Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Sterena : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
L'art de la simplicité L'art de la simplicité
Dominique Loreau   
Je trouve que ce merveilleux petit livre est un cadeau à s'offrir, ou à offrir à ceux qu'on aime, pour redécouvrir le sens du mot «essentiel». Lorsque je l'ai lu pour la toute première fois, j'ai éprouvé une furieuse envie de me débarrasser de tout le superflu de ma vie sur les plans matériel, financier, spirituel et affectif, bref d'épurer ma vie. Il est certain qu'on ne peut suivre absolument tous les préceptes que nous propose Dominique Loreau, qui vit au Japon - au Québec, il neige 5 mois par année et les températures varient de -30 à +30 degrés Celsius en moins de temps qu'il faut pour le dire, donc il faut posséder un peu plus de biens que ce qu'elle préconise - mais c'est le sens de son message qu'il faut capter: non, simplicité n'égale pas privation et austérité. Au contraire, la simplicité est la richesse d'une âme contente.
L'Enfant des cimetières L'Enfant des cimetières
Sire Cédric   
Ce thriller gothique est génial. Le style d'écriture est particulier, mais très vite, on se laisse emporté par la plume talentueuse de l'auteur et on se prend dans l'histoire, si bien qu'on n'arrive plus à lâcher le livre.
L'horreur, les émotions, tout y est décrit de façon hypnotisante. Le suspens y est très présent et parfois même à la limite du supportable !
J'ai beaucoup aimé le principe de l'histoire, qui découle d'une histoire qui à l'origine n'est rien de plus qu'une légende urbaine !


par Fantasyae
La Maison d'à côté La Maison d'à côté
Lisa Gardner   
Trente-huit ans, célibataire et travailleuse acharnée, D.D. Warren est commandant à la brigade criminelle. Un coup de téléphone du capitaine Miller la prévient qu'une jeune enseignante de vingt-trois ans a disparu en pleine nuit laissant sa fillette de quatre ans seule dans son lit. C'est son mari, Jason Jones, journaliste au Boston Daily, qui de retour au domicile, tard dans la nuit, constate et signale la disparition de sa femme. Aucun désordre dans la maison, aucune trace de lutte, seule une lampe cassée et un édredon disparu.
J'ai bien apprécié la façon dont l'auteur traite de sujets délicats, avec sobriété mais clairvoyance. J'ai bien aimé également que ses personnages soient mis à nu dans leurs sentiments, leur sensations, leur perception des événements. On pressent que des faits du passé vont rejaillir et causer quelques dégâts.
Coté enquête, l'auteur arrive à maintenir un intérêt et un suspense certains car, à tour de rôle, tous ses personnages peuvent être suspectés, tous ont de sérieux mobiles et jusqu'à la fin on se demande qui sont les coupables et si le principal suspect est bien celui qui est le plus mis sur la sellette. Lisa Gardner entretient tout au long du roman, une certaine ambiguïté, ce qui n'est pas pour déplaire. Toutefois, je ressors de cette lecture avec un sentiment assez mitigé car il m'aura fallu parvenir presque à la moitié du roman pour qu'enfin le rythme s'accélère. De plus, certains personnages sont parachutés au beau milieu de l'histoire, comme imposés pour les besoins de l'enquête, de même que la fin un peu expédiée. Mais globalement, l'histoire est intéressante.

par SuperNova
The Walking Dead, tome 3 : La Chute du Gouverneur The Walking Dead, tome 3 : La Chute du Gouverneur
Robert Kirkman    Jay Bonansinga   
superbe tome aussi bien que les deux premiers beaucoup plus sanglant que peut l'être la série à recommander à tout les fans de walking dead.

par julie84
La Trilogie du mal, Tome 2 : In Tenebris La Trilogie du mal, Tome 2 : In Tenebris
Maxime Chattam   
Excellent!! Plus abouti que le premier volet de sa trilogie, on se retrouve plongé dans la noirceur d'un New-York, j'ai retrouve avec grand plaisir Joshua Brolin, un livre angoissant, delicieudement macabre, un livre a ne pas mettre entre toutesles mains!!!
On se laisse embarquer et on n'a plus envie de mettre le pied a terre je laché mon livre à regret pour le reprendre avec jubilation!!!
J'ai completement adoré!!!

par rachl
La Valse lente des tortues La Valse lente des tortues
Katherine Pancol   
Comme le premier, c'est un livre qui détend. L'intérêt provient surtout, je trouve, de la façon dont l'auteur brosse le portrait des différents protagonistes de l'histoire et de l'humour qui en découle. Si vous éprouvez le besoin de lire quelque chose de léger, vous passerez sûrement un moment agréable.

par kay75
Les Enchanteurs, Tome 1 : 16 lunes Les Enchanteurs, Tome 1 : 16 lunes
Margaret Stohl    Kami Garcia   
J'ai adoré, on a enfin une histoire vue à travers le regard d'un GARCON... Donc un peu de changement. Ensuite l'histoire est très prenante, je trouve quelle change aussi. Ce n'est pas cucu la praline comme Twilight par exemple.
Tony et Susan Tony et Susan
Austin Wright   
Avec Tony et Susan (déjà publié en 1995 et réédité ces jours-ci), nous suivons l'histoire a priori banale d'une femme qui lit un roman.
tony et susanNous pourrions ne voir là qu'une simple mise en abyme, dans laquelle il serait plaisant de retrouver nos propres agissements de lecteur. C'est ce qu'Austin Wright nous propose en partie et les réactions que manifeste Susan tout au long de sa lecture peuvent nous paraître terriblement familières.
Après avoir retardé l'ouverture du roman durant plusieurs mois, l'héroïne va progressivement s'y engloutir, s'enfermant dans cette bulle qu'elle constitue avec les personnages et les situations qu'ils vivent et devenant de plus en plus indifférente à son environnement extérieur.
Agacée, émue, apeurée, révoltée... Puisque nous parcourons en même temps qu'elle le manuscrit de Bêtes de nuit, nous pouvons confronter facilement nos sentiments aux sensations que nous livre Susan à la fin de chaque chapitre. Par ce dispositif simple et subtil, Wright nous permet de mesurer comment nous construisons en partie le livre que nous lisons et qui diffèrera – par notre histoire, nos goûts, notre vécu – de celui d'un autre lecteur.
La situation est cependant un peu plus complexe, car ce roman n'est pas ordinaire pour Susan. Thriller extrêmement angoissant et violent – on comprend vite que ce n'est pas un genre auquel elle est habituée – il est l'œuvre d'un premier mari qui se rêvait écrivain vingt ans plus tôt et dont elle s'est séparée parce qu'elle ne croyait pas, ou plus, à son talent. Ce divorce avait d'ailleurs marqué la fin des ambitions littéraires d'Edward.
Dorénavant bourgeoise installée dans une existence que l'on devine luxueusement médiocre, elle est finalement rattrapée par Bêtes de nuit, qu'elle redoute de trouver bon car il lui faudrait alors admettre s'être trompée vingt ans auparavant. À mesure de sa lecture, elle doit pourtant reconnaître le talent d'Edward. Si, à la fin du premier jour, nous la découvrons fouillant dans les souvenirs de ses mariages successifs, c'est parce qu'elle est désormais prête à accepter s'être trompé sur toutes choses, y compris sa vie de femme, mère et épouse.
tony et susanAustin Wright fait donc courir aussi ce fil d'une Susan révisant sa vie, et cela entre encore en coïncidence avec le contenu de Bêtes de nuit. Car la femme d'Arnold, soumise à son bonheur illusoire, finit par se trouver beaucoup de ressemblances avec Tony, le malheureux professeur de mathématiques dont la compagne et la fille ont été kidnappées sous ses yeux, puis violées et assassinées, sans qu'il s'y oppose.
Comme lui, Susan se découvre lâche, pusillanime, ayant tendance à tout intellectualiser pour éviter de passer à l'action quand c'est nécessaire, organisant finalement toute son existence sur un principe de survie parfaitement égoïste, tout en se parant des plumes du dévouement à autrui. Elle peut d'autant plus se projeter dans le personnage de Tony qu'elle n'écarte pas l'hypothèse que le livre n'a été écrit que pour elle, par un premier mari qui connaissait, au bout du compte, tout à fait sa nature profonde et a voulu la dessiller (ou se venger ? ). L'irruption d'un personnage se nommant comme elle, alors que Tony doit faire face à ses responsabilités vengeresses, la renforce dans cette hypothèse et contribue à sa recherche d'allusions à leur vie commune dans le chapitre final du manuscrit.
Ode à la puissance de l'écrit, à la magie de la lecture, Tony et Susan vaut surtout pour l'excellente mise en perspective qu'il fait de la nature complexe du lien unissant auteur, livre et lecteur. Dans sa problématique du refus du recours à la violence – qui rejoint celle que l'on trouvait dans Straw Dogs, le film de Sam Peckinpah [1] de 1971 – Bêtes de nuit, le thriller emboîté, est très bon, mais souffre d'une fin (les scènes dans la cabane du Lieutenant Bobby Andes) faible et confuse. Mais, pour Edward comme pour Austin Wright, l'essentiel n'était sûrement pas là (en librairie le 1er septembre 2011).

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2011
http://www.leventsombre.org/romans-noirs-polars/service-de-presse/wright-austin/tony-et-susan

par PoppyZ
Le bonheur côté pile Le bonheur côté pile
Séré Prince Halverson   
Quel attachement d'une belle-mère à ses enfants...Elle va tout faire pour renouveler la boutique familiale et surtout pour récupérer ses enfants d'une mère biologique qui débarque dans sa vie après tant d'absence...Une belle histoire, un beau combat...et une fin à laquelle je m'attendais un peu mais que j'ai aimé malgré tout, un livre détente et un bon commencement pour l'auteur...
Divergente, Tome 1 Divergente, Tome 1
Veronica Roth   
Que dire d'autre après avoir fini ce livre que "ouaw" ? C'est vrai, je viens juste de le finir est je suis encore sous le choc. Il est plein de rebondissements surprenants, de passages à couper le souffle et d'instants magiques époustouflants.
Divergent est un nouveau roman dystopique que j'ai adoré. En même temps, quel livre de ce genre ne me plaira pas ? Ici, nous sommes loin du contexte de Delirium ou Promise, et plus proche du style de Hunger Games. En effet, dans le monde de Beatrice, nous devons choisir entre cinq factions : Candor ( l'honnêteté ) Abnegation ( la générosité ), Dauntless ( le courage ), Amity ( la patience ) et Erudite ( l'intelligence ). Depuis sa plus tendre enfance, elle vit dans la faction Abnegation avec Caleb, son frère. Leurs parents et lui se sont toujours montrés à l'écoute, gentils sans rien attendre en retour. Mais pour Beatrice, les choses sont différentes.
Depuis toujours, elle a beaucoup de mal à s'adapter à sa faction, et bien que sa vie lui plaise, elle sait que quelque chose cloche. Heureusement pour elle, elle est âgée de seize ans. A cet âge là, les adolescents choisissent à quelle faction ils vont dédier leur vie jusqu'à leur mort. Beatrice va alors devoir passer un test pour savoir vers quelle vertu elle va se tourner. Malheureusement, les résultats de ce dernier vont se révéler être très étranges...
Là je me tais, et je vous laisse découvrir le suspense totalement prenant que cache cette fabuleuse histoire. Et quelle histoire ! Tout d'abord, il faut que vous sachiez que Beatrice va se faire surnommer Tris durant le roman. Pourquoi ? Je vous laisse le plaisir de le comprendre. Mais vous devez également savoir que cette héroïne est juste parfaite. Oubliez les protagonistes qui ne font aucune faute et qui semblent "bons" à chaque instant. Ici, on a le droit à une personne qui fait des erreurs, qui doute, qui souffre et qui ressent des émotions brutales. On ne peine pas à s'attacher à ce personnage troublant et touchant. Tris est courageuse et vulnérable à la fois. On sent en elle une véritable volonté de se battre pour vivre.
D'ailleurs, ce point est un élément clé de l'histoire. On découvre avec émerveillement jusqu'où l'héroïne est prête à aller pour découvrir qui elle est. Ce livre est également basé sur la découverte de soi d'ailleurs... En effet Tris va apprendre à dépasser ses limites et à se battre contre elle-même pour avancer. Cela n'a fait que renforcer mon admiration pour elle.
De plus, derrière cette personnalité forte et poignante, on entre dans un univers passionnant. Veronica Roth possède en effet ce rare pouvoir, celui de nous déchirer par de simples mots. Elle n'hésite pas à décrire de sanglants spectacles pour nous bouleverser et à nous décrire des scènes d'amour à nous en donner la chair de poule. Car oui, la romance n'est tout de même pas oubliée. Beatrice va rencontrer un homme durant son initiation. Un qui va énormément la troubler. Comme nous grâce à leur histoire.
Qu'est-ce que je peux ajouter ? Ce livre est vraiment sensationnel. On voyage au cœur d'une intrigue fascinante et palpitante. C'est vrai, j'ai ressenti plusieurs fois de fortes montées d'adrénaline, de stress et de tension. L'atmosphère de Divergent est à la fois oppressante et captivante...
Vous savez, ce livre nous attire alors qu'on sait qu'en le lisant, on va se faire mal. On sait pertinemment qu'il va y avoir des morts, que la douleur ne va pas s'arrêter pour les héros et que les cicatrices vont mettre du temps à se fermer. Mais on y retourne, inlassablement. C'est angoissant et extraordinaire. C'est Divergent, tout simplement.

par Jordan