Livres
454 886
Membres
403 855

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par vivi 2018-05-02T14:45:56+02:00

Il fait si noir autour de moi.

Je suis tapie dans l’ombre et j’attends.

Je n'entends que mon pouls battre à mes tempes.

La main devant la bouche, j'essaie de respirer sans laisser échapper le moindre bruit susceptible de me trahir.

Je sais à présent qui il est.

Je peux désormais mettre un visage sur cette ombre qui me hante depuis cette fameuse nuit où tout a basculé.

J'ai passé sept ans à le traquer sans relâche pour mieux comprendre, et maintenant que je touche enfin au but, je suis cachée dans un minuscule cagibi, terrorisée.

J'aurais dû les écouter, j'aurais dû abandonner.

Je suis maintenant prise au piège, et cette nuit est probablement ma dernière.

Afficher en entier

Je suis amoureuse c’est ça ? Totalement éprise d’un Steel ? Bah merde alors…

Afficher en entier

Un texto de Chris. Bien sûr...

[Il fait froid dans ton salon, et ta couverture est trop petite.]

[J'ai des draps supplémentaires dans le placard de la salle de bain.]

[Ok].

Je l'entends se lever, faisant grincer les ressorts de mon vieux sofa. Il passe devant ma chambre et ressort de la salle de bain. Je l'écoute se recoucher et ne peux m'empêcher de le narguer par texto :

[Et là, tu es mieux ?]

[Ouais, mais ton sofa grince beaucoup et mes pieds dépassent.]

[Dommage que tu sois si mal, peut-être aurais-tu préféré être dans ton lit chez toi ?]

[Malheureusement, je suis de corvée de gardiennage, une enfant terrible et gâtée pourrie sans même une once de reconnaissance.]

[Oh, pauvre petit. Elle est si dure ? Je te plains. J'espère que tu es bien rémunéré au moins.]

[Allez laisse-moi dormir dans un vrai lit, je promets de ne pas te toucher.]

[Humm attend que je réfléchisse…. Non ! ]

Je me trouve très drôle et ferme mon téléphone sur cette phrase pour avoir le dernier mot et mettre fin à cette discussion. Mais quelques instants plus tard, une silhouette masculine terriblement sexy, portant un boxer moulant, se découpe dans l'embrasure de ma porte.

— Ivy ? Tu dors ?

Afficher en entier

e me laissent pas d’autre possibilité.

— Comment t'as cru que tu pouvais débouler ici pour baiser ? Comment tu sais pour cet endroit d'abord ?

Vérité, vérité, vérité...

— J'ai une amie qui connaît la cousine de la sœur d'une fille qui est venue ici.

Ok, je le vois essayer mentalement de comprendre les liens des filles entre elles. Le fait qu'il tente de démêler le tout prouve que ma version n'est pas si incroyable. Facile, je me suis inspiré des vraies putes à bikers que j'ai vues tourner autour de Dante.

Afficher en entier

— Et la deuxième ? me demande-t-il.

— La deuxième quoi ?

Je fais mine de n’avoir aucune idée de ce dont il parle.

— Ta deuxième phrase préférée beauté, tu m’as dit hésiter entre deux.

Il est debout devant la porte et me déshabille du regard. Il ne s’est pas encore changé et porte toujours sa veste aux couleurs des Steel. Ça le rend vraiment sexy. Je réfléchis quelques secondes pour être sûre de bien utiliser cette opportunité.

— Celle où tu me dis que tu vas me baiser jusqu'à ce que je demande grâce.

Ses yeux s’arrondissent sous l'effet de surprise.

— Oh, attends, je dis la bouche en cœur. Je crois que c'était dans mon rêve celle-là, j’ajoute l'air innocent.

Il s'approche tranquillement de moi avec une démarche de fauve. Ses yeux transpirent une excitation qui m’est familière et son seul regard suffit pour allumer un brasier dans mon ventre.

Il est maintenant tout près de moi. Il se penche à hauteur de mon visage.

— Beauté, je vais te baiser jusqu'à ce que tu demandes grâce.

Afficher en entier

— T'es vraiment jaloux hein ?

— Tu n’imagines pas à quel point, ajoute-t-il en se levant et en prenant la direction de son propre appart.

Je grogne tout bas et retourne à mon poste en songeant à quel point ce mec ne se prend pas pour de la merde.

Afficher en entier

Billye pose sa main sur mon épaule, avant de me tirer vers elle et de me faire un câlin suivis d’un : tu vois que j’avais raison ! Vient ensuite le moment féerique où l’agent nous annonce qu'il doit nous escorter vers l'unité conjugale. Avouez, c'est romantique comme nom hein ?

Il aurait aussi pu appeler ça l’endroit où on tire enfin un coup...

Afficher en entier

— Mademoiselle Duranceau.

Il me pointe le siège devant lui et attend que je sois assise pour lui-même s'assoir. Je rêve, ce n’est pas un balai dans le derrière que cet homme a mais plutôt un aspirateur qui lui siffle toute personnalité...

Afficher en entier

Il se moque encore et encore, c'est sans fin. Sa voix doit le faire bander car il n'est pas capable de la fermer deux petites secondes

Afficher en entier
Extrait ajouté par magsi 2018-05-15T19:30:29+02:00

J'entends un claquement soudain, la peur m'étreint le ventre.J'ouvre le rideau pour regarder et je le vois déjà torse nu. Il a claqué la porte en entrant, et à son regard,je comprend immédiatement pourquoi.

Il lève ses yeux brillants de désir vers moi. Il m'est possible de lire toute la détermination et l'appétence qui le submergent. Il me surprend à le regarder et vient vers moi comme une bête affamée en quête d'un délicieux repas.

Il ouvre le rideau à la volée laissant l'eau tout éclabousser autour de nous.Il ne se donne même pas la peine de se déshabiller complètement et entre sous le jet, me soulevant dans ses bras comme si j'avais la légèreté d'une plume.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode