Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Stephanie-335 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Fille d'avant La Fille d'avant
J.P. Delaney   
http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/06/fiche-livre-la-fille-d-avant-jp-delaney.html

La fille d'avant met en parallèle deux femmes habitant une très étrange maison à deux périodes différentes. Cette maison est extrêmement intrigante et originale. Aussi, pour y vivre, faut-il accepter de se plier à tout un tas de règles plus étonnantes les unes que les autres. En effet, le One Folgate Street est une habitation révolutionnaire, tant par son aspect austère proche de la philosophie de Marie Kondo (groso modo, le rangement par le vide) que par sa richesse technologique. Edward Monkford prétend pouvoir créer une maison capable de s'adapter en permanence à ses occupants. Le problème est que la locataire précédente est morte dans ce logement, dans des circonstances étranges. Jane, la nouvelle occupante se lance dans une enquête pour découvrir les raisons de la mort d'Emma, la fille d'avant.

C'était une lecture agréable mais assez banale en fin de compte. Si l'histoire se lit vite, à la façon d'un page turner, elle manque tout de même de créativité et de profondeur. J'ai apprécié les éléments nouveaux sur la psychologie des différents personnages. Cependant, je trouve qu'ils sont amenés un peu trop facilement. Bien qu'on ne sache pas aisément qui est le coupable et surtout s'il y en a bien un, le roman manque de manipulation et de finesse. Les suspects s'enchaînent, tous plus ou moins sur un même pied d'égalité, sans qu'il y ait vraiment de manipulation. On n'est pas sûr, on n'est pas surpris, on n'est pas déçu, en fait, on est de simples spectateurs. C'était peut-être l'effet recherché mais j'avoue que cela m'a empêchée de développer des sentiments pour les différents protagonistes. Ni haine, ni amour, ni compassion. Ils m'ont laissée indifférente.

Qui plus est, les questionnements qui auraient pu pousser à la réflexion ont été balayés très rapidement. Le deuil, la mythomanie, le sado-masochisme, le narcissisme, le handicap, ... autant de thèmes qui sont vaguement survolés et trop peu exploités alors qu'ils auraient pu permettre de semer le trouble et le doute dans l'esprit du lecteur.

Conclusion : ♥♥♥ C'est un roman plutôt banal en fait, une lecture agréable et vite faite mais qui s'oublie rapidement. Le scénario manque peut-être de fantaisie et les aspects névrotiques des personnages ne sont pas assez exploités selon moi. Dommage !
Le Garçon qui voulait courir vite Le Garçon qui voulait courir vite
Pierre Bottero   
Comme dans tous les Bottero, il y a l'obscurité, la souffrance. Battus par la lumière, la lumière qui s'appelle Amour, Amitié, Famille, Confiance...

Un livre qui donne envie de courir, courir sans s'arrêter jusque nos jambes ne puissent plus nous porter...

Un trésor ♥

par Vavi
Addiction Addiction
Blake Nelson   
Pour moi, ce livre se situe entre Nos étoiles contraires de John Green et Hell de Lolita Pill (en beaucoup moins trash évidemment). En partant d’un sujet grave, Blake Nelson nous livre une chronique douce-amère sur cette période charnière qu’est l’adolescence.

http://drunkennessbooks.blogspot.fr/2014/06/addiction.html#more
L'Innocence des bourreaux L'Innocence des bourreaux
Barbara Abel   
Génial

Une histoire qui pourrait sembler banale mais pourtant très originale. Des destins qui se croisent dans un supermarché un jour de braquage. Une journée qui vire au cauchemar pour la jeune maman qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison le temps d'une "course rapide", et les autres, tous cachent une part d'ombre, mais laquelle ?..
Encore une réussite pour Barbara Abel, un roman puissant, addictif, totalement impossible à lâcher.

Argent : 7,5/10
Partir Partir
Tina Seskis   
L'idée de départ telle que racontée dans le pitch me plaisait bien, c'est donc avec enthousiasme que j'ai démarré cette lecture. Mais très vite, j'ai été gênée par le saucissonnage excessif entre passé et présent, un peu perdue par qui est qui à chaque début des courts chapitres. On comprend bien que l'auteur a voulu livrer les éléments de l'intrigue au compte-goutte, mais trop c'est trop et elle a bien failli me perdre. Par ailleurs, pour nous expliquer les raisons de ce départ subit d'Emily, elle utilise des tours de passe-passe un peu "téléphonés", ce qui rend la chose artificielle : la rencontre avec Robbie, la promo ultra rapide dans l'agence de com'... Je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages non plus.

Bref, une quasi déception même si j'ai lu jusqu'à la fin parce que je voulais savoir le fin mot de l'histoire.

New Heaven New Heaven
Lena Clarke   
Superbe livre, j'aime beaucoup l'autrice mais j'avais trouvé que dans ses précédents livres, on se focalisait trop sur la romance et que tout le reste était ignoré. Dans ce livre, il y a plusieurs rebondissements avec des personnages secondaires intéressant et une histoire bien travaillée. J'ai trouvé que c'était super et l'histoire entre Angelina et Samantha est géniale !

par nekokuro
Des vents contraires Des vents contraires
Olivier Adam   
L'histoire est touchante, les personnages sont attachants, surtout les enfants qui font face à la subite disparition de leur mère comme ils peuvent. Le père lui essaie de les épargner autant qu'il le peut.
Ce qui m'a surtout touché dans ce livre, c'est la description de la Bretagne j'ai souvent eu l'impression d’être transportée là-bas et de sentir les embruns, le vent, de voir l'océan en face de moi.

par Kalea
Et j'ai choisi de vivre Et j'ai choisi de vivre
Marilyse Trécourt   
https://mydearema.wordpress.com/2017/11/15/review-et-jai-choisi-de-vivre/

Encore une lecture bien sympathique, proposée par Anaïs des Editions Librinova!
Merci!

C’est toujours un plaisir de découvrir les récits de ces éditions.
Ici, j’ai encore été surprise de constater que des romans, pourtant courts, peuvent s’avérer très efficaces, si bien menés.
Et c’est totalement le cas, encore une fois.

L’auteur donne le ton dès les premières pages ; un couple, un décor américain, un accident, la vie et la mort, des doutes…
Les évènements s’enchaînent, le lecteur est, dès le départ, tourmenté par des questions sans réponses.
Max va-t-il survivre? Alice est-elle réellement aussi amoureuse qu’elle le prétend? Ou est-elle à l’origine de l’accident de son mari? Si elle est bien innocente, qui est responsable?

Pour une fois, j’ai apprécié l’alternance des personnages au niveau de la narration.
En général, ça m’ennuie assez. J’aime quand je suis dans la tête d’un.e des héro.ine.s et point. Voyager parmi mille protagonistes et devoir m’acclimater toutes les 10 pages à une personnalité différente, c’est pas pour moi. Surtout que j’ai souvent la sensation que l’écriture n’est pas bien travaillée et ne nous donne pas vraiment l’impression que c’est un autre personnage qui vit l’histoire. Pour ce livre, c’était plus fluide. Je dirais même que la succession des points de vue est nécessaire et justifiée.

Au niveau de l’intrigue, malgré la petite taille du roman, tout est vraiment bien développé. On se familiarise avec le couple Alice-Maxime, on a quelques flashbacks de leur passé, leur rencontre, tout est parfaitement expliqué pour qu’on soit amené à les trouver sympathiques et s’y attacher.
Je dois par contre reconnaître que l’histoire traînait quelque peu en longueur à certains moments. Ce n’était pas tellement dérangeant, mais suffisamment pour qu’on en vienne à se demander quand est-ce que le suspens reprendra du travail.
De même que je dois avouer avoir plus ou moins cerné le dénouement de l’histoire vers la moitié du livre. Avec l’évolution des personnages, on en vient à mieux saisir leur personnalité et les responsables deviennent plutôt évidents.
MAIS.
Il reste quand même un énième rebondissement, à la toute fin du récit, que je n’avais pas du tout vu venir. Et c’est justement grâce à cet évènement que l’histoire prend une tournure d’autant plus humaine. Je te laisse découvrir par toi-même…

En bref, à l’image des « Ombres du Vieux Carré« , que j’avais pu lire il y a peu par ces même éditions, « Et j’ai choisi de vivre » est le livre parfait pour souffler entre deux gros pavés. Il est touchant, bien construit, la plume est agréable, on ne s’embête pas mais on ne se prend pas non plus la tête. Il était vraiment idéal pour moi cette semaine où j’ai enchaîné les heures à mon job étudiant et où j’étais exténuée.

par Freyja
Tous les frères font comme ça... Tous les frères font comme ça...
Laurent Boyet   
Un cri de haine, un cri qui soulage et qui nous permet de mieux comprendre la victime de l'intérieur. Magnifique témoignage qui prend aux tripes et que toute victime d'inceste devrait lire. Au moins pour savoir qu' ils ne sont pas seuls, pour admettre de continuer à vivre et comprendre que l'écriture peut être cathartique. Travail que je fais systématiquement avec mes patients victimes comme Laurent. Désormais je leur proposerai de lire ce livre, non pas pour les déprimer davantage mais au contraire pour leur prouver qu' on peut s'en sortir même sans plainte, même sans pardon.

par Edith972
La Veuve, Tome 1 La Veuve, Tome 1
Fiona Barton   
Le coupable est-il toujours celui que l'on croit? L'autre est-il vraiment innocent? Devait-il dénoncer ou continuer à faire semblant de ne pas être au courant? Voilà toute la question concernant Jane Taylor. Est-elle réellement aussi innocente qu'on pourrait le croire? Comment a-t-elle pu vivre sans ne rien voir? Sans ne rien dire? Cela interpelle, on s'interroge. Elle, la femme d'un monstre sans coeur, comment est-il possible qu'elle ne sache rien?

Au fil du temps, on va se rendre compte que Jane est, elle aussi une victime, celle de son mari. Du jour de sa rencontre avec Glen, Jane n'a plus été elle-même, elle a été façonnée par lui, à l'image qu'il voulait d'elle. Et peu à peu, elle sombre dans l'engrenage. Et lorsque Glen passe sous le bus, elle va pousser un soupir de soulagement. Mais, sa vie ne sera néanmoins pas plus paisible pour autant car elle sera pour toujours et pour tous, la FEMME du monstre. Elle va être abandonnée par ses amis, fera les choux gras de la presse qui va la manipuler au plus haut point. Sa vie va être un calvaire.

Et pourtant, je n'ai pas perçu Jane comme une victime, tout au long de ma lecture, j'ai eu cette sensation étrange que Jane cachait bien son jeu. A quoi pense-t-elle? Est-elle aussi fragile qu'elle veut le laisser croire? On oublie néanmoins que c'est la petite Bella la véritable victime, mais que sait Jane à son sujet? Voilà ce qui trotte dans la tête du lecteur! Que sait Jane?

Pour ma part, je n'ai plus à un moment donné perçu Jane comme LA victime. Sans en dire trop, elle me semble se complaire dans ce rôle alors que la manipulation de son mari est évident. Une bonne lecture, assez dérangeante toutefois et qui laisse un sentiment amer.

http://chezcookies.blogspot.be/2017/01/la-veuve.html

par cookies72