Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de stiff : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Gardienne de la forêt : La Guérisseuse Gardienne de la forêt : La Guérisseuse
Blue Indigo   
Difficile de lâcher ce livre, tant Chloé et l’univers qu’elle découvre sont emplis de mystères. La plume de l’auteure m’a embarquée et… quelle fin !!! Wouah ! Je me suis laissé mener par le bout du nez avec plaisir, c’est le moins que je puisse écrire. La chute de l’histoire m’a littéralement scotchée. J’aime particulièrement cette sensation : entrer à fond dans le récit, puis déchirer le voile de l’intrigue pour comprendre qu’elle s’ancre dans un milieu beaucoup plus vaste. Blue Indigo fait fort sur ce coup-là !



Les protagonistes sont bien construits et gardent eux aussi une part de mystère appréciable (notamment les mecs beaux et sexy, dont Chloé se retrouve entourée !)

Chloé elle-même, le personnage principal qui narre ce récit, est attachante. Elle a une vingtaine d’années, est indépendante, donc réfléchie et mature. Des traits d’humour fusent ici et là, allégeant ainsi les problèmes qui lui tombent dessus les uns après les autres !



Les événements s’enchainent bien. Le texte reste fluide, les interrogations et les découvertes de Chloé, puis leurs réponses naissent au bon moment, de telle sorte que dès que je commençais à me poser trop de questions, au moins une partie d’entre elles se résolvaient. L’ambiance des lieux décrits est bien rendue, ce qui m’a permis de m’immerger dans l’histoire.

Ce que j’ai particulièrement aimé sont les concepts développés par l’auteure : respect de la nature, la rendant presque sacrée ; le fait que nous sommes tous reliés (animaux, végétaux et minéraux) ; la Mort engendre la Naissance ; rien ne se crée, tout se transforme ; le pouvoir de l’esprit… En bref, des touches de spiritualité qui font du bien !



Voici un roman fantaisie que je vous conseille vivement !

Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/fantasy/gardienne-de-la-foret-la-guerisseuse.html#2BFR2OxP72ppPxX6.99
La Meute du Phénix, Tome 8 : Dominic La Meute du Phénix, Tome 8 : Dominic
Suzanne Wright   
Early Christmas present for you guys - a sneak peek at Dominic's story! Mila Devereaux is a pallas cat, like our Madisyn, and she often sings at The Velvet Lounge, which is where the book begins and how Dominic meets her. I can't post the entire first chapter because it's pretty long, so here's an excerpt, hope you enjoy!

Nursing his beer, Dominic watched her as she thanked her audience and then stalked off the stage, ass swaying provocatively. An ass he wouldn’t mind getting a firm grip on.
Moments later, she slipped through the door that led backstage and sort of … flowed toward the bar, as light and fluid as music. People waved at her and shouted out compliments, but she didn’t break stride as she cast them each a smile. He got the sense that she didn’t relish the attention but didn’t find it uncomfortable either.
Reaching the bar, she slipped onto a stool. “Water, please, Mads.”
Damn if that sultry voice didn’t slide down Dominic’s spine. His pack mate, Frankie, spoke in a low-pitched, smoky rasp, but Mila’s voice was a scratchy, gravely, dirty kind of smoky that was almost hypnotic and made a man think of sin.
“You were great up there,” Madisyn told her as she handed her a bottle. “But then, you always are.”
“We should do a duet,” said Mila. “Don’t even lie and say you can’t sing for shit, I know you can.”
The barmaid shook her head madly. “That would gain me attention. Attention leads to ‘fuss.’ You know I loathe ‘fuss.’”
With a snicker, Mila unscrewed the cap off her bottle and took a long swig. “Needed that.”
As if feeling Dominic’s gaze, Mila looked at him. Her direct stare was like a punch to the gut. There were shadows in those eyes. A soul-deep loneliness he could relate to. But there was also pure iron. Whatever had put those shadows in her eyes wouldn’t break her.
Another female might have, at the very least, nodded at him in greeting. Not this female. She didn’t smile. Didn’t frown. Didn’t even change expression. There was no feminine appreciation in her eyes at all. Then, voice dry as a bone, she said, “No sense in staring, you can’t afford me.” She looked away, dismissing him.
Dominic smiled.

Damn, the wolf was just … delicious. A salivating, tantalizing, signature dish dusted with hotness, laced with sheer masculinity, covered in self-assurance, and topped with a sprinkle of raw charisma. Mila couldn’t help wanting to savor every bite.
She’d never spoken to him before, but she’d seen him from afar plenty of times at the bars and nightclubs she frequented; had always referred to him as “GQ” in her head. Dangerously compelling and loaded with sexual energy, he was an expert at making girls part with their panties. Everything about him—his killer smile, his perfectly sculpted body, and his smooth-as-honey voice—made you think of sex.
No female with a pulse wouldn’t want to spear her fingers through that short blond hair that made Mila think of spun gold. No female wouldn’t imagine licking the taut, tanned skin that covered hard, honed muscle. His powder blue eyes were as clear as water and held a hint of infectious mischief, but there was also an almost imperceptible glimmer of shrewdness. She’d bet the guy was nowhere near as harmless as he liked to appear.
Mila had always admired the personal power he wielded. The moment he walked into a room—moving with the swaggering, confident gait of someone who knew his own appeal and would make no bones of exploiting it—people looked at him. Watched him. It wasn’t just his model looks. It was something in the way he moved. Fluidly. Deliberately. At perfect ease with himself. Like everything was natural and effortless for him.
He never had to work the room. No, he just found himself a seat, and people flocked to him like bees to honey. A master at social Tae Kwon Do, he initiated conversation with total ease and seemed to both enliven and draw energy from the crowd.
Everyone loved him. Both men and women flirted shamelessly with him, and he took it all in his stride. But even as he chatted and laughed, he was always alert and vigilant; his gaze often swept his surroundings, processing every little detail.
She had no idea why said gaze had landed on her. She’d seen the type of girl he went for—curvy, blonde, sultry. Mila was none of those things. Well, something had caught his roaming eye. Oh God, she hadn’t smudged her mascara, had she? Probably. It was a little habit of hers. No doubt he’d found something much more interesting to look at by now.
She snuck a quick glance at him from the corner of her eye. Shit, he was still staring right at her. No, he was eye-fucking her. Mila’s heart slammed against her ribs. Just like that, she felt awkward. She wasn’t good at the flirting thing. It felt too much like a game, and she hated games. Wasn’t a girl who flicked her hair, licked her lips, or gave off other sexy “I’m up for it” cues. Mila was too straightforward for all that.
Fuck, shit, fuck, what did she do? Well, she wouldn’t look at him again—that was for sure. She’d just look straight ahead. She’d ignore him. He probably wasn’t watching her anymore anyway. Right? There was no harm in just checking, though, and—
Shit, he was still looking at her. He probably thought she was going to do what other females did and fall all over him. Well, she wasn’t. Nu-uh. She wasn’t even going to look at him again. Not even once.
Or maybe she could try eye-fucking him back? You know, for practice. And experimental purposes. Or something. No, it was best not to attempt it—she’d get it wrong for sure. She’d just come across as creepy and weird and then need to triple-blink with the pressure.
It would be better to just go home and play with her vibrator. Because although Mila was just as susceptible to him as other females, she had no interest in a fling with him. Her ex was a lot like GQ in that he used sex as an escape and was only interested in one-sided relationships. She’d bet that, like Grant, GQ could suavely talk his way out of your life just as fast and as smoothly as he’d talked himself into it … somehow leaving you feeling good about yourself, despite that he’d ended what little you had.
These people were sheer fucking magic. They were also hard to be with. The fact that they were always surrounded by others meant that you were constantly vying for their attention. Women would flock to and flirt with them right in front of you, act as if you weren’t even there. Mila had learned fast that guys like GQ weren’t for her.
That didn’t stop her heart from beating a little faster as he sidled up to her, his mouth curving into a slow, lazy smile. And now he was eye-fucking her again. She didn’t look away this time. No, she forced herself to face him, determined to play it cool. But her blood heated as his hooded, brooding eyes blatantly raked over her from head to toe.
Sexual energy hummed in the air, stirring up her hormones and whipping them into a frenzy. And that darkly delicious scent of amber, rum, and caramelized sugar only made her hungrier.
His eyes came back to hers, glittering with something dark and hot that made her pulse skitter and her cat snap to attention. The air thickened. Charged. Crackled. And little sparks of electricity whispered across Mila’s flesh, making it prickle. Fuck, the guy was beyond potent.
His eyes dropped to her mouth, which was now bone dry. As he stared at it hungrily, his tongue briefly flicked out to touch his lower lip. Her pussy quivered. Quivered. Shit, how did he do that?
This male was dangerous. Far too tempting. Far too compelling. A distinct threat to the composure of all womankind. But she’d be damned if she’d let him see what he did to her. No, she was absolutely determined to stay strong under the weight of all that sex appeal. Luckily, she’d always been good at feigning disinterest in things or people.
“Madisyn tells me you’re one of Vinnie’s cats,” said GQ, his voice so silken smooth it gave her goosebumps. “I’m Dominic. And you are …?”
The name suited him, she thought. “Mila.”
He tilted his head. “Why are you looking so down, Mila? Let me guess—it hurt when you fell from heaven, right?”
“No. But hauling my ass out of hell was a bastard of a climb.”
Chuckling, he cast her bottle of water a quick look. “Let me buy you a real drink.”
“I’d prefer to just have the cash.”
Dominic’s brows lifted, eyes twinkling. “Would you now?”
“Yeah, these are hard times we live in.”
“True.” Dominic tipped his chin at the mountain of muscle behind him, though he kept his eyes on her. “See my pack mate over there? He wants to know if you think I’m hot.”
“Why? Does he have his eye on you and consider me competition?”
Dominic’s smile widened. “Yeah. He and I are both gay. Think you can convert me?”
She snorted and then turned to Madisyn. “Is he always like this?”
With a regretful sigh, Madisyn nodded. “Yeah.”
Dominic edged closer, his eyes dropping to her enticing mouth again. Lush and bow-shaped, it was straight out of every X-rated fantasy he’d ever had. Up close, he could see that although Mila was slim, she wasn’t all skin and bones as he’d first thought. No, she had delicate curves in all the right places, and damn if he didn’t want to get a better look at them.
He itched to touch her flawless olive skin and see if it was as petal-soft as it looked. Maybe even take a bite. His wolf liked that idea, wanted to leave a mark or two on her flesh—not out of possessiveness, but to get her attention. She had such an aloof “I could give few fucks” way about her that his wolf felt overlooked. Especially now as she chatted with Madisyn, like Dominic wasn’t even there. Which perversely made him smile.
She laughed at something the barmaid said and, Jesus, the smoky sound was like fingers curling around his cock. He’d been rock hard since she’d started singing on that stage, and his dick showed no signs of standing down. A greedy ache to possess her had him in a tight grip, and it was made worse by the electric energy she gave off that fluttered across his nape. And God her scent … Frosted berries, rosewood, and sweet honey. Yeah, he wanted more of that. His wolf wanted to lap it up.
The odd “note” to her scent told Dominic that her parents weren’t the same breed of shifter. When different breeds conceived a child, said child would either be the same breed as their mother or the same as their father. But just as they would have the physical characteristics of both parents, they would carry a hint of both breeds in their scent. He could smell the pallas cat in her, but he couldn’t quite make out what the extra “note” to that smell was. “Which one is the pallas cat—your mother or your father?”
Mila blinked at him, surprised. “My dad.”
“What’s your mom?”
“A wolverine.”
His brows flew up again. “Your mother is a wolverine? Oh, Mila, you just get more and more interesting. Can you introduce me to her? I’ve never met a wolverine.”
Mila could only stare at him. The guy wanted to meet a wolverine? Most breeds of shifter pointedly avoided them. “I’m beginning to think you’re not quite sane.”
“Admittedly, you’re not the only person who feels that way. Does that mean you won’t go home with me?”
“Is there much point? I doubt it would be easy for two people to fit in a cardboard box.”
He laughed. “Mila, you’re a tough audience.” Damn, he really liked this cat. Liked her sharp wit, dry humor, and aura of electricity. Liked the quiet confidence she displayed—it was in her easy smile, her unapologetically direct stare, and the self-assured way she carried herself.
Her feline air of indifference was like a challenge, and he just wanted to find some way to crack that poker face. But she wasn’t giving him any openings. She practically batted away his pickup lines. Dismissed his flirtatiousness. Snorted at his attempts to charm her.
He knew she was attracted to him—he could see it, sense it—but she didn’t appear interested in acting on it. She wasn’t playing coy or hard to get. Wasn’t testing him or attempting to take control of the situation by leading their dance; he knew those games, could spot them easily.
He had the clear sense that she was simply very selective in her choice of sexual partners and, for whatever reason, he didn’t meet her standards. Yeah, that poked at his ego. It also made him determined to pick up this challenge she presented.
Fighting the urge to tug on one of those unruly curls and then watch it spring back into place, Dominic said, “Come on, you’re not going to make me go home all alone, are you? That’s mean. Or maybe you’re just nervous. What is it, are you a virgin?”
She frowned. “No.”
“Prove it.”
Oh, this guy is pure trouble, Mila thought. Especially since he was stirring the interest of her moody cat—not just sexually, but because the cat sensed there were many facets to this male and she couldn’t quite understand why he was hiding them. Yeah, Mila herself got the feeling that he wasn’t quite the shameless, shallow flirt he came across as.
When he stepped further into Mila’s personal space, his eyes fixed on her mouth yet again, she knew it was time to go. Bottle of water in hand, Mila slid off the stool and said to Madisyn, “Good luck protecting this one from himself.”
Dominic pushed away from the bar. “You really won’t take me with you? Come on, if you don’t enjoy yourself, well, you’ve only wasted five hours of your life. Eight if you wanna include foreplay.”
Mila snorted. “Sorry, GQ, you’re not my type.”
“GQ?” he echoed. “Why am I not your type?” Dominic was pretty sure no one had ever said that to him before.
“Because I like men. You’re just a little boy.” Mila patted him on the head. “A little boy who comes across as a deceptively harmless flirt so that people underestimate you and label you as a player, which then makes them think they have you all figured out. But I’ll bet very few people really know you, and I’m sure that suits you just fine.”
A wide smile curved his mouth. “Damn, Mila, where have you been all my life?”
“Exactly where I’ll be during the rest of your days on this Earth, sweetie—in your most imaginative dreams.”

© Suzanne Wright
Le cycle de la forêt, Tome 1 : Sous ton emprise Le cycle de la forêt, Tome 1 : Sous ton emprise
James Clearwater    T.S. Hughes   
Bien,Bien,Bien... Comment dire, c'est très très court. 61 pages. Autant dire que pour développer on est pas au top niveau. L'histoire d'âme-sœur sort un peut nulle part, on ne sait rien de son compagnon, ni qui il est, ni d'ou il vient vraiment, comment ils ce sont trouver.

Fin, s'aurait pu être pas mal si le roman avait été plus long, qu'on approfondisse, qu'on sache d'où on part et où on va.

Sinon c'est assez "marrant" mais bon c'est pas une lecture transcendante.

Il est marqué comme T1 avec un peu de chance on aura une suite dont ce tome pourrait servir d'épilogue.
La Meute Harbor, Saison 2 : Démons La Meute Harbor, Saison 2 : Démons
Audrey S. G.   
!!! SPOILER si vous n’avez pas lu les autres tomes !!!

Après la saison 1, je suis ravie de découvrir la suite des aventures d'Héléna et de la meute. Le temps a passé depuis le dernier affrontement. Un résumé nous est offert de la première saison.

Après la menace de Néro et de sa meute, il reste encore de nombreux ennemis, et la fin de la prophétie est encore d’actualité.
Le second semestre commence, un nouveau au lycée Ashton, puis le pressentiment que quelques choses se préparent.

Héléna Harper sait maintenant maîtriser ses différents pouvoirs, le feu, l’eau et la terre, néanmoins il lui reste à découvrir celui de l’air. Elle reste très naïve face au monde qui l’entoure, et en devient presque égoïste face aux autres. Et pourtant...
Valentin est Alpha, soit protecteur, dominateur et autoritaire. Sa jalousie et son besoin de tout contrôle prend de l’ampleur, et devient presque extrême.

La narration est la première personne avec le point de vue d’Héléna. Il s’y ajoute parfois celui de Valentin, Micah, Sélène,... le changement est marqué par leur prénom.
L’intrigue, peu innovante, reprend place petite à petit, d’où quelques longueurs et moments quotidiens d’adolescents. Le danger rôde toujours, et Héléna a encore plus besoin de tous ses pouvoirs. Et surtout le frère de Nero, Micah veut sa vengeance.
La plume est fluide, simple et très facile à lire avec une touche d'humour bien plaisante. Les péripéties de couple sont très légers et fleur bleue. Les scènes d’actions sont bien menées et racontées, les idées cohérentes et associées. Nous découvrons de nouvelles créatures, comme les maudites, les passeuses d’âmes et bien d ‘autres encore. Le rythme est entraînant, les pages filent.
Les émotions sont bien décrites. La suspicion s’installe entre tout le monde, et entraîne des coups d’éclat. L'un ressent le besoin de normalité et d'indépendance, alors que l'autre veut le rapprochement et la protection. Les scènes entre nos couples sont légèrement surjouées, elles manquent de maturité, c’est le point le plus gênant du roman. Les scènes intimes sont vaguement explicites, cela reste sage.
Les personnages secondaires sont les mêmes, nous retrouvons Sasha, Eve, Austin, Salem, Ludivine et Porter.

Un premier tome sympathique pour une nouvelle saison. Les points forts sont l’intrigue malgré son côté déjà-vu dans la saison 1, et les scènes d’action, les points un peu plus faible sont les échanges entre les couples. La plume reste fluide et captivante. L'idée est plaisante et attractive.
Le mystère est encore présent pour la suite, soit avec l’histoire d‘Austin et de Salem, mais aussi sur un futur danger.

https://meslivres-monplaisir.blogspot.com/2019/01/la-meute-harbor-saison-2-devoilee.html

par Matoline
Thuata , saison 1 : Anaïs et Iain - tome 1 : La Salamandre & le Félin Thuata , saison 1 : Anaïs et Iain - tome 1 : La Salamandre & le Félin
Jeanne Malysa   
Suite au décès de son grand-père, Anaïs de Malincourt, jeune libraire parisienne, va se retrouver, malgré elle, entraînée dans une aventure inattendue.
Iain Mac Kelloch’, l’aîné d’une dynastie écossaise va se voir charger d’une enquête à laquelle son grand-père lui demande, au-delà de la mort, de se consacrer.
Les « concours de circonstances » feront se rencontrer les deux jeunes gens qui n’auront pas d’autres choix que d’obéir à leurs aïeux et se lancer à la poursuite d’une mystérieuse pierre d’étoile que les Mac Kelloch’ appellent le Stur Rionnag.

Entre légende, aventure, mystère et érotisme, Anaïs & Iain vont vivre avant tout l’histoire de leur destinée.
Leyia, coeur de sorcière Leyia, coeur de sorcière
Céline Langlois Becoulet   
Une histoire qui se lit toute seule. L'univers est la suite du livre Elyssa qui est très bien aussi.

par mllelisou
Le Clan Tarran Tome 1 : La Romancière Le Clan Tarran Tome 1 : La Romancière
K. Sangil   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2016/12/23/clan-tarran-tome-1-romanciere-k-sangil/

Si vous cherchez un livre fantasy mais pas trop, un livre qui vous donne envie de vous poser des questions et qui vous sortira de l’ordinaire, je vous invite à découvrir ce premier tome du Clan Tarran. Je l’avoue, lorsqu’on me l’a proposé, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Avec un résumé qui n’en dit pas beaucoup, je me suis plongée dans cette histoire un peu à l’aveugle.

Dès les premières lignes je me suis très facilement attachée à Annie. C’est une jeune femme accomplie, quelque peu timide mais, qui recèle énormément de talent. Aio, de son nom de plume, rêve de fuir son quotidien, de vivre enfin quelque chose d’extraordinaire. C’est un personnage qui m’a beaucoup étonnée par son évolution au fur et à mesure du roman. Malgré la peur, malgré tout ce qu’elle va apprendre je suis admirative du sang froid dont elle fait preuve. Elle sait s’adapter à son environnement et arrive à peser le pour et le contre. En tant qu’humaine, elle ne pourra longtemps cacher ses failles et ses doutes mais ses sentiments la pousseront à sortir de sa zone de confort prête à affronter son destin.

Deniel Tarran est un homme bien mystérieux. La première chose que l’on retient de lui c’est sa dureté, sa froideur à l’égard des autres. Il n’a pas vraiment le temps d’être sympathique mais , il tient au respect et à la protection des siens avant tout. Peu bavard, ces paroles ont toutes un sens et doivent être prises au sérieux. Peu à peu, cependant, il va voir ses convictions ébranlées, ses certitudes bousculées par un petit bout de femme qu’il ne pourra repousser.

La romance est bien présente entre nos deux héros. L’auteur a su jouer avec leur condition et rendre leur relation passionnante, intense, intéressante. Les sentiments sont là mais loin d’avoir cédé à la facilité K. Sangil s’est servie de leur différence pour les renforcer. Je dois dire que j’ai vraiment beaucoup aimé la manière dont les émotions sont décrites, dont Annie et Deniel vont appréhender le début de cette troublante relation.

Lorsque j’ai compris de quoi retourner ce livre, j’ai eu peur du cliché qui peut ressortir du genre mais quelle agréable surprise de constater qu’il n’en est rien. L’auteur a su faire maturer son histoire. Les personnages sont captivants, les détails extrêmement bien travaillés. Je me suis laissée porter par le récit juste, les nombreux rebondissements et révélations qui en ressortent. Une fois lancée dans cette lecture, je n’ai pas vu les pages défiler.

Un des points forts de ce roman est d’ailleurs la façon dont Annie couche ses pensées sur le papier. Sous forme de journal qu’elle tient au quotidien, elle parsème le récit de ses ressentis, de ses angoisses les plus profondes. Cela donne un véritable plus à l’ensemble .

C’est donc un premier tome original, bien écrit et surtout agréable que j’ai découvert avec La Romancière. C’est un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et qui sans me frustrer, me donne envie de savoir comment les choses vont se développer entre eux et le reste du monde. À découvrir sans tarder !
Tant qu'il y aura des loups - Tome 1 : Sombre mutation Tant qu'il y aura des loups - Tome 1 : Sombre mutation
Marcus M.d.   
Une histoire sombre, violente mais ô combien entraînante et palpitante. Déjà avec l'intrigue, c'est assez tarabiscoté, ce qui a commencé comme une simple disparition n'est en fait que les prémices à une machination bien plus retorses. Même quand on croit deviner le but et la finalité de ce complot, l'auteur arrive encore à nous surprendre. Quant aux personnages, ils sont étonnants. Les tensions sexuelles et leur attraction mutuelle sont très fortes et flagrantes. Pour Simon, c'est un déchirement de sa conscience professionnelle car lui le chasseur ressent des sentiments et un désir puissants pour une créature qu'il devrait tuer : un vampire. Vampire qui a d'ailleurs le chic de tuer ses proies et ne s'embête pas trop à épargner d'éventuels témoins ou gêneurs... Simon est tiraillé, vraiment et j'ai apprécié que l'auteur ne rende pas cela si simple pour lui. Bien qu'après un certain incident qui va le changer profondément, sa vision des choses change rapidement (peut-être un de mes rares bémols). Ce changement va bouleverser sa vie et est lié à la machination d'hommes cupidement fous si je puis dire. Après un magnifique final, l'auteur nous laisse avec une petite partie des réponses, encore plus de mystère et donc une envie certaine de lire la suite. Entre scènes cocasses, action, mystères, complot et au milieu, une belle relation amoureuse entre deux êtres atypiques, on ne s'ennuie pas, c'est prenant et on a du mal à lâcher. Mon bémol principal toutefois, je ne comprends pas la couverture, à qui se réfère le personnage encapuchonné ? le paysage ? Surtout que cette couverture est une copie d'un autre livre MM Mensonges de famille #1 : Sebastian. Je trouve ça dommage franchement.

par Mayzie
Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ? Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ?
Michelle Hodkin   
Ouaw. Juste ouaw. Quel livre... Quelle histoire... Je pense qu'il va me falloir un petit moment pour me remettre de cette lecture. J'en suis encore tout retourné. Ce roman nous ramène aux sources du fantastique, à l'état le plus pur du mystère, de l'étrange et du surnaturel... Comment vous transmettre tout ce que j'ai ressenti ? Je viens juste de le finir et j'en tremble encore. On respire.
Lorsque j'ai commencé The Unbecoming Of Mara Dyer, je ne savais absolument pas dans quelle aventure j'allai être embarqué. Comme vous avez pu le voir, le résumé ne dévoile presque rien... Pourtant, j'ai été irrémédiablement attiré par ce livre. Dès la première page, j'ai été emporté dans l'intrigue... Le prologue est juste génial... Lorsqu'un livre commence par une séance de spiritisme entre amies, à savoir Mara Dyer, Rachel ( sa meilleure amie ) et Claire, qui va très rapidement mal tourner, comment ne pas être séduit ? Surtout quand le jeu indique que Rachel et Claire vont mourir... A cause de Mara. Cette séance a eu lieu il y a six mois.
Six mois plus tard, Rachel, Claire et Jude ( le petit-ami de l'époque de Mara ) meurent pendant l'effondrement de l'immeuble dans lequel ils se trouvaient. Avec Mara. Qui est indemne. Que c'est-il passé ? Mara n'en a aucune idée, car après qu'elle s'en soit sortie, elle se réveille à l'hôpital sans aucun souvenir. Haaa, rien que d'y repenser, j'en ai des frissons ! Franchement, comment pas succomber à cette intrigue en or ?
Mais ce n'est pas tout. Maintenant qu'elle est réveillée, Mara tente de se rappeler de cette nuit où elle a pénétré, avec ses amis, dans le vieil immeuble qui menaçait de s'écrouler depuis des années. Sauf que ses souvenirs ne se manifestent pas. Par contre, d'étranges faits commencent à voir le jour autour d'elle. C'est à partir de là que j'ai commencé à être dépendant du livre, lorsque tout me paraissait à la fois complètement fou et me rendait tellement accro. Car oui, pour moi ce roman était devenu un drogue. J'y pensais partout où j'allai. Mais pourquoi ? Je vais tenter de vous l'expliquer... Mais coucher à l'écrit tout ce que j'ai ressenti va s'avérer très compliqué.
The Unbecoming Of Mara Dyer est un livre noir, très noir. Le mystère et l'étrangeté sont partout, présents à chaque page. Mara est un personnage unique et exceptionnel. C'est la première fois que je rencontre une héroïne de son genre. Elle est touchante, drôle, et on joue tellement avec sa santé mentale que je me suis plusieurs fois demandé si elle n'était pas dingue. C'est d'ailleurs ici l'un des élément clé de l'histoire : Mara est-elle totalement folle ou lui arrive-t-il vraiment d'horribles choses ? Par "horribles" j'entends des visions de ses amis décédés dans des miroirs, des apparitions, des voix. Elle va même s'infliger des douleurs qui auront disparu le lendemain... Mais que se passe-t-il vraiment ? Vit-elle tous ces moments ou les rêve-t-elle ? Je me pose encore la question...
Oui, ici, nous ne sommes jamais certains de la véracité de ce qu'il se passe. A beaucoup de reprises je me suis dis "mais ouaw... Est-ce que c'est moi qui ne comprends rien, Mara qui débloque ou ses souvenirs qui lui jouent des tours ?". J'ai adoré ça... Ce livre m'a donné de gros maux de crâne... Mais dans le bon sens. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas pensé à un livre vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour savoir si telle scène était réelle ou non. Michelle Hodkin pousse le vice très, très loin. Il y a vraiment eu des passages où je pensais que c'était impossible... Tout ce qui arrivé à Mara n'était que dans son imagination.
C'est à ce moment-là qu'apparaît Noah dans l'histoire... Haaaa Noah ! Il va en faire rêver plus d'une, j'en suis sûr. Mara comprise, bien sûr. Noah et elle vont vite se rapprocher, et former un duo ( et pas un couple ! ) vraiment super. Toutes les scènes où ils étaient tous les deux m'ont fait fondre, rire, m'ont touché et m'ont permis de m'attacher un eux. D'ailleurs, je crois que je me suis vraiment trop rapproché d'eux. Les quitter est vraiment dur. Mara et Noah sont deux protagonistes géniaux, qui vous font vivre le livre avec une intensité rare. En plus, Noah va aider Mara dans sa quête vers ses souvenirs. Chose qui va entraîner bien des problèmes... Et des révélations stupéfiantes.
Haaaalala, c'est juste horriblement frustrant de ne pas réussir à vous transmettre mes sentiments ! The Unbecoming Of Mara Dyer est une perle ! Un roman magnifique et doté d'un pouvoir d'addiction immense. L'histoire est inédite, nouvelle sur tous les plans. Comment vous faire comprendre que je suis fan de ce livre ? Que désormais à chaque fois que je passe devant un miroir je pense à Mara et je m'écarte un peu de ce dernier ? Que je me suis demandé si je n'étais pas en train de devenir dingue tellement la psychologie de Mara était remise en cause ? Fiouuu, c'est vraiment un livre marquant.
Cette intensité va crescendo pendant toute notre lecture. L'intrigue m'a souvent donné des frissons ou des vagues d'adrénaline. J'étais juste emporté dans une tempête. Violente et destructrice. Les pages défilaient trop vite, je ne les voyais pas passer entre mes doigts ! L'atmosphère est si prenante que je n'écoutais littéralement plus rien autour de moi. C'était fantastique !
Tout cela a eu lieu jusqu'à la dernière ligne. Du début à la fin, j'ai été ancré au roman. Et la fin... Encore un ouaw. Je l'ai relu quatre fois, pour être sûr que je n'avais pas rêvé. Puis après, j'ai réalisé que j'allai devoir attendre la suite. Là, j'ai été détruit. Comment l'auteure peut nous laisser comme ça ? C'est juste... Arghh ! Je m'en arracherais les cheveux ! Les dernières pages sont explosives, bouleversantes, brûlantes... J'ai dû reprendre mon souffle pendant deux minutes avant de commencer mon avis. D'ailleurs, cette sensation d'être complètement secoué par un livre ne s'est toujours pas dissipée.
Alors, qui est Mara Dyer ? Je ne vous le direz pas, pour la simple est bonne raison que je l'ignore. Enfin, je crois. The Unbecoming Of Mara Dyer est un roman étrange, parsemé de noirceur et de ténèbres. Mais cette étrangeté nous attire, cet aspect surnaturel nous force à lire. A la fois palpitante, dotée d'une romance sexy et à faire fondre les personnes qui détestent le romantisme, inquiétante et sublime, l'histoire de The Unbecoming Of Mara Dyer ne pourra que vous séduire. Mara et Noah sont deux héros formidables, qui me manque déjà et que j'ai hâte de retrouver. Je ne vous conseille pas de lire ce livre, je vous l'ordonne. Mais attention, ne le faites que lorsque la lumière est allumée, que lorsque vous êtes loin d'un miroir, et que vous êtes sûr(e)s que ce que vivez, est bien la réalité.

http://wandering-world.skyrock.com/3036099323-Mara-Dyer-Tome-1-The-Unbecoming-Of-Mara-Dyer.html

par Jordan
Les Chasseurs d'Âmes, Tome 1 : Destinés Les Chasseurs d'Âmes, Tome 1 : Destinés
Alyson Noël   
http://wandering-world.skyrock.com/3145396800-Les-Chasseurs-d-Ames-Tome-1-Destines.html

J'attendais, avec la saga Les Chasseurs d'Âmes, de découvrir Alyson Noël sous un nouveau jour. Je comptais énormément sur Destinés pour changer ma vision de son écriture et de ses histoires en général. Malheureusement, aucune de mes attentes ne s'est vue être comblée. Destinés reste dans la même veine que la précédente série de l'auteure, Éternels, de par de nombreux aspects : c'est un récit très moyen, avec énormément de longueurs, un monde qui pourrait être intéressant mais beaucoup trop complexe, des personnages auxquels on ne s'attache pas, et des rebondissements beaucoup trop simplistes.
Un peu à l'image de Ever dans Éternels, j'ai beaucoup aimé le personnage de Daire dans Destinés... Du moins au début. En effet, les premiers chapitres sont, malgré tout, très sympathiques. J'ai bien aimé découvrir l'héroïne principale, sa vie faite de voyages, de rencontres avec des grandes stars du cinéma, et tous les éléments surnaturels auxquels elle doit faire face pratiquement quotidiennement. Ses visions - enfin, ses cauchemars - peuplées de têtes coupées, d'étranges lumières blanches et de corbeaux m'ont, au départ, beaucoup plu. Pour tout vous dire, j'étais même plutôt confiant quant à la suite de l'histoire. Je me disais que si le rythme restait le même, je pourrais bien reconsidérer mon jugement sur Alyson Noël. Daire m'a semblé être très intelligente, humble, sûre d'elle tout en laissant transparaître ses failles, et très amusante à suivre.
Par ailleurs, j'ai également beaucoup apprécié, et ce tout au long du livre, sa relation avec sa mère, Jennika et le lien très puissant avec sa grand-mère, Paloma. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais Daire a su me toucher à chaque dialogue avec Jennika. Il y a beaucoup de non-dits entre elles, et chaque mot est lourd de sens. Même si Daire reste très enquiquinante et lourde par moment, elle et Jennika m'ont touché. Même chose avec Paloma, d'ailleurs. Cette grand-mère m'a fait sourire et m'a ému, et j'adorerais que les miennes me racontent de telles légendes et histoires qui s'avéreraient, en fait, être vraies...
En parlant de l'univers, j'en profite pour vous dire que, lui aussi, il m'a plu dans les premières pages. En effet, les premières révélations sont assez intéressantes pour nous donner envie d'en savoir plus, et d'aller encore plus loin dans notre lecture. Le monde chamanique décrit par Alyson Noël est vraiment intrigant au premier abord, et je me suis dit qu'il était beaucoup plus passionnant que celui des immortels dans Éternels. Bref, au départ, l'histoire avait l'air tout de même assez convaincante. Sauf qu'il y a un gros "mais"...
Voyez-vous, Alyson Noël n'a pas hésité à emprunter un chemin très dangereux, et qui est complétement rébarbatif à mes yeux : celui des longues descriptions. Attention, je ne suis pas du tout en train de dire qu'il me faut des romans qui ne contiennent que des dialogues mais, là, un peu plus d'échanges n'auraient pas été de trop. L'auteure nous offre des pages entières sans aucun tiret ni aucune parole. Pour tout vous dire, je crois qu'il n'y a pas une page pour laquelle je n'ai pas sauté quelques paragraphes. L'intrigue stagne beaucoup, et on tourne rapidement en rond : Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage, Daire qui a peur, Daire qui est sûre d'elle, Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage... Bref, très rapidement, on s'ennuie. Pire encore, j'ai totalement perdu l'attachement qui avait vu le jour avec elle. A la fin du livre, je me fichais complètement de ce qui pouvait lui arriver. Ses réactions deviennent de plus en plus enfantines et imprévisibles. Même dans ses démonstrations de courage et d'amour, elle s'est mise à m'agacer.
Et c'est loin d'être tout ! Niveau coups de théâtre, ce livre est une énorme blague ambulante. Les rebondissements sont beaucoup trop simples, et nos questions trouvent leurs réponses bien trop facilement. Devant toutes les facilités que l'auteure s'est accordée, je suis resté complètement sur les fesses. Et vas-y que je fais découvrir toute l'histoire à des personnages secondaires en un claquement de doigt, que Daire et ses prétendants amoureux se connaissent et se parlent comme si tout était normal, et que les révélations coulaient de source. Non non non et non ! Mais qu'est-ce que c'est que ça ? A ce compte-là, l'auteure n'avait qu'à nous écrire chaque mystère sous forme d'une question et à nous écrire la réponse juste après. Tous les bons éléments qui nous sont offerts au départ se voient être réduits à l'état de simples faits divers, comme si tout était normal et allait de soi. Bref, grosse déception de ce côté-là.
C'est sans parler de la romance, qui m'a juste semblé grotesque et illogique. Voyez-vous, Daire rêve sans cesse de deux beaux jeunes hommes, l'un gentil et l'autre méchant. Et elle se demande sans arrêt si elle pourra vraiment faire confiance au gentil lorsqu'elle le rencontrera. Au secours. Ils vont donc tous les trois se rencontrer, comme ça, pouf, et les sentiments de chacun vont s'enflammer... Non mais oh, on va où là ? L'histoire d'amour entre Dace et Daire ne m'a pas touché du tout, et j'ai trouvé que leur relation se mettait en place d'une manière bien trop brusque et rapide pour être cohérente et convaincante. C'est du grand n'importe quoi. Concernant Cade, le frère de Dace, ce n'est guère mieux. Un coup Daire joue avec lui, puis l'autre elle le déteste. Puis il ne m'a pas semblé si effrayant ou méchant que ça... Tsssssst, je me rends-compte en écrivant mon avis que j'ai vraiment détesté ces protagonistes, ainsi que l'horrible romance entre Daire et Dace.
La conclusion de Destinés m'a totalement perdu, et je dois bien avouer que je n'y ai pratiquement rien compris. Tout ça pour ça ? Je pensais que les enjeux étaient quand même beaucoup plus grands... Là, j'ai l'impression que l'auteure a tout fait pour en rajouter un maximum et pour faire passer Daire pour une martyre, alors qu'en fait la fin de l'intrigue est toute bête. Puis les dernières lignes m'ont laissé un goût étrange dans la bouche, comme si je comprenais seulement maintenant que, en fait, l'histoire était réservée à de plus jeunes lecteurs que moi. Je ne saurai pas décrire exactement cette sensation, mais je crois qu'elle s'avère être vraie. Destinés n'était absolument pas fait pour moi.
En résumé, ce premier tome de la saga Les Chasseurs d'Âmes m'a totalement déplu, et je ne pense vraiment pas en lire la suite. Même si, au départ, l'histoire est prenante et pose de bonnes bases pour la suite de l'intrigue, le rythme et l'ambiance prennent rapidement une toute autre tournure, et nous plongeons au cœur d'une histoire bien trop simpliste et bien trop brouillon. Alyson Noël nous livre un univers charmant au premier abord, mais qui devient bien trop complexe et dont toutes les explications ne nous sont pas fournies. Par ailleurs, l'espèce de triangle amoureux entre Daire, Dace et Cade ne m'a pas convaincu du tout. Une lecture qui ne m'aura malheureusement pas permis de revoir mon point de vue sur les écrits de cette auteure qu'il va me falloir, je pense, éviter à partir de maintenant. Je conseillerai ce roman à de plus jeunes lecteurs comme dit précédemment, parce que pour du YA, c'est vraiment très très moyen.

par Jordan