Livres
472 552
Membres
445 300

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:37:27+02:00

Il savait, depuis longtemps déjà, que les changements intervenus dans le monde étaient irréversibles, mais cette prise de conscience n’en jetait pas moins une lumière plus crue sur ses souvenirs. La dernière fois que j’ai mangé un cornet de glace dans un parc ensoleillé. La dernière fois que j’ai dansé dans une boîte de nuit. La dernière fois que j’ai vu un bus circuler. La dernière fois que je suis monté dans un avion qui n’avait pas été converti en habitation, un avion qui décollait vraiment. La dernière fois que j’ai mangé une orange.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:37:54+02:00

Parce que survivre ne suffit pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:35:51+02:00

Si l'enfer c'est les autres, que dire d'un monde où il n'y a presque plus personne ? Peut être l'humanité s'éteindrait elle bientôt, simplement, mais Kirsten trouvait cette pensée plus apaisante que triste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:34:46+02:00

L’enfer, c’est l’absence de ceux qu’on voudrait tant avoir auprès de soi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PoppyZ 2017-03-07T07:28:46+01:00

- Je parle de ces gens qui se sont retrouvés dans une vie au lieu d'une autre et qui en sont infiniment déçus. Vous voyez ce que je veux dire? Ils ont fait ce qu'on attendait d'eux. ils voudraient faire autre chose, mais c'est devenu impossible avec les gosses, les hypothèques et tout le reste, ils sont pris au piège. C'est le cas de Dan.

- Donc, selon vous, il n'aime pas son job.

- Exact, mais à mon avis, il ne s'en rend même pas compte. J'imagine que vous rencontrez tout le temps des gens comme lui. Des somnambules de haut niveau, essentiellement.

Qu'est ce qui, dans cette affirmation, donna à Clark envie de pleurer?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:36:24+02:00

Et tous ces gens, avec leur collection de petites jalousies, de névroses, de syndromes post-traumatiques non diagnostiqués et de rancœurs brûlantes, vivaient ensemble voyageaient ensemble, répétaient ensemble, jouaient ensemble trois cent soixante-cinq jours par an, compagnie permanente, en tournée permanente.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ukko-Ukko 2019-01-12T16:50:15+01:00

Il s'aperçut qu'il était un homme qui se repentait de presque tout : les regrets s'accumulaient autour de lui comme des phalènes attirées par la lumière. C'était ça, se dit-il, la principale différence entre vingt et un et cinquante ans : l'abondance de regrets.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PoppyZ 2017-03-07T07:29:15+01:00

A mesure qu’il marchait seul, Jeevan se sentit disparaître dans le paysage. Il était tout petit, insignifiant, dans son errance le long du rivage. Il ne s’était jamais senti aussi vivant, aussi triste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sapho 2017-03-05T15:32:29+01:00

Vingt ans après la fin des transports aériens, les caravanes de la Symphonie Itinérante avançaient lentement sous un ciel chauffé à blanc. C'était la fin juillet et le thermomètre vieux de vingt cinq ans accroché à l'arrière du véhicule de tête indiquait 106 ° Fahrenheit, 41 °Celsius. Ils se trouvaient à proximité du lac Michigan mais ne pouvaient pas le voir d'où ils étaient. Les arbres se resserraient sur les côtés de la route ; d'autres émergeaient de fissure dans la chaussée, frêles arbustes ployant au passage des caravanes, leurs feuilles caressant les jambes des chevaux et des humains. La canicule sévissait sans répit depuis une semaine.

La plupart des membres de la troupe allaient à pied pour réduire la charge des chevaux, qu'il fallait laisser se reposer à l'ombre un peu trop fréquemment à leur goût. La Symphonie ne connaissait pas bien ce territoire et voulait le quitter au plus vite, mais la rapidité était impossible par cette chaleur. Ils cheminaient lentement, armes à la main ; les acteurs récitaient leurs répliques, et les musiciens essayaient d'ignorer les acteurs, des éclaireurs guettaient le moindre danger sur la route, aussi bien devant que derrière eux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pamie 2016-09-19T04:39:34+02:00

Si ça avait été un autre que Hua, Jeevan ne l’aurait pas cru, mais il n’avait jamais connu un homme aussi doué pour l’euphémisme. Si Hua disait qu’il s’agissait d’une épidémie, c’est que le mot épidémie n’était pas assez fort. Jeevan fut soudain terrassé par la certitude que cette maladie décrite par son ami allait être la ligne de démarcation entre un avant et un après, un trait tiré sur sa vie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode