Livres
534 312
Membres
559 594

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Paraffine 2020-11-15T23:33:53+01:00

Chapitre I

— Dis-moi, si tu croisais la jeune Haneul que tu étais à quinze ans, que lui dirais-tu ?

— Que lui dirais-je…

Je lui dirais que sa vie sera dure et que le monde dans lequel elle évoluera ne lui fera aucune place. Je lui dirais que ceux qu’elle chérit seront ceux qui lui feront le plus de mal, et que ceux qu’elle n’imaginait pas un seul instant pouvoir aimer deviendront sa raison de vivre. Je lui dirais d’être méfiante, car la trahison a tous les visages, mais je lui dirais aussi d’aimer inconditionnellement, car la mort nous surprend toujours dans les moments de doute et nous laisse plein de regrets. Je lui dirais de ne pas fuir comme elle sait si bien le faire, mais plutôt de se battre avec les armes qui sont les siennes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Paraffine 2020-11-15T23:33:17+01:00

Du haut de ses quinze ans, Haneul semblait avaler toute la beauté passée de sa mère, comme si sa simple présence à ses côtés suffisait à vampiriser celle qu’elle avait été autrefois. Elles ne se ressemblaient pas tant, mais on distinguait chez la Grande Prêtresse une prestance, un charme doux, qu’on pouvait aisément retrouver chez la fille. Leur regard possédait également la même résignation.

Dans ses tissus majestueux, la Grande Prêtresse rayonnait d’élégance et de dignité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Paraffine 2020-11-15T23:32:43+01:00

Le rituel s’amorça au rythme des tambours, lourds et puissants, et du chuintement des flûtes de bambou. Les instruments faisaient écho aux battements de son propre cœur. Les servantes des dieux, dont elle faisait partie, débutèrent leur danse, la Grande Prêtresse au milieu. Les éventails s’agitaient, de longues plumes d’oiseaux fouettaient l’air comme autant d’ailes et le masque blanc de la figure centrale captait tous les regards. Haneul répétait consciencieusement les mouvements qu’elles avaient appris, tous les arcs de cercle soigneusement reproduits pendant ses heures d’entraînement, l’envol de ses rubans peints de caractères chinois à destination des Cieux. Elle songeait aux esprits qui devaient les observer depuis le bosquet de la forêt, elle songeait à l’empereur de Jade et son regard immortel, aussi redoubla-t-elle d’efforts ; elle sauta plus haut, plus loin, elle mit davantage de dévotion encore dans chaque rond de cheville, dans chaque pli de poignets et elle implora : « Pourvu que Baekje tombe, pourvu qu’ils disparaissent tous et que Silla soit victorieux, entendez mes prières. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Paraffine 2020-11-15T23:31:18+01:00

— Entendez mes prières, murmurait-elle sans cesser de frotter ses mains moites l’une contre l’autre, si bien que de petites cloques se formaient déjà sur les chairs.

Elle répétait cette phrase sans formuler aucun autre souhait en dedans. Elle ne pouvait pas. Elle ne savait pas. Son esprit était trop hagard ; alors elle ressassait ces mots creux, le nez collé sur la pierre, les yeux grands ouverts sur un monde anthracite, secs de ne pouvoir pleurer. L’odeur de l’encens lui provoquait des nausées et elle se demandait vaguement si elle n’allait pas vomir son cœur juste sur les robes de la reine. Les clochettes avaient cessé de tintinnabuler depuis longtemps et le bois s’était calmé comme délesté de toute vie. La nuit, silencieuse, mangeait ses restes d’espoir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode