Livres
463 856
Membres
423 486

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Spisak: Un cadeau ne se refuse pas



Description ajoutée par MissDupont 2015-12-24T21:57:47+01:00

Résumé

L'homme croit se connaître jusqu'à ce qu'il doive faire face à des situations qui le dépassent. Ce qu'il estimait mauvais un jour lui semblera étrangement acceptable le lendemain. Je considère que je suis un homme bon. Je tente d'être un époux généreux, un père aimant, un employé obéissant et un ami fiable.

À l'hiver 1566, j'ai fui ma Hongrie natale, traversant la frontière avec femme et enfants vers un avenir meilleur. J'ignorais alors que cela me conduirait à un choix déchirant: mourir ou les abandonner...

Un choix qui mènera Graigor Spisak à traverser les époques en se joignant à un groupe d'Immortels. Il raconte son étonnant destin et son incroyable aventure dans cette épopée qui passionnera les amateurs de fantastique et d'histoire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Le Seigneur Barthélémy me rejoignit: "Vous avez plu au Maître." "J'en suis fort aise. Il vous envoie discuter des conditions?" "Non." Il enroulait autour d'une de ses mains une longue pièce de tissu. Je devins suspicieux à nouveau : "Écoutez... Il se fait tard, je crois que je devrais rentrer chez moi maintenant..." "Vous avez raison, il se fait tard pour cela. Trop tard." À cet instant, j'eus l'intime sentiment que je ne reverrais jamais les miens.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

http://bookivores.over-blog.com/

On ne le dira jamais assez souvent : il ne faut pas se fier qu’à la jaquette des livres.

Comme bon nombre de lecteurs, il m’est arrivée d’acheter un roman parce que j’avais été attirée par sa couverture, mais au moment de la lecture… déception ! Avec ce premier livre de Maryse Charbonneau, c’est tout le contraire qui se produit. La jaquette n’est pas tape à l’œil et le quatrième de couverture est somme toute évasif sur ce qui nous attend à l’intérieur.

Dès la fin du 1er chapitre (on parle ici d’une vingtaine de page), j’étais intriguée de connaître la suite. L’auteure venait de capter toute mon attention. Qu’allait-il advenir de Graig ? Qui sont ces gens étranges et que lui veulent-ils ?

Je n’aime pas faire de résumé de mes lectures car trop souvent on en dévoile trop sur le récit et alors les lecteurs potentiels n’ont plus beaucoup de suspense… Mais puisque le synopsis ne vous en dévoile pas énormément, je vous dirai ceci :

Graigor, né en Hongrie au milieu des années 1500, décide de déménager en Autriche afin de donner un milieu de vie plus clément à sa petite famille. Ils ne sont pas fortunés, mais il veille à la subsistance de son petit monde en récoltant des contrats de musique ou d’enseignement ici et là. Puis lors d’une représentation, des hommes l’aborderont pour lui proposer de rencontrer leurs Maîtres car ceux-ci sont à la recherche d’un professeur privé pour leur enfant. Graig les suivra sans savoir qu’il ne reverrait plus jamais sa femme et ses enfants, car deux choix s’offriront à lui : mourir ou vivre éternellement dans la clandestinité.

Bien que ce soit un roman, j’ai été épatée de voir à quel point il est riche en enseignement de toutes sortes. Que ce soit les langues (hongrois, allemand, latin, italien, etc.), les coutumes de l’époque, l’astronomie et j’en passe. Est-ce que c’est assommant ? Aucunement ! Tout est amené le plus naturellement du monde. De plus, dans ce livre on a la sensation de voyager à moindre coût à travers Venise, Savoie, Hongrie, etc. en ayant la réelle sensation d’y être.

Ce livre m’intimidait un peu au départ… il fait quand même plus de 500 pages et les dialogues sont incorporés aux paragraphes. Du coup, le texte semble super chargé… lourd à la limite. Pourtant, à aucun moment je n’ai ressenti de longueur dans le récit. J’ai été totalement captivée du début à la fin ! J’avais l’impression de faire partie du clan, d’être un personnage présent mais silencieux.

Autre élément qui m’a profondément touché : l’amour incommensurable entre Graig et Martial. Graig qui de sa vie n’a jamais rien éprouvé pour la gente masculine, mais qui pourtant devient fou d’amour pour un seul homme pour le reste de son existence. Toutefois, seul Martial lui fait cet effet. Bien qu’il continue à désirer les femmes, sa totale attraction ne va que pour cet homme ! Ça ne pouvait pas être plus parfait !

À l’approche de la finale, j’en avais le souffle court. J’étais incapable de me prononcer sur ce qui allait subvenir de ce clan pour lequel je m’étais attachée.

Maintenant, j’ai du mal à croire que c’est fini… que la dernière page est tournée et le livre refermé ! Je me sentais si bien dans ce clan ! C’est un sentiment étrange de s’en détacher car toutes ces années qui se sont écoulées à l’intérieur de ce 512 pages (que Maryse me corrige si je me trompe, mais il doit bien y en avoir pour 60-70 ans si on part du jeune âge de Graigor), j’ai vraiment ressenti un lien d’attachement pour ces personnages… d’avoir vécu cet existence avec eux.

Bref, ce roman est carrément divin ! Je suis littéralement soufflée ! Il y a des romans que l’on apprécie beaucoup mais qui au fil du temps, l’histoire s’essouffle dans notre mémoire. Spisak c’est tout le contraire ! Il est le genre de roman a laissé une marque indélébile dans nos mémoires !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

https://bullelivresque.wordpress.com/

J’ai eu un peu d’appréhension avant de commencer cette lecture. Il faut dire que c’est un beau petit bébé puisqu’il fait 512 pages au format papier (609 sur ma liseuse

Afficher en entier
Bronze

Graigor Spisak est un homme sans le sou qui souhaite faire vivre sa famille convenablement. Pour cela, il cherche un emploi de professeur de musique notamment. Il est approché par des hommes semblant rechercher un précepteur. Lorsqu'ils reviennent vers lui pour un entretien avec leurs maîtres, ils l'embarquent sans qu'il puisse prévenir sa femme, et ils lui donnent le choix entre une vie immortelle en tant que précepteur sans jamais revoir sa famille, et la mort. Il choisit la vie et devient alors membre du clan d'immortels de Vlad. Il y rencontre Martial, un seigneur immortel qui semble être attiré par lui et par lequel il est attiré, ainsi que Peter, un nourrisson étrange, fruit d'une union entre immortels.

J'ai été gênée par le lancement de l'histoire. Je l'ai trouvé assez lent et languissant et j'ai eu du mal à accrocher. Je ne voyais pas sur quelle route l'autrice essayait de me mener, et ça m'a beaucoup déroutée sur le premier quart du roman. Une fois ce cap passé, je me suis laissée emporter par l'histoire. Maryse Charbonneau déroule son scénario en alternant entre les phases d'apprentissages de Graigor, les relations au sein du clan, celles avec le monde des mortels et enfin celles avec les autres clans et le concile. L'univers créé est suffisamment riche pour permettre à une intrigue construite de se dérouler sur presque 600 pages. Une fois lancés, les événements s'enchaînent sans qu'on ait le temps de s'ennuyer. Entre les révélations quant aux différents personnages, les explications sur le fonctionnement des Immortels et les interactions avec les mortels, tout est fait pour qu'on ne s'ennuie pas un instant. Seul bémol pour le dernier acte, si je peux l'appeler ainsi, qui passe selon moi trop rapidement. Je trouve qu'une enquête comme celle-ci aurait mérité qu'on s'attarde plus dessus, d'autant plus que parfois certains moments qui n'ont pas une importance capitale dans le récit sont étirés. De même, j'ai trouvé que les fonctions de précepteur de Graigor était finalement un peu passées aux oubliettes, alors que c'est sur cela que se base le roman. Je suis également frustrée que la capacité de Spisak à voir les esprits ne fasse pas vraiment l'objet de recherches alors qu'elle est plutôt inquiétante et surtout très intéressante. J'aurais apprécié un peu plus de précisions dessus.

J'ai bien aimé l'univers inventé par l'autrice. Je m'attendais à retrouver une histoire de vampires. J'ai été très agréablement surprise que ce ne soit pas le cas. Les immortels le sont à cause ou grâce à l'ambroisie, ils se nourrissent normalement, sortent le jour sans conséquences, ... Certains lieux communs sont repris, comme le fait que la mort d'un créateur entraîne la mort de ses infants. J'aime aussi la notion d'étoilement, qui fait écho à celle des âmes sœurs. Elle est très poétique.

Les personnages sont pensés. Ils sont crédibles et incarnent des idéaux divers. Le gros point positif est leur imperfection et toutes les nuances qu'ils renferment. Certains sont athées, d'autres sont croyants et prennent les ordres des autorités religieuses au pied de la lettre tandis que d'autres encore croient en une vision bien plus épurée de la religion. Quelques uns sont foncièrement gentils, d'autres terriblement cruels. Ils ont parfois une histoire tout ce qu'il y a de plus commune, alors que d'autres fois les personnages ont énormément souffert de leur vivant. Tous doivent s'accommoder avec leur conscience pour faire ce qui est le mieux pour le clan. Point notable, le héros est apparemment bisexuel, et l'un des personnages principaux est homosexuel. De nombreux mystères les entourent et c'est probablement ce qui rend ce roman aussi addictif.

Pour ce qui est du style, il y a des moments où j'ai trouvé les dialogues lourds, mais il faut bien avouer qu'il n'est pas facile d'alléger des propos datant d'un siècle antérieur. De même, certaines tournures m'ont parues bizarres, comme calquées de l'anglais, mais je suis allée fouiller un peu sur le suite Maryse Charbonneau et je me suis rendue compte qu'elle était canadienne, d'où ces tournures étranges pour moi qui suis française. Cependant, cela ne trouble pas trop la lecture, les expressions étant faciles à comprendre.

Conclusion : ♥♥♥ C'est une lecture agréable et addictive. Les personnages sont intéressants et l'univers est riche. Cependant, certains éléments sont trop développés ou alors pas assez, ce qui donne une sensation un peu étrange d'en savoir à la fois beaucoup et trop peu. J'espère que le tome 2 répondra aux questions laissées sans réponses dans ce premier opus.

http://sweetie-universe.over-blog.com/2018/04/roman-spisak-tome-1-un-cadeau-ne-se-refuse-pas-m.charbonneau.html

Afficher en entier
Pas apprécié

Ce livre est super, que ce soit par l'écriture, les personnages ou l'intrigue...gros problème pour moi, la romance et les rapport au femme que je trouve malsain, non pas par le faite qu'il soit avec un homme mais qu'il ne sache pas choisir et ce tape aussi une femme...ce que je trouve chelou.

Je peut comprendre ce qu'à voulu faire l'auteur, mais pour moi c'est trop bizarre.

Puis je dirais aussi de grande longueur et des personne très, voir trop charger dans le vice et autres...

Enfin bref, je le déconseille au coeur d'artichauts et aux midinette.....

Afficher en entier
Diamant

Ce livre est une vraie perle. Je suis tombée amoureuse de l'univers Spisak et j'ai vraiment adoré les personnages, surtout Martial !

Ce livre sort du lot, il est différent et original !

Vivement la suite !

Afficher en entier
Or

J'ai découvert la plume de Maryse Charbonneau car elle a eu la gentillesse de me proposer son roman à lire.

J'y ai rencontré des personnages attachants dans un contexte assez spécial puisqu'ils sont tous des immortels.

Pas d'histoires de vampires ici ou autres créatures surnaturelles, juste un changement de vie, une décision importante qui modifiera tout l'avenir de leur mort.

Graigor Spisak est un autodidacte assez polyvalent mais sa vocation première est l'enseignement ainsi que la musique. C'est d'ailleurs ce qui va le pousser à quitter son pays d'origine, la Hongrie pour l'Autriche suite aux conflits entre Soliman le magnifique et son pays.

Il y entraînera son épouse et leurs trois enfants sans savoir que le destin est en route et va le mener vers un chemin semé de désillusions, de désespoir, de renoncement mais aussi d'amour, de découvertes et d'immortalité.

Comment expliquer ce que j'ai ressenti à la lecture de ce roman?

Il n'est pas empli d'actions ou scènes toutes plus époustouflantes les unes que les autres. Il n'est pas non plus haletant par un suspens insoutenable.

Non il est quelque chose de plus simple. Il est un pan de vie, une évolution permanente des personnages, une découverte de chaque instant de leur façon d'appréhender l'immortalité, de traverser les ans sans laisser de traces indélébiles.

L'auteure, grâce à une plume liée et fluide nous emporte et nous implique dans la vie et l'évolution de Graigor.

Ce qu'il va traverser nous touchera, les personnages qu'il va côtoyer, aimer, détester nous emporteront dans leurs relations, les complots, les drames mais aussi les ombres maléfiques qui vont l'entourer vont nous plonger plus avant dans un côté fantastique sobre mais parfaitement maîtrisé.

Maryse Charbonneau a su mélanger un pan de vie en saga familiale fantastique qui nous tient en haleine doucement au fil des pages et des époques.

Tout tourne autour de Graigor mais les évènements du quotidien nous amèneront à découvrir plus avant le passé des autres personnages. Ils nous apparaîtront alors pour ce qu'ils sont réellement et non plus pour des êtres exceptionnels du fait de leur longévité accrue.

Les temps les ont façonnés chacun à leur manière en amplifiant leurs défauts ou en les amenant à reconsidérer leurs opinions.

Graigor semble le lien qui leur permettra d'évoluer mais de façon subtile et presque invisible.

C'est un personnage à la fois simple par sa manière de penser et de vivre et complexe par les effets que son existence entrainent sur la vie des autres.

La plume de Maryse Charbonneau nous porte au fil de l'eau. Telle une simple feuille nous suivons le courant et nous laissons emporter par l'histoire et la vie des personnages si attachants et troublants.

Peter nous laisse comme un goût de mystère.Martial un sentiment de fragilité et de dépendance au bonheur. Claude et Renaud se laissent détester avec facilité sans le savoir, sans le vouloir.

Lydia et Vlad nous interpellent. Maeve et les autres finissent par faire partie de cette vie que nous suivons comme un spectateur impuissant.

C'est une saga familiale et historique. C'est un récit interne en sentiments, en sensations et en quête d'un bonheur simple et cependant si difficile à trouver

Je l'avoue je n'ai pas sursauté aux scènes d'actions puisqu'elles sont quasi inexistantes mais j'ai ressenti un nombre incalculable d'émotions à suivre cette vie et la précédente de Graigor. C'est un personnage attachant, presque trop moderne pour son époque, au coeur pur et à la propension à mener ses proches vers le bonheur par sa simple présence.

C'est un roman qui m'a enchantée, emportée et transportée au travers des siècles et des relations d'une famille pas comme les autres.

Merci Maryse pour votre confiance. Comme vous l'aviez souligné dans un commentaire, Graigor m'a charmée par son caractère et sa douceur. Je n'ai qu'une hâte le suivre dans ce nouveau voyage vers les terres lointaines du Danemark et un avenir incertain mais somme toute, le connaissant empli de nouvelles connaissances et apprentissages.

Afficher en entier
Or

Ce qui est particulier avec ce roman, c'est qu'on suit les personnages sur des décennies... sans qu'ils ne vieillissent! Le traitement du temps qui passe et de l'évolution des personnages ne se font pas comme dans tous les romans, mais le résultat est très bon!

Lors des premiers chapitres, je n'étais pas convaincue de m'attacher à Graigor, le personnage principal. Il a une personnalité bien à lui que je n'ai pas souvent vue dans les romans. Il est un homme dévoué, en amour comme en famille, il est respectueux comme il est insolent et il maitrise de nombreuses compétences, comme la musique et les langues. Plus le roman avançait, plus le personnage me plaisait.

Du côté des personnages secondaires, tout était bien ficelé également. Le clan est nombreux, mais j'ai rapidement différencié les protagonistes. La seule chose que je regrette, c'est de ne pas en savoir plus sur leur passé ou leur époque respective. J'aurais aimé être plongée dans différents lieux et différentes époques à travers les vécus des personnages. On découvre le passé de certains, mais il y a encore beaucoup à dire! Dans un prochain tome, peut-être...

J'ai beaucoup aimé la romance! Elle ne prenait pas toute la place et les petits moments de passion ajoutait à l'histoire. Je ne suis pas une habituée des romances homosexuelles, mais j'ai beaucoup aimé!

La lecture de ce roman m'a prise du temps. 512 pages, ce n'est pas tant que ça, mais la mise en page est serrée et les dialogues sont incrustés dans les paragraphes au lieu de faire des changements de ligne. Je ne me suis pas du tout ennuyée, mais j'étais heureuse qu'une petit intrigue supplémentaire arrive dans les 100 dernières pages pour renouveler le récit.

Afficher en entier
Diamant

http://bookivores.over-blog.com/

On ne le dira jamais assez souvent : il ne faut pas se fier qu’à la jaquette des livres.

Comme bon nombre de lecteurs, il m’est arrivée d’acheter un roman parce que j’avais été attirée par sa couverture, mais au moment de la lecture… déception ! Avec ce premier livre de Maryse Charbonneau, c’est tout le contraire qui se produit. La jaquette n’est pas tape à l’œil et le quatrième de couverture est somme toute évasif sur ce qui nous attend à l’intérieur.

Dès la fin du 1er chapitre (on parle ici d’une vingtaine de page), j’étais intriguée de connaître la suite. L’auteure venait de capter toute mon attention. Qu’allait-il advenir de Graig ? Qui sont ces gens étranges et que lui veulent-ils ?

Je n’aime pas faire de résumé de mes lectures car trop souvent on en dévoile trop sur le récit et alors les lecteurs potentiels n’ont plus beaucoup de suspense… Mais puisque le synopsis ne vous en dévoile pas énormément, je vous dirai ceci :

Graigor, né en Hongrie au milieu des années 1500, décide de déménager en Autriche afin de donner un milieu de vie plus clément à sa petite famille. Ils ne sont pas fortunés, mais il veille à la subsistance de son petit monde en récoltant des contrats de musique ou d’enseignement ici et là. Puis lors d’une représentation, des hommes l’aborderont pour lui proposer de rencontrer leurs Maîtres car ceux-ci sont à la recherche d’un professeur privé pour leur enfant. Graig les suivra sans savoir qu’il ne reverrait plus jamais sa femme et ses enfants, car deux choix s’offriront à lui : mourir ou vivre éternellement dans la clandestinité.

Bien que ce soit un roman, j’ai été épatée de voir à quel point il est riche en enseignement de toutes sortes. Que ce soit les langues (hongrois, allemand, latin, italien, etc.), les coutumes de l’époque, l’astronomie et j’en passe. Est-ce que c’est assommant ? Aucunement ! Tout est amené le plus naturellement du monde. De plus, dans ce livre on a la sensation de voyager à moindre coût à travers Venise, Savoie, Hongrie, etc. en ayant la réelle sensation d’y être.

Ce livre m’intimidait un peu au départ… il fait quand même plus de 500 pages et les dialogues sont incorporés aux paragraphes. Du coup, le texte semble super chargé… lourd à la limite. Pourtant, à aucun moment je n’ai ressenti de longueur dans le récit. J’ai été totalement captivée du début à la fin ! J’avais l’impression de faire partie du clan, d’être un personnage présent mais silencieux.

Autre élément qui m’a profondément touché : l’amour incommensurable entre Graig et Martial. Graig qui de sa vie n’a jamais rien éprouvé pour la gente masculine, mais qui pourtant devient fou d’amour pour un seul homme pour le reste de son existence. Toutefois, seul Martial lui fait cet effet. Bien qu’il continue à désirer les femmes, sa totale attraction ne va que pour cet homme ! Ça ne pouvait pas être plus parfait !

À l’approche de la finale, j’en avais le souffle court. J’étais incapable de me prononcer sur ce qui allait subvenir de ce clan pour lequel je m’étais attachée.

Maintenant, j’ai du mal à croire que c’est fini… que la dernière page est tournée et le livre refermé ! Je me sentais si bien dans ce clan ! C’est un sentiment étrange de s’en détacher car toutes ces années qui se sont écoulées à l’intérieur de ce 512 pages (que Maryse me corrige si je me trompe, mais il doit bien y en avoir pour 60-70 ans si on part du jeune âge de Graigor), j’ai vraiment ressenti un lien d’attachement pour ces personnages… d’avoir vécu cet existence avec eux.

Bref, ce roman est carrément divin ! Je suis littéralement soufflée ! Il y a des romans que l’on apprécie beaucoup mais qui au fil du temps, l’histoire s’essouffle dans notre mémoire. Spisak c’est tout le contraire ! Il est le genre de roman a laissé une marque indélébile dans nos mémoires !

Afficher en entier

Activité récente

anam le place en liste or
2016-06-19T13:53:57+02:00

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 7
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 8.8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode