Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Stephanie-232 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Au bout du chemin Au bout du chemin
Patricia Hespel   
Bon petit roman distrayant !... Romance dont les rencontres -toutes riches- qui le jalonnent façonnent le bonheur que nous cherchons tous... Un livre qui me parle sans complication.
How to save a life How to save a life
Lauren McKellar   
[HOW TO SAVE A LIFE] est le genre de roman coup de poing à mettre entre les mains de tous les lecteurs, qu’ils soient jeunes (à partir de 15 ans) ou plus âgés, le résultat sera le même, le message passe, différemment peut-être mais avec beaucoup d’intensité.

QUAND LA MUSIQUE DEVIENT SALVATRICE !
Sur la couverture du livre, notre héroïne est représentée sur les touches d’un piano face à l’océan. Cette couverture est sublime et elle colle parfaitement à l’histoire. Lia Stanton veut fuir son passé, sa vie et l’amour. Elle veut enfouir ce douloureux secret et ne le révéler à personne. Y arrivera-t-elle sans sombrer ? Lia se réfugie souvent dans la musique qui apaise ses souffrances, elle se jette corps et âme dans les mélodies qui l’entraîne d’un présent bien trop lourd à porter.

UNE HÉROÏNE TOUCHANTE.
Lia Stanton a vécu l’enfer, elle se débat avec un quotidien qui lui rappelle sans cesse ce secret qu’elle souhaite dissimuler aux yeux du monde. Elle pourrait être heureuse, aux côtés de ses amis, Duke et Kat. Duke et elle forment un couple harmonieux, pourtant rien n’est facile et le poids des secrets devient très vite trop lourd entre eux. Lia est poursuivie par ses démons, elle ne sait pas comment sans sortir… Parfois il ne semble y avoir aucune échappatoire. Lia est une héroïne que j’ai aimé pour sa simplicité, c’est une jeune femme qui doit vivre avec son passé, elle a du mal à s’intégrer à cause du drame familial dont elle a été victime.

UN ROMAN POIGNANT, DÉCHIRANT QUI ALLIE PASSE ET PRÉSENT AVEC BEAUCOUP D’ESPOIR !
Ce récit prend aux tripes. Je dois dire que les sujets abordés sont très touchants, Lauren K. McKellar a su mener son intrigue avec beaucoup de brio, l’ensemble s’intensifie au fil des pages, l’amour pointe le bout de son nez au milieu des révélations. J’ai aimé le cheminement qui nous dévoile les tenants et les aboutissants de l’histoire avec une certaine retenue.

Le récit se destine à un public divers, j’ai aimé qu’il soit accessible pour les jeunes lecteurs, je pense qu’il est important que les plus jeunes découvrent des histoires avec des thèmes aussi importants, mêlés à la musique et à l’amour, les thématiques sont source de réflexion. Le fond de l’histoire est très sérieux et il sensibilise les lecteurs sur certains sujets importants dans la vie de tout à chacun.

UNE ROMANCE DOUCE ET BIEN MENÉE !
Dans ce roman, l’amour y est évoqué, ainsi que l’amitié et les relations familiales dysfonctionnelles. Les personnages vont devoir faire face à des difficultés de taille, ils vont être aux prises avec leurs émotions, ils vont devoir se remettre en question et aller de l’avant. L’amour est abordé de diverses manières dans l’histoire, on va y découvrir les bons moments et les moins bons avec les conséquences d’un chagrin d’amour et la naissance d’un nouveau. J’ai aimé ressentir toutes ces émotions vivaces, c’était vraiment troublant et intense.

UNE PLUME AGRÉABLE ET TRÈS ADDICTIVE !
J’ai découvert la plume de Lauren K. McKellar avec ce roman et j’ai de suite accroché à son style moderne et touchant. Elle a su faire naître des émotions en moi, je vous avoue que j’ai été par moment submergée par les vagues d’émotions, je suis passé par différents stades jusqu’à avoir les larmes aux yeux. Elle a su toucher l’âme sensible que je suis sans en faire trop en restant dans la justesse des sentiments évoqués.

EN BREF :
[HOW TO SAVE A LIFE] est une romance new adult percutante, j’ai aimé le style de l’autrice et sa façon de mener son histoire. Notre Héroïne m’a énormément touchée et j’ai aimé cette découverte du début à la fin. Je suis véritablement enthousiaste vis à vis de ce roman qui nous offre de véritables émotions et une réflexion pertinente sur la vie tout simplement. Laissez-vous tenter par la douce mélodie d’une renaissance !
Tension extrême Tension extrême
Sylvain Forge   
Merci à la maison d'édition de m'avoir permis de le lire gratuitement. J'ai de suite accroché a l'histoire qui m'a tenue en haleine jusqu'au bout. Ce roman parle de cybercriminalité et quand on voit ce qui se passe dans le livre ça fait peur surtout dans les notes de l'auteur qui parlait de l'intelligence artificielle cortana sous windows 10. J'ai adoré l'histoire et les personnages d'Isabelle, Charolles étaient prenant. Une bonne lecture.

par antoine18
A comme Aujourd'hui A comme Aujourd'hui
David Levithan   
J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire et à vraiment m'attacher aux héros. Je sentais qu'il y avait énormément de possibilités et de chemins vers lesquels David Levithan pourrait se diriger, et j'avais un peu peur qu'il oublie certains thèmes pour s'arrêter sur d'autres choses moins importantes. Mais non. Il est parvenu à me couper le souffle. EVERY DAY est une magnifique d'amour qui m'a anéanti.

Jusqu'à la fin, je me suis demandé comment le roman se terminerait. Puis PAF, la conclusion nous explose à la figure. Je pleurais tellement que les lignes en devenaient floues. Cette fin. Cette fin ♥ Je suis déchiré, ébloui et brisé.
C'est brillant.

Je ne sais pas encore si la suite est nécessaire ou pas, mais j'ai terriblement envie de découvrir ce qui attend A et Rhiannon.

J'avais oublié à quel point pleurer en refermant un roman était magnifique.
Ce livre m'a permis de m'en souvenir.

par Jordan
Rizzoli & Isles, Tome 11 : Ecorchures Rizzoli & Isles, Tome 11 : Ecorchures
Tess Gerritsen   
Ce roman m’a littéralement bouleversée ! Il n’y a pas beaucoup de livres qui me touche et me marque mais ce livre en fait partie.
J’avoue que je ne m’attendais pas à ce genre de roman. En effet je pensais que Tess Gerritsen défendrait en quelque sorte la cause animale et malheureusement ce n’est pas le cas. Les animaux sont encore une fois placés au rang de victimes collatérales de la bêtise humaine… Dans ce roman l’auteure dénonce aussi cet aspect parfois secret des safaris et des zoos et de ce qu’ils peuvent malheureusement révéler. Après tout, tant qu’il y a de la demande pourquoi est-ce qu’il y aurait de la gêne…
J’ai réellement apprécié découvrir certaines pratiques que malheureusement je ne connaissais pas même si pour certaines j’avais en effet quelques doutes.
Mais si on écarte ces points on se rend assez vite compte que c’est avant tout une chasse mais une chasse d’une autre sorte…

L’auteure nous fait découvrir des personnages énigmatiques, touchants, sensibles, mais aussi avec leurs défauts. Ici personne n’est parfait et tout le monde doit vivre avec son côté sombre.
Tess Gerritsen n’épargne personne ! Tout le monde est mis sur le même pied d’égalité que ce soit les coupables, les victimes ou les enquêteurs. Et j’ai apprécié cela ! Au final tout au long du roman on découvre des personnages au passé souvent tragique et qui n’ont pas encore tout à fait tiré un trait sur ce dernier.

J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure alterne les points de vue et nous fasse vraiment tout partager. On a les cartes en main, à nous de découvrir le coupable. Le souci c’est que tout est organisé pour que les pistes soient brouillées et c’est ce qui fait que ce roman est tout simplement fabuleux ! Si vous pensez que tout est aussi simple, alors vous vous trompez ! Parce que dans la savane c’est chacun pour soi… ou presque.

En ce qui concerne les descriptions il y en a juste ce qu’il faut. Je vous avoue que je n’aurais pas été contre quelques descriptions supplémentaires surtout concernant les passages en pleine Afrique déserte mais cela est vraiment très personnel.
Pour ce qui est des personnages si leur physique reste parfois flou l’auteure nous fait par contre bien ressentir leurs émotions et je me suis presque vue au milieu de certains d’entre eux.
Ce qui m’a aussi touchée c’est que c’est une histoire qui pourrait malheureusement arriver… Au final les gens disparaissent, sont recherchés, mais combien sont retrouvés ?
L’enquête est prenante du début à la fin. L’auteure ne laisse pas de répit à ses personnages et ne les épargne pas non plus.

Tess Gerritsen a déjà écrit d’autres romans mettant en scène le duo d’enquêteurs et je pense que si j’en ai la possibilité je lirai les autres enquêtes avec plaisir. Il y a quelques rappels des enquêtes précédentes mais cela ne gène pas la compréhension de l’histoire. Je dirais même que cela m’a intriguée et donné envie de découvrir les autres.
La fin est vraiment digne de ce roman. Pour le dernier chapitre même si je n’aime pas trop ce genre de scène je n’aurais pas imaginé mieux comme épilogue.
En résumé, si vous n’avez pas encore lu ce roman je vous le conseille sans hésitation et je me demande encore ce qui vous retient de ne pas l’acheter !

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0288

par manue14
L'envol du papillon L'envol du papillon
Lisa Genova   
J'ai beaucoup aimé lire ce livre malgré le sujet lourd qui y est traité. L'écriture est vive, simple. On suit avec douleur le quotidien d'Alice, femme brillante, des premiers signes de sa maladie à son développement. On à l'impression de faire partie de sa famille du début à la fin. Pour un premier roman de cet auteur je trouve cela plutôt réussit surtout sur un sujet si dur à traiter sans tomber dans le pathétique. Une lecture" facile", sans prise de tête.

par louness
Le Jardin des bonheurs égarés Le Jardin des bonheurs égarés
Tor Udall   
Un livre un peu long à lire.
J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux personnages, j'ai trouvé l'histoire très plombante. Le personnage le plus intéressant à mes yeux est Millie, qui fini par trouver sa voie et qui garde, tout au long du récit, son désir de s'en sortir et d'être utile.
Elle est aussi la plus mature selon moi, malgré son âge.

par Atzue
La Lanceuse de couteaux, Tome 1 : La Lanceuse de couteaux La Lanceuse de couteaux, Tome 1 : La Lanceuse de couteaux
Eve Borelli   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/18/la-lanceuse-de-couteaux-eve-borelli/

La lanceuse de couteaux est un roman qui prend place dans l’univers du cirque, auquel son héroïne, une jeune femme du nom de Siloé, appartient. Elle est cependant lasse de cette vie qu’elle mène, et de son père qui l’étouffe sans réussir à la comprendre. Elle rêve d’amour, de frissons, d’adrénaline... jusqu’à ce que ses désirs se matérialisent en la personne de Rafael.

Mon opinion sur ce roman a été partagée pendant une longue partie de l’histoire, même si cela s’est un peu arrangé vers la fin. J’ai dans un premier temps trouvé l’intrigue trop attendue, et surtout, elle m’a parue manquer cruellement de subtilité.

Tout d’abord, on a Siloé. Siloé qui s’ennuie dans son quotidien, Siloé qui est blâmée par son père de ne pas prendre part à la vie du cirque, alors qu’il lui interdit tout ce qu’elle souhaiterait faire... Et moins de vingt-quatre heures plus tard, tout bascule. On n’a pas le temps de s’habituer à son univers, de partager sa monotonie qu’elle est déjà arrachée à tout cela.

Et par qui ? Par un beau ténébreux bad boy, au charme duquel elle succombe au premier regard et avec qui elle accepte de s’enfuir après avoir discuté pendant... Une heure ? Peut-être moins ? Direction un nouveau cirque, une nouvelle vie, où Siloé pourra exploiter pleinement sa vocation : celle d’une lanceuse de couteaux.

Évidemment, on se doute d’ores et déjà que tout ne va pas se passer comme elle le voudrait. Et la hiérarchie du cirque dans lequel elle atterrit annonce clairement la couleur : les hommes organisent des réunions où ils discutent et prennent les décisions entre eux, pendant que les femmes restent à l’écart. Voilà qui plante le décor. Tout comme le thème du spectacle, Barbe Bleue. Tout comme le mot « sexiste », qui revient trois fois en peu de pages.

Et cela nous amène à Rafael, qui ne tarde pas à révéler son vrai visage, celui d’un pervers narcissique violent, maladivement jaloux, possessif, et j’en passe... J’ai bien compris qu’il était là pour faire réagir le lecteur sur les violences conjugales et tout ce qui y touche de près ou de loin, mais je ne peux m’empêcher de m’interroger sur les motivations du personnage. Pourquoi avoir jeté son dévolu sur une fille qu’il connaissait depuis moins de 24h ? Pourquoi se comporte-t-il comme ça avec elle, et pas avec Lupa ? D’ailleurs, pourquoi s’être séparé d’elle ? Alors oui, peut-être qu’il n’y a pas besoin de chercher midi à quatorze heures, peut-être qu’il est juste fou, comme Siloé elle-même le souligne à maintes reprises, mais bon...

Un point que j’ai en revanche apprécié dans cette histoire : l’absence totale de réaction de tout le monde, qui est un triste reflet de la réalité. Quoi qu’il se passe, la plupart des gens préfèreront fermer les yeux plutôt que d’agir, et j’ai trouvé pertinent que cet élément soit mis en avant. Il est hélas plus facile de faire semblant de ne rien voir plutôt que de s’impliquer.

À travers toutes ces épreuves, Siloé évolue. Elle devient plus mature, plus réfléchie, moins égocentrique, car elle apparaissait un peu ainsi de prime abord. Néanmoins, un passage m’a fait tiquer. Sa rencontre avec Charlotte. Elle la connaît depuis quelques heures à peine, et Siloé se laisse entraîner par elle au point d’accepter d’emménager sous son toit et celui de son colocataire. Euh... Oui, d’accord. La dernière fois qu’elle a suivi quelqu’un qu’elle ne connaissait ni en noir ni en blanc, mais juste parce qu’elle trouvait que le courant passait bien, elle en a sacrément souffert, pourtant à aucun moment, elle n’a un soupçon de méfiance.

Heureusement, là où Rafael était un parfait connard derrière ses airs de prince charmant, Charlotte est bel et bien gentille, bienveillante, généreuse... Ce qui ramène au gros manque de subtilité susmentionné. Là encore, en moins de 24h, dans une ville qu’elle ne connaît pas, Siloé rencontre quelqu’un qui insuffle un tournant différent à sa vie et la guide sur un nouveau chemin. Un hasard aussi heureux, c’est gros. Trop gros.

En conclusion, je dirais qu’il faut lire ce roman comme étant avant tout une dénonciation : celle du sexisme, des violences conjugales, de l’indifférence générale... C’est également une histoire intéressante dans l’ensemble, avec quelques personnages sympathiques (quoique majoritairement trop manichéens), mais qui pèche par un scénario trop facile et relativement attendu.

par Cyrlight
La fille qui avait bu la lune La fille qui avait bu la lune
Kelly Barnhill   
Il s'agit ici d'un roman adressé aux middle grade, c'est à dire au 10-12 ans.
L'histoire est narré de manière assez simple, à la façon d'un conte. Elle est donc loin d'être effrayante. Cet ouvrage fait tout de même près de 400 pages, on va donc s'adresser à un public déjà habitué à lire des romans conséquents ou qui dévore assez rapidement les plus petits et qui n'a pas encore assez d'expérience pour se lancer dans des ouvrages tels qu'Harry Potter.

Parlons un peu de l'histoire maintenant tout de même !

Dans le protectorat, chaque année, il faut sacrifier un enfant à la méchante sorcière. Tous le savent mais les habitants ne le prennent pas pour autant pour une partie de plaisir. Le chagrin est lourd dans ce village. On le découvre vite, il y a bien une sorcière qui vient chercher l'enfant. Il s'agit de la vieille Xan qui ne se doute absolument pas qu'elle est crainte par le Protectorat. Cette dernière pense sauver les enfants. Et chaque année, elle leur trouve une nouvelle famille aimante pour les protéger. Sur le chemin, pour les nourrir, elle leur donne du clair d'étoile. Sauf que cette année, elle n'a pas attention et c'est du clair de lune qu'elle a donné à la petite Luna. Conséquence très grave, le bébé se retrouve enchanté. En un autre mot : magique ! Un enfant magique est dangereux car il ne maitrise pas ses pouvoir !

Que va devenir la petite ? Et le maudit Protectorat ?
Pour le savoir, il va falloir lire cet ouvrage dans lequel vous découvrirez également l'adorable dragon minusculus — pardon énormes — Fyrian, mais aussi le monstre du Marais.

J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car elle traine parfois en longueur et reste très enfantine. Toutefois, ses personnages très enfantins ont su m'attendrir et me pousser à continuer. Ça reste très simple pour moi mais j'ai tout de même passé un agréable moment.

En conclusion et pour le public dont je parlais en début de commentaire, je pense que cela fera un très beau roman à découvrir. Au dessus de 12 ans par contre, ce sera, je pense, beaucoup trop simple.

par dadotiste
Le chat qui ne mangeait pas de souris Le chat qui ne mangeait pas de souris
Barry Moser    Randall Wright    Carmen Agra Deedy   
Une belle histoire d'amitié entre Skilley un chat de gouttière et Pip une souris lettrée...
L'intrigue se déroule dans le Londres Victorien, et plus précisément dans un pub : le "Cheshire Cheese" réputé pour ses fameux fromages confectionnés par Croom la cuisinière très ... rustique !

Skilley se présente au pub et se voit attribuer le rôle de "chasseur de souris", qui abondent dans l'établissement. Pourtant, Skilley est différent des autres chats : il n'aime pas manger les souris ! Il doit alors faire semblant de les attraper, mais il est en fait devenu ami avec elles, surtout avec Pip, celle qui semble être leur meneur.
[spoiler]Chat et souris vont alors mettre au point un contrat : Skilley doit les protéger, et en échange les souris lui amèneront du fromage, met dont il raffole ! Une histoire très drôle donc : un chat qui mange du fromage !
Mais c'est sans compter l'arrivée de Pinch, chat bagarreur ennemi de Skilley, qui lui, entend bien éradiquer les rongeurs !
De plus, l'auberge cache entre ses murs Maldwyn, le corbeau de la reine activement recherché par Sa Majesté. Recueilli et soigné par la fille du patron suite à une attaque de chat, Pip et ses amis doivent le ramener par tous les moyens à la Tour de Londres, sous menace de déclencher une guerre contre les Français (soupçonnés d'être à l'origine du vol de l'oiseau). Heureusement, Pip sait lire et écrire et il peut envoyer un message au gardien des corbeaux. Et voilà que la Reine Victoria débarque au Cheshire Cheese ! Finallement, la serveuse du pub qui a recueilli Pinch est virée avec son chat car elle volait du fromage, les souris et Skilley sont récompensés pour leur héroïsme et Maldwyn retrouve la place qu'il lui revient. [/spoiler]
Une histoire pleine de suspens, drôle et sérieuse à la fois (l'intrigue tourne autour de Charles Dickens, qui tout au long cherche une introduction pour un de ses livres)... Une belle histoire d'amitié, riche en enseignement et qui invite à respecter les différences d'autrui à tavers l'image de ce chat et cette souris, tous deux très particuliers, qui deviennent amis !

par Zelina