Livres
546 768
Membres
583 322

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Jessica-142 2021-01-17T17:53:29+01:00

– Tu ne vas pas m’arrêter ? dit-il à mi-voix.

– J’en suis totalement incapable.

– C’est presque décevant, grogne-t-il avec un soupçon de sarcasme.

L’impact est proche et, enfin, le tonnerre gronde. Avec force et détermination, sa main encadre ma nuque et m’approche urgemment de ses lèvres. Immédiatement, mes bras s’enroulent autour de son cou. Je ne le laisse pas mener ce baiser, et ce malgré la rage qu’il y met. Je me bats moi aussi, sans arme, à la seule force des sentiments puissants qui m’assaillent. Chaque assaut de ma langue est une délivrance, chaque mouvement de la sienne est une revanche. Je ne réfléchis plus, je vis, j’accepte et m’enivre de sentir sa hargne quand il encadre mon dos de son bras libre pour pulvériser le peu d’espace libre qui subsistait entre nous.

Je voudrais lui hurler combien il m’a manqué, combien j’ai détesté me perdre, combien je me suis sentie vide sans lui, mais plus aucun mot n’a de place à cet instant. Seule l’expression de nos corps compte.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2021-01-23T16:44:18+01:00

Chapitre 9 :

Maze

« … Oublier mes principes et les alarmes tonitruantes qui résonnent dans ma boîte crânienne…

J’ai envie de sa bouche, tellement envie que ma poitrine souffre à chaque battement exigeant de mon cœur. Tellement envie que ça me semble délirant…

– Tu ne t’enfuis pas ? demande-t-il alors qu’il n’y a plus que l’épaisseur d’une cloison, fine et invisible, entre nous.

– Peut-être que j’ai peur.

– Peur de moi ?

Sa voix n’est plus qu’un murmure incertain. Il hésite, va et vient entre ma bouche et mes yeux, mais se retient encore.

– Non, je n’ai pas peur de toi, Cassius. J’ai seulement peur de n’avoir rien à regretter…»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Steph-Anie 2021-01-31T11:33:29+01:00

Ce baiser n'est pas que passionné, il est aussi le mélange déchirant d'un "au revoir" couplé à un "ne m'oublie jamais".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Steph-Anie 2021-01-31T11:30:23+01:00

Je ne sais pas si tu as conscience de la marque que tu as laissée sur moi, en moi. Je suis condamné. Je te veux, chaque seconde de chaque jour depuis trop longtemps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Steph-Anie 2021-01-31T11:28:06+01:00

Cette femme est le défaut de ma conception, la défaillance de mon système, le grain de sable dans mon rouage.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2021-01-23T16:28:56+01:00

Chapitre 2 :

Maze

« … Quant à Cassius… À peine ai-je laissé glisser mon regard jusqu’à lui que le sien m’ébranle une seconde. Il m’observe de biais, intéressé, amusé, peut-être même intrigué. À moins que ce ne soit sa moue de jouissance ? Parce que, bon, les mains d’Olivia s’activent sous la surface de l’eau et sa bouche dévore le cou robuste de son homme.

Je secoue la tête en riant silencieusement. Ces mecs n’ont aucune décence… Leurs conquêtes non plus, d’ailleurs. Je n’ose pas imaginer ce qu’il en serait dans un lit quand c’est déjà « perversité et compagnie » dans le bassin de la tentation !

Je me redresse dans l’idée de retourner me murer dans ma chambre quand Cassius me hèle :

– Maze, t’es sûre que tu ne veux pas te baigner ? Olivia peut te passer un maillot.

– Euh, non, je ne peux pas ! se hérisse la concernée.

Je me lève complètement et souris davantage en approchant de la margelle.

– Les groupes sont déjà formés, j’aurais peur de mettre en péril votre bel équilibre, raillé-je.

– Il reste encore de la place. La piscine est grande…

Son sous-entendu me fait lâcher un rire sonore. Un vrai, un beau, un rire très sincère ! Notamment parce que Cassius se met subitement à grimacer de douleur sous les ongles acérés qu’Olivia plante méchamment dans son torse lisse.

– Vous êtes des porcs ! À plus, les minus !...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2021-03-13T20:44:48+01:00

Le temps semble s’être figé. Ce même temps que je voudrais voir se multiplier à l’infini. Parce qu’il n’y a véritablement qu’avec lui, contre lui, que je me sens respirer d’une sérénité retrouvée.

Il n’y a définitivement qu’avec lui, contre lui, que je saisis le sens du mot « aimer ».

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode