Livres
461 465
Membres
417 827

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2018-11-19T21:32:57+01:00

— Ouais. (Il frotta mes bras avec vigueur et m’embrassa.) Il faut qu’on pense à des trucs positifs. Et qu’on commande une tonne d’œufs et de bacon. Et des gaufres aussi. Tu aimes les gaufres ?

— Qui n’aime pas les gaufres ?

— Je suis d’accord. Tous ceux qui n’aiment pas les gaufres devraient être enfermés dans une putain de prison dont on balancerait la clé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2018-11-19T21:13:07+01:00

— Tu me fais du bien. Tu me prends comme je suis, quelle que soit mon humeur. Je ne suis pas obligé d’être toujours gai ou drôle avec toi. Tu supportes les conneries que je dis et tu ne te laisses pas faire quand quelque chose ne te convient pas. Et puis tu ne m’as jamais demandé de t’acheter quoi que ce soit.

Haussant les sourcils, j’ouvris la bouche de surprise.

— Merde, je suis trop bête, répliquai-je. Je n’y avais même pas pensé. Est-ce que je peux avoir une Porsche ?

— Bien sûr. Quelle couleur ?

Il aurait été capable de le faire. Juste pour déconner. Je respirai à fond avant d’expirer lentement en secouant la tête.

— Tu n’hésites jamais quand je te demande quelque chose, constatai-je.

— Ça arrive rarement alors j’imagine que, quand tu le fais, ça doit être important.

Non ! Mes yeux se remettaient à pleurer ! Je devais avoir des allergies. Peut-être aux sentiments ? Et il se trouve que cet homme me faisait ressentir plein de choses tout le temps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T03:16:15+01:00

Mal émit un long sifflement, sans faire d’autre commentaire. Son regard se porta sur le couloir, où maman et Lizzy achevaient leur tour du propriétaire après avoir inspecté le moindre recoin de l’appartement.

— Vite, fit Mal en approchant son visage.

— Quoi ?

— Ça.

Il pressa sa bouche sur la mienne et y glissa sa langue. Il m’embrassait toujours à m’en faire perdre la tête. Si Ben balança une remarque sarcastique, je ne l’entendis pas. Seul notre baiser comptait. Les mains de Mal agrippèrent mon cul, ses doigts malaxant mes fesses. Mes orteils se recroquevillèrent et tous mes sens se déchaînèrent. Lorsqu’il se recula, mes lèvres étaient trempées – et elles n’étaient pas les seules. Il me fallut une bonne minute pour reprendre mon souffle.

— On ne peut pas se rouler des pelles devant ta mère, m’expliqua-t-il. Oups. Je crois que j’ai légèrement étalé ton rouge à lèvres. Encore plus que la dernière fois. Désolé.

— Ça valait le coup.

— Ah oui ? fit-il, son regard magnifique irradiant de chaleur, d’affection, et de mille autres choses encore.

— Oh oui, tu es le meilleur, répliquai-je avec un grand sourire.

— Ça, c’est une évidence, ma puce.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T03:08:09+01:00

Si Killer avait été mon premier cadeau d’anniversaire, mon vrai cadeau était l’appartement situé en face de chez David et Ev, dans lequel Mal et moi vivions à présent. Ici, les animaux étaient acceptés. Que dire à un mec qui vous achetait un appartement pour que vous puissiez avoir le chien que vous n’aviez jamais eu enfant ? Eh bien je n’avais rien dit. Je lui avais offert une fellation dès que j’avais cessé de pleurer, ce qu’il avait semblé apprécier. Et puis, il savait déjà que je l’aimais vu que je passais mes journées à le lui répéter.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T03:03:01+01:00

Je gardai mes bras et mes jambes serrées autour de lui, si bien qu’il s’effondra sur moi. Le poids de son corps me cloua au matelas. J’aurais pu le garder à jamais contre moi.

Nous restâmes allongés en silence. L’endroit de mon visage où il avait posé sa joue était humide. Je n’aurais su dire s’il s’agissait de larmes ou de transpiration. Quoi qu’il en soit, il trembla un long moment. Je caressai ses cheveux, puis son dos, longeant de mes doigts sa colonne vertébrale.

— Je t’aime, murmurai-je. À tel point que je n’ai pas de mots.

Il posa ses lèvres sur ma joue.

— Je te crois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T03:01:36+01:00

— Oui. Pourquoi n’es-tu pas avec ta mère ? C’est là-bas que tu devrais être.

— Elle voulait que je sois avec toi le jour de ton anniversaire. Aucun de nous deux n’avait envie qu’un autre type t’emmène dîner. Rien que l’idée me rendait cinglé. (Ses traits se crispèrent, tandis que ses mains frictionnaient mes cuisses recouvertes d’un collant en laine.) On a beaucoup parlé, maman et moi… de toi, de tout. Elle m’a aidé à comprendre pas mal de choses.

— Comme quoi ?

— Tu viens de dire à Reece que tu étais amoureuse de moi.

— Oui. Mais qu’est-ce que ta mère t’a aidé à comprendre ?

Des grognements s’élevèrent du côté des pieds de Mal, que nous ignorâmes tous les deux.

— Je ne sais pas, ce que sont une relation, l’amour… Beaucoup de choses. Les voir tous les deux, ces dernières années… (Il écarta mes genoux pour s’approcher plus près de moi.) Tu sais, moi aussi je suis amoureux de toi. C’est juste que j’ai appuyé un peu trop fort au mauvais endroit, au mauvais moment et pour la mauvaise raison. J’ai eu tort sur pas mal de trucs, ma puce.

— Ouais.

Il hocha la tête.

— Bon choix de fille, mauvais choix pour tout le reste.

Mon œil valide s’emplit de larmes. L’autre n’avait pas cessé de pleurer, mais pour d’autres raisons.

— Merci. Mais quand les choses se sont corsées, tu t’es barré. Il faut que tu arrêtes de faire ça. C’est une limite que je pose, Mal. Ce n’est pas le genre de choses que je pourrai supporter de ta part.

— Je ne partirai plus. Je te le promets. On résoudra les problèmes ensemble.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T01:11:55+01:00

Délicatement, il fit passer mes cheveux mouillés derrière mon oreille.

— J’ai l’impression qu’on devrait discuter de nous deux. Et je suis sans doute censé dire quelque chose de profond. Mais je ne m’en sens pas vraiment capable, là. Surtout ce matin. (Il eut une profonde expiration.) Le sexe avec toi est top, tu es une fille géniale, je déteste te voir triste et je n’aime pas quand tu n’es pas là. Je pourrais même m’habituer à une petite dispute de temps en temps parce que j’adore nos réconciliations sur l’oreiller. Sans compter que tu en vaux la peine.

Il passa l’extrémité de sa langue sur sa lèvre supérieure.

— Voilà ce que j’avais envie de te dire. Pas forcément dans cet ordre-là, mais bon. D’accord ?

— D’accord, répondis-je en riant, juste un peu – après tout, il faisait preuve de sincérité.

— Tu es ma copine. Il faut que tu le saches. (Il m’adressa un grand sourire et posa ses mains sur mes genoux.) Autre chose ?

Je réfléchis quelques instants.

— On est fidèles alors ?

— Ouais.

— Et on voit où tout ça nous mène ?

— Mm-mmh.

— Alors ça me va.

Il hocha la tête, exerça une petite pression sur mes genoux.

— Si tu as besoin de quoi que ce soit, je veux que tu me le dises.

— Pareil pour toi.

— Merci, ma puce. (Il sourit, se pencha en avant et m’embrassa.) Prête à partir en tournée, mademoiselle Rollins ?

— Absolument.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-18T00:21:26+01:00

Heureusement, la pluie avait cessé. David m’aida à emmener Mal jusqu’à la Jeep. Un des gros 4 × 4 noirs rutilants était garé tout près.

— Où sont tes clés, mec ? demanda David en fouillant dans les poches de jean de Mal.

— Putain, Davie. Je gardais ça pour Anne.

— Ta bite ne m’intéresse pas. Où sont tes clés de bagnole ?

— Te vexe pas, mec. Je t’aime beaucoup, mais pas de cette façon.

— C’est bon, je les ai, annonça David en agitant le trousseau. Tu te sens de conduire, Anne ? Je vais te suivre, je t’aiderai à le monter jusqu’à votre chambre.

— Parfait. Merci.

— Génial, marmonna Mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-17T23:25:05+01:00

— Tu n’es pas folle de rage que je chamboule toute ta vie ?

— Je suis une grande fille, Mal. Je savais qui tu étais quand je me suis engagée là-dedans et j’ai été témoin de ce qu’Ev avait vécu. Il y avait des risques que ça se produise.

— Et si ça dure, tu vas en avoir ras le bol et me quitter ?

Mon cœur se rebella à cette idée.

— Non. On trouvera une solution.

— Oui, approuva-t-il. Tu es cool après une nuit de sexe. Je garderai ça à l’esprit.

— Fais donc, mon ami.

Il eut un petit rire.

— On se voit dans une heure ou deux. On testera le matelas de l’hôtel et on commandera du room service , ça te va ?

— Génial.

Un immense sourire aux lèvres, je m’avachis dans le fauteuil. J’étais officiellement en congé. La dernière fois que j’étais partie en vacances, c’était en Floride avec mes parents et Lizzy. J’avais quatorze ans. Juste avant tout le merdier. Mais je n’avais aucune envie de m’attarder sur le passé.

Avec Mal, la vie était pareille à des montagnes russes. Effrayante et excitante. Les circonstances avaient beau être bizarres, j’étais bien décidée à en profiter.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MimiSouris14092013 2018-02-17T23:22:02+01:00

— Tu pars en tournée avec lui ?

— J’aimerais bien. Au moins le temps que les choses se tassent.

— Ça me paraît sensé. Quoique si tu restes avec lui, cette merde pourrait bien durer. Tu y as pensé ?

— Est-ce que tu me demandes de démissionner ?

— Bien sûr que non.

— Je ne vais pas renoncer à lui, Reece.

Il tourna la tête.

— Je peux te remplacer pendant une semaine, Anne. Je ne pense pas pouvoir faire plus au dernier moment.

— Une semaine, c’est parfait. Merci.

— Il te reste des jours à prendre, et je ne peux pas me permettre d’avoir des journalistes qui font fuir les clients. Je vais m’arranger avec Tara et Alex.

— J’apprécie. Vraiment.

Il grimaça.

— Tu es un ami génial.

— C’est moi qui suis génial, intervint Mal dans mon oreille. Je suis tellement plus génial que lui, j’arrive même pas à… Y a pas photo. Comment peux-tu utiliser ce mot en parlant de lui ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode