Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de stefles : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
The Rain The Rain
Virginia Bergin   
Je trouve que c'est un très bon livre. Je l'ai lu en anglais, forcément, et ce qui m'a poussé à l'acheter, c'est la 4e de couverture. Oui, enfin bon, pas juste la 4e de couverture, mais plutôt les papillons qui remplacer tous les "gros mots" et... Je n'ai pas été surprise non, je m'attendais à un bon livre, et je n'ai pas été déçu ! L'histoire est vraiment touchante, et on entre dedans très facilement, parce qu'il fait vrai, tout simplement. L'écriture est simple, l'histoire aussi, mais... Elle fait vrai ! Je ne vois pas comment le dire autrement, vous devrez le lire pour comprendre

par rachelle
La route sombre La route sombre
Ma Jian   
Oui, la route est sombre avec Ma Jian, il n’y a aucun espoir d’amélioration dans son roman, il s’en sert comme une lame tranchante, taillant sans retenu dans le système qu’il vous décrit, Il est un enfer sur cette terre au passé millénaire.

par Fabior
La Route La Route
Cormac McCarthy   
Bouleversante histoire post-apocalyptique, où surgit l'amour entre un père et son fils, où tous les humains sont à la fois des victimes et les responsables du monde dans lequel ils vivent (un monde en perdition). Un road movie (en caddie) initiatique composé de peintures de désolation désertique, de paysages réduits en cendres par un cataclysme.
Les souvenirs de l'homme font leurs apparitions au fil des pages et nous permettent de comprendre l'entêtement à vivre dans ces prairies où l'herbe ne poussera plus jamais, avec son fils (né après la catastrophe).
Une étrange histoire existentielle sur la manière de contrarier la vérité de la déchéance, les atrocités du cannibalisme, les dernières limites de l' « homme » et son « petit » (aucuns noms). Nous devenons les voyeurs macabres de leur relation.
Les lectures doivent être différentes selon que l'on soit optimiste ou non sur le devenir de l'humanité. Un bon ouvrage en résumé.
Aliss Aliss
Patrick Senécal   
Un conte, des fous-psychopathes, un quartier inconnu, de la drogue, du sexe, de la torture, une question inconnue...

J'ai rarement lu un ouvrage aussi dingue (parce qu'il n'existe pas d'autre mot pour le décrire). Si Lewis Caroll était parti loin dans le roman original, ce n'est rien par rapport à ce qu'a réussi à faire Senécal.
Qu'est-ce qu'un monde sans morale ?

J'ai rarement vu des personnages dont la psychologie est aussi bien travaillée. Car si tout le monde est fou, il ne s'agit pas du tout d'une folie désorganisée. Tout ce que font les personnages ont un sens mais encore, faut-il le saisir !

En réalité, il est très difficile d'analyser ce roman initiatique, tant il est complexe et parfois dérangeant. Lu en moins de 24h, je n'ai pas pu le lâcher. Je me suis laissée complètement embarquer. À tel point qu'en arrivant vers la fin lorsqu'un ami m'a demandé « combien faut-il de bébé(s) pour peindre un mur ? » (pensant me faire une blague), il ne m'est même pas venu à l'esprit que le(s) bébé(s) pouvai(en)t repeindre ce mur autrement qu'avec leur sang !

Je n'ai pas regretté du tout d'avoir lu auparavant « 5150 rue des Ormes » car il m'a permis de pouvoir donner plus de profondeur au personnage de la Reine Rouge qui n'est autre que la Michelle de l'autre ouvrage.

Le seul bémol pour moi dans ce roman est l'écriture... Ce n'est pas mal écrit pourtant, mais simplement québécois. C'est souvent très amusant mais comme j'aime les phrases bien construites, je n'ai pu m'empêcher de tiquer. On finit par faire moins attention mais cela reste quelque peu dérangeant. Après, en même temps... le langage québécois n'est-il pas le plus adapté pour la narration d'un livre qui décrit un monde qui semble au premier abord ne pas avoir de règles ?

En conclusion, c'est dérangeant, c'est fortement déconseillé aux âmes sensibles mais il s'agit d'un livre absolument incroyable comme j'en ai peu vu et qui en plus a le mérite de faire réfléchir. Vous l'aurez compris, je vous le recommande très fortement !

Note en plus : il est également très intéressant de voir le parallèle entre le personnage de Charles qui représente le Lapin Blanc et celui de l'auteur d'Alice au pays des merveilles. En effet, le vrai nom de ce dernier est Charles Lutwidge Dodgson (Je remarque d'ailleurs à l'instant que le nom de famille coincide avec deux des rues du roman Aliss). [spoiler] Les agissements de Charles et son penchant pour les petites filles ne sont pas sans rappeler ceux de Carroll.[/spoiler]

par dadotiste
Voyage au bout de la nuit Voyage au bout de la nuit
Louis-Ferdinand Céline   
Hommage à un prof d'éco qui m'disait: "J'aimerai renaître pour lire à nouveau ce livre comme si c'était la première fois!"
Un des ces bouquins qui marquent des vies.

par Joyce
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Battle Royale Battle Royale
Kōshun Takami   
Je te trouve un peu dur quand même Battle Royale est un roman qui je crois à été écrit pour captiver le lecteur si l'auteur c'était attardé sur les sentiment des 42 élèves, si tous avaient été décris traumatisé et que chaque page racontaient la peur qu'il ressentaient à chaque secondes le roman aurai certes été plus réaliste mais bien moins attrayant il aurai d'ailleurs perdu tout son intêret!
Je crois qu'il faut lire ce livre en s'imissant dans "l'arène" et en vivant le suspense et l'angoisse que nos héros se fasse piéger et tuer par un de leurs camarades à chaque instant.
Ce n'est effectivement pas un roman que l'on li pour son écriture poétique et douce mais en même temps ça ferai quand même bizarre que l'auteur décrive un jeu barbare d'une autre manière que celle qu'il a employé dans B.R.
Ce n'est que mon avis et personnellement je n'ai pas été capable de me décrocher de Battle Royale tellement l'angoisse des héros m'emplissait.
Moi, je le conseil à tout les amateur d'histoire sanglante et de suspense.

par Edenz
À la croisée des mondes, Intégrale À la croisée des mondes, Intégrale
Philip Pullman   
Je me suis plongée dans la saga il y a quelques années, mais je me rapelle encore du gout agréable qu'avaient les mots inscrits sur chaque page que je tournais. C'était de loin du Harry Potter avec une saveur complètement différente. Assez envoutant même, surtout le tome 2, quoi qu'il en soit, dommage que le cinéma n'ait pas sut rendre le livre dans toute sa splendeur et fidèlement.

par vagabonde
Le Combat d'hiver Le Combat d'hiver
Jean-Claude Mourlevat   
Très beau livre mais très triste aussi. J'ai bien aimé le mix entre fiction et réalité et la profondeur des personnages.

par Cherubine
Le Portrait de Dorian Gray Le Portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde   
Je suis impressionné. L'auteur nous prouve dans cet ouvrage que l'influence est la pire des choses de notre monde. Suite à la prise de conscience de la beauté de sa propre image et sous le pouvoir des flatteries, ce livre nous démontre qu'il est très simple de considérer hautement la beauté de manière narcissique. Nous en perdons alors notre pureté. L'ego devient omniprésent et prioritaire à sur nos sentiments, jusqu'à la perversion de l'âme et du vice.
L'écriture est talentueuse. Les discours philosophiques sont sophistiqués. Les personnages sont cyniques à souhait. L'histoire est élégante, raffinée. L'ambiance est bourgeoise et le récit possède énormément de discours d'un grand intérêt : du rapport entre l'art et la vie, de l'influence du regard des autres, de la beauté, de la légèreté, des femmes, des hommes, des paradoxes, etc...
Un ouvrage si riche que je n'ai pu me décider à mettre des citations à cet article.