Livres
464 320
Membres
424 789

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Stormheart, tome 1 : Roar



Description ajoutée par alexiabutler 2018-09-28T23:52:10+02:00

Résumé

[Traduction perso]

Dans un pays soumis et façonné au gré de violentes tempêtes magiques, le pouvoir appartient à ceux qui savent les contrôler.

Aurora Pavan est issue de la plus vieille famille Stormling qui existe. Il y a longtemps, les sans-dons ont prêté allégeance à sa famille en échange d'un havre de paix, et un royaume a été taillé dans les terres sauvages, entouré par une magie capable de repousser les ennemis les plus meurtriers. En tant qu'unique héritière de Pavan, Aurora a été élevée pour devenir la reine parfaite. Elle est intelligence, courageuse et juste. Mais elle n'a montré pour le moment aucune trace de la magie dont elle a besoin pour protéger son peuple.

Afin de garder ce secret enfoui et sauver sa couronne, la mère d'Aurora a arrangé pour elle un mariage avec un sombre et menaçant Stormling, prince d'un royaume voisin. Le prince lui semble être la solution parfaite à tous ses problèmes : il pourra à la fois lui garantir le trône tout en devenant le champion dont son peuple a besoin pour rester à l'abri. Mais plus Aurora en apprend à son sujet et plus un futur à ses côtés lui semble terrifiant. Une nuit, elle revêt un déguisement et parvient à sortir du palais pour l'espionner. Elle tombe alors sur un marché noir proposant la seule chose qui lui manque réellement : la magie des tempêtes. Et les personnes qui la vendent ne sont même pas Stormlings, ce sont des chasseurs de tempêtes.

La légende raconte que ses ancêtres ont obtenu leur magie en affrontant une tempête pour en voler son essence. Et lorsqu'un charmant jeune chasseur de tempêtes lui apprend qu'il est né sans aucune magie mais en possède désormais, Aurora réalise qu'il existe une troisième option concernant son futur, hormis la ruine ou le mariage.

Elle n'a peut-être pas encore de magie, mais elle peut en voler si elle est assez courageuse.

Affronte une tempête. Sors-en indemne. Et tu deviendras son maître.

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par alexiabutler 2018-09-29T00:32:01+02:00

“If she were a storm, she could destroy him, and he would never lift a finger to protect himself.”

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par MilieP 2019-04-14T13:01:30+02:00
Argent

Ce livre a été une très bonne surprise. Le lecteur découvre en même temps que Roar/Aurora l'univers du roman et les secrets de la magie des tempêtes très originale. Roar est définitivement une forte et intelligente qui devient de plus en plus indépendante et mature au fil du roman. L'atmosphère lourde complots politiques est aussi très bien retransmise par Cora Carmack. Hâte de lire le second tome !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lea-Luttringer 2017-12-30T18:52:14+01:00
Argent

J’ai vraiment bien apprécié Roar.

Contrairement à ce qu’en ont pensé certaines personnes, je ne trouve pas qu’il y ait vraiment de triangle amoureux dans ce livre.

La protagoniste, Aurora, est promise à Cassius Locke. Suite à plusieurs événements, elle va fuir son mariage et rencontrer Locke (la coïncidence dans les prénoms est normale) et tomber progressivement amoureuse de lui sans jamais n’être en contact avec Cassius.

Les personnages sont globalement attachants même si parfois un peu simplistes mais l’histoire est addictive et la plume de l’auteure fluide.

J’ai hâte d’avoir la suite!

Afficher en entier
Pas apprécié

Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/roar-cora-carmack/

Ma notation: 2.5/5

Bien que Roar ne fit pas partie des sorties littéraires que j’attendais avec le plus d’impatience, son univers apocalyptique a su éveiller ma curiosité. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on a affaire à une histoire où les tempêtes commettent des ravages et où celles-ci sont chassées par la royauté elle-même! Mais une fois de plus, j’ai fini très déçue par ce début de série. Pour tout vous dire, j’ai eu exactement les mêmes problèmes qu’avec The Demon King. C’est assez blasant…

Ce que je peux déjà dire, c’est que j’ai beaucoup aimé le concept de cette duologie! C’est la première fois que je lis un livre où le thème du climat est aussi prépondérant, et j’ai trouvé intéressant le fait qu’il se concentre sur le cas des tempêtes. Il m’a été facile de visualiser la formation des tempêtes, la couleur des nuages au moment où le danger se projette ou encore la dévastation que subit le paysage. En revanche, j’avais l’impression que l’auteure n’était pas totalement à l’aise avec son univers, qu’il y avait quelques incertitudes… Disons que l’univers est bien recherché mais que certaines digressions n’avaient pas de sens: pourquoi faire des Stormlings des êtres à part si c’est pour au final nous dire qu’on peut contrôler les tempêtes sans avoir le moindre pouvoir à la base? D’où ça sort tout ça? Ca sent la facilité scénaristique à plein nez.

Par contre, j’ai été déçue par tous les personnages mis en avant par l’auteure, ils sont tellement clichés et leur comportement si prévisible. Et je ne vous parle même pas des poussées d’hormones auxquelles on a droit! Les protagonistes veulent sans cesse s’embrasser, se toucher, se serrer l’un contre l’autre, ça en devient exaspérant. Notre héroïne, Aurora - Rora - Roar, est une princesse sans pouvoirs, mais bien évidemment elle ne va pas le rester puisqu’elle est tombée par hasard sur des gens qui vont lui offrir le moyen d’y remédier. Merci l’originalité. En plus, elle a beaucoup souffert parce que le garçon qu’elle ne connaissait pas mais avec qui elle pensait faire sa vie l’a méchamment dupée – alors qu’il est connu pour ça.

Ensuite, on a Cassius, un prince manipulateur aussi charismatique qu’un pruneau moisi, qui se met peu à peu à changer parce que la princesse à qui il est promis est l’opposé des filles qu’il a l’habitude de côtoyer. D’ailleurs, Cassius est différent parce que contrairement à son père, il n’est pas foncièrement cruel! Imaginez toutes ces heures passées à peaufiner ce personnage… Bon, c’est un peu dommage car j’aimais bien le fait que Cassius soit accro à l’adrénaline que la conquête des tempêtes lui procure, c’était un trait intéressant!

Histoire de nous émoustiller un peu, l’auteure nous introduit un triangle amoureux en incorporant des interactions bien niaises pour satisfaire notre désir de romance. Locke, notre chasseur de tempêtes, devient le deuxième intérêt amoureux de l’héroïne (qui ne fait rien d’héroïque d’ailleurs), et bien sûr il est tout le contraire de Cassius. Il est gentil et respectueux, mais son côté surprotecteur m’a bien agacée. C’est à peine s’il rencontre Aurora qu’il a déjà envie de l’embrasser et de casser le nez à tous ceux qui la regardent de travers. Mais faut le comprendre, il n’avait jamais ressenti un truc pareil! Meh.

Outre le fait que je me sois ennuyée et que la fin soit loin d’être épique, je me suis retrouvée avec une intrigue pas bien brillante (rien d’important ne se produit), un univers sous-développé au profit d’une romance tarte et des personnages fatigants auxquels je ne me suis pas du tout attachée.

Une chose est sûre, je n’ai jamais été aussi peu pressée de mettre ma main sur un second tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sheo 2017-07-21T19:47:52+02:00
Or

«The battle is different for every person, for every storm, but one thing always holds true—only one heart gets to live on.»

(Mon grand frère avait pris mon ordinateur en otage pour faire toutes mes mises à jour donc ma review arrive en retard. Mes plus plates excuses.)

Roar est un roman que je relirais. Je ne sais pas pourquoi mais c’est un roman que j’espère sérieusement relire un de ces quatre.

Avant de commencer, LA COUVERTURE!!!!! Oh, je l’adore. Aurora fait carrément badass dessus et les couleurs sont très bien choisies. BREF, une couverture qui a tout pour elle, c’est clair.

Je suis malade et quand je suis malade, je ne fais que deux choses: 1. Je regarde des films et des séries. 2. Je lis. OK, c’est vrai, je le fais même quand je ne suis pas malade…

Entre deux épisodes de Game of Thrones (que je regarde pour la énième fois parce que je suis trop trouillarde pour regarder le premier épisode de la saison 7), j’ai lu Roar qui est un roman qui m’intéressait vraiment parce que sérieusement, des chasseurs de tempêtes? J’approuve à l’infini et au-delà. (J’ai aussi regardé Toy Story, j’avoue.)

J’ai bien aimé la plume de Cora Carmack. Je ne peux pas spécialement dire pourquoi mais je l’ai trouvé agréable. Et j’ai trouvé qu’elle savait bien faire transparaître les émotions/sentiments de ses personnages via son récit.

Des chasseurs de tempêtes disais-je donc.

Aurora est la princesse héritière du royaume de Pavan. Et à Pavan comme dans les autres royaumes, les grandes familles se battent contre de dangereuses tempêtes qui menacent sans arrêt leur peuple. Alors les stormlings (Est-ce qu’au moins il existe un mot français pour ‘stormling’? Parce que même si je comprends carrément ce mot, je ne serais absolument pas capable de le traduire…) chassent ces tempêtes et les plus forts d’entre eux s’emparent de leur cœur (honnêtement j’ai la flemme de développer ce point mais en gros, le cœur d’une tempête se présente sous la forme d’une pierre qui renferme l’élément de la tempête -feu, glace, et tout le blabla-). Le problème est que notre chère princesse Aurora a pour lourd secret de ne pas être une stormling. Elle ne peut donc pas se battre contre les tempêtes, ce qui est problématique puisqu’en tant que future reine, elle est censée être capable de protéger son peuple. C’est pourquoi elle accepte d’épouser le second prince du royaume de Locke, le prince Cassius, qui est un puissant Stormling.

Mais peu avant son mariage avec Cassius, Aurora découvre un marché noir où elle fait la rencontre d’un groupe de chasseurs de tempêtes. Elle apprend alors que tout n’est pas perdu pour elle et qu’elle peut devenir la reine qu’elle rêve d’être.

Je me dois de le répéter. ILS SE BATTENT CONTRE DES PUTAINS DE TEMPÊTES!!! J’aime.

J’ai adoré découvrir l’univers créé par Cora Carmack. Je l’ai beaucoup aimé, il contient un petit tas de détails intéressants. Le système des tempêtes est à se damner, je vous invite fortement à aller le découvrir! Mais il y a une chose qui m’a conquise. Genre, à en mourir. Après leur mort certaines personnes se réincarnent en tempête. OMG. Tuez-moi, que je puisse me réincarner en une foutue tempête. Je suis fan. Fan, fan, fan.

«Treat others with kindness. For you do not know which souls will visit you again as storms rather than men.» (← c’est le moment où j’ai eu un gros coup de stress puisque j’ai tapé sur la mauvaise touche de mon clavier et que j’ai quitté ma page. Heureusement, mon fichier avait été enregistré. Ouf. On est pas passé loin de ne pas avoir de review pour Roar.)

Passons à présent aux personnages. Globalement, je crois pouvoir dire que je l’ai aimé. Chacun m’a plu, d’une manière ou d’une autre et j’ai pris plaisir à les découvrir. Cependant, je ne m’arrêterai que sur trois personnages :

J’ai beaucoup aimé Aurora. Ou Rora. Ou Roar. Sérieux, chérie, il va falloir que tu te décides une bonne fois pour toutes. Aurora (nous nous en tiendrons à son prénom peu original mais que je ne peux m’empêcher d’apprécier pour le coté roar de la chose -je n’expliquerais pas) n’est pas une stormling mais ça ne l’empêche pas d’être quelqu’un de fort, d’intelligent, de parfois audacieux et parfois peureux. C’est un personnage aux multiples facettes et elle a su me plaire.

Cassius est le nouveau Darkling. Le parfait bad boy qui vous donne à la fois envie de le gifler et de nicher votre tête dans son cou. (Je ne sais pas d’où ça me vient.) Et j’ai carrément donné mon cœur à cette petite brute Cassius. Je me suis dit que comme il semble collectionner les cœurs des tempêtes, il ne dirait pas non au mien. (C’était ringard.) Je ne sais pas trop pourquoi je l’aime mais je l’aime. C’est clair que ce gars n’est pas parfait, sa personnalité peut parfois être dérangeante mais il a quelque chose qui m’a plu. C’est peut-être la sombre part de moi qui l’aime, qui sait. Quel argument! En tout cas, j’espère qu’on le verra d’avantage dans le prochain tome. Parce que c’est un personnage qui m’intéresse.

Locke. C’est un prénom très con. Non parce que le royaume de Cassius se nomme Locke. Alors pourquoi il a fallu qu’elle appelle Locke Locke? Sérieux. Elle aurait pas pu faire preuve d’un peu plus d’imagination? Je suis sûre qu’il y a une longue liste de prénoms qui auraient remplacés ce prénom complètement et irrévocablement nul sans problème. ^^ (En même temps, Kiran Throne, c’est pas mieux.)

Cela dit, j’aime bien Locke (le personnage, pas le prénom). Suffisamment pour ne pas avoir envie de le voir rayer de la surface du monde par une tempête. (Faut que j’arrête sérieux.)

Tiens, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas plains d’une romance. Et je vous l’annonce en grand : JE N’AI PAS DU TOUT AIMÉ LA ROMANCE DE ROAR. Amen. Mais pourquoi?

1. Je déteste quand un auteur fait ce coup-là. Du genre, j’introduis un potentiel love interest et puis finalement j’en introduis un autre. C’est pire qu’un triangle amoureux. Parce qu’il n’y a pas de triangle amoureux dans Roar. (Dieu merci, je me serais sûrement jetée par la fenêtre.) Non, Cora Carmack nous présente Cassius et je me dis ‘alors c’est lui?‘ et puis par la suite elle nous présente Locke et je me dis ‘alors c’est lui?‘ et ça me donne envie d’enfoncer la tête du premier venu dans un mur.

2. Ensuite il y a la façon dont notre chère auteure introduit la romance. Genre, j’étais à peine à cinquante pages, Cassius et Aurora connaissaient juste le nom de l’un et de l’autre et pourtant Aurora avait déjà envie d’enfoncer sa langue dans la mouche de Cassius. ARRRRRR!!!! ← c’est mon cri de rage. #instalovex2

Du coup, ça ne me fait même pas l’effet d’avoir eu une romance, j’ai juste eu l’impression d’avoir Aurora et deux love interests. Et je n’aime pas ça. Du tout. Du tout.

Love interest 1 – Cassius À la seconde où je me suis dit que le ténébreux Cassius avait un air de Darkling, j’aurais dû me douter que ça allait mal tourner pour mon pauvre cœur. Pourquoi mon flair décide toujours de faire défaut dans ce genre de moments? Bref, Cassius est un conquérant. Ou en tout cas, il en a l’âme. Et je ne suis pas sûre d’avoir apprécié ce côté-là de sa personnalité concernant la romance. Le «he had a feeling that conquering her would prove more exhilarating than any storm he had ever defeated.» m’a refroidie et c’est bien beau de voir Aurora comme une tempête mais c’est sorti comme s’il la prenait pour sa propriété ou tout du moins comme un object. Je ne sais pas.

Love interest 2 – Locke Locke est entre-autre le véritable love interest de Aurora. C’est très con à dire mais notre pauvre Cassius a fait l’erreur d’arriver en premier et d’être le prince de Locke. (Vous voyez que ce problème de nom porte à confusion!) Bien que j’ai apprécié (au début) l’alchimie entre Locke et Aurora, j’ai vite déchanté. Je suis une rabat-joie dans l’âme qui a une addiction pour les chewing-gum à la fraise alors que je n’aime même pas la fraise. Et je suis tout sauf une romantique ou une nana qui apprécie qu’on la protège (ou quoi que ce soit d’autre dans le genre). Alors le côté surprotecteur de Locke m’a juste donné envie de lui arracher la tête. Avec mes dents. En plus du fait que parfois le comportement de Locke et sa vision de Aurora me déplaisant grandement, je ne pourrais même pas l’expliquer. Dans tous les cas, je n’aime pas ça.

Alors même si j’apprécie les personnages de Locke et Cassius, je n’aime pas leur romance. Les traits de leur personnalité que je peux ignorer et qui ne me dérangent donc pas tant que ça en dehors de la romance, je ne peux pas les ignorer lorsqu’ils entrent en collision avec le personnage d’Aurora et ils me donnent un sentiment déplaisant.

En conclusion, Roar est un très bon premier tome et je lirai la suite avec plaisir. Hormis la romance qui m’a littéralement donné envie qu’ils se fassent dévorer par des tempêtes et qu’ils se réincarnent en insectes pour que je puisse les écraser, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Je vous le jure. ;)

«To die at the hands of a storm gives one the chance to live again in the skies.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/07/21/roar-cora-carmack/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bearnartz 2017-02-22T02:37:50+01:00
Or

Wow. Ce livre était captivant.

Premier point fort de Roar : les personnages. Aurora était une héroïne solide. Elle apparaît d’abord faible et naïve mais se révèle être une jeune fille forte, qui sait ce qu’elle veut. Cassius était vraiment intriguant et je n’ai pas réussi à le détester. Il a cet air de Darkling qu’on a du mal à cerner. Locke, Duke, Jinx, Bait, Ransom, Sly… ce petit groupe va me manquer jusqu’au prochain livre. J’ai adoré suivre leur voyage et les altercations entre Aurora et Locke.

Le deuxième point fort de ce roman est son univers. J’adore les livres où l’on découvre un monde où les territoires et les légendes proviennent de l’imagination de l’auteur. L’idée d’un monde menacé par différents type de tempêtes que l’on peut « chasser » est vraiment super intéressante.

Je n’en dis pas plus car le livre n’est pas encore officiellement sorti, mais je remercie les éditeurs de m’avoir envoyé une ARC de ce livre et j’ai hâte de lire la suite des aventures des storm hunters !

Afficher en entier

Date de sortie

Stormheart, tome 1 : Roar

  • USA : 2017-06-13 (English)

Activité récente

Sheo le place en liste or
2017-07-21T14:38:19+02:00

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 5
Extraits 18
Evaluations 6
Note globale 7.67 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode