce que je n'ai jamais pu m'abandonner complètement à la passion. Je serai toujours celle qui se préoccupe des contingences matérielles, qui s'inquiète de savoir si le chien a été nourri.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Bibounine 2019-02-11T16:15:02+01:00

C'était ainsi depuis neuf mois : le manque la frappait sans prévenir, sans prendre de gants. Il n'y avait rien de doux dans le chagrin. Il se fracassait sur vous comme une vague puissante sur la rive, vous inondait, menaçait de vous engloutir. Comment ces mains avaient-elles pu cesser d'exister ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Palmyre 2018-11-22T18:07:41+01:00

L'homme ralentit en approchant, le visage rouge comme s'il avait été surpris par cette interruption. II n avait pas l'air plus âgé qu'elle, mais sa carrure lui conférait une certaine autorité et ses cheveux noirs étaient coupés très courts. Il affichait le teint de ceux qui passent leur vie en plein air, un profil taillé à la serpe.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode